Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 05:02

P1230865.JPG

 

BB516575 LSM

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 07:31

P1250633.JPG

 

autorail de dietrich 270 cv Atlas amélioré sur le PT Roco

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 05:30

P1250667.JPG

 

Lima a produit il y a quelques dizaines d'années la CC 14129, une loco dont la motorisation est excellente. Elle est passée dans les ateliers biscatrain pour quelques travaux de réparation. J'ai profité de son démontage pour la digitaliser et l'équiper d'éclairage réversible AV et AR, d'un éclairage de cabine, et d'un attelage aux normes NEM.

 

P1250638.JPG

 

Pour sortir la caisse du chassis, il faut extraire les tampons, et enlever quatre vis dont on voit le positionnement sur la photo ci-dessus.

 

P1250635.JPG 

premier constat, un des arbres à cardans a un têton de cassé

 

P1250636.JPG

 

il faut donc en fabriquer un autre, en sectionnant le têton opposé, et en perçant délicatement avec un foret de 1 mm la tête du cardan.

 

P1250637.JPG

 

il sera remplacé par une tige de laiton de même diamètre et de longueur équivalente à l'original. (collé à la cyanolit)

 

P1250639.JPG

 

A l'origine, deux ampoules blanches assuraient l'éclairage d'un côté ou de l'autre selon le sens de marche, j'ai donc prévu un éclairage réversible par leds bicolores canon, ce qui sera une amélioration. En fait, ces machines sont pourvues de deux feux blancs et deux feux rouges sur chaque face, et l'idéal aurait été d'ouvrir les feux factices rouges reproduits par Lima, mais non fonctionnels.

 

P1250640.JPG

 

Le support métallique d'origine a été fraisé et équipé d'une petite cale en polystyrène pour éviter un court-circuit avec les pates des leds 

 

P1250642.JPG 

très peu de place pour loger un décodeur dans ce type de loco, après qq tests d'installation infructueux sur le moteur, j'ai prévu qu'il serait situé en dessous, ce qui offre l'avantage de masquer tout le câblage en cabine, mais nécessite d'ouvrir la trappe qui accueille le moteur, opération réalisée avec une scie alternative, puis limage. Les renforts latéraux qui supportaient le circuit imprimé d'origine ont été arasés.

 

P1250643.JPG

 

Le fond (pièce de polystyrène de 2 mm d'épaisseur) sera ensuite refermé, équipé de deux petites cales latérales, qui permettront de supporter le moteur CAN tout en laissant la place du décodeur 

 

P1250644.JPG

 

 La pièce de polystyrène épouse le profil du bas de caisse de la loco

 

P1250645.JPG

 

Les premiers tests effectués avec un décodeur uhlenbrock basique n'ont pas été probants, la loco faisant des bonds au démarrage et avant de marquer l'arrêt????, j'ai donc utilisé un lenz standard + dont le fonctionnement est parfait, même en analogique.

 

P1250646.JPG

 

il convient de fraiser en biais la trappe pour laisser passer les fils du décodeur afin de ne pas gêner la pose du moteur.

 

P1250647.JPG

 

Le moteur peut-être réinstallé, et le câblage ne pose pas de problème particulier, les fils circuleront sur chaque côté du moteur où ils seront maintenus avec un ruban autocollant. La toiture supportant les pantographes peut se dévisser, j'en ai profité pour loger deux petites leds de chaque côté de la cabine de conduite, qui seront programmables avec la touche AUX 1 du décodeur (fil vert)

 

P1250649.JPG

 

Comme sur les anciennes productions Jouef/Lima/Roco, les mains montoires sont obtenues directement de moulage avec la caisse.

 

P1250651.JPG

 

Deux fils d'acier de 5 dixième (corde à piano) rajoutés et collés sur les reproductions d'origine donnent un meilleur résultat.

 

P1250652.JPG

 

Les attelages d'origine sont horribles, j'ai supprimé celui de la face avant et installé un nouveau boitier NEM permettant de loger des attelages à boucle ou harpon (il s'agit d'une pièce de récupération bricolée de loco Piko) 

 

P1250653.JPG

 

La traverse avant désormais dégagée peut accueilir un attelage à choquelles et les câblots (Roco)

 

P1250655.JPG 

il convient à ce stade de vérifier que tout fonctionne bien, j'ai pris soin de lubrifier (graisse au silicone) tous les organes de transmission et de roulement, 4 essieux sur les six sont moteurs et captent le courant, sans bandage d'adhérence, la traction est efficace.

 

P1250665.JPG

 

zoom sur la loco avec l'éclairage cabine actionné.

 

P1250668.JPG

 

Avant d'attaquer la patine, j'ai dû reconfectionner un tampon qui avait fait la valise

 

P1250678.JPG

 

terminé, la loco fait ses premiers tours de circuit en régime digital en tête d'un convoi de citernes

 

P1250680.JPG

 

Une autre vue arrière, cabine éclairée, le fonctionnement est très correct pour une loco qui date un peu, mais qui a le mérite d'exister, en attendant la sortie annoncée d'un modèle similaire par la firme Jouef/Hornby, dont la qualité de reproduction sera sans doute sans équivalent, une autre époque!!!!    

Partager cet article
Repost0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 18:25

P1250623.JPGles travaux sur l'autorail progressent, sur cette photo, l'engin est presque terminé, et fait ses premiers tours de roues en régime digital

 

P1250576.JPG

 

Au départ, je n'avais pas prévu de multiplier les prises de contact, celles ci étant assurées par deux roues non isolées de chaque bogie. Après qq tests de roulement, j'ai dû changer d'avis car le faible diamètre des roues avait tendance à faire patiner les roues motrices, il faut donc équiper au moins un essieu de bandages d'adhérence, ce qui réduit la prise de courant aux rails. Un jeu de lamelles en chrysocal de 1/10ème de mm d'épaisseur a été installé sur les roues isolées (fil rouge), les roues non isolées captant le courant par les essieux directement sur le longeron en laiton (fil noir)

 

P1250578.JPG

 

Le chassis et les aménagements intérieurs ont été adaptés pour recevoir les deux bogies. L'ensemble a reçu une couche de gris moyen (spray tamiya)

 

P1250584.JPG

 

L'essieu moteur a reçu le même équipement après fraisage de gorges dans deux roues et pose de bandages d'adhérence. Les tests de roulement étant concluants, je peux maintenant coller l'aménagement intérieur sur le chassis en ayant soin de loger le câblage électrique entre les deux élements.

 

P1250585.JPG

 

J'ai ajouté des traverses aux deux extrémités des bogies pour consolider l'ensemble (profilé en U plat de 4 x 1,35 mm)

 

P1250586.JPG

 

les profilés et plaques de polystyrène blancs ajoutés sur les bogies sont peints en gris moyen Humbrol (27)

 

P1250595.JPG

 

Les sièges ont été peints en brun pour casser l'uniformité. Les fils de captation et d'alimentation du moteur sortent dans la partie centrale où sera logé le décodeur.

 

P1250597.JPG

 

Sur ce modèle, les optiques de feux sont en biais, le perçage pour loger des leds canon doit être précis.

 

P1250598.JPG 

Pour obtenir une ouverture sans détériorer les enjoliveurs de feux, il convient de travailler avec un porte foret de 1 mm au départ en augmentant progressivement le diamètre pour le porter à 2 mm, en veillant à percer dans l'axe longitudinal de l'autorail.

 

P1250599.JPG

 

Les têtons des leds bicolores doivent être tronconnés en biais (fourniture Limousin modélisme trains).

 

P1250594.JPG

 

Ayant supprimé sous le toit les deux supports verticaux qui permettent de visser la caisse sur le chassis, j'ai dû rajouter un petit profilé de 1 mm d'épaisseur collé sous le vitrage, le chassis prend appui dessus désormais et permet une rotation des bogies sans buter sur les bas de caisse.  

 

P1250604.JPG

 

 Avant de passer une couche de noir mat à l'intérieur de la caisse, il faut légèrement fraiser l'intérieur de celle-ci à l'emplacement des feux pour faciliter la pose des leds.

 

P1250605.JPG

 

quelques voyageurs assis sont collés sur les sièges, ainsi qu'un conducteur.

 

P1250606.JPG 

Le corps des leds est également peint en noir mat pour éviter une diffusion de l'éclairage par transparence du plastique.

 

P1250614.JPG 

les pattes des leds sectionnées au plus court ont été raccordées à un câble limande très fin qui est ensuite collé sous le toit 

 

P1250612.JPG

 

un rapide repositionnement de la caisse confirme que le corps des leds ne passe pas, il faut ouvrir une partie de l'aménagement intérieur côté cabine de conduite.

 

P1250615.JPG

 

test d'éclairage blanc en marche AV

 

P1250616.JPG

 

idem avec les feux rouges

 

P1250618.JPG 

Le décodeur (lenz standard + ) est inséré dans la cabine d'appareillage après avoir découpé une partie des cloisons transversales. Tout le câblage est regroupé à cet endroit et deviendra très peu visible une fois la caisse reposée.

 

P1250626.JPG

 

l'autorail peut faire ses premiers tours de roues en régime digital, ici après une halte en gare de Clairville

 

P1250621.JPG 

L'éclairage intérieur est atténué par une résistance de 2,2 Kohms, programmable avec la touche AUX 1 de la centrale, la fenêtre sous la trappe étant occultée par les cloisons, les fils sont très peu visibles de l'extérieur.

 

P1250622.JPG

 

Une autre vue qui permet de constater que la caisse de l'autorail est légérement réhaussée par rapport à son positionnement d'origine (environ 2 mm à l'échelle HO) Sans cette adaptation, les bogies accrochaient le bas de caisse et la jupe avant en courbe. L'autre solution aurait été de ne pas réinstaller les flancs de bogies, mais esthétiquement, cela aurait été pire!!!!La fixation caisse/châssis se fait par quatre point de colle au droit des traverses transversales, ce qui permet de réouvrir éventuellement sans dégâts en glissant la lame d'un cutter entre la caisse et le chassis.

 

 

P1250627.JPG

 

Des tampons ont été rajoutés, Atlas ayant omis d'en installer sur les deux extrémités centrales de la caisse. l'autorail a été légèrement patiné avec un lavis de peinture brun sale/boue dilué dans du white spirit. 

Bon pour le service, le fonctionnement est très doux, ce type de moteur et la transmission garantissant des ralentis exceptionnels. Il fonctionne aussi bien dans les deux modes d'alimentation analogique ou digitale. 

Certes, la reproduction par Atlas est assez approximative, mais il est difficile d'avoir de grosses exigences pour un modèle de grande diffusion, pour ma part, j'ai fait l'impasse, et j'éprouve plus de satisfaction à voir un autorail évoluer sur un réseau avec ses imperfections qu'un beau modèle parfaitement reproduit confiné derrière une vitrine.

 

A +

 

 

 

 

 

    

Partager cet article
Repost0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 05:17

P1250625.JPG

 

premiers tours de roues de l'autorail De Dietrich 270 cv Atlas en régime digital.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 06:19

P1250581.JPG

 

manoeuvre sur le dépôt de quatre wagons citerne Millet Roco

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 05:40

P1250532.JPG

 

un quartier de la ville de Saint-Gilles

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 05:55

P1250539.JPG

 

deux nouveaux signaux Zébulon de BAL 3 feux terminés avant patine, ils vont compléter l'équipement de signalisation du réseau en cours de reconfiguration.  

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 18:14

article supprimé

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 05:10

P1250501-copie-1.JPG

 

Atlas poursuit sa collection avec ce petit autorail De Dietrich 270 cv dont la silhouette de prime abord est plutôt sympathique. Bien que la reproduction soit très approximative selon des spécialistes pointus qui l'ont décortiquée sur le forum de LR, j'ai décidé de conserver cet autorail et de le motoriser, à l'instar des autres modèles déjà équipés. Les travaux porteront sur le remplacement des organes de roulement, la motorisation, la digitalisation, l'éclairage intérieur et les feux, et la patine.

 

P1250540.JPG

 

Premier constat, les bogies ont été reproduits avec le même entraxe d'essieux (3,7 cm) alors qu'ils auraient dû respectivement mesurer 3,39 cm pour le bogie porteur et 4,42 cm pour le bogie moteur. N'ayant pas la possibilité de regraver les flancs de bogie, ils resteront en l'état. Ces derniers ont dû été découpés à la mini scie circulaire proxxon car l'empattement des nouveaux essieux est supérieur à la largeur disponible. Il s'agit d'essieux de 9 mm de diamètre (fourniture Limousin modélisme Trains réf LMT 111 aux normes fines RP25), ce qui correspond au diamètre le plus approchant des essieux réels.

 

P1250541.JPG 

Sur cette photo zoomée, nous voyons que les flancs ont bénéficié d'une gravure améliorée par rapport aux modèles précédents, mais vraisemblablement inexacte compte tenu de ce qui précède......nous ferons avec!!!!

 

P1250542.JPG 

Dans la mesure où j'ai prévu d'améliorer le support de roulement des essieux sur profilés laiton, il convient de réduire la largeur du bogie, opération réalisée à la mini scie circulaire.

 

P1250543.JPG

 

Deux longerons de 50 mm de long (profilé laiton en U plat de 4 x 2 mm) seront collés de part et d'autre. Le percage (2mm) est réalisé en se guidant avec les gorges d'origine. Cette opération est recommandée avec une perceuse d'établi.

 

P1250544.JPG

 

le second longeron est posé et collé. Les trous ont été agrandis à 2,1 mm afin de laisser un léger jeu pour la rotation des essieux. A l'intérieur des flancs de bogie, j'ai collé un profilé en polystyrène de section 4,5 x 4,5 mm d'épaisseur.

 

P1250545.JPG

 

Pour limiter au maximum l'empattement des bogies, j'ai fraisé la face interne des flancs de 1 mm environ afin que les roues ne frottent pas dessus. (opération qui peut être réalisée à la lime)

 

P1250546.JPG

 

 ce qui a permis de réduire l'épaisseur du profilé blanc et le ramener à 3,5 mm d'épaisseur;

 

P1250547.JPG

 

Les deux bogies ont donc été traités au départ de la même façon, la rotation des essieux est excellente sur des paliers en laiton, et offre en plus l'avantage d'assurer une captation du courant sur la file de roues non isolée sans utiliser de lamelles de contact. Les pointes des essieux doivent être tronconnées, (sortir la roue isolée avant cette opération pour ne pas faire fondre la bague en plastique)

 

P1250548.JPG

 

Il convient de positionner et coller les flancs de bogies sur une pièce en polystyrène de 2 mm d'épaisseur selon le profil ci dessus. Cela permet une meilleure fixation de l'ensemble (le trou central est au diamètre de 11 mm)

 

P1250549.JPG

 

Le bogie porteur est presque terminé, la partie supérieure est simplement encastrée sur le support central de rotation, les deux rondelles collées pour tester la hauteur de l'autorail seront supprimées. Bien veiller à positionner les boites d'essieux dans l'axe des roues lors de l'encollage. (UHU Méga strong and safe)

 

P1250552.JPG

 

Dans la cavité sous le chassis, j'ai repéré que l'axe de rotation du bogie porteur se trouve décalé vers l'avant par rapport à l'axe de rotation du bogie moteur (peut-être qu' Atlas avait prévu la construction du fameux bogie moteur plus long??) La présence d'une jupe très basse aux deux extrémités de l'autorail empêche une rotation suffisante, j'ai donc supprimé l'axe d'origine en le repositionnant exactement au même niveau que celui de l'axe moteur soit à 50 mm à partir de la pointe de la caisse extrême. A l'intérieur de l'axe de rotation du bogie, j'ai collé une petite bague en plastique récupéré sur une roue isolée. J'ai confectionné ensuite une pièce dans un morceau de plexiglas de 3,5 mm d'épaisseur sur lequel j'ai repercé un axe en retrait de 5 mm, cette disposition permettant maintenant une rotation du bogie dans les courbes. Sans cette adaptation, il serait impossible de maintenir le bogie à son emplacement d'origine, sauf à faire sauter une partie de la jupe avant de l'autorail!!!

 

P1250553.JPG

 

Sur cette photo, le décalage de l'axe du bogie porteur est visible sur la pièce en plexiglas. Il se situe désormais à 34 mm de l'extrémité biseautée de cette pièce.

 

P1250560.JPG

 

La fixation se fait par vissage en creusant légèrement la cavité pour encaster la tête

 

P1250555.JPG 

le positionnement de la caisse et de la jupe avant ne fait plus obstacle à la rotation du bogie, même dans des courbes sévères, celui-ci peut déborder sous la caisse, tout en maintenant une hauteur convenable par rapport aux rails. Rappelons que cet engin avait une jupe avant très proche des rails!!!! Les pièces rapportées seront invisibles.  

 

P1250556.JPG 

Nous voyons sur cette photo le débordement extrême en courbe serrée, il convient néanmoins de rogner légèrement la partie supérieure des flancs de bogie pour épouser la courbe de la jupe avant de l'autorail, sinon risque d'accrochage. Le positionnement du chassis adopté par Atlas, assez haut par rapport au bas de caisse est un avantage, car il évite d'avoir à fraiser ce dernier comme pour tous les autres modèles déjà produits!!! Il reste à consolider le bogie en lui ajoutant des traverses de renfort à l'avant et à l'arrière.

 

P1250557.JPG

 

Je peux maintenant passer à la motorisation. Un rapide coup d'oeil permet d'écarter un kit léopold Halling dont l'entraxe est inadapté. Je vais donc utiliser les éléments de cette draisine rail/route produite par bachman qui sera sacrifiée sans trop de regret vu son prix (de l'ordre de 40 euros)

 

P1250559.JPG 

Le bogie précédemment construit doit être rogné sur le chassis en plastique pour introduire les pignons extraits de la draisine. Il faut les repercer avec un foret de 2 mm. 

 

P1250563.JPG

 

Le pivot de rotation du bogie est incisé de chaque côté pour permettre la pose de deux longerons supplémentaires en laiton qui supporteront les pignons primaires. Mais avant, une pièce en polystyrène de 2 mm d'épaisseur est découpée suivant le profil de cette photo, elle s'emboite sur le pivot et repose sur les longerons supportant les essieux. (Ne pas coller)  

 

P1250564.JPG

 

Les deux flancs de bogie sont ensuite collés sous cette pièce de polystyrène. Deux traverses laiton en U plat (section 4x2 mm) sont percées de deux trous de 1,5 mm de diamètre équidistants de 31 mm et à une hauteur de 2 mm par rapport à la plateforme en polystyrène. Les deux autres pignons primaires(bachman) tournent librement sur un axe en laiton de 1,5 mm collé sur les longerons.

Une cale de 2 mm d'épaisseur est posée et collée pour supporter le moteur en veillant à ce que les vis sans fin attaquent bien et sans forcer les deux pignons primaires. Le profilé en U doit être légèrement arasé pour accueillir le moteur.

 

P1250566.JPG

 

Attention, il importe de ne pas coller les deux éléments ci dessus, du moins dans l'immédiat, car j'ignore encore si je devrai équiper les roues de bandages d'adhérence, auquel cas il faut pouvoir sortir les essieux pour fraiser des gorges dans les roues.

 

P1250567.JPG

 

Le moteur est simplement collé sur son support, un premier test d'alimentation est effectué pour vérifier que la transmission est bonne dans les deux sens de marche. C'est OK .

 

P1250569.JPG 

 Il faut maintenant découper le chassis suivant le tracé ci-dessus pour loger le moteur et son articulation.

 

P1250571.JPG

 

Le métal se découpe assez bien avec une scie alternative à denture fine, la finition est faite à la lime douce.

 

P1250572.JPG

 

L'axe de rotation du bogie est constitué d'une petite pièce en polystyrène de 1,5 mm d'épaisseur sur laquelle est collée une vis à tête plate fraisée. (diamètre 2 mm)

 

P1250573.JPG 

Cette petite pièce est ensuite collée sur le moteur en vérifiant bien son centrage. Une bride en plat de laiton est confectionnée et vissée sur les deux supports du chassis. Il importe de veiller à ce que le chassis soit à la même hauteur par rapport aux rails sur ses deux extrémités, au besoin, des rondelles sur les supports permettent de corriger les décalages constatés. 

 

P1250574.JPG 

Le plus dur est fait, il reste à tester les qualités mécaniques de l'engin avant de poursuivre les travaux, mais je suis optimiste dans la mesure ou j'ai adopté des montages similaires sur d'autres engins de la collection qui fonctionnent parfaitement.

Bien sûr, le modèle produit par Atlas comporte pas mal d'erreurs au niveau de la gravure et des organes de roulement, mais combien de modélistes sont capables de les déceler?? Pour ma part, j'ai décidé de faire l'impasse, car il est difficile d'avoir des exigences sur des produits de grande diffusion vendus moins cher que le moindre de nos wagons. 

 

A suivre

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : biscatrain
  • : réalisation de réseaux modèles de trains à l'échelle HO biscatrain et nanotrain à l'échelle N et travaux de restauration de locos, motorisation, digitalisation, construction de kit laiton, bricolages divers et variés.
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche