Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 17:45

P1260206

 

 "Régions et Compagnies" propose un toboggan de très belle facture de type ouest (reproduction de celui de Caen) que je vais installer sur le dépôt en remplacement du portique actuel et de sa grue de style germanique (Kibri)

 

Il s'agit d'une réalisation tout en carton imprimé prédécoupé au laser (2,6 mm d'épaisseur) entièrement décoré et patiné prêt à assembler

  

Ce genre d'installation qui était présente sur de nombreux dépôts vapeur permettait un approvisionnement rationnel en charbon et briquettes. Sa conception se prête assez bien à une adaptation sur mon réseau, dans la mesure où le toboggan chevauche trois voies (deux de chargement et une d'approvisionnement)  ce qui correspond sensiblement à l'implantation des voies actuelles, Néanmoins, les entraxes étant différents, de gros travaux sont nécessaires.

 

P1260208.JPG 

Cette première planche constitue le socle de la maquette, nous voyons notamment les deux voies de chargement dont l'entraxe est de 57 mm, et la voie d'approvisionnement (fenêtres blanches à évider) située à 90 mm, enfin une quatrième voie à l'échelle HOe (9mm) sert à la circulation des wagonnets de charbon.

 

P1260215.JPG

 

il va donc falloir composer et charcuter pour trouver la place nécessaire, en essayant de casser le moins possible l'existant.

Un rapide coup d'oeil permet de situer l'implantation en limite du passage planchéié, il faut extraire les voies sur fosses de visite, et casser celle située derrière le bac à charbon. Le portique et la grue vont dégager!!!!

 

P1260217.JPG 

La voie d'approvisionnement est constituée de rails souple Roco Line (code 83) dont les traverses découpées une à une sont à positionner dans les fentes du support. De larges trappes sont prévues pour décharger le charbon par des wagons trémies.

 

P1260218.JPG

 

Le fabricant a reproduit des chemins de roulement pour les wagonnets (HOe) qui sont en fait un empilement de pièces minuscules en carton à coller, et qui à mon avis manquent de relief. J'ai pris l'option d'installer une véritable voie à l'échelle HOe soit des rails à l'échelle N dont les traverses seront adaptées. Idem pour les mini plaques tournantes, je préfère celles reproduites par Peco dont on voit la photo ci-dessus.

 

P1260219.JPG

 

Celles ci étant fonctionnelles, il faut ouvrir le support en perçant deux trous de 11 mm pour permettre leur rotation. Attention, le carton se travaille assez mal pour ce genre d'intervention.

 

P1260220.JPG

 

Les plaques tournantes sont simplement collées sur leur base, de même que la voie (Minitrix N) en supprimant plusieurs traverses au cutter. Leur emplacement est imprimé sur le carton.

 

P1260221.JPG 

Peco diffuse également ces petits butoirs pour l'échelle N que j'ai installés aux extrémités de la voie.

 

P1260237.JPG

 

Avant de coller la voie, il convient de passer un coup de feutre noir sur le support en carton à l'emplacement des rails. Sur cette photo, nous voyons le chemin de roulement des wagonnets positionné, deux voies sont dirigées vers le puits d'approvisionnement destiné à élever les wagonnets à l'étage supérieur du toboggan.

 

P1260222.JPG

 

bon maintenant, il faut casser, une chance, l'entraxe des deux voies de chargement situées à l'emplacement des fosses est quasi identique à celui du toboggan. Par contre, la voie d'approvisionnement derrière le bac à charbon doit être démontée et remplacée. J'utilise un large couteau de mastiqueur bien affuté pour soulever les rails et dégager le ballast, mais il y aura quand même des dégâts à réparer!!!!

 

P1260223.JPG

 

La plaque de base de la maquette trouve donc sa place sur le dépôt, mais il va falloir déplacer et raccourcir les fosses de visite. Je n'ai pas la possibilité de les décaler à droite car je suis en limite d'un module et je ne peux plus creuser d'orifice supplémentaire

 

P1260225-copie-1.JPG

 

Il faut notamment revoir le tracé de la voie d'approvisionnement, l'aiguillage de fabrication maison n'a pas résisté à l'opération!!!

 

P1260226.JPG

 

Sous les trappes de déchargement du charbon, j'ai pris l'option de coller une feuille de papier canson noir, idem sous l'emplacement des traverses, ce qui facilitera leur positionnement par encollage. 

 

P1260227.JPG 

 Une partie de cette surface devra être découpée pour accueillir des fosses de visite.

 

P1260230.JPG 

 Il faut racourcir les fosses (origine Jouef modifiées) opération délicate car les rails collés ont du mal a sortir de leur logement. Je suis donc tenu de les tronconner, comme il étaient au code 100, pas de regret, ils seront remplacés par des rails au code 83.

 

P1260231.JPG

 

Y'a plus qu'à recoller les morceaux!!!

 

P1260233.JPG

 

 et repositionner les deux fosses raccourcies après avoir ouvert la plateforme du toboggan.

 

P1260235.JPG

 

Un platelage planchéié MKD a été rajouté pour l'accès aux fosses et la traversée des voies.

 

P1260238.JPG

 

Contrôle du bon alignement des voies, c'est OK

 

P1260239.JPG

 

 Il est temps de construire les deux tas de briquettes à détacher de la planche. L'utilisation d'un cutter plat avec une lame bien tranchante permet de séparer facilement les points d'attache non découpés au laser. Idem pour les briquettes individuelles qui seront collées dans les wagonnets.

 

P1260240.JPG

 

Deux tas de briquettes sont à assembler, en 11 couches superposées, les premières sont creuses, et la surface supérieure sur l'un des tas est entamée avec beaucoup de réalisme.

 

P1260242.JPG

 

l'encollage a été réalisé avec la micro kristal Klear qui ne laisse pas de trace au séchage. Bien respecter l'empilage numéroté pour alterner la face des briquettes sur chaque couche.

 

P1260245.JPG

 

La découpe au laser brunit le carton sur la tranche, mais le fabricant recommande de les repeindre (j'ai préparé un mélange de noir et de gris métallisé) ce qui donne une couleur anthracite approchante.

 

P1260246.JPG

 

Je n'ai pas retenu l'option du fabricant concernant les wagonnets de charbon également en carton, je souhaitais des modèles fonctionnels, Roco réf 34600

 

P1260248.JPG 

Les briquettes sont à détacher de la grappe et doivent être ensuite collées en vrac dans les wagonnets.

 

P1260252.JPG

 

Le sol à l'emplacement des trappes de déchargement des wagons trémies a été copieusement sali avec de la poudre de charbon concassé et collé (pour l'anecdote, il s'agit de véritable charbon provenant d'une briquette réelle récupérée par un ami sur un ex dépôt vapeur à l'abandon). Nous voyons quatre wagonnets chargés de briquettes, il en reste une douzaine à équiper!!!

 

P1260255.JPG

 

A ce stade d'avancement des travaux, je peux poser définitivement la plateforme qui accueillera le toboggan, elle est simplement collée. Le raccordement des voies se fait par éclisses glissantes en maillechort qui sont ensuites positionnées à cheval sur la coupure des rails, puis soudées pour garantir une bonne continuité électrique. La 150 Z ci dessus fait les premiers tests de circulation. 

 

 

Il reste encore pas mal de déco à réaliser pour salir tout cet environnement, mais le plus gros est fait. La voie d'approvisionnement sera raccordée ultérieurement. Je vais pouvoir commencer la construction du toboggan.

  

A suivre, c'est loin d'être fini!!!

 

 

 

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 05:01

P1260052.JPG

 

CC72006 Roco à l'approche du gril de gare.

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 05:36

P1260020.JPG

 

vue nord/ouest du réseau

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 05:22

P1260216.JPG

 

une dernière vue du portique de distribution de charbon (Kibri) qui va disparaître pour installer le tobbogan.

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 06:30

P1260206.JPG

 

Le tobbogan ouest de Régions et Compagnies viendra remplacer les installations actuelles, ce qui nécessite de revoir l'implantation des voies dans le dépôt, un gros chantier en perspective.

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 05:10

P1260196.JPG

 

La pose de feux de fin de convoi permet de sécuriser la marche d'un train lorsque le bloc automatique fonctionne par détection de consommation de courant sur la voie. J'ai équipé un wagon minéralier électrotren de deux feux, ainsi que d'une couche de véritable charbon.

 

P1260194.JPG 

AMF 87 propose un jeu de deux feux en métal moulé de type moderne, ainsi que les micro leds rouges câblées qui permettent d'équiper quasiment tous les types de wagons.

 

P1260190.JPG

 

Les deux petits supports verticaux équipant d'origine le wagon Electrotren ont été enlevés, afin d'encastrer dans les trous dégagés les lanternes AMF, le support des lanternes doit être coudé à 90°. Avant de positionner l'ensemble, il faut installer les micro leds en les fixant avec une petite goutte de colle (UHU méga strong and safe) ne pas utiliser de cyanolit qui peut attaquer le fil émaillé des leds et faire court-circuit. Faire un test d'éclairage avec une pile de 9V + résistance pour vérifier que l'éclairage fonctionne.

 

P1260193.JPG

 

 S'agissant d'un wagon de queue, l'un des attelages a été sectionné. J'ai tenté d'installer des fils de contact  de 4 dixième en maillechort en perçant les longerons transversaux des bogies, afin de prendre le courant sur les 8 roues du wagon, mais la résistance au frottement était trop grande.

 

P1260195.JPG

 

 je suis donc resté fidèle aux lamelles en chrysocal de 1 dixième de mm beaucoup plus souples, que j'ai découpées dans une chute selon le profil des bogies. Elles sont coudées à 90° et percées pour encastrer une tige de laiton soudée de 5 dixième.

 

P1260192.JPG 

Le raccordement des fils n'est pas très clean, dans la mesure où je n'ai pas pu les faire passer à l'intérieur de la trémie, s'agissant d'un vieux wagon dont le charbon était collé depuis plusieurs années. La résistance de 2Kohms a pu être logée dans une cavité centrale du wagon. Je n'ai pas ajouté de pont redresseur, ni de condensateur pour ce motif, mais la rame est destinée a être tractée sous régime digital.

 

P1260203.JPG

 

Les lanternes ont reçu une couche de peinture jaune jonquille et un jeu de décalcomanie présent dans le kit AMF

 

P1260198-copie-1.JPG

 

la prise de courant est excellente, je n'ai pas constaté de saute dans l'éclairage. Il ne reste plus qu'à équiper les treize autres wagons de véritable charbon, et les patiner à l'occasion.

 

P1260189.JPG 

j'en ai profité pour équiper la CC 14129 Lima de bandages d'adhérence sur deux roues d'un des bogies moteurs, car elle ne parvenait pas à tracter les quatorze wagons en rampe, maintenant, elle grimpe allégrement, il faut reconnaître que cette rame est très lourde à tirer!!

 

P1260188.JPG

 

Une dernière photo du convoi dans la tranchée sud/est du réseau.

 

A +     

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 04:42

P1260225.JPG

 

c'est la guerre!! opération destruction sur le dépôt dont le tracé doit être revu pour accueillir de nouvelles installations

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 05:54

P1260198.JPG

 

minéralier électrotren équipé de feux de fin de convoi et de véritable charbon

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 18:30

L'exploitation d'un réseau en mode digital permet de s'affranchir partiellement d'un câblage souvent laborieux dès lors qu'on souhaite intégrer une gestion automatisée des cantons. C'est le constat de tous ceux qui ont abandonné le mode analogique et pourtant, il reste encore beaucoup de modélises qui hésitent à franchir le pas, faute de connaissance, mais aussi de moyens financiers suffisants pour adopter cette solution.

 

En effet, au delà de l'acquisition d'une centrale digitale et de l'équipement en décodeurs de tout le parc de locos, il faut prévoir l'achat de modules spécifiques servant d'interfaces pour communiquer entre les trains et la centrale, afin de déclencher les actions souhaitées, ou mieux se doter d'un logiciel performant si l'on souhaite une gestion totalement informatisée.

 

Bref, la facture s'alourdit très vite 

 

Sur un réseau alimenté en mode digital DCC, il existe une méthode économique et facile à mettre en oeuvre pour générer automatiquement une circulation sécurisée sur les cantons, avec maintien des inerties programmées dans chaque loco.  

Le principe consiste à injecter sur la zone d'arrêt de chaque canton une source de courant continu (DC) sur les deux files de rails. Lorsque la loco franchit cette zone, son décodeur reçoit un ordre d'arrêt et engage une décélération suivant la programmation qui a été enregistrée, puis s'arrête aussi longtemps que le courant continu (DC) est maintenu. Dès que le courant DCC est rétabli sur cette zone d'arrêt, la loco redémarre avec l'inertie d'accélération programmée dans son décodeur.

 

Pour obtenir cette action, il faut respecter les critères suivants:

 

1/ le décodeur doit être programmé pour ne fonctionner qu'en mode digital (analogique exclu) rappelons que la plupart des décodeurs sont programmés d'usine pour fonctionner sous les deux modes. 

                exemple Lenz CV 29 valeur 10 à entrer (contre 14 valeur usine)                   

 

2/ il doit également être paramétré pour déclencher un freinage et arrêt si détection d'une alimentation en courant continu (DC)

                exemple Lenz CV 51 valeur 32 (contre 0 valeur d'usine)

 

3/ la section d'arrêt de chaque canton doit être isolée sur les deux files de rail, les coupures dans le même alignement 

 

4/ enfin le transfert d'alimentation DCC vers DC sur la zone d'arrêt (canton 1) doit être déclenché automatiquement par la loco qui franchit le canton suivant (canton 2), de plus, le franchissement de la zone d'arrêt ne doit pas provoquer de conflit au niveau des alimentations sous peine de détruire à plus ou moins long terme la centrale digitale, voire les décodeurs.

 

Deux options possibles:

 

             - par détection de consommation de courant de la loco occupant le canton (un petit module de détection DCC est nécessaire (coût de l'ordre de 10 à 12 euros) c'est la formule la plus fiable, puisque même un wagon équipé de feux de fin de convoi sera détecté sur tout le canton.

  

             - par détection d'une loco équipée d'un aimant au passage des ILS, moins fiable mais plus économique.  

 

Dans les deux cas, la détection génère l'excitation de relais monostables ou bistables selon l'option retenue, dont les contacts R/T (repos/travail) vont permettre de basculer le courant DCC en DC sur la zone d'arrêt.

 

P1260152 

 

Le schéma de base ci-dessus montre comment s'organise la bascule du courant analogique sur la zone d'arrêt, via les contacts R/T de relais bistables actionnés par des ILS. Nous voyons notamment que le transfert de sources d'alimentation se fait dès que la loco franchit le canton suivant, ce qui impose de maintenir une distance minimale entre la fin de la zone d'arrêt ZA1 et l'ILS déclenchant l'action via le relais. Cette distance correspond à la longueur de la loco la plus longue, si UM (unités multiples) prendre en compte la longueur totale des locos.

  

A partir de ce schéma, nous pouvons donc sécuriser la marche des trains sur un réseau digitalisé, tout en offrant les avantages d'une formule facile à mettre en oeuvre par rapport au système classique analogique:

 

- paramétrage d'inertie indivisualisée selon le type de locos

- éclairage constant de toute la rame, même lorsqu'elle franchit la zone d'arrêt ou qu'elle est arrêtée.

- possibilité d'adjoindre une signalisation de BAL 3 feux conforme s'appuyant sur la détection de chaque canton.

 

 

Toutefois, à l'usage, j'ai constaté que le franchissement de la zone de transit (DCC) sur la zone d'arrêt (DC) provoquait un mini conflit détecté par mes témoins de court-circuit sur le TCO, sans pour autant être repéré par la centrale digitale. A partir de ce constat, il fallait le neutraliser, ce qui m'a conduit à rechercher, avec l'aide d'un internaute astucieux (que je remercie au passage) une solution pour ce franchissement scabreux!!!

 

P1260205.JPG

 

Le schéma de base a donc été revu en intégrant un deuxième relais par canton qui permet la bascule du courant DCC en DC sur la zone d'arrêt lorsque la loco est déjà dessus, ce qui évite le mini court-circuit provoqué au passage des roues de la loco sur la coupure.

 

 

Fonctionnement:

 

la loco A entre sur la zone de transit du canton 2 alimenté en DCC, passe sur l'ILS Y2, excite le relais Y1 qui va préparer le transfert via ses contacts R/T, de la source d'alimentation DCC en DC sur la zone d'arrêt ZA1

la loco B qui suit entre sur la zone d'arrêt ZA1 alimentée encore en DCC (relais X1 au repos), passe sur l'ILS X1, excite le relais X1 et bascule le courant DCC en DC via ses contacts R/T. En coordonnant l'action de deux relais bistables, nous voyons que le franchissement de la zone de transit sur la zone d'arrêt ne fait plus de conflit entre les deux sources DCC et DC, puisque ce n'est que lorsque la loco est déjà sur la ZA qu'elle transfère le courant, en provoquant l'ordre d'arrêt avec inertie. Il faut impérativement que les ILS soient situés à une distance des coupures de rails équivalentes à la longueur d'une loco. La zone d'arrêt peut être de 50 à 100 cm, voire plus, sans importance dans la mesure où l'inertie d'arrêt des locos peut être programmé sur chaque loco.

 

Lorsque le train A aura libéré le canton 2 (passage sur ILS X2) , il va réenclencher le relais X1 du canton 1 en position repos, réinjectant du même coup le courant DCC sur la zone d'arrêt. La loco B redémarrage avec l'inertie programmée dans son décodeur, et ainsi de suite......nous avons donc créé un système de cantonnement BAL à partir d'une alimentation digitale classique.

 

En creusant un peu, il est même possible de gérer un réseau en bloc automatique avec l'une ou l'autre des alimentations analogiques ou digitales, ce qui peut être intéressant pour tous ceux qui souhaitent maintenir le système analogique déjà présent sur leur réseau et ainsi pouvoir faire circuler des locos non équipées de décodeur.

 

Le schéma ci-dessous, appliqué à mon propre réseau, en fait la démonstration.

 

P1260153.JPG

 

Nous voyons que le transfert de sources d'alimentation réalisé à partir d'un interrupteur à glissière ou classique comportant au moins 3 contacts R/T permet d'injecter sur chaque canton le courant souhaité DCC ou DC,  la carte d'alimentation analogique DC doit comporter pour chaque canton 3 pôles, le négatif, le positif, et le positif pour la ZA, ce qui est un minimum pour tous les systèmes de gestion de bloc automatique. Sur Biscatrain, il s'agit de circuits électroniques de fabrication perso assurant la détection par consommation de courant sur la voie, et qui gèrent également le ralentissement.

 

Sur ce schéma, je n'ai pas représenté le second relais décrit plus haut, mais le principe de connexion est le même sur chaque zone de canton. 

 

Résultat final:

 

j'obtiens bien une gestion de bloc automatique dans les deux modes, ils se superposent sans créer de conflit, l'un assurant une détection par consommation de courant sur la voie, l'autre par déclenchement d'ILS avec les locos équipées d'aimant. De plus, la gestion des signaux 3 feux est fonctionnelle dans les deux modes, (voir mes articles précédents sur la refonte de la signalisation). Bien entendu, il convient de faire le choix en fonction du mode d'exploitation souhaité, et ne pas mélanger les sources d'alimentation sur chaque canton, c'est ou tout digital ou tout analogique!!!

  

Pour être totalement honnête, je dois signaler une lacune dans le système présenté:

 

           - la sonorisation des locos équipées n'est pas maintenue lors du franchissement des zones d'arrêt lorsqu'elles ci sont alimentées en DC, mais le son est à nouveau enclenché au redémarrage lors de la bascule du courant DC en DCC, par contre l'éclairage des locos fonctionne

 

           - le ralentissement sur un canton présentant le feu jaune ne peut être géré en digital car le décodeur ne connait que deux états dans ce mode, je roule ou je m'arrête!!!! mais toujours selon la vitesse affichée au départ par la commande digitale.

 

Pour les inconditionnels du mode analogique (dont je fais partie) je précise que l'on peut concilier les deux types de gestion, c'est d'ailleurs ce qui m'a conduit à rechercher une solution de ce type, sachant qu'elle offre l'avantage de pouvoir faire circuler tout le matériel ancien (difficilement digitalisable) et moderne (déjà équipé) sur un réseau sans avoir à refaire tout le câblage. 

 

Quant au coût, je dois dire qu'il est insignifiant, 6 euros pour les deux relais DIL et 2 euros pour les deux ILS, soit environ 8 euros par canton!!!!

 

J'espère que cet article ne sera pas trop indigeste, et je reste preneur de toute formule permettant d'obtenir un résultat analogue. 

 

A +        

 

 

 

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 04:49

P1260164.JPG

 

BB622378 Roco en livrée infra

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche