Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 06:15
281

281

L'autorail Verney Le Blanc Argent immatriculé X224 a été reproduit par les Editions Atlas il y a quelques années. Il a été conçu en 1950 et circulait sur une voie métrique. Il m'a été confié par l'ami Gérard qui souhaite le faire circuler sur un petit module qui sera équipé de voies à l'échelle HOm. C'est pour moi l'occasion de découvrir cette échelle et d'adapter une motorisation à un écartement que je n'ai jamais pratiqué à ce jour, soit 12 mm. 

282

282

Le démontage est classique chez Atlas, l'assemblage caisse, châssis, aménagement intérieur, bogies étant réalisé par vissage. 

823

823

Cet autorail comporte deux bogies dont les entraxes sont différents. La motorisation se fera sur celui dont les dimensions sont les + grandes (28 mm). J'ai trouvé à Rail Expo un artisan qui vendait des essieux isolés pré équipés de pignons à l'échelle HOm (Bemo je crois) Les modules (0,4) sont conformes à ceux des vis sans fin équipant les micro moteurs mitsumi, ce qui devrait faciliter la réalisation du bogie moteur. Le diamètre des roues est certainement surdimensionné, mais une fois l'autorail reposé sur la voie, c'est très peu visible, masqué par les flasques de bogies. En matière de motorisation, le coefficient d'adhérence est proportionnel au diamètre des roues, ce qui tend à écarter si possible les roues de faible diamètre, sauf à installer des bandages d'adhérence . J'en ai fait l'expérience au cours de mes nombreux travaux sur les modèles Atlas.  

285

285

Il n'est pas possible de conserver la structure plastique du bogie Atlas. J'ai réalisé deux longerons en profilés de 3x1,5 mm (l'Octant) qui ont été percés (1,6 mm) avec un entraxe de 28 mm. Une plaque de circuit imprimé a été découpée sur une longueur de 45 mm en évidant l'emplacement des pignons.   

288

288

Sur un gabarit percé à l'emplacement des pignons, j'ai soudé les deux longerons sur le circuit imprimé. Bien veiller à ce que les essieux tournent librement après cette opération et soient parfaitement centrés. l'ajout de flux liquide facilite la soudure qui doit être réalisée avec un fer à souder puissant. Une chance, les pignons sont également en laiton et ne risquent pas de souffrir de la chaleur transmise au bâti. 

289

289

la deuxième intervention délicate consiste à fraiser le bâti à l'emplacement du moteur pour obtenir une transmission directe avec les vis sans fin. Toutefois, le faible entraxe des essieux moteur et l'écartement métrique ne permettent pas d'installer le moteur, celui ci devra être adapté sur son support. 

291

291

là encore, prise de risques, il faut fraiser les angles du carter moteur (sans l'endommager) pour permettre aux roues de ne pas frotter. J'ai testé d'abord sur un moteur au rebus pour vérifier si l'opération était faisable, à main levée avec une fraise Dremel installée sur un flexible. C'est possible....mais l'outil souffre terriblement durant cette intervention, prévoir un jeu de 2 fraises Dremel neuves, c'est plus prudent!!!  

293

293

Le moteur est collé sur son support. J'ai ajouté deux petits volants d'inertie issus de roues Bachmann dont l'alésage 1,5 mm est identique à celui de l'axe moteur

294

294

La pose de lamelles de contact (chrysocal) doit être précise. Préalablement, j'ai collé une petite plaque de plexiglas isolant (0,10 mm d'épaisseur) sur les longerons avant d'installer les lamelles qui sont en contact avec les flancs internes des roues. 

295

295

Les lamelles de contact sont traversées par une petite tige en laiton de 5 dixième qui est enfichée sur la tranche isolante du circuit imprimé (attention, ne pas percer les longerons en laiton, sinon court circuit assuré). La connexion électrique est faite sur cette tige. Elle sert également de support pour fixer les flancs de bogie Atlas après perçage. Leur maintien sera consolidé après coup par des petites cales visibles sur cette photo. 

297

297

Enfin, pour rigidifier l'ensemble, des profilés de PVC ont été collés entre la base du moteur et les flancs de bogie, ce qui rend l'ensemble compact et solide. Une vis à tête plate collée au centre du carter servira d'axe d'articulation du bogie. Le fonctionnement est silencieux, et souple même sous faible voltage  

298

298

le châssis métallique doit être ouvert pour pouvoir loger le moteur. idem pour le compartiment voyageurs. L'opération est réalisée avec une scie alternative Proxxon équipée d'une lame à dents très fines. 

300

300

une bride en forme de pont a été confectionnée dans un plat de laiton de 5 dixième d'épaisseur et de 10 mm de hauteur. Largement ouvert sur le châssis, il permet une rotation satisfaisante du bogie moteur. 

301

301

Avant de coller le compartiment voyageurs sur le châssis, il convient de faire circuler entre ces deux éléments deux fils qui relieront le bogie porteur au bogie moteur, le captage du courant étant prévu sur toutes les roues de l'autorail. 

315

315

Le bogie porteur a un entraxe de 18 mm, je n'ai pas retenu le support en plastique Atlas qui offre une qualité de roulement médiocre, j'ai confectionné un bâti identique à celui du moteur, en utilisant les mêmes essieux Bemo pré équipés de pignons, mais cette fois ci sans motorisation. 

348

348

L'installation de lamelles de contact et la pose des flancs sur le bogie porteur a été fait à l'identique du bogie moteur.   

308

308

Le châssis Atlas doit également être ouvert pour permettre un débattement convenable du bogie porteur, de même le dessous du compartiment voyageur a été fraisé pour loger les roues. Attention, il faut conserver le support en plastique qui sert d'axe de rotation du bogie porteur. 

317

317

La bride supportant le moteur est collée sur le châssis. Pour garantir sa tenue dans le temps, j'ai inséré deux micro vis de part et d'autre. l'ensemble châssis/compartiment a été peint avec un spray gris moyen. 

303

303

Le collage des deux éléments est réalisé après vérification de la rotation convenable des bogies. J'utilise de la colle UHU méga strong and safe qui laisse un peu de temps pour positionner correctement l'ensemble. 

321

321

Maintenant, il est temps de passer aux travaux sur la caisse. Les affreux cabochons Atlas figurant les feux sont déposés, le logement est soigneusement repercé avec un foret de 2 mm, Des micro leds CMS pré câblées B/TC ont été collées, avec ajout d'enjoliveurs de phares. Les fils émaillés sont ensuite dirigés à l'intérieur sous le plafond de l'autorail où ils seront soudés sur une platine d'éclairage qu'il faut confectionner. 

322

322

A ce stade, il faut peindre l'intérieur (plafond et flancs de caisse) en noir mat pour éviter la dispersion d'éclairage. 

325

325

Lorsque tout est bien sec, je peux installer le plafonnier (bande de polystyrène blanc) sur lequel j'ai collé un ruban de leds CMS et deux pistes en cuivre autocollantes qui alimenteront chacune les cathodes des feux réversibles (blanc et rouge) selon le sens de marche. Pour atténuer l'intensité de l'éclairage, j'ai intercalé des résistances de 10 Kohms sur les feux et de 1 Kohms sur la rampe d'éclairage intérieur. 

337

337

On obtient un éclairage des feux assez doux avec une résistance de 10 Kohms.

342

342

Le décodeur est un Lenz silver direct. j'ai installé une prise NEM 8 plots sur une plaque de CI, ce qui facilite les soudures la totalité des fils sont concentrés sous cette plaque, calée et collée sur deux cloisons du compartiment dont la hauteur a été réduite. 

rouge et noir prise de courant sur les rails

orange et gris moteur

bleu commun positif à tout l'éclairage

vert éclairage intérieur du compartiment voyageur

blanc feux AV blancs et AR rouges

jaune feux AV rouges et AR blancs

326

326

Les sièges ont été peints en brun avant la pose de voyageurs (je ne garantis pas la couleur d'origine!!)

343

343

Les voyageurs sont installés, il ne reste plus qu'à tester le fonctionnement de l'autorail.

344

344

C'est OK pour l'éclairage. Sur ligne droite, l'engin se comporte très bien, avec d'excellents ralentis, il restera à voir si l'inscription en courbe ne dégrade pas les qualités de roulement.

349

349

Les dessous de bogies ont été peints couleur gris métallisé en veillant à ne pas couvrir l'emplacement des prises de courant sur les flancs internes des roues

407

407

Après qq tests, j'ai ajouté un lest collé sur la bride afin d'offrir une meilleure adhérence au bogie moteur, ce qui a permis l'installation d'un conducteur, 

405

405

nouveau test sur un coupon de voie HOm Peco en courbe, le comportement de l'autorail est OK, de même qu'en rampe de l'ordre de 2% 

408

408

Terminé, une petite semaine consacré à ce modèle, çà n'a pas été simple, mais j'en suis venu à bout. Je dirais en conclusion que l'échelle HOm pose d'avantage de problèmes en matière de motorisation que l'échelle HO, c'est une évidence, plus on descend dans les petites échelles et plus le bricolage devient hasardeux. 

Bon courage à tous ceux qui se lanceront dans l'aventure. 

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 17:47
250

250

le parc vapeur sur le diorama est constitué essentiellement de loco vapeur tender. Le choix a été imposé par leur moindre taille et leur aptitude à circuler dans les deux sens de marche, ce qui les destine essentiellement aux manoeuvres. 

La 130 TC 10 reproduite par Roco est une excellente machine, cependant, je l'ai récupérée hors d'état de marche. Elle est donc passée dans les ateliers biscatrain pour un examen complet et comme ses congénères, j'ai prévu de la digitaliser. 

224

224

Son démontage est aisé, une vis maintient la caisse sous le châssis au niveau de la traverse supportant les cylindres, l'autre vis est cachée dans la soute à charbon. Il faut d'abord l'extraire pour y accéder. 

227

227

Peu de place pour loger un décodeur, le lest couvrant l'intégralité de la machine très compacte. Le choix de l'emplacement se fera donc au dessus de la platine dans la cabine. J'ai retenu un modèle ESU lokpilot micro qui reste adapté à la conso maxi du moteur Roco.

 

232

232

Sur ce modèle, Roco a pris une option d'alimentation du moteur qui complique sérieusement la pose d'un décodeur. En effet, l'un des plots du moteur est bien connecté à une file de roues, mais l'autre fait masse avec le châssis métallique, ce que je n'avais pas repéré de prime abord. Il faut donc impérativement isoler le porte charbon correspondant en ajoutant une rondelle fine de plastique identique à celle installée sur l'autre plot. Les composants existants sur la platine ont été déposés, et plusieurs pistes isolées ont été confectionnées à l'aide d'un disque à tronçonner dremel. 

231

231

le support regroupant les lamelles de contact sur chaque file de roues a été consolidé avec un point de soudure, celles ci très souples ayant tendance à se déplacer au contact des roues. J'ai soudé deux fils rouge et noir qui alimenteront le décodeur. Attention il faut supprimer au dos de ce support une lamelle qui fait contact avec la masse métallique de la loco. Il est judicieux de contrôler avec un ohmètre que chaque file de roues soit bien isolée une fois le support reposé. A noter que le bissel AV est doté d'origine de lamelles sur chaque roue qui confère à la loco une prise de courant très efficace.    

234

234

En régime digital, il est préférable de remplacer l'ampoule par une led bicolore BTC dont chaque cathode a été équipée d'une résistance (valeur de 600 à 1000 ohms)

237

237

idem à l'arrière, une cavité permettant de loger une led bicolore avec ses résistances. 

235

235

Une partie du lest a été découpé pour être collé dans la cheminée, ce qui facilitera ultérieurement la repose de la caisse sur le châssis

238

238

Les fils sont regroupés sur la platine avec le décodeur. Il faut vérifier qu'ils ne font pas obstacle pour la repose de la caisse sur le châssis. Avant leur branchement, un dernier test confirme que les deux plots alimentant le moteur sont bien isolés, faute de quoi votre décodeur court à la destruction, ce qui m'est d'ailleurs arrivé, il a cramé!! Son remplacement a été fait en prenant toutes les précautions d'usage.

239

239

Test d'éclairage, la lumière propagée par le conduit lumineux d'origine est correct. J'ai masqué avec un morceau de papier canson noir la led pour supprimer toute diffusion sous le châssis. Le fonctionnement de la loco est souple et silencieux. bonne pour le service!!

242

242

Sur ce modèle, un tampon était manquant. J'avais dans mes tiroirs des modèles équivalents , fonctionnels de surcroît, mais dont la fixation était différente sur la traverse de choc.

244

244

Il faut donc éliminer les têtons qui supportaient les tampons Roco, à l'aide d'un disque à tronçonner qu'il convient de manier prudemment pour ne pas mordre sur la traverse de choc. Après perçage (2 mm) les nouveaux tampons métalliques peuvent être emboîtés et collés. 

245

245

C'est fait, je peux reposer l'attelage à choquelles et les conduites de freins qui seront maintenues avec une pointe de cyanolit. D'ailleurs, il est utile de faire de même pour toutes les pièces de détaillage livrées avec cette loco, difficilement remplaçables lorsqu'elles s'égarent. 

248

248

La hotte peut être reposée, elle sera complétée de véritable charbon concassé. Un mécanicien a été installé dans la cabine. Les tests d'éclairage AV et AR sont OK, il ne reste plus qu'à effectuer une patine qui sera faite avec l'ensemble du parc moteur. 

257

257

Elle peut rejoindre ses congénères qui stationnent sur les voies du dépôt, en attendant de prendre leur service.

A + 

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 18:39

Sur un réseau, il est possible d'organiser des mouvements de trains gérés automatiquement à partir d'une centrale digitale classique.

Notamment, la création de navettes assurant un aller retour d'un point à un autre sur une voie banalisée est facile à mettre en oeuvre et nécessite un minimum de composants. Ainsi, sur le diorama que je viens de terminer, j'ai souhaité tester le système ABC (Automatic Brake Control) développé par LENZ à partir de petits modules appelés BM1 et fonctionnant avec des décodeurs de la série silver+ et gold du fabricant. 

118

118

Dans un premier temps, les tests ont été réalisés sur la voie unique en tranchée qui dessert la petite gare de passage de Saint Jean

221

221

Le schéma ci dessus reproduit les deux zones d'arrêt en limite Est/Ouest du diorama. Chaque file de rail est tronçonnée à environ 50 cm de leur extrémité et raccordée électriquement aux deux bornes du module BM1 (bien respecter la polarité 1 et 2 du bornier)

209

209

l'autorail Picasso (LSmodels) a été équipé d'un décodeur Lenz silver + sur lequel il faut reprogrammer certaines CV pour obtenir le fonctionnement souhaité, à savoir un arrêt progressif sur les zones extrêmes de la voie, un temps d'arrêt programmable, et un redémarrage à contresens avec l'inertie fixée dans la CV 3

modifier comme suit: (multimaus Roco)

CV51

bit 0 d'origine à 0 à activer (arrêt sur une distance constante)

bit 1 d'origine à 0 à activer (prise en charge du système ABC)

bit 4 d'origine à 0 à activer (exploitation navette avec arrêt intermédiaire)

l'activation des bits dans la multimaus Roco se fait dans le menu "programmer" section modification CV BIT en pressant la touche (loco/aiguillage) après s'être positionné sur le N° de bit concerné à l'aide des touches de direction. Une étoile apparaît en bas de l'écran validant l'activation (touche OK)

CV52

une valeur de 2 à 4 (contre 50 valeur d'usine) permet de régler la distance d'arrêt constante quelle que soit la vitesse sélectionnée sur le régulateur. Toutefois, en fonction du type de loco équipée et de sa motorisation, il peut y avoir des écarts de qq cms dans les distances d'arrêt

 

206

206

La photo ci dessus montre un lot de 10 modules BM1 (en l'occurrence il s'agit là de modèles équivalents) acquis sur le net à 2,50 € l'unité. Il est très facile de fabriquer soi même ce type de module à partir d'un jeu de 5 diodes.

213

213

les tests sont concluants, le Picasso peut ainsi fonctionner sans la moindre surveillance aussi longtemps que le régulateur de la multimaus n'est pas actionné. Il est judicieux d'adopter une vitesse réduite afin de ne pas brusquer les arrêts, d'autant que la zone de 50 cm retenue est relativement courte. La possibilité de programmer un temps d'arrêt maximum de 256 secondes permet de réaliser des navettes réalistes. A noter que toutes les autres locos digitalisées non programmées ABC ne sont pas affectées par ce processus. Elles évolueront sur les zones d'arrêt dans les deux sens sans problème. 

196

196

Nous avons vu que le diorama était installé dans la partie isolée du garage, séparé par une cloison légère équipée d'un vitrage qui empiétait sur le gabarit du réseau. J'ai donc réduit la surface du vitrage afin de permettre une ouverture et créer ainsi une possibilité de coulisse côté atelier, la longueur disponible étant d'environ 220 cm.

194

194

C'est fait pour la sortie Est de la voie en tranchée. j'ai prévu le même dispositif pour la voie supérieure qui dessert le dépôt vapeur, ce qui permettra de présenter des circulations de type navette aller-retour, voire de stocker des convois sur les coulisses sans surveillance particulière, le système ABC s'avérant fiable à l'usage. Bien entendu, je n'ai pas exploré toutes les possibilités d'une coulisse de cette nature, notamment le raccordement des voies des deux niveaux qui augmenterait la capacité de manoeuvres. J'y réfléchi.

A suivre 

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 05:00
935

935

Lima a reproduit il y a qq dizaines d'années cette loco vapeur-tender carénée de conception 232 dont la caisse aérodynamique et les roues motrices de 2,30 m de diamètre permettaient d'atteindre 175 Km/h dans les deux sens de marche dès 1935, année de sa conception par la firme allemande Henschel. Cette rame Wegmann était composée de 4 voitures dont la livrée identique à la loco était très seyante pour l'époque. 

S'agissant d'une production ancienne présentée par une relation amie, la rame complète est passée dans les ateliers biscatrain pour la digitaliser, revoir la motorisation, la transmission, l'éclairage loco et voitures. 

914

914

le démontage caisse/châssis est aisé, il suffit d'extraire les 4 tampons. Sur ce modèle, la transmission est assurée par courroie et poulies entre l'arbre moteur et l'arbre secondaire équipé de deux vis sans fin. De ce fait, seuls les essieux extrêmes sont moteurs, ce qui est largement suffisant vu le poids de l'engin et le diamètre des roues. La captation du courant est excellente, les deux bissels participant également à l'alimentation électrique. 

939

939

zoom sur l'arbre secondaire situé sous le lest central de la loco. Après quelques tests de roulement, je constate une marche au ralenti qui manque de souplesse, la courroie entraînant l'arbre secondaire par à coups. L'installation du décodeur ne résoud pas le problème, et aurait plutôt tendance à l'accentuer. J'ai donc prévu d'assurer la transmission par un jeu de pignons et ajouter un volant d'inertie au dos du moteur. 

940

940

La poulie a été remplacée par un pignon (Jouef) en laiton repercé au diamètre de l'arbre (2 mm)

945

945

Le moteur sera conservé, un deuxième pignon Jouef (récup) a été installé. Son diamètre inférieur a été retenu en tenant compte du positionnement du moteur sur le châssis, celui ci étant maintenu par deux brides visibles sur cette photo. L'une d'entre elles sera éliminée par fraisage pour permettre de loger le volant d'inertie.  

946

946

C'est fait, le moteur est en place, maintenu par une bride à l'avant, et bloqué sur le châssis par qq points de colle cyanolit 21

les tests de roulement confirment une marche au ralenti excellente désormais. Il ne reste plus qu'à digitaliser la loco et modifier le système d'éclairage d'origine par ampoules. 

938

938

Le décodeur trouve aisément sa place, il a été débarrassé de sa prise NEM à 8 plots. Après avoir repéré la file de roues qui fait masse avec tout le châssis, le fil rouge est connecté à l'une des lamelles de contact qui alimente l'un des bissels AV, le fil noir à la masse, les fils orange et gris au moteur en repérant le sens de marche.

Les ampoules grain de blé ont été remplacées par des leds canon bicolores collées sur le châssis, le fil bleu branché sur l'anode centrale et les fils blancs et jaune sur chaque cathode avec ajout d'une résistance de 1000 ohms

948

948

terminé pour la loco, la caisse peut être reposée, désormais, les ralentis sont excellents avec une marche très souple tout en conservant une vitesse de pointe élevée conforme à ses performances réelles. A noter que le constructeur a conçu un système astucieux d'ouverture des jupes de la loco permettant une inscription des bissels AV et AR même dans des courbes serrées. Par contre, les trois essieux moteurs suspendus provoquent parfois un certain flottement de la machine, Roco a fait mieux depuis avec sa 2D2, mais tout évolue!!!

944

944

Sur cette photo, nous voyons le système d'articulation des bas de caisse qui s'ouvrent lors de l'inscription en courbe, plutôt bien pensé par le constructeur!! 

991

991

J'ai repeint couleur argent les enjoliveurs de phares après avoir dégagé le conduit diffusant à l'intérieur. 

003

003

l'éclairage obtenu est satisfaisant, avec une réversabilité en fonction du sens de marche

915

915

les voitures sont équipées d'origine d'un système d'éclairage à base de deux ampoules montées sur plexiglas diffusant qui n'est pas très efficace. La prise de courant sur chaque bogie sera améliorée pour limiter le frottement sur les essieux.

916

916

Après avoir supprimé l'existant, j'ai inséré dans l'axe du bogie une tige de laiton de 1 mm de diamètre qui me servira de support pour souder les lamelles de contact

920

920

Les lamelles sont découpées au ciseau dans une plaque de chrysocal de 1/10 ème de mm, mises en forme, puis soudées. A noter que ces voitures sont également équipées de bas de caisse escamotables pour l'inscription en courbe serrées. Un test de roulement confirme que le roulement est désormais excellent avec une prise de courant plus efficace. 

921

921

même traitement sur l'autre bogie, j'en ai profité pour réviser le système d'attelage à élongation variable qui avait tendance à se bloquer.

922

922

Une réglette en styrène remplace le conduit lumineux d'origine, elle est équipée d'une rampe adhésive de leds CMS BTC qui éclaire la voiture sur toute sa longueur. Une résistance de 1000 ohms a été ajoutée pour réduire l'intensité de l'éclairage. La rame devant circuler en régime digital (AC), l'éclairage sera assuré dans les deux sens de marche.

924

924

L'éclairage est doux et uniforme, plus de risque de griller les ampoules! Je n'ai pas prévu une commande de l'éclairage de la rame par la centrale digitale, mais il serait possible d'utiliser le fil vert et bleu du décodeur (AUX 1) pour obtenir cette fonction en ajoutant une ligne électrique sur toute la rame via des micro prises. Dans ce cas, la confection de lamelles de contact sur chaque voiture ne se justifierait plus. 

981

981

Il ne reste plus qu'à installer un nouvel éclairage par rampe de leds sur toutes les voitures, ce qui mettra en valeur les passagers déjà présents dans la rame. 

001

001

les voitures sont équipées d'origine d'attelages à élongation variable, avec un souflet sur l'une de leur extrémité qui remplit assez bien son office, à savoir masquer partiellement l'espace d'intercirculation.

926

926

L'une des extrémités arrondie de la voiture côté attelage loco. On ne peut qu'être admiratif de la ligne épurée de cette rame et de sa superbe livrée violet, beige et argent, portes coulissantes, marchepieds escamotables, air conditionné, cuisine, restaurant, salle panoramique, attelages automatiques, une performance pour l'époque!!!

le train préféré d'Hitler?? pas sûr, sinon il l'aurait fait équiper de canons....mais là je sors du sujet.

A +

 

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 05:44
080

080

produite il y a quelques années par Fleischmann, cette loco vapeur tender n'est pas pré équipée pour l'installation d'un décodeur, de plus la présence d'un moteur annulaire avec un plot relié à la masse complique un peu l'opération. Voyons comment procéder. 

085

085

Comme toutes les machines de la marque, son démontage est aisé, la chaudière étant fixée au châssis par deux vis. Une troisième vis permet de dégager le lest. La toiture cabine est simplement clipsée sur la caisse.

La première opération consiste à isoler les deux circuits imprimés qui supportent les balais en sectionnant les pistes avec une mini fraise de type Dremel. Ces circuits seront raccordés aux fils orange et gris du décodeur. 

086

086

Le carter supportant les lamelles de contact du train de roues de droite dans le sens de la marche est connecté d'origine à deux fils noirs qui ont la même fonction (alimentation des ampoules AV et AR de la loco) Je les ai supprimés et ressoudé un fil rouge qui sera relié au décodeur. Le fil noir sera raccordé à la masse qui alimente la file de roues de gauche de la loco dans le sens de la marche AV (vis de fixation du lest)

088

088

Les douilles supportant les ampoules ont été supprimées. Pour les feux AV, j'ai confectionné un petit support découpé dans une plaque de circuit imprimé sur lequel j'ai soudé une led bicolore BTC comportant 3 pistes isolées. 

089

089

J'ai tenté de positionner un décodeur (ESU micro) au dos de la cloison séparant la cabine de conduite de la hotte, solution abandonnée par manque de place pour souder les fils sur les plots du décodeur lorsque la toiture est reclipsée. Cette cloison sera supprimée.

090

090

En définitive, le décodeur sera inséré entre la chaudière et la boîte à eau où il ne sera pas visible.

L'éclairage des fanaux AR sera assuré par deux leds canon BTC montées en parallèle comme sur la photo

094

094

J'ai inséré une résistance de 10 Kohms pour limiter la luminosité. Le conduit lumineux d'origine a donc été supprimé. 

096

096

L'éclairage est plus efficace, il ne reste plus qu'à recoller les lanternes sur les leds qui débordent très légèrement de la hotte. 

114

114

J'ai profité de cette intervention pour patiner la loco, afin de lui donner un aspect un peu plus réaliste. Il faut veiller à bien nettoyer ensuite les bandes de roulement de chaque roue, pour assurer une captation de courant efficace, les ralentis sont superbes, du très bon matériel qui n'a rien à envier aux productions plus récentes, fleischmann, c'est du solide!!!!

118

118

quelques touches suppémentaires de blanc pour reproduire les coulées de tartre sur les boites à eau, le sifflet, et un petit coup de spray vernis mat incolore pour fixer la patine, pose d'un mécanicien en cabine, c'est fini, la loco est apte au service sur le dépôt vapeur!

128

128

J'avais encore quelques réticences sur ce type de locos équipés de moteurs annulaires, mais je dois reconnaître que leur fonctionnement est remarquable, leur digitalisation est à la portée de nombreux modélistes. Fleischmann nous a gâté avec une série de petites vapeur françaises qui méritent de circuler sur nos réseaux.  

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 05:02
079

079

Les travaux du jour portent sur la digitalisation de la 232 TC 415, une loco vapeur produite il y a qq années par Fleischmann, non encore équipée de prise NEM, ce qui complique un peu la pose d'un décodeur. 

063

063

Le démontage caisse/châssis est un jeu d'enfant, une seule vis maintenant les deux éléments. Cette loco est équipée d'un solide moteur annulaire avec un fonctionnement excellent, même à vitesse réduite. 

065

065

Sur cette photo zoomée, nous voyons que les porte charbons sont montés sur un circuit imprimé dont il faut impérativement isoler les deux pôles, l'un d'entre eux faisant masse avec une file de roues. L'opération est faite avec une petite fraise montée sur une perceuse Dremel pour séparer les circuits. Les sections à découper sont repérées avec une pointe de feutre. Attention en partie basse près de la roue de gauche, une jonction comportant une diode doit également être isolée. Après cette intervention, les deux pôles du moteur peuvent être raccordés aux fils orange et gris du décodeur 

066

066

Le constructeur a prévu un emplacement derrière le bloc moteur pour la pose d'un décodeur ( ici un SAI Uhlenbrock) avec un cheminement relativement aisé des câbles pour le raccordement au moteur et aux roues captrices de courant

103

103

Le fil rouge du décodeur est à souder à un plot isolé existant sur le châssis reliant la file de roues de droite dans le sens de la marche AV. Le fil noir est à relier à la masse métallique de la loco (file de roues de gauche) A ce stade, un premier essai permet de vérifier que la loco fonctionne en régime digital

068

068

Le système d'éclairage adopté par Fleischmann est basé sur des conduits lumineux alimentant les feux AV et AR par un jeu d'ampoules. Elles seront remplacées par des leds bicolores BTC, avec des résistances de 1 Kohms sur chaque cathode.  

071

071

Les leds sont collées à l'emplacement des ampoules, et un petit capuchon en styrène noir a été ajouté pour éviter un éclairage en cabine par diffusion. 

073

073

Le branchement au décodeur est classique, via les fils bleu, blanc et jaune du décodeur, toutefois, j'ai alimenté la cathode du feu rouge AR avec le fil vert , pour permettre sa programmation distincte avec la touche F1 de la centrale, ce qui permet de l'éteindre lorsque la loco est attelée.  

072

072

Test d'éclairage, c'est OK

078

078

L'éclairage des lanternes par le conduit lumineux reste assez doux, certes, il aurait été préférable de loger des leds CMS dans chaque lanterne, mais avec le risque de les endommager et au prix d'un câblage compliqué!!

106

106

Les boisseaux de tampons ont été repeints en noir mat, il ne reste plus qu'à effectuer une patine sur toute la machine, opération qui sera réalisée lorsque tout le parc vapeur aura été digitalisé. 

A +

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 17:20

Pour changer un peu d'activité, je me suis intéressé à un modèle produit par Rivarrossi, la CC7112, une loco particulièrement réussie dont la reproduction et le fonctionnement était au top de ce que l'on pouvait trouver à l'époque dans cette gamme de prix.

Bien sûr, cette loco est détronée aujourd'hui par les productions REE, mais elle reste toujours un modèle apprécié des amateurs. L'objectif est de la digitaliser, remplacer les pantographes de type G, installer des feux leds réversibles, ainsi qu'un éclairage cabine.

868

868

La dépose de la caisse est aisé en écartant légèrement les jupes au niveau des bogies, la mécanique est classique avec un moteur puissant igarashi équipé de deux gros volants d'inertie, transmission très souple par cardans, prise de courant sur 4 essieux satisfaisante. 

869

869

Les pantos d'origine Sommerfeldt seront remplacés par des modèles de type G plus fins et superbement reproduits de la marque Bouttuen.

 

870

870

Ils s'adaptent parfaitement sur les isolateurs, il faut juste ajouter une fixation sous la toiture avec des vis de diamètre 2 mm de bonne longueur

 

872

872

premier travail, ôter le circuit imprimé en dessoudant tous les fils, celui ci n'étant pas équipé de prises NEM pour décodeur, et pour cause!!!

873

873

La captation du courant se fait sur 2 essieux de chaque bogie dont les lamelles sont en contact avec les boudins de roues. J'ai ajouté un point de soudure sur les raccords verticaux pour sécuriser le contact.

874

874

La transmission est assurée par un cardan souple et un train de pignons entrainés par vis sans fin. Un peu de graisse au silicone a été ajouté sur l'ensemble. 

875

875

l'éclairage a base d'ampoules sera remplacé par des leds canon selon la même disposition, en conservant les conduits lumineux. L'idée d'installer des leds dans chaque feux n'a pas été retenu, de crainte de détériorer les optiques très réussis sur cette loco

876

876

Avec des résistances de 1 Kohms montés sur les cathodes, l'éclairage est suffisamment puissant en régime digital. 

877

877

Le décodeur (SAI) est fixé avec un point de colle sur le bâti métallique, il est protégé par une enveloppe isolante en plastique. j'ai ajouté un petit circuit imprimé au dessus du moteur pour le raccordement de tous les fils

879

879

La cabine a été équipée d'un conducteur avec son porte document

880

880

L'éclairage cabine est réalisé avec une led canon BTC dont le têton a été arasé. J'ai ajouté une résistance de 10 Kohms pour limiter sa puissance. Elle sera programmable avec la touche F1 de la centrale 

881

881

Test d'éclairage des feux AV et de la cabine. 

889

889

Son fonctionnement est parfait, elle aura sa place sur le module en cours de construction, limité à la circulation sur la voie unique en façade. 

887

887

Une dernière vue qui met en évidence les qualités de reproduction de cette machine conçue il y a une vingtaine d'années. Il ne reste plus qu'à réaliser une légère patine, opération qui sera engagée ultérieurement, avec tout le parc de matériel roulant.

A +

 

 

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 05:32
535

535

J'ai découvert l'année dernière lors d'une exposition les moteurs d'aiguillages Cobalt sur le stand de Miniatures Passion. Il s'agit de produits innovants équipés d'une motorisation assurant un mouvement lent des lames d'aiguillages par le biais d'une corde à piano montée sur un support réglable. Ces moteurs déclinés en version DCC ont la particularité d'intégrer un décodeur, ainsi qu'un jeu de contacts permettant d'alimenter la pointe de coeur, mais également un deuxième jeu de contacts pour tout autre automatisme (feux, TCO etc) Ils fonctionnent sous une tension de 7 à 23 V)

Ils existent également en version analogique. (tension 12 à 23V)

J'ai donc retenu la version DCC pour équiper mon diorama en cours de construction, dans la mesure où je souhaite simplifier au maximum le câblage. En effet, l'alimentation de ces moteurs se fait via deux fils reliés à la centrale digitale (power bus) et la commande par le biais de la multimaus Roco après avoir programmé l'adresse correspondante. 

537

537

Cette photo zoomée montre le bornier d'alimentation ainsi que le petit interrupteur à glissière qui sert uniquement à programmer l'adresse du moteur. En position "set", il recoît l'information de programmation, et doit être ensuite basculé en position "run" pour l'utilisation courante. 

Au total, le boitier de connexion dispose de 9 contacts. La notice montre de nombreux schémas de branchement avec toutes les applications possibles. La bascule en position droite ou déviée est puissante et permet de manoeuvrer les lames d'aiguilles les plus récalcitrantes, celles ci sont bien collées, le moteur est équipé d'une coupure en fin de course. 

539

539

Le fabricant a prévu un adhésif double face qui facilite grandement la pose du moteur sous le plan de roulement du réseau. Il est toutefois recommandé de fixer solidement le moteur par vissage (fourni) après vérification que le mouvement des lames d'aiguilles est correct. 

536

536

Détail du bornier de connexion extrait de la notice rédigée en anglais. Elle est disponible sous forme de fichier PDF sur le site Miniatures passion  

487

487

Il est également possible de commander ce type de moteur en utilisant des boutons poussoirs, ce qui permet de superposer une exploitation informatisée avec une commande manuelle. Là encore, tout est expliqué dans la notice. 

512

512

Un premier moteur vient d'être installé sur le diorama. Avant la pose, il convient de bien repérer la position droite ou déviée de l'aiguillage avec le mouvement adéquat de la tige de commande. 

517

517

Pour faciliter la pose, la came mobile supportant la corde à piano est positionnée au centre, le support peut coulisser verticalement sur le bâti du moteur, ce qui permet un ajustage parfait de la pression exercée sur chaque lame d'aiguille. 

514

514

Comme je l'avais signalé dans un précédent article, j'ai retenu des aiguillages Peco au code 75, toutefois, le mécanisme dans toute la gamme de cette marque est plutôt grossier avec un clipsage par ressort pour verrouillage des aiguilles en position droite ou déviée. Ce système n'est plus utile avec les moteurs Cobalt, et j'ai supprimé avec un cutter la section concernée. Sur cette photo, nous voyons un aiguillage installé dont les flancs de rails ont été préalablement peints en rouille/noir mat avant la pose. S'agissant d'une portion du dépôt, je n'ai pas prévu de semelle ballast en polystyrène extrudé ou liège, le ballast sera coulé directement entre les traverses. 

482

482

Sur cette photo, nous voyons un aiguillage avec son mécanisme d'origine (en haut) et un autre en dessous modifié. L'extérieur des traverses doit être également arasé au niveau des trous de fixation des moteurs Peco

477

477

Les aiguillages de la série electrofrog Peco ont la particularité d'avoir leur pointe de coeur câblée dont la polarité est donnée par les lames d'aiguilles en position droite ou déviée lorsqu'elles collent sur le rail. Du fait de la suppression du ressort et donc du contact sur le rail, il convient d'alimenter séparément la pointe de coeur avec les contacts du bornier du moteur Cobalt. Par contre, il faut impérativement supprimer le pont électrique en faisant sauter avec un tournevis les fils que l'on voit à gauche dans les deux cavités de la traverse. Les lames d'aiguilles seront désormais alimentées séparément par leur rails respectifs en soudant deux fils (bleu et jaune sur la photo) à raccorder au bus DCC

476

476

chaque aiguillage devra être modifié, y compris la TJD dont il faut faire sauter le ressort de maintien des lames. Lors du positionnement définitif des aiguillages, il faut veiller à loger des éclisses isolantes sur toutes les sections de rails qui peuvent recevoir des polarités différentes en fonction de l'orientation des aiguillages, sinon court circuit assuré!!!

507

507

La pose des aiguillages sur le deuxième module est réalisée par simple collage (colle à bois), il convient maintenant d'installer les moteurs. Cette opération sera réalisée le module debout ou retourné pour faciliter le câblage. 

516

516

Chaque moteur est affecté d'une adresse et est testé avant de raccorder électriquement les pointes de coeur.

520

520

j'ai retenu un code de couleur spécifique pour chaque fil et installé des barrettes à 9 cosses pour chaque moteur, sachant que j'ai prévu large pour d'autres branchements sur la maquette.

plot 1 et 2 DCC

rouge et brun (feeder raccordé au bus de la centrale chargé d'alimenter les moteurs Cobalt et la voie)

plot S2R 

bleu (file de rails de droite)

plot S2L

jaune (file de rails gauche)

plot S2C

vert (pointes de coeur)

Au total, deux fils de bonne section seront nécessaires pour alimenter la voie et les moteurs d'aiguillages en régime digital, vu la faible consommation de ces derniers et les besoins limités en puissance pour faire rouler quelques locos sur le diorama. 

Pour l'éclairage des bâtiments et le fonctionnement de la plaque tournante Fleischmann, deux autres fils seront nécessaires en sus du boitier de commande du pont tournant, avec une alimentation classique analogique. 

En conclusion

Les moteurs Cobalt se révèlent d'excellents produits notamment pour l'équipement de réseaux gérés en mode digital, avec un rapport qualité/prix sans concurrence si l'on tient compte de l'intégration du décodeur de fonction. A titre indicatif, leur coût unitaire est le suivant:

mode digital: 24,70 €

analogique: 18,70 €

avec remise pour des achats de 6 ou 12 unités.

Les tests de fonctionnement réalisés sur mon diorama n'ont pas soulevé de problèmes particuliers, et leur mise en oeuvre s'est révélée très rapide.

J'aurais bien aimé disposer de ce type de produit lors de la construction de biscatrain, reste à vérifier leur fiabilité à l'usage, vu leur mécanisme complexe que j'ai eu la curiosité d'examiner en ouvrant l'un deux (démultiplication du mouvement de la came par un train d'engrenages impressionnant!!) 

A +  

 

 

  

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 06:10
403

403

Les travaux se poursuivent sur la rame budd ATLAS dont nous voyons ici trois élements en phase de finition

349

349

la traverse de choc a reçu deux nouveaux tampons (Roco) après agrandissement des troux de fixation. 

352

352

L'attelage d'origine Atlas n'est pas conforme, je l'ai remplacé par un modèle scharfenberg Jouef. La cabine de conduite doit être légèrement arasée pour laisser la place aux leds canon bicolores

354

354

J'ai ajouté des pistes cuivrées adhésives sous la toiture pour alimenter les feux  

353

353

En fait, j'avais prévu que la motrice alimenterait toute la rame via son décodeur, en reliant chaque voiture avec un câble limande multifils (6), solution que j'ai abandonnée cpte tenu de la difficulté de mettre en oeuvre des micro prises multiples. C'est pourquoi la toiture était équipée de quatre pistes cuivrées adhésives en sus de la bande de leds assurant l'éclairage

355

355

le décodeur (Lenz silver direct) est fixé derrière la cloison du poste de conduite avec un ruban adhésif double face, et une prise NEM 8 plots servira de support pour le câblage. 

356

356

Les premiers tests d'éclairage de la motrice sont concluants, F0 pour les feux AV BTC/rouge selon le sens de marche et F1 pour l'éclairage intérieur. J'ai ajouté une résistance de 1 Kohms sur la rampe de leds CMS afin d'atténuer l'éclairage intérieur

 

 

363

363

Vue sur le câblage d'origine que j'ai dû abandonner. En définitive, je maintiendrai une ligne électrique à deux fils (micro prise entre chaque voiture) afin d'obtenir une captation de courant efficace, chaque voiture transmettant sa propre prise de courant à toute la rame

370

370

j'ai ajouté quelques voyageurs et un conducteur dans la cabine, avant de refermer la caisse qui sera maintenue sur le châssis par qq points de colle. 

414

414

J'ai revu également la bride de fixation du moteur car j'ai prévu d'installer un lest sur l'axe de rotation du bogie afin d'avoir une meilleure capacité de traction

415

415

J'ai récupéré un lest de wagons porte coils Piko sur lequel j'ai adapté un manchon de diamètre 6 mm en alu percé en son centre et taraudé 2,5mm pour être fixé sur l'axe de rotation du bogie. C'est très efficace!! Toutefois, j'ai dû réduire la hauteur du coil.

413

413

mise en place d'un conducteur, je peux maintenant reposer la caisse sur le châssis

374

374

La caisse intermédiaire ne pose pas de problème particulier, j'ai adopté la même découpe du châssis pour loger les attelages à élongation variable Roco 

377

377

L'un des bogies est équipé de lamelles de contact découpées dans une plaque de chrysocal de 3 dixième, à noter la découpe des supports de bogies pour permettre le débattement des timons d'attelage

385

385

Les tests d'inscription en courbe sont OK, et la prise de courant individuelle sur chaque voiture est transmise sur toute la rame via les micro prises à 2 fils

388

388

J'ai ajouté des cerclages de phares et arasé les petits feux rouges non fonctionnels et disgracieux peints par Atlas

409

409

Les premiers tours de circuit confirment qu'il fallait un lestage plus important, malgré les bandages d'adhérence sur le bogie moteur. Le comportement de la rame est maintenant parfait, en traction ou en pousse. Sur la voirture de queue, j'ai installé un second décodeur pour la gestion des feux BTC/rouge réversibles 

410

410

Une légère patine a été ajoutée à l'aérographe, un peu plus soutenue sur les bogies, flancs de roues et bas de caisse

411

411

Il reste encore qq détails à améliorer, notamment le pantographe non fonctionnel, les trompes un peu grossières, élements qui seront remplacés, mais globalement, le modèle a changé d'allure et peut prendre place sur un réseau. Certes, la gravure manque de finesse avec quelques inexactitudes, mais Atlas a fait pire!!! Alors, ne boudons pas notre plaisir de retrouver un modèle très prisé des modélistes et hélàs oublié par les marques plus prestigieuses actuelles. 

A +

 

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 05:41
329

329

Les Editions Atlas ont produit trois éléments de la rame budd inox dont la gravure comporte certes quelques inexactitudes, mais avec des cotes relativement conformes, un traitement des flancs de bogies en amélioration, bref, un modèle acceptable pour tenter une motorisation et donner vie à cette automotrice que bon nombre "d'anciens" ont emprunté durant leur vie active!!! 

A ce stade de la diffusion de la collection, Atlas est dans l'incapacité de livrer les modèles et leur réception très aléatoire dépend plus d'un facteur chance que d'une organisation administrative devenue bordélique. Pour ma part, je suis dans la case malchance, n'ayant recu qu'un élément intermédiaire. Aussi, je me suis résolu à l'acquérir sur le net. 

Les travaux porteront sur la motorisation de la motrice de tête, sa digitalisation, attelages à élongation variable, éclairage des feux réversibles, éclairage et l'équipement intérieur, et qq améliorations (pantographe, tampons, échelle d'accès à la toiture, patine) 

la photo ci-dessus montre la remorque d'extrémité à l'état original. La couleur inox défraichie est plutôt réussie. 

287

287

premier travail, équiper les bogies d'essieux métalliques (fourniture Limousin modélisme train réf LMT 140) diamètre 10,4 mm normes fines RP25. Il faut agrandir les paliers en passant dans les gorges un  foret de 2 mm. Lors du décollage des flancs de bogies, les têtons d'assemblage ne résistent pas et cassent. Il convient de les repercer en bien centrant avec un foret de 1,2 mm. Deux tiges de laiton de même diamètre serviront de support.  

289

289

La gravure des flancs de bogie s'améliore chez Atlas par rapport aux premières productions. Bien qu'un peu empâtées, elles restent convenables, d'autant que peu visibles car masquées partiellement par les marches d'accès et les bas de caisse. 

290

290

un peu de graisse téflon avant de refermer le carter inférieur. Vérifier que les roues tournent librement, les flancs de bogie doivent affleurer sans toucher.

291

291

la rotation des bogies est très limitée du fait de la présence des marchepieds. Deux solutions, faire une légère incision sur les flancs de bogies avec une mini fraise Dremel à l'emplacement des supports externes de marchepieds, ou bien détacher ces derniers et les rendre solidaires des bogies par collage. J'ai choisi la première. 

304

304

Le bogie moteur sera situé en tête de la motrice, pour permettre l'installation d'attelages à élongation entre chaque remorque, le système fixe adopté par Atlas ne permettant pas d'inscription en courbe suffisante.  

305

305

L'utilisation du bogie d'origine Atlas sera remplacé par un châssis constitué de deux longerons en laiton (section 5x2mm) perçés au diamètre 2 mm en respectant l'entraxe. Pour cette intervention, les deux longerons sont collés provisoirement dos à dos, ce qui permet un travail précis. 

306

306

Le châssis sera collé bien à plat sur un gabarit en MDF puis soudé.

309

309

Là cela se complique un peu car il faut confectionner le berceau du moteur en fraisant la partie centrale du bâti, le positionnement dépend de la taille des pignons, J'ai utilisé des pignons de récup Roco (module 0.4) adaptés à celui de la vis sans fin équipant le moteur Mitsumi. Une fois le fraisage terminé, j'ai consolidé le bâti avec une tôle de laiton de 5 dixième soudée.

310

310

Pour pouvoir loger deux volants d'inertie, j'ai dû supprimer les longerons extrêmes du châssis moteur par tronçonnage.  

311

311

la motrice devant pouvoir tracter deux ou trois éléments, j'ai équipé les roues de bandages d'adhérence Roco, après usinage de ces dernières. En fait, on peut obtenir des gorges avec une très grande précision en utilisant la fraiseuse Proxxon, l'outil de tour étant serré sur l'étau lui-même fixé solidement sur la table de coordonnées. 

314

314

Deux pièces de polystyrène mises en forme de chaque côté du bâti permettent de coller les flancs de bogies après suppression des ergots sur leur face interne.

318

318

Une vis à tête plate sert de pivot de rotation. Elle est soudée sur le carter moteur. Cette opération doit être réalisée rapidement avec un fer à souder puissant en utilisant du décapant, afin de ne pas endommager le moteur. Au pis aller, utiliser une bonne colle (cyanolit 21) et bien centrer.

319

319

La découpe du châssis est réalisée avec la scie à chantourner Proxxon, avec finition à la lime. Le support de marchepieds doit être décollé durant cette opération. 

321

321

Il ne reste plus qu'à confectionner une bride dans une plaque de laiton de 5 dixième, fixée par vissage après taraudage des deux trous existants sur le modèle Atlas.

332

332

l'installation d'attelages à élongation Roco nécessite une découpe de chaque extrémité des châssis selon la photo ci dessus, 

334

334

Une partie du compartiment intérieur doit être également arasé ainsi que les bas de caisse d'extrémité, afin de pouvoir fixer l'attelage à un niveau correct par rapport aux rails, mais aussi laisser la place pour la rotation du bogie.

335

335

le support du bogie doit être également ouvert d'un côté pour permettre l'articulation du timon d'attelage.

336

336

Ce dispositif permet un rapprochement réaliste des caisses de la rame en alignement, tout en autorisant un passage dans les courbes les plus raides.

338

338

zoom sur un jeu d'attelages positionnés par collage.

340

340

vue de dessous de la motrice. Nous voyons que les bogies acceptent une rotation suffisante pour passer sur des courbes de l'ordre de 50 cm de rayon, et ce sans supprimer les marchepieds qui ont été conservés en l'état. 

343

343

Le plus gros des travaux est terminé sur la motrice, il faut maintenant tester les qualités de roulement et aborder la partie électrique, ce qui sera fait lors d'un prochain article.

A suivre

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche