Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 07:03
413

413

La fabrication d'un bogie moteur est une opération souvent délicate car elle comporte un certain nombre d'embûches que l'on doit contourner pour obtenir un modèle fonctionnel et fiable. Bien sûr, on peut se tourner vers des motorisations commerciales, mais l'on ne trouve pas forcément les dimensions souhaitées notamment au niveau des entraxes de roues et de leur diamètre à l'échelle recherchée (HO, HOm). La collection des automotrices et autorails Atlas permet de se lancer sans gros risque d'échec, compte tenu du faible coût des modèles disponibles. Les travaux ont porté à nouveau sur une rame train jaune dont l'écartement retenu est le HO, alors que l'original circule sur de la voie métrique HOm. Première intervention, repérage des cotes, longueur des longerons, traverses latérales, entraxes des essieux, ce qui conduit à rechercher un moteur dont les dimensions sont compatibles. Avec 23 mm d'entraxe, peu de modèles disponibles. J'ai trouvé un mashima (réf M16K5 pôles chez Micro-Modèle) à double sortie d'arbre dont le gabarit ne dépasse pas 17 mm, ce qui doit permettre d'installer une transmission classique par vis sans fin sur les deux essieux.

Le châssis est confectionné avec des cornières laiton (4 x 4 mm fournitures l'Octant) dont les longerons ont été préalablement percés (2 mm) en les collant dos à dos. Ils sont ensuite soudés sur les traverses d'extrémité en vérifiant l'équerrage.  

414

414

Les roues sont des modèles LMT 111 aux normes fines NEM 25 diamètre 9 mm et les pignons Roco 14 dents (récup) Sur cette photo, une intervention avec un outil dremel sur les traverses d'extrémité pour arrondir le passage réservé aux volants d'inertie

533

533

Le châssis a été consolidé par ajout de deux longerons collés à l'intérieur des cornières (3x1 mm) puis percés au diamètre requis 2 mm. Les vis sans fin et volants d'inertie sont fixés par collage. Attention de ne pas voiler les axes moteur lors de l'introduction qui doit se faire sans forcer. 

532

532

Une opération de fraisage est nécessaire pour réduire d'environ 1 mm l'assise du moteur sur le châssis

485

485

Idem pour les quatre roues qui doivent être équipées de bandages d'adhérence. Par expérience, cet équipement est indispensable, car l'automotrice doit pouvoir tracter deux autres voitures. L'outil de tour est usiné pour creuser en une seule passe une gorge de la largeur des bandages Roco à installer et sur une profondeur de 5 dixièmes de mm

536

536

Avant de coller le moteur sur le châssis, il faut vérifier que la transmission vis sans fin, pignon est souple sans forcer. A noter que les volants d'inertie ont été fraisés en biais pour éviter de frotter contre les pignons. 

487

487

Sur cette photo, une autre disposition possible du moteur qui serait réservée au montage d'un bogie à l'écartement HO métrique, mais dans cette option, le châssis devrait être adapté en conséquence.

537

537

Je ne m'attarderai pas sur la finition de cette rame, ayant déjà développé des articles sur sa construction dans les deux échelles HO et HOm, sur cette photo, nous voyons que le moteur est articulé sous une bride confectionnée dans un plat de laiton, un lest généreux en plomb est collé entre deux cloisons qui se positionnent à la verticale du bogie moteur, assurant ainsi une bonne adhérence à l'automotrice.

A vos outils et bonne chance!!

Partager cet article

Repost0
21 février 2020 5 21 /02 /février /2020 05:53
457

457

Dernière opération sur le lot de locos vapeur confiées par l'ami Marc, une 150 Y SNCF tender baignoire, machine ancienne très bien reproduite par Liliput dans les années 80/90. L'ouverture du tender se fait en ôtant les deux vis extrêmes sous le châssis moteur. La mécanique est de bonne qualité, un moteur buhler avec une transmission par vis sans fin sur les deux essieux extrêmes. Les bandages d'adhérence absents seront remplacés. Malgré une caisse métallique très lourde, cette loco a une capacité de traction limitée et il n'est pas envisageable d'entraîner les 4 essieux, sauf à revoir totalement la conception du châssis.    

458

458

Par contre, les ralentis sont excellents et le gros volant d'inertie apporte une souplesse remarquable dans la transmission. La première intervention consiste à supprimer les composants qui relient la platine au moteur, et isoler ses contacts en sectionnant les pattes. 

459

459

le couvercle de la hotte à charbon est une pièce en plastique qui laisse un espace suffisant pour loger un décodeur sur le moteur. 

460

460

Il s'agit d'un décodeur Lenz standard + fixé sur le moteur par un adhésif double face. 

462

462

j'ai remplacé l'ampoule par une led canon bicolore après aménagement de la platine. Le conduit lumineux aux feux AR sera donc conservé. 

465

465

Pour loger un power pack, il faut légèrement creuser le dessous du couvercle à charbon, ce qui permet d'installer ce composant au dessus du décodeur sans gêner la fermeture de la hotte. 

466

466

Test d'éclairage des feux, c'est OK, la présence du condensateur permet de maintenir qq secondes l'éclairage en cas de micro coupures de courant, et éviter des plantages moteur. Il sera connecté sur les deux bornes de sortie du pont redresseur présent sur le décodeur en respectant la polarité, avec ajout d'une résistance de 100 ohms et d'une diode

470

470

L'éclairage des feux AV de la loco est insuffisant via le conduit de lumière, malgré le remplacement de l'ampoule par une led puissante. J'ai donc prévu d'installer des micro leds CMS câblées qui seront raccordées à la platine loco

471

471

Pour ce faire, il faut percer délicatement l'arrière des lanternes sans les traverser. Les leds CMS sont ensuite collées à l'intérieur. Une chance, la plateforme supportant la traverse de choc se détache sur cette loco, ce qui facilite les travaux et notamment le passage des fils sous le bissel AV

472

472

Il ne reste plus qu'à vérifier la bonne marche de la loco sur le module de Gilles et notamment son aptitude à franchir les zones d'aiguillages sans planter. Tests OK

476

476

touche finale, du véritable charbon collé dans la hotte, et une patine réalisée à l'aérographe avec les peintures acryliques à solvant décapod, cela change totalement l'aspect trop clinquant de nos modèles à la sortie d'usine. 

Partager cet article

Repost0
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 05:55
446

446

Les travaux de la semaine dernière ont porté sur la restauration et digitalisation d'une 141 R ancienne produite par Gérard TAB confiée par l'ami Marc. Sur cette photo, la loco est en phase de tests, l'objectif étant de l'adapter pour fonctionner en système 2 rails.

429

429

Le démontage est aisé, une vis centrale et l'on dégage la caisse du châssis. Un rapide examen confirme que la transmission est déficiente, le calage des manivelles de bielles est à revoir, de même que certaines roues qui flottent sur leur axe. Cette machine a beaucoup roulé si j'en juge par l'état de la pignonnerie. Une chance, le moteur robuste fonctionne bien à l'instar de tout ce qui a été produit par cet artisan renommé. 

430

430

Là, çà se complique car la vis sans fin usagée est logée dans un carter fermé et elle n'accroche plus sur le pignon de l'essieu moteur, lui même fatigué.

Cette pièce est fixée par deux vis et peut s'extraire facilement. Par contre, il faut sortir l'axe maintenu par des paliers en laiton qui sont insérés à force dans le carter. 

431

431

Avec un chasse goupille, il est possible d'extraire le mécanisme. Sur cette photo, nous voyons que la vis sans fin est usagée et il serait judicieux de la remplacer

432

432

Mais elle tient bien, malgré une pièce de renfort en acier réalisée sur le puller!! et j'abandonne vite l'idée de la sortir. De plus, elle est montée sur un axe de 3 mm de diamètre et je n'ai pas une pièce de remplacement adéquate. Va falloir trouver une autre solution. 

433

433

L'idée est de rogner de quelques dixièmes de mm le dessous du carter supportant la vis sans fin afin qu'elle fasse à nouveau contact avec le pignon d'entraînement de l'essieu moteur. J'ai donc usiné la surface en conséquence avec la fraiseuse Proxxon pour obtenir le résultat souhaité. Avant de tester la transmission, j'ai dû recaler les manivelles qui bloquaient la rotation des 4 essieux. Ouf, l'opération a réussi, le moteur peut être conservé et je pense qu'elle pourra encore faire de nombreux parcours avant d'être définitivement amortie.

434

434

La transmission du pignon moteur sur l'arbre supportant la vis sans fin reste efficace car le fraisage a été effectué en biais sur le carter 

437

437

J'ai remplacé le système d'éclairage à lampes grain de blé par des leds cms câblées.

438

438

Avec ajout d'un conduit transparent faisant office de vitrage sur les lanternes

440

440

test d'éclairage, c'est OK

443

443

Sur cette version, la captation du courant se fait sur une file de roues de gauche par la masse, et sur la droite par des lamelles de contact sur deux roues, qui transmettent en fait le courant sur les quatre par l'embiellage conducteur isolé du châssis. Aussi, le montage visible sur cette photo sur un essieu supplémentaire n'est pas nécessaire et sera abandonné, de même que le patin central équipant cette loco pour le système 3 rails

444

444

Le bissel arrière est également conducteur, ce qui permet une bonne captation du courant. Je souhaite également ajouter un power pack réalisé à partir d'un gros condensateur de 2200 uF associé à une diode 1N4007 et une résistance de 100 ohms, la chaudière creuse à l'intérieur permet de loger ces composants qui seront raccordés au décodeur. 

445

445

Le décodeur (Lenz standard) trouve sa place sur le châssis, le branchement du fil rouge se fait sur la masse et du noir sur le train de roues isolées de droite. Le power pack est raccordé sur la sortie du pont redresseur du décodeur en repérant bien le positif et le négatif. (voir schéma de branchement publié sur article précédent) J'ai prévu un raccordement sur le tender pour alimenter les feux rouges AR

449

449

La caisse a été percée pour loger deux leds rouges. Le système d'attelage loco/tender a été conservé en l'état. 

447

447

Les tests réalisés sur la zone d'aiguillages du module de Gilles confirment que la captation du courant est efficace avec l'ajout du power pack. C'est véritablement un plus pour toutes nos locos car les micro coupures éventuelles sont totalement neutralisées en régime digital, de même que les feux qui restent stables. Le seul problème est que la taille des condensateurs limite leur utilisation à des modèles capables de loger le composant. Mais rien ne nous interdit de raccorder un power pack installé à l'intérieur d'un wagon d'accompagnement pour les plus petits modèles type draisine ou loco tracteur. 

482

482

terminé, dernière étape, une patine réalisée à l'aérographe qui restitue mieux l'aspect usagé de cette loco en fin de carrière. 

 A +

Partager cet article

Repost0
17 février 2020 1 17 /02 /février /2020 06:45
454

454

La restauration/digitalisation des quatre locos vapeur confiées par l'ami Marc s'achève. Après les travaux réalisés sur les deux 150 X Roco, Je prépare un article que je diffuserai prochainement concernant le sauvetage de la 141 R Gérard TAB et la 150 Y Liliput, deux modèles qui ne fonctionnaient plus et que j'ai pu remettre sur pied....ou plutôt sur rail. Elles posent toutes les quatre sur le module de Gilles.  

Partager cet article

Repost0
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 18:46
365

365

Vous connaissez la maladie du zamac dont certains modèles anciens Roco ont été frappé, je l'ai découverte récemment lors des travaux de restauration de deux locos 150 X confiée par l'ami Marc.

Voilà tout ce qui reste d'un châssis moteur du tender après une ouverture laborieuse. Lors de l'extraction, il s'est désintégré, libérant du même coup les deux bogies, le moteur et divers éléments qui se sont cassés comme du verre!! Idem pour le second modèle avec de surcroît un moteur grippé qui finira à la poubelle!! Dans ce cas, deux options, on abandonne sa chère loco en pleurant ou on tente un sauvetage en construisant un châssis de toutes pièces, après avoir vérifié que les organes de roulement et la transmission sont en état de marche. C'est ce que j'ai fait pour l'une d'entre elle.

Pour l'autre, les dégâts étaient trop importants et sans moteur approprié, j'ai été faire un tour sur Ebay où j'ai pu trouver une loco allemande de type 231 en bon état dont le tender est identique en tous points, il suffira d'échanger la caisse et de repeindre le châssis et les bogies rouges en noir.   

344

344

Premier travail, tracer dans une plaque Epoxy de 1,5 mm d'épaisseur la base d'un châssis qui supportera le moteur et les deux bogies. La découpe est faite avec une mini scie circulaire d'établi Proxxon en respectant le gabarit de la caisse du tender. Les ouvertures sont réalisées à main levée avec une micro lame de scie circulaire montée sur flexible Dremel, et finition à la lime carrée. 

345

345

Le moteur doit reposer bien à plat sur le châssis, ce qui nécessite d'ajuster les bords précisément. Idem pour les ouvertures des bogies sur ce modèle qui ne sont pas articulés. Si ces travaux sont exécutés correctement, la transmission est parfaite. Après un test, ils seront collés définitivement sous le châssis 

349

349

Il faut s'assurer ensuite que le châssis s'adapte bien dans la caisse avec les deux points de fixation par vis 

352

352

Vue de dessous, le moteur doit parfaitement affleurer la surface de la plaque époxy pour un positionnement correct. Il sera ensuite solidement collé.

366

366

Préalablement, j'ai créé des pistes isolées sur la face cuivrée qui permettront les raccordements électriques avec le décodeur et le branchement d'un éclairage par leds. 

370

370

Sur ces locos, un seul bogie est équipé de bandages d'adhérence. Après quarante ans, ils sont cuits et seront donc changés. Néanmoins, la capacité de traction de ces versions reste limitée. L'autre bogie conducteur a été également équipé après fraisage des 4 roues. La captation du courant se fera exclusivement par la loco, j'ai prévu le branchement d'un power pack qui compensera la perte d'alimentation sur le tender.

351

351

La caisse des tenders est un élément monobloc métallique qui laisse très peu de place pour loger le décodeur. Aussi, une partie du logement intérieur doit être creusé, opération réalisée avec la fraiseuse Proxxon, la caisse solidement maintenue par deux brides. 

371

371

j'avais prévu de fixer le décodeur (Lenz standard +) sur la caisse. En définitive, il sera fixé sur le moteur après avoir fraisé à nouveau la caisse.

372

372

l'éclairage des fanaux AR sera maintenu par conduits de lumière, mais en supprimant le support qui prend trop de place dans le tender. L'ensemble sera collé sur la caisse. 

373

373

la traverse de choc AR a dû être reconstituée car elle faisait partie du châssis zamac désintégré. Une chance, j'ai retrouvé dans mes tiroirs des modèles que j'ai pu adapter, moyennant quelques modifications du support. Les tampons sont des modèles métalliques à ressorts fonctionnels

375

375

Le tender commence à prendre forme, je dois maintenant me préoccuper du système de raccordement avec la loco et de l'éclairage par led bicolore des fanaux AR

387

387

mais avant, je dois vérifier un petit montage électronique en référence au power pack décrit dans la brochure ESU, à savoir l'installation d'un condensateur qui est l'une des composantes du système. Sur le décodeur Lenz standard +, aucun plot repérable pour le branchement en dehors de la sortie du micro pont redresseur où il faut souder délicatement deux fils (le positif et le négatif) qui alimenteront le power pack. La photo ci dessus montre le montage d'essai sur la base d'un condensateur polarisé 1000 microfarads 25V associé à une résistance 100 ohms et une diode 1 N4007

Le test s'avère concluant, avec un maintien du régime moteur en cas de micro coupures.

406

406

je donne ci dessous le câblage correspondant applicable au décodeur Lenz standard + J'ai repéré en pointillé que le fil bleu (positif commun au décodeur) pouvait être raccordé au pôle + du condensateur, ce qui évite une soudure délicate à la sortie du pont redresseur. Seul le fil noir n'a pas de plot affecté et doit être soudé au pôle - du pont redresseur. 

389

389

Avec un condensateur de 2200 microfarads, c'est encore plus efficace, avec une led dont l'éclairage est maintenu qq secondes lors de coupures de courant. Le problème est de pouvoir loger ce composant dont la taille grossit en fonction de sa capacité.

391

391

Où le loger? Pas d'autre solution que d'ouvrir la soute à charbon. Pas simple à découper. Bien sûr, on allège le lest du tender, mais ce n'est plus le problème avec 8 roues désormais bandagées, elles compensent largement en capacité de traction le système d'origine Roco. Sur cette photo, nous voyons un seul condensateur, mais on peut en loger deux en parallèle sous la soute

409

409

La découpe de la hotte est facilitée avec une scie alternative Proxxon. Sur cette photo, c'est l'autre tender qui vient d'être ouvert. 

410

410

411

411

La soute à charbon est ensuite limée pour obtenir une ouverture qui permettra de loger deux condensateurs de 1000 microfarads qui seront connectés en parallèle. Nous voyons que le moteur laisse la place pour la totalité des composants du power pack. 

401

401

le décodeur est fixé sur le moteur, ainsi que le power pack maison

403

403

La hotte en plastique est reposée et masque totalement le montage.

404

404

Passons maintenant à la loco, l'objectif est de remplacer l'ampoule par une led positionnée contre les conduits de lumière d'origine reliant les feux AV. Le résultat n'est pas probant, trop de déperdition de lumière. 

416

416

En définitive, j'ai logé des micro leds CMS câblées dans chaque feux en intercalant une résistance de 47 Kohms, ce qui permet d'obtenir un éclairage réaliste

417

417

La loco a été patinée, elle est raccordée électriquement au tender via un câble avec une mine prise tulipe mâle/femelle avec repérage de la polarité. Les tests de roulement sur le module de Gilles sont concluants, pas de plantage sur les zones d'aiguillages, alors que la captation est limitée à la seule loco. Le power pack remplit bien son office!!!

La seconde 150 X sera beaucoup plus facile à traiter avec un châssis tender issu d'une 231 DB en parfait état, dommage pour la loco qui sera sacrifiée. 

Partager cet article

Repost0
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 19:39
302

302

les travaux progressent lentement. Les mains montoire frontales sont réalisées dans de la corde à piano de 4 dixième de mm, deux supports en laiton prépercés (récup sur d'anciens kits) permettent de les maintenir en place. 

 

301

301

Idem pour les accès aux portes cabine. La fixation se fait après perçage des bas de caisse sur leur épaisseur avec un foret de 4 dixième. 

303

303

Pose des trompes d'avertisseur sonore (modèle Mistral de récup)

304

304

Avant mise en peinture, il faut rectifier certains défauts issus du moulage de la caisse en résine, notamment des cavités que j'ai pu refermer avec un morceau de tube tronçonné. Un ponçage des surfaces est nécessaire après coup

307

307

Les marchepieds en laiton (Modèles Mécanic train) sont installés directement sur les bogies extrêmes par collage. Il n'est pas possible de les accrocher à la caisse vu le débattement des bogies en courbe.  

309

309

Ces éléments sont peints en gris moyen Humbrol avant l'opération de patine.

311

311

la caisse peut être maintenant traitée à l'aérographe en vert SNCF (peinture acrylique à solvant décapod) Elle est ensuite légèrement patinée avant la pose des pantographes (REE) (noir sale toiture décapod).

 

314

314

Ensuite patine des organes de roulement et bogies (voile sale appliqué à l'aérographe) puis ajout à la brosse de touches de noir sale.

317

317

Pose des plaques de numérotation

326

326

La traverse de choc est peinte en rouge avant la pose des tampons. Des cerclages de phare sont ajoutés par collage Micro Kristal clear. Puis pose des moustaches jaunes et du macaron SNCF

 

 

 

320

320

321

321

les entourages de hublots et de fenêtres cabine sont peints avec un stylo à peinture Posca

331

331

Je n'ai pas trouvé de documentation sur la ligne de toiture, ni sur les forums ni chez le fabricant. Cependant, la caisse en résine Apocopa est pourvue d'orifices le long du lanterneau qui laissent penser que cette loco avant sa renumérotation par la SNCF, était équipée d'isolateurs et d'une ligne raccordant les pantos, ce que j'ai essayé de reproduire à l'aide des isolateurs de la loco Lima et d'un fil d'acier de 4 dixième qui a été encastré en le chauffant avec la panne d'un fer à souder. Je ne suis pas sûr qu'ils aient été supprimés après coup sur la BBB6003 ???

355

355

Dernière intervention avec un voile de patine poussière sur le bas de caisse, la traverse de choc, et sur les flancs de bogies et roues. 

353

353

les hublots et fenêtres sont des pièces fournies par le fabricant à partir de blocs de plexiglas qu'il faut détacher, après avoir ôté le film de protection blanc. Ils seront collés à l'intérieur de la caisse avec Micro Kristal clear, une colle qui ne laisse pas de trace au séchage

357

357

Finition avec la pose d'essuie vitres, d'un attelage à choquelles et câblot

360

360

Terminé, la loco pose sur le module de Gilles. Son fonctionnement est parfait, bonne pour le service.

En conclusion, le transkit Apocopa n'est pas de tout repos au niveau adaptation, mais il a le mérite d'exister, ce qui a permis de produire une loco originale qui a peu de chance d'être proposée un jour par les grandes marques.

A + 

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 07:24
260

260

Les travaux progressent lentement car de nombreux problèmes à résoudre sur ce transkit. Sur le châssis Lima, le moteur est bloqué dans un berceau et maintenu par une bride en plastique qui se clipse sur chaque côté. Malheureusement cette bride ne peut être conservée, car elle empiète en hauteur sur la caisse de la BBB6003 Apocopa

262

262

Après avoir repéré l'emplacement du moteur, il faut donc à nouveau fraiser la caisse Apocopa de quelques mm pour permettre de loger le châssis à la bonne hauteur. Le précédent montage réalisé sur la fraiseuse Proxxon facilite cette intervention

265

265

Cette fois ci, le moteur ne bute plus contre la toiture de la loco.  

266

266

nouveau problème à résoudre. Le kit Apocopa ne prévoit pas les passerelles de visite pantos, ni les plateformes d'accès sur les deux faces de la loco. Il faut donc les construire de toutes pièces. Pour ce faire, j'ai ressorti de mes tiroirs une grille très fine produite par Mécanic Train, qui sera découpée au gabarit recherché des pièces manquantes

267

267

Je n'ai trouvé nulle part une documentation photo sur la ligne de toiture de cette loco, j'ai donc fabriqué quatre passerelles en soudant un fil de maillechort de 0,3 mm de section ceinturant la grille découpée. J'ai soudé ensuite quatre petits profilés l'Octant sous chaque passerelle afin de donner du relief et elles ont été positionnées par collage cyaniolit.

 

270

270

même processus pour la construction des plateformes frontales. 

269

269

Celles ci doivent être positionnées entre les feux et la traverse de choc. Pour faciliter la pose, j'ai réalisé une saignée horizontale à l'aide d'une mini scie circulaire montée sur perceuse à colonne Proxxon. La caisse est simplement posée sur une plaque de CP de 10 mm d'épaisseur que je déplace latéralement sur la lame de scie, en plaquant la caisse sur la base de la perceuse à colonne. Cette méthode permet un travail précis, il faut juste veiller à ne pas scier trop profondément dans la caisse.

275

275

La plateforme s'encastre directement dans la caisse où elle sera maintenue par collage. 

274

274

Pour les pantos, j'ai retenu les excellents modèles REE de type G livrés avec leurs isolateurs mis en peinture blanche. 

279

279

Une chance, les trous pré percés sur la toiture sont au bon gabarit. Une vis centrale maintient efficacement les pantos en bonne position

272

272

J'ai ajouté des supports d'embase métalliques aux tampons fournis

273

273

Ils ne seront posés qu'après mise en peinture rouge de la traverse de choc 

277

277

J'ai récupéré sur la caisse Lima les cabines conducteur que j'ai charcutées pour laisser la place au châssis

287

287

Reste l'éclairage des feux réversibles. Pas la place pour loger des leds canon bicolores BTC/rouge. J'ai pris l'option de loger sur une barrette des micro-leds CMS câblées qui viendront éclairer les conduits de lumière introduits dans les feux (têtons de leds canon cassés sur leur base) Ce système permet de câbler les feux directement sur le châssis sans passer par la caisse et reste très efficace niveau éclairage

288

288

zoom sur une face AV où nous apercevons deux micro leds côte à côte pour chacun des feux (BTC et rouge) Le câblage cheminera le long des deux bogies moteur

294

294

Le raccordement des feux se fait sur quatre petites platines époxy équipées de résistances branchées sur les cathodes des leds (800 ohms)

292

292

Le décodeur (Lenz standard +) est logé sur le côté après fraisage du châssis sur l'épaisseur 

295

295

L'éclairage via le conduit lumineux sur chaque feux est validé. J'ajouterai des enjoliveurs sur les phares après les travaux de peinture de la caisse. 

296

296

Idem pour les feux rouges

La dernière étape portera sur les travaux de déco de la loco (vitrages, plaques de numérotation, transferts, mains montoires, marche pieds, peinture et patine) 

A ce stade, la loco a pu être testée et son fonctionnement en digital est parfait. 

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 06:44
219

219

Fini les vacances, pour démarrer la nouvelle année 2020, je me lance dans la construction d'une loco originale confiée par l'ami Thierry. Il s'agit de la BBB 6003 conçue à partir d'un kit Apocopa que je vais adapter sur un châssis de RE 6/6 lima, loco suisse dont la disposition d'essieux est similaire (trois bogies de type BB). Comme le signale le fabricant dans la notice, il faut envisager des travaux de charcutage importants dans le châssis métallique Lima afin de pouvoir le loger dans la caisse en résine de la BBB 6003 livrée à l'état brut de moulage.

Voyons ci après les différentes étapes. 

 

 

 

 

 

218

218

Tout d'abord, les 6 flancs de bogies en résine dont l'un d'entre eux éclaté a dû être recollé (une chance, il ne manquait aucun morceau!!) Ce qui m'a incité à détourer ces éléments avec beaucoup de soin pour ouvrir les parties ajourées. Préalablement leur face interne a été soigneusement poncée pour la planifier. L'ébavurage a été exécuté avec une pointe effilée de cutter.

222

222

La caisse est une pièce monobloc dont il faut ouvrir tous les hublots et fenêtres qui sont occultés par une pellicule plus ou moins épaisse de résine venue du moulage. 

221

221

J'ai d'abord percé le centre des vitrages, puis détouré avec une lame de cutter en veillant à ne pas éclater les bordures en résine.  Idem pour les feux dont l'ouverture est réalisée avec un foret de 2 mm

225

225

Les ouvertures sont faites. Un lot de fenêtres et hublots est livré dans le kit. Ces pièces découpées dans du plexiglas seront encastrées et viendront affleurer la surface de la caisse après peinture.

226

226

Problème, le châssis Lima ne rentre pas dans la caisse dont le gabarit est inférieur. J'ai donc tenté un premier fraisage à main levée sur flexible Dremel lequel reste insuffisant et imprécis. Il aura au moins permis d'éliminer les excroissances de résine venues du moulage. Il faut donc trouver une solution plus efficace, sachant qu'il n'est pas envisageable de réduire l'épaisseur du châssis métallique Lima.

227

227

Par contre, on peut réduire sa longueur, la scie à métaux fera l'affaire, pour le reste, je dois éliminer quelques dixièmes de mm de résine à l'intérieur de la caisse, en veillant à ne pas éclater la matière.

228

228

La solution, construire un berceau en CP de 10 mm d'épaisseur qui sera fixé sur la table à coordonnées de la fraiseuse Proxxon

229

229

La caisse est posée et maintenue solidement par deux brides métalliques. Je peux maintenant aborder un fraisage interne avec toute la précision nécessaire

249

249

J'ai calculé la profondeur du fraisage pour que la caisse prenne appui sur le châssis. Les extrémités de la loco n'étant pas rectilignes, il faut limer le châssis en biais sur ses extrémités

230

230

avec pour conséquence de le fragiliser, le métal étant cassant, il a cassé!!!. Il va donc falloir réparer et solidifier les extrémités du châssis dans la mesure où il supporte les deux bogies moteur  

233

233

Nouvelle intervention pour recoller les extrémités de châssis, opération réalisée par collage et soudure avec des cornières en laiton (fournitures L'Octant) 

234

234

C'est réparé et solide

235

235

Le bogie médian est fixé sur une plateforme lui permettant de se déplacer latéralement. Il sera déclipsé pour installer les nouveaux flancs de bogie correspondants

236

236

Après découpe des flancs Lima avec une mini lame de scie circulaire montée sur flexible Dremel, j'ai collé les nouveaux flancs sur le support d'origine, avec ajout d'une entretoise époxy pour consolider le bogie. 

237

237

j'ai profité de cette intervention pour ajouter des lamelles de contact en chrysocale, soudées sur la piéce cuivrée époxy, ce qui améliorera la prise de courant de la loco

238

238

les quatre pignons Lima équipant les essieux moteur sont fendus, ce qui est un problème récurrent chez ce fabricant, je dois donc les remplacer par des modèles en nylon 10 dents module 0,5 que j'avais en stock dans mes tiroirs. Les axes Lima ont un diamètre de 2,5 mm. Il a donc fallu repercer les pignons au diamètre nécessaire en passant par 2,1 - 2,2 - 2,3 - 2,4 - 2,5 et 2,6 mm pour bien centrer le perçage. Le diamètre final 2,6 permet d'introduire le pignon sans trop forcer et d'éviter à terme qu'il se fende à nouveau. A noter que les axes Lima sont cannelés ce qui assure une bonne tenue du pignon dans le temps

240

240

Un petit test permet de vérifier que la transmission est à nouveau fonctionnelle sur les quatre essieux moteur. 

257

257

Même intervention pour les bogies moteur, deux cales en époxy permettra de fixer les flancs sur le bâti tout en permettant le démontage du carter. 

243

243

L'alimentation électrique du bogie médian nécessite de percer le berceau moteur

245

245

Avant d'installer les nouveaux flancs de bogie, ils sont peints ainsi que les roues en gris moyen (Humbrol 27) l'ensemble sera ensuite patiné à l'aérographe.

248

248

Petite vérification d'inscription des bogies en courbe rayon 55 cm. Il reste de la marge pour des courbes plus serrées!!

259

259

Le châssis est maintenant terminé, il s'adapte parfaitement à l'intérieur de la caisse, mais je vais devoir supprimer le support de maintien du moteur Lima dont le gabarit est excessif sur la hauteur. Le plus dur est fait, la prochaine étape devrait finaliser la construction de cette loco, je tiens le bon bout!!!

A suivre

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2020 3 01 /01 /janvier /2020 07:16

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2019 1 30 /12 /décembre /2019 08:09
106

106

l'EAD Jouef été décliné en deux livrées crème et rouge (2 éléments) et crème et bleu (3 éléments) L'ami Gilles m'a confié ce dernier modèle avec pour mission de revoir la motorisation, de l'équiper d'un décodeur sonore, d'un aménagement intérieur plus conforme avec éclairage des feux réversibles. Enfin, une légère patine devrait améliorer l'aspect jouet de la rame

107

107

Première option

le moteur Jouef d'origine est remplacé par un moteur mitsumi à double sortie d'arbre, ce qui permet d'insérer un volant d'inertie (Micro-Modele), le pignon d'attaque est un modèle trouvé sur Ebay pré-équipé d'un manchon en laiton permettant de l'adapter à l'arbre moteur 1,5 mm. Le moteur est simplement collé sur sa plateforme d'origine dont les deux extrémités ont été sectionnées. 

161

161

003

003

Seconde option

Après un essai de roulement, je réalise que la transmission d'origine Jouef basée sur un arbre secondaire reste bruyante, malgré la présence d'un moteur beaucoup plus silencieux. Je vais donc revoir le système en adoptant une transmission directe vis sans fin/essieux à partir d'un micro moteur à double sortie d'arbre qui sera logé entre les flasques du bogie d'origine découpé en deux. Pour ce faire, je dois réduire l'intérieur de quelques dixièmes de mm, opération réalisée avec la fraiseuse Proxxon en collant provisoirement le support sur une plaquette de CP. Je précise que cette opération est délicate sans l'outillage approprié. Si la digitalisation sonore n'avait pas été retenue, j'en serais resté à la première option beaucoup plus facile à mettre en oeuvre.

163

163

Pour obtenir un positionnement parfait du moteur entre les deux flasques usinés, il est judicieux de creuser légèrement le support de CP comme le montre la photo

162

162

L'encollage du moteur est réalisé les deux flasques circulaires bien à plat sur le support, avec les paliers dans l'axe. Le moteur a été équipé de deux vis sans fin Jouef équipées d'un manchon en laiton pour les mettre au diamètre de l'arbre 1,5 mm. Une fois les deux essieux Jouef repositionnés, je peux vérifier qu'ils sont bien entraînés sans résistance par les vis sans fin.

 

165

165

Deux petits volants d'inertie sont ajoutés en queue d'arbre moteur (récup sur roues locos échelle N) Nous voyons que le gabarit du bogie moteur est sensiblement réduit, et donc sera peu visible de l'extérieur de la motrice. Ce qui permettra entre autre de loger un lest en plomb à la verticale du moteur pour améliorer l'adhérence. Au passage, les bandages d'origine Jouef ont été remplacés par des modèles Roco

154

154

Pour terminer la motorisation, il est utile d'ajouter des petites rondelles pour limiter le jeu latéral des essieux sur le bogie. 

133

133

l'intérieur des 3 caisses a été peint en noir mat ainsi que les orifices des feux préalablement percés avec un foret de 2 mm (attention de bien centrer les trous) Un jeu de 4 leds canon blanches ton chaud et rouges sont ensuite fixées par collage dans les orifices, le corps des leds ayant été préalablement peintes en noir mat. Le branchement est réalisé en série, anode contre cathode, ce qui limite la connexion à trois fils pour chaque voiture extrême:

fil bleu commun, fil blanc feux blancs, fil jaune feux rouges

135

135

Idem pour la toiture qui est également équipée du troisième feux blanc en marche AV

137

137

le décodeur est un ESU loksound dont la programmation est réalisée chez Train-Modélisme avec une vingtaine de sons réalistes. 

139

139

le micro HP proposé dans la version V.5 d'ESU diffuse un son "faiblard" Il sera remplacé par un modèle plus puissant, la place étant disponible sur la motrice. Il sera logé sous la caisse après perçage d'un orifice au diamètre de la capsule

138

138

J'ai prévu d'équiper la fausse motrice d'un décodeur de fonction pour obtenir la réversabilité des feux sans avoir à faire cheminer un câblage compliqué entre les 3 voitures. Par contre, elles capteront toutes le courant avec une connexion par attelages magnétiques conducteurs REE

141

141

Une rampe de leds CMS ton chaud est insérée sur la poutre centrale du plafond qui a été adaptée par ajout d'une plaque de PVC qui supporte le décodeur

142

142

Les connexions électriques avec le décodeur sont faites via une petite platine époxy sur laquelle j'ai réalisé plusieurs pistes isolées permettant notamment de souder des micro résistances CMS de 8000 ohms alimentant les feux. J'obtiens ainsi un éclairage très doux sans interférence entre le blanc et le rouge

143

143

La présence du décodeur sous la toiture facilite les raccordements électriques

145

145

test d'éclairage feux AV

144

144

et des feux AR

147

147

Le HP est en place, côté membrane à l'intérieur, ainsi que les lests d'origine. Je dois maintenant préparer l'aménagement intérieur. La motorisation figurant sur cette photo n'est pas retenue.  

148

148

Les aménagements intérieurs issus d'un kit impression 3 D trouvé sur Ebay doivent être découpés au niveau du moteur. Les cabines conducteur seront récupérées et repositionnées après quelques charcutages imposés par le volume du corps des leds canon. 

153

153

le corps des vitrages est sectionné au niveau de la cabine de conduite, pour permettre la pose de cette dernière.

151

151

mise en peinture des 3 éléments à l'aérosol Belton en gris moyen

152

152

puis peinture des sièges 1ère et seconde classe et des cloisons. Je ne garantis pas les couleurs d'origine. 

150

150

J'ai ajouté une bande cuivrée adhésive à deux pistes pour faire cheminer la prise de courant des essieux capteurs aux décodeurs via les attelages conducteurs

149

149

Les lamelles de contact d'origine Jouef sont trop raides et seront remplacées par des lamelles similaires en chrysocale beaucoup plus souples. Dans la mesure où chaque voiture en sera équipée, il convient de ne pas freiner exagérément la rame. 

169

169

les 3 voitures sont équipées d'attelages magnétiques conducteurs raccordés aux deux files de roues des bogies et aux décodeurs, assurant ainsi une parfaite captation du courant de la rame. 

171

171

Par contre, l'alimentation des rampes d'éclairage intérieur se fait via des mini prises polarisées reliant chaque voiture de façon à obtenir un éclairage uniforme programmable à partir du décodeur sonore de la motrice (Aux F18)

166

166

Zoom sur les attelages et leur connexion électrique. Les supports sont des modèles Roco dont le boitier a été écourté afin de réduire au maximum l'intervalle entre deux voitures. 

175

175

j'ai ajouté des barres en acier de 0,5 mm de diamètre qui relient les sabots de freins sur chaque bogie 

160

160

Dernière intervention avant de reposer les caisses qui ont été peintes en beige clair sur la première couche noire. Ainsi, l'éclairage par transparence du plastique n'est plus à craindre. 

177

177

Des cerclages de phares ont été ajoutés (l'Obsidienne)

181

181

ainsi que des câblots de freins. Une petite touche de noir au stylo à peinture sur les essuie vitres. 

178

178

Le fonctionnement est parfait. Je peux maintenant entamer les travaux de patine pour atténuer l'aspect jouet de la rame.   

186

186

187

187

Il convient de protéger les fenêtres avec un ruban adhésif tamiya qui sera découpé avec un cutter.

189

189

La patine est réalisée à l'aérographe avec les produits décapod (acrylique à solvant) dans les différentes gammes de coloris déclinées par le fabricant

204

204

La finition est faite avec une patine couleur poussière et quelques touches de noir sale sur les câblots et les tampons

201

201

200

200

vue d'avion

191

191

Un petit tour sur "mon anneau de vitesse" afin de vérifier que la rame se comporte bien dans les deux sens de marche. C'est OK

195

195

terminé. 

La rame a changé d'allure, même si la gravure Jouef n'est plus au standard actuel, elle mérite de figurer encore sur nos réseaux, d'autant que son fonctionnement est désormais plus proche de ce qui se fait aujourd'hui. 

A+

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : biscatrain
  • : réalisation de réseaux modèles de trains à l'échelle HO biscatrain et nanotrain à l'échelle N et travaux de restauration de locos, motorisation, digitalisation, construction de kit laiton, bricolages divers et variés.
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche