Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 18:00

La réinstallation du réseau biscatrain en région lyonnaise et son informatisation nécessitent d'importants travaux de câblage que notre ami Bruno réalise soigneusement, module après module, en veillant à regrouper les faisceaux de fils qui seront centralisés sur le poste de commande. Ainsi, chaque module est équipé séparément et ne communique pas directement avec l'autre, dans un souci de bien sérier les alimentations respectives, et mieux contrôler les éventuels pannes sans avoir à ramper sous le réseau pour les localiser.

 

1914

1914

Le pont tournant Roco notamment a nécessité un important travail de câblage, dans la mesure où Bruno souhaite alimenter en permanence toutes les voies d'accès et celles de la rotonde afin de permettre une fonction sonore avec fumigène des locos vapeur même lorsque le pont n'est pas positionné en face de la voie correspondante. La gestion sera assurée par un module LK200 de Lenz en se basant sur un montage inspiré d'un article accessible à l'adresse suivante:

http://www.ho-ptit-train.be/Html/cablage_07.html

 

1935

1935

Pour ce faire le pont tournant doit être déposé pour retirer les languettes faisant contact avec les voies d'accès. Chaque file de rail doit être soudée, en respectant la même polarité sur toutes les voies d'accès

1998

1998

Compte tenu d'un redécoupage des cantons, chaque zone a dû être recâblée afin d'assurer une connexion électrique sans faille, mais aussi pour bien localiser chacune d'entre elles.

1959

1959

notamment la zone de gare terminus dont chaque voie correspond à un canton, lui-même redécoupé en deux zones (ralentissement et arrêt)

1987

1987

Idem pour la pleine voie, l'objectif étant d'assurer une alimentation électrique sur chaque canton sans chute de courant, en éliminant les risques éventuels de mauvaise connexion lors du remontage des modules. 

1999

1999

Sur cette photo, nous voyons que tous les câbles sont raccordés à des borniers LEGRAND double entrée indépendante. A titre indicatif, 3 câbles de 9 paires soit 54 fils ont été tirés pour raccorder le module 5 (gare terminus) au pupitre de commande

1961

1961

Le découpage des nouvelles zones est effectué avec une mini perceuse équipée d'un disque à tronçonner. 

1915

1915

Parallèlement, Bruno est amené à modifier le parcours initial, notamment la boucle de retournement située sous l'usine Moreau qui débouchait sur les deux voies en tranchée N/Est du réseau. Cette modification aura l'avantage de ne pas voir réapparaître immédiatement le même convoi dans les deux sens, puisque la boucle transitera par une grande gare de triage où il sera possible de faire repartir un convoi différent.  

1918

1918

Une nouvelle plateforme doit être installée qui débouchera en zone ouest du réseau sur le triage, constitué d'une dizaines de voies pouvant accueillir les convois les plus longs.                                                                       

Au travers de ces quelques images, nous voyons que notre ami Bruno aborde la reconstruction de biscatrain avec beaucoup de sérieux et de professionnalisme, notamment pour toute la partie électrique, électromécanique, un travail énorme qui est un préalable à un fonctionnement idéal, la gestion informatique qui sera mise en oeuvre impose des montages précis et fiables, et là, Bruno est dans son élément!!! Donc pas de précipitation, les trains attendront sagement dans leur boîte avant de recirculer sur biscatrain, dans des conditions d'exploitation largement optimisées. Bonne continuation et à bientôt.     

Partager cet article

Published by piouls - dans NEW BISCATRAIN
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 17:35

vidéo 167

Quelques séquences mettant en scène l'autorail FNC de Rail 37 sur un des réseaux d'exposition de Souffelweyersheim. 

Bon visionnage

Partager cet article

Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 17:40

Je vous propose un reportage photos sur l'exposition de trains miniatures qui s'est tenue du 8 au 10 mai 2015 à Souffelweyersheim, une étape d'un périple qui m'a permis de découvrir cette magnifique région alsacienne. J'ai enregistré également quelques séquences vidéos sur les réseaux les plus représentatifs que je diffuserai prochainement. Je profite de cet article pour remercier tous les exposants qui reconnaîtront leurs oeuvres, souvent le fruit d'un travail individuel ou collectif qu'ils ont à coeur de nous faire découvrir. 

835

835

836

836

837

837

838

838

839

839

840

840

841

841

843

843

844

844

845

845

846

846

847

847

848

848

849

849

850

850

853

853

854

854

855

855

856

856

857

857

858

858

859

859

860

860

861

861

862

862

863

863

864

864

865

865

866

866

867

867

868

868

869

869

870

870

871

871

872

872

807

807

809

809

811

811

813

813

815

815

817

817

830

830

Partager cet article

Published by piouls - dans réseaux amis
commenter cet article
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 05:23
175

175

La reine des locos vapeur 232 U1 que j'ai pu admirer en fonctionnement à la cité du train de Mulhouse.

Partager cet article

Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 17:47
106

106

Le premier élément de l'autorail BDR est terminé, après vérification de l'éclairage intérieur et des feux AV, la caisse va pouvoir être reposée sur le châssis. Il est temps de se pencher sur le second élément qui circulera en UM indissociable. Sa motorisation n'est pas indispensable, il sera donc tracté et j'ai prévu une captation du courant sur ses 4 roues.

107

107

L'attelage est réalisé dans un plat de laiton section 3x1 mm percé à chaque extrémité avec un foret de 2 mm. La fixation se fait par vissage après avoir taraudé les deux châssis d'autorail. De chaque côté du timon d'attelage, j'ai percé deux trous de 1,5mm afin de passer les câbles d'alimentation reliant les deux engins:

deux fils pour la captation du courant sur les rails

deux fils pour l'éclairage de la remorque et du feu rouge AR 

109

109

Le dessus du châssis a été limé pour rendre sa surface plane, le logement devant supporter les essieux doit être ouvert de qq mm et agrandi avec un foret de 2 mm afin de ne pas freiner leur rotation.

110

110

La longueur du timon d'attelage doit être calculée en fonction des contraintes d'inscription en courbe des deux engins. Sachant que l'attelage factice sur ces modèles est central, il suffit de laisser un espace d'1 mm entre les deux crochets pour permettre une circulation sans blocage même dans des courbes serrées. Et il est toujours possible de limer légèrement ces deux crochets si il y a la moindre résistance.  

118

118

A un stade plus avancé des travaux, nous voyons que les deux autorails peuvent circuler attelage/crochet quasiment joints dans les courbes sans problème. 

116

116

Une bande de circuit imprimé dont les deux pistes ont été isolées est collée sur le châssis métallique, elle maintiendra dans leur logement respectif les deux essieux (ici des Dynam diamètre des roues 10,5 mm) Avant de les installer, il faut agrandir les gorges avec un foret de 2 mm afin qu'ils tournent sans la moindre résistance. Il ne reste plus qu'à souder des lamelles de contact en chrysocal (Roco) après découpe et mise en forme suivant le même principe appliqué à l'autorail moteur. 

111

111

Le dessous du compartiment voyageur doit être arasé et limé car les lamelles de contact ne permettent pas de le repositionner correctement. 

114

114

j'ai rajouté des longerons en polystyrène collés sur le châssis, afin de faciliter le positionnement du compartiment voyageur. Leur épaisseur est de 5,4 mm. Avant de le coller, il faut raccorder les deux fils d'alimentation pour la captation du courant sur les deux autorails.

113

113

L'équipement éclairage est identique à celui de l'autorail moteur, le feu rouge à l'arrière est une micro led CMS câblée introduite dans la lanterne gauche AR après perçage et fraisage. Elle est raccordée à la rampe d'éclairage en intercalant une résistance de 1 Kohms. L'intérieur de la caisse est peint en noir mat, et recevra une seconde couche beige/Sable le lendemain. 

121

121

Test de fonctionnement des deux autorails accouplés en UM, c'est OK, l'ensemble éclairage plafonniers et feux AV et AR est fonctionnel avec la touche Aux F1 de la centrale. Je n'ai pas prévu d'inversion des feux selon le sens de marche, ce qui aurait nécessité un câblage + compliqué pour relier les deux engins.

127

127

zoom sur le timon d'attelage, les quatre fils ont été solidarisés par une goutte de résine Soliq, un produit excellent pour nos applications, car il permet entre autre de fixer instantanément grâce à l'action d'une lampe UV toute matière sur quasiment n'importe quel matériau. 

124

124

Il ne reste plus qu'à peindre le timon en gris fonçé et positionner les caisses sur les châssis avec quatre points de produit Soliq sur chaque autorail, ce qui permettra d'exécuter des travaux de maintenance si un démontage est nécessaire. 

130

130

j'ai ajouté des cerclages de phares sur les feux AV et AR, et les deux engins ont été patinés et salis avant remontage des caisses.

129

129

Sur cette photo, les deux autorails gravissent sans patinage une rampe de 3%, ce qui confirme que la motorisation du second engin n'était pas nécessaire. Avec un lestage supplémentaire (que je n'ai pas retenu) on peut augmenter encore les performances de cette UM

119

119

terminé, un dernier test sur une section courbe de rayon R5 Roco Line confirme que les deux autorails fonctionnent parfaitement, même à très faible vitesse. La captation du courant sur les 8 roues améliorent encore la qualité de roulement, par contre, il faut veiller à bien régler la pression des lamelles de contact sur les roues, ni trop, ni pas assez!!

 

 

  

 

135

135

Une dernière photo en extérieur, en attendant la construction d'un petit module que je projette afin de présenter les modèles Atlas (ou autres) dans un véritable environnement ferroviaire à l'échelle HO.

A +

Partager cet article

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 12:00
076

076

J'ai abandonné provisoirement les travaux sur l'automotrice Z7100 Atlas, en attendant la livraison des éléments de superdétaillage qui devraient améliorer sensiblement l'engin.

Ayant acquis deux modèles de l'autorail Baudet Donon Roussel Atlas, j'ai entamé les travaux de motorisation et de digitalisation et j'envisage de créer une UM, sachant que le second autorail tracté servira à améliorer la captation du courant, toujours délicate sur ces engins équipés de deux essieux.

 

079

079

Le démontage des éléments maintenus par vissage est aisé. Pour ce modèle, j'avais envisagé de monter un moteur de type lecteur de CD dont les qualités d'inertie et de niveau sonore se prêtent bien au fonctionnement des petits autorails à deux essieux. J'ai dû abandonner l'idée, car le corps du moteur tient tout juste en largeur dans la caisse et surtout empiète sur les roues motrices. 

 

080

080

Le châssis en zamac doit être usiné pour supprimer les longerons en relief. Sur cette photo, les essieux ont pu être positionnés après agrandissement des gorges servant de support, ouverture d'un cadre pour le pignon d'entraînement, et fraisage des logements situés à la hauteur des roues. Un foret de 2 mm permet d'agrandir les gorges au diamètre des essieux. Les roues en plastique Atlas ont un diamètre de 9,5 mm, mais j'ai préféré utiliser des roues de 10,5 mm, qui ont une meilleure accroche sur la voie, sachant qu'un seul essieu moteur non bandagé devra tracter les deux engins. Là encore, ce sont des modèles Dynam de récupération qui équiperont les autorails 

081

081

Après plusieurs essais, j'ai opté pour un micro moteur Mitsumi positionné à plat à l'arrière de l'autorail, afin de réduire au maximum son emprise sur le compartiment voyageur déjà restreint. La transmission se fera d'une façon classique par vis sans fin (modèle Jouef) équipée d'un manchon en polystyrène afin de ramener son diamètre de 2 à 1,5 mm (arbre moteur) Pas ou peu de place pour un volant d'inertie, je fais donc l'impasse mais je prévois une captation sur les 8 roues des deux engins qui circuleront en UM

082

082

Pour assurer une rotation parfaite des essieux, j'ai adjoint un petit morceau de circuit imprimé (collé sur le châssis) dont les deux pistes ont été isolées, ce montage servira en même temps de support pour la captation du courant. 

090

090

Sur cette photo, nous voyons que l'essieu est bien maintenu sur le châssis. Avant de positionner ce dernier, il faut engager un foret de 2 mm dans la cavité en s'assurant qu'il tourne sans le moindre blocage. Ajouter un peu de graisse téflon lors du remontage.

 

083

083

Le moteur est fixé par simple encollage en vérifiant qu'il n'y a pas de point dur lors de sa rotation. 

092

092

les contacts seront découpés dans des lamelles pour voitures Roco (fournitures Miniatures Passion) La photo ci dessus montre la découpe à effectuer.

 

094

094

Celles ci seront coudées pour fixation par soudure sur chaque piste de CI. S'assurer que la pression sur les flancs de roues internes ne soit pas trop forte. Les essieux AV et AR sont traités de la même manière, et deux fils soudés sur chaque piste relient les CI

095

095

Les lamelles de contact ne permettent plus la repose du compartiment voyageur sur le châssis, il faut donc araser toute la structure en plastique située sous les fauteuils. j'ai collé deux longerons en polystyrène de chaque côté du châssis afin de pouvoir repositionner le compartiment voyageur.

099

099

le décodeur (Lenz standard +) trouve sa place entre les deux essieux, le câblage est le suivant:

fil rouge, file de roues de droite dans le sens de la marche AV

fil noir, file de roues de gauche dans le sens de la marche AV

fil orange, pôle positif du moteur

fil gris, pôle négatif du moteur

fil bleu commun positif à tout l'éclairage

fil vert négatif commun à tout l'éclairage (touche aux F1 de la centrale)

fils jaune et blanc inutilisés

Avant de repositionner le compartiment voyageur, il faut prévoir une sortie d'alimentation pour raccorder l'autre autorail:

deux fils pour la captation du courant par les roues

deux fils pour l'éclairage du deuxième autorail et des feux rouges AR

087

087

Bon maintenant, il faut aborder l'opération la plus délicate, à savoir percer les minuscules lanternes avec un foret de 0,5 mm, fraiser l'intérieur avec une fraise sphérique Dremel, introduire des micro leds câblées BTC, les coller, et vérifier en sortie de caisse qu'elles fonctionnent bien, le tout sans décoller les lanternes!! Là, il faut être patient et travailler en douceur.

 

088

088

Si tout se passe bien, on obtient cet éclairage, sinon, il faut recommencer car les points de soudure des micro leds sont d'une fragilité redoutable.

097

097

J'oubliais, l'intérieur de la caisse à peindre en noir mat après dépose des vitrages, lorsque tout est bien sec, j'ajoute un ruban de leds CMS adhésif pour l'éclairage des plafonniers, et les câbles des feux AV sont soudés sur ce ruban en intercalant une résistance de 1 kohms. 

102

102

Le lendemain, il faut peindre à nouveau l'intérieur de la caisse dans une couleur plus claire (beige/crème), ainsi que le compartiment voyageurs.

 

104

104

sans oublier les voyageurs et le conducteur. Sur cette photo, nous voyons un des câbles limande bipolaire destiné à raccorder les lamelles de contact sur le second autorail. 

105

105

Avant de remonter la caisse, dernière vérification pour s'assurer que l'éclairage intérieur et des feux AV fonctionnent bien. Le plus dur est fait, l'engin circule souplement sur la voie, reste à voir comment il va se comporter avec une remorque à tracter!!

A suivre

Partager cet article

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 05:49
057

057

Le troisième modèle produit par les Editions Atlas, une reproduction de l'automotrice Etat 2° série numérotée ZABEyfp mise en service en 1915 sur le réseau banlieue ouest parisien. Un engin original à la tampographie soignée dont la motorisation risque d'être difficile, voire impossible du fait d'une disposition d'essieux de type A1A n'offrant pas de débattement suffisant sous le châssis. Les amateurs vont devoir se creuser la tête!!!

 

053

053

054

054

Partager cet article

Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 06:11
719

719

Le premier modèle de la collection d'automotrices lancé par les Editions Atlas concerne la Z7100. Malgré quelques défauts de gravure que les puristes vont s'empresser de corriger, la reproduction est plutôt réussie, et l'engin constitue une base de travail convenable pour des travaux d'amélioration dont les plus importants porteront sur la motorisation. Comme je l'avais indiqué dans l'article consacré à la Z3800, l'utilisation des kits de motorisation proposés par Atlas n'est pas satisfaisante, car ils ne tiennent pas compte d'entraxes différents sur chaque modèle, et font l'impasse sur les flancs de bogies pour autoriser une inscription en courbe, d'autant plus délicate que cette automotrice est particulièrement longue.  

738

738

Sur cette photo, nous voyons bien les différences d'entraxes d'essieux entre la Z3800 et la Z7100, qui exclut d'emblée un montage standard sur chacun des modèles qui seront produits par Atlas!

Par contre, il faut souligner un effort de gravure des flancs de bogies par rapport aux autorails commercialisés sur la précédente collection.

 

008

008

Le démontage des principaux éléments se fait par simple dévissage. Le châssis sur ce modèle est très dépouillé avec deux logements abritant les bogies. La conception de ces derniers n'autorise aucune rotation sur leur axe, on ne peut pas cette fois-ci envisager de fraiser le châssis sous peine de revoir totalement la disposition du compartiment voyageurs. J'ai donc pris l'option de supprimer les traverses extrêmes des bogies et réduire la longueur des flancs de qq mm. Cette opération doit être appréciée en fonction du rayon minimum de chaque réseau, pour ma part, j'ai fait un premier test sur le rayon R5 de Roco Line soit 54 cm. 

010

010

J'ai adopté le même processus que sur la Z3800 pour la fabrication du bogie moteur, ce qui permet de créer une tranmission sur deux essieux non bandagés (diamètre des roues 10,5 mm) La disposition à plat du moteur Mitsumi évite d'empièter sur le compartiment voyageur. Le faible entraxe des essieux sur cette automotrice impose de repousser au maximum les vis sans fin sur leur axe, attention de ne pas voiler celui ci. Deux profilés en laiton (U plat de 3 mm) serviront de longerons pour supporter les essieux. 

011

011

Le montage sera identique à celui conçu sur la Z 3800. Les lamelles de contact en chrysocal (LSM ou Roco) exercent une légère pression sur les flancs internes des roues tout en assurant une prise de courant efficace, sans freiner la transmission.  

012

012

En guise de volant d'inertie, j'ai utilisé deux roues en l'état (origine Bachmann) dont l'alésage est identique à celui de l'arbre moteur (1,5 mm) ce qui évite la confection de manchon d'ajustage toujours difficile à bien centrer.

013

013

deux cales en polystyrène viennent renforcer la structure du bogie moteur, le tout est solidement collé. 

015

015

un cadre découpé dans une plaque de polystyrène au format du moteur est ajouté pour consolider l'ensemble et sert de support aux flancs de bogie dont les traverses ont été sectionnées au cutter. Le châssis prend appui sur ce cadre, mais il faut préalablement créer des ouvertures avec une scie à chantourner et finition à la lime car le moteur déborde de qq mm. Un écrou de 2,5 mm centré et solidement collé sur le moteur servira d'axe de rotation, une petite bride en polystyrène assurant sa fixation.  

017

017

Sur cette photo, nous voyons que le bogie moteur empiète très peu sur le compartiment voyageurs, sa rotation est suffisante pour absorber des courbes de rayon R5, et il serait même possible d'engager l'automotrice sur des rayons plus petits en rognant légèrement les extrémités des flancs de bogies. 

018

018

Pour le bogie porteur, il est possible de conserver les éléments Atlas, mais il faut préalablement décoller les flancs pour pouvoir repercer au diamètre des essieux (2 mm) Attention de ne pas faire fondre le plastique! Une micro visseuse équipée d'un mandrin est pratique pour ce type d'intervention. 

019

019

j'ai utilisé des lamelles de contact LSM dont deux branches sont supprimées et raccourcies. Elles sont traversées par une petite tige en laiton de 1 mm qui est soudée et collée sur le corps du bogie, la liaison électrique se fait à l'intérieur par soudure. Sectionnez ensuite cette tige en deux éléments isolés. 

020

020

A ce stade, il est possible de faire un premier test de roulement pour vérifier que l'inscription en courbe se fait sans problème. C'est OK

 

021

021

Il est possible de rajouter une traverse en fil de laiton de 8 dixième qui traverse de part en part les extrémités de flancs de bogie, cela consolide l'ensemble, mais ce n'est pas indispensable et ce n'est pas visible lorsque la caisse est reposée sur le châssis. 

022

022

Avant de coller un ruban cuivré adhésif pour relier électriquement les deux bogies, j'ai dû repeindre le châssis pour assurer une bonne isolation électrique des deux pistes (spray Tamiya gris primaire) Lorsque tout est bien sec, il ne reste plus qu'à souder les prises de contact de chaque bogie. Vérifier avec un multimètre qu'il n'y a pas de contact avec la masse

 

023

023

Le câblage avec le décodeur sera concentré dans le compartiment bagages qui a été sectionné à la hauteur de la bride de fixation du moteur.  

Une fois découpé en deux éléments, le compartiment voyageurs a reçu un voile de spray tamiya gris moyen. Prélablement, des ouvertures ont été faites pour le passage des fils et le câblage des leds canon bicolores qui remplaceront les feux AV et AR de l'automotrice.

025

025

Les vitrages ont été déposés pour peindre tout l'intérieur de la caisse en noir mat (toujours le problème de transparence du plastique lorsque l'éclairage intérieur est branché)

026

026

idem pour le corps des leds canon avant leur raccordement électrique

028

028

Une ouverture doit être faite sous chacune des cabines de conduite pour pouvoir installer les leds canon

029

029

Le câblage des leds est réalisé avant l'installation/collage sur la caisse, afin de faciliter leur soudure. Pour ce faire, les têtons des leds canon sont enfichés dans une planchette en bois percée de deux trous de 2 mm de diamètre et espacés de 20 mm, les pattes sont coudées et soudées en repérant les anodes et cathodes, avec ajout d'une résistance de 5 Kohms sur chaque cathode, l'ensemble raccordé à un micro fil limande de 3 conducteurs.  

030

030

Les pattes de fixation de la caisse sur le châssis ont été arasées pour pouvoir installer la rampe d'éclairage de leds CMS adhésive. De chaque côté, j'ai ajouté deux pistes cuivrées qui serviront de conducteur aux feux AV de l'automotrice, à savoir les deux cathodes donnant soit le feux blanc, soit le feux rouge, l'anode sera connectée directement sur le + de la rampe d'éclairage au plafond. Il faut maintenant passer une seconde couche de peinture beige/sable sur tout l'intérieur de la caisse, les fauteuils ont été peints en brun (simili cuir) pour les seconde classe et bleu pour les premières (sans garantie des couleurs d'origine!!)

La suite des travaux portera sur la digitalisation, l'installation des feux et des enjoliveurs, la pose de personnages et du conducteur, le remplacement des tampons, des pantographes, des câblots, la repose des vitrages après patine de l'ensemble.

De quoi m'occuper encore qq après-midi!  

Partager cet article

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 06:40
005

005

Le petit autorail Somua ZZ50 Atlas est passé en atelier pour une motorisation et digitalisation avant de retrouver son propriétaire. Une fois de plus, saluons l'initiative du fabricant Atlas qui nous a proposé une collection arrivant à son terme constituée de modèles souvent inédits, à la grande satisfaction de nombreux amateurs passionnés.  

Partager cet article

Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 06:23
017

017

La motorisation de l'automotrice Z7100 Atlas est bien avancée. J'ai adopté le même processus que pour la Z3800, ce qui entraîne des travaux importants de découpe du châssis métallique et la pose d'une traverse pour la rotation du bogie moteur. La grande longueur de cette automotrice ne facilite pas son inscription en courbe serrée, ce qui m'a contraint à réduire d'un mm environ les flancs extrêmes de bogie, cette modification restant invisible lorsque la caisse est reposée. Je présenterai un article complet sur l'amélioration de cette automotrice dans les prochains jours.  

Partager cet article

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche