Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 05:45

vidéo 197

quelques séquences vidéo réalisées sur le diorama biscadépôt et sur la coulisse en cours de construction. Les manoeuvres concernent le diesel Robel Viessmann en version digitalisé et sonorisé accouplé avec un wagon de travaux Kibri transportant une pelleteuse. Ce wagon participe à la prise de courant via un accouplement magnétique conducteur "almrose" un bon moyen d'améliorer la captation pour tous les engins moteurs à deux essieux. 

bon visionnage

Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 18:30
758

758

J'aborde maintenant la partie mécanique de cet autorail. Au vu du plan de montage, je ne souhaite pas retenir le mode de transmission par cardans avec un moteur décalé par rapport au bogie moteur, d'autant que les éléments me paraissent peu fiables, s'agissant d'une conception qui date des années 80. Après examen, j'opte pour un micro moteur 5 pôles qui trouve sa place entre les flasques laiton qui seront par contre utilisés.

769

769

Les deux flasques supportant les essieux ont reçu des paliers repercés au diamètre 2 mm. Un micro moteur 12V à double sortie d'arbre 1,5 mm a été équipé de deux vis sans fin (module 0,4) et d'un mini volant d'inertie 

771

771

Le volant déborde légèrement. Il faut donc ouvrir deux fenêtres sur les flasques. 

773

773

Le moteur sera pris en sandwich entre les flasques. Les essieux seront équipés de pignons de récupération Roco (module 0,4). Deux petites cales en styrène de 0,5 mm d'épaisseur sont collées de part et d'autre sur le porte charbons afin éviter tout frottement avec l'induit moteur. Enfin, une barre laiton de section 3x2 mm est soudée sur chaque flasque pour respecter le gabarit du bogie et permettre une fixation supérieure pour sa rotation. 

774

774

Il ne reste plus qu'à assembler les éléments en vérifiant avant collage que les pièces mécaniques tournent librement, notamment le positionnement vis sans fin sur pignons doit être précis. Les angles vifs de chaque flasque laiton ont été tronçonnés à 45° avant cette opération. 

776

776

Un premier test permet de vérifier que le fonctionnement du bogie moteur est OK avec des ralentis et un niveau sonore excellents. Une petite cale a été ajoutée sous le carter moteur.  

777

777

La pose des flancs de bogie ne pose aucun problème, ils s'encastrent précisément dans les orifices carrés des flasques laiton. Il faut vérifier que les roues ne touchent pas sinon court circuit assuré. j'ai retenu des essieux aux normes fines NEM RP25 diamètre 10,5 mm (fournitures Limousin Modélisme Train) Un morceau de circuit imprimé a été collé sur les flasques qui serviront de support pour les lamelles de prises de contact 

781

781

Le bogie porteur est traité de la même manière, mais les paliers sont cette fois ci orientés vers l'extérieur des flasques, puis légèrement réduits en épaisseur afin d'obtenir l'écartement exact des roues. j'ai utilisé les supports d'origine Keyser pour fixer l'axe de rotation des bogies. Par contre, je les ai tronçonnés. 

783

783

Les deux bogies présentent des hauteurs différentes. Il faut donc concevoir un châssis adapté. Il sera découpé dans une plaque époxy de 1,5 mm d'épaisseur dont le gabarit a été calqué sur le modèle en plastique contenu dans le kit Keyser

 

790

790

Des lamelles en chrysocale de 8 dixième de mm d'épaisseur ont été découpées au ciseau et soudées sur la petite plaque de CI.

784

784

Le châssis constitué de deux éléments est mis en forme et soudé sur la partie cuivrée des plaques époxy, en respectant les niveaux différents des bogies moteur et porteur (décalage 6 mm). Une vis est soudée à l'emplacement des axes de rotation. Je n'ai pas retenu l'aménagement intérieur prévu par le fabricant, celui ci étant encore plus sommaire que celui récupéré sur un modèle Atlas dont nous voyons sur cette photo la découpe. 

785

785

Une équerre en laiton consolide les deux niveaux du châssis

786

786

Tout au long de cette construction, il faut vérifier le bon positionnement des éléments châssis/caisse/bogies sur les rails. Lorsque les cotes sont bonnes, il est temps de prévoir la réglette qui supportera la rampe de leds CMS chargée d'assurer l'éclairage intérieur.  

792

792

Une première couche d'apprêt est appliquée à l'aérosol. 

798

798

quatre petites cales de 1,5 mm d'épaisseur sont ajoutées par collage à chaque extrémité de la caisse. Elles serviront à positionner correctement le châssis qui prend appui dessus. 

800

800

La hauteur sur rail du renault VH est ajustée en positionnant tampons contre tampons un autre autorail (sur cette photo un dietrich)  

802

802

installation d'un conducteur

817

817

le sol, les sièges et les cloisons ont été peints  avant la pose de voyageurs Preiser. Je ne garantis pas les couleurs d'origine, l'intérieur étant peu visible une fois la caisse reposée.  

804

804

Durant toutes ces étapes, il  faut vérifier le bon positionnement du châssis dans la caisse. Nous verrons plus tard comment la fixer. 

807

807

les bogies ont été peints en gris 27 Humbrol

806

806

L'opération la plus délicate commence avec la mise en peinture de la caisse. J'utilise un aérographe en prenant soin de faire plusieurs passes légères afin de ne pas empatter le modèle. 

810

810

Le séchage est accéléré en exposant l'autorail en plein soleil. En fin d'après midi, il cogne encore très fort dans les Landes!!

819

819

Une seconde couche crème a été appliquée le lendemain, j'attendrai 24H00 de plus pour entamer la mise en peinture rouge, le masquage avec des rubans adhésifs Tamiya devra être particulièrement soigné, car les cabines figurent des moustaches qu'il convient de bien reproduire. Là je suis un peu inquiet!!

Bref, je dois reconnaître que la construction d'un kit métal intégral est un gros chantier, et dans la mesure où j'envisage une digitalisation sonore du modèle, çà ne fait que compliquer la tâche!

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 06:08
728

728

C'est parti, je me lance pour la première fois dans la construction d'un autorail Renault VH à partir d'un kit de la marque Keyser. Si l'on se réfère à l'étiquette du revendeur présente sur la boîte, il est facile de dater l'époque déjà lointaine de conception de ces kits, et on ne peut qu'être indulgent sur la précision des pièces constitutives. J'ignore si je parviendrai à mener l'entreprise à son terme, mais c'est une expérience intéressante dont je vais vous présenter les étapes. 

731

731

730

730

A première vue, le kit réalisé pour l'essentiel de pièces moulées en métal blanc est complet, avec une notice de montage succincte qu'il va falloir déchiffrer! Aussi, j'ai pu récupérer un autre modèle de la marque Atlas pour me guider dans la construction de cet autorail. 

 

729

729

Premier constat, les pièces issues de moulage sont délicates à assembler, heureusement, le métal se travaille facilement et il faut dégrossir à la lime et avec une fraise les surfaces pour un jointage convenable. 

732

732

les deux cabines sont constituées de trois éléments dont les champs respectifs sont loin d'être jointifs. Après quelques rectifications effectuées essentiellement avec une fraise montée sur un flexible Dremel, je les ai collés avec de la cyanolit. 

733

733

La cabine s'encastre dans la caisse et là encore, il convient d'effectuer un léger fraisage intérieur pour permettre aux deux parties de s'emboîter correctement et éviter une sur épaisseur qui serait très visible même après masticage. 

736

736

Notamment l'arrondi de la cabine mérite d'être retravaillé pour épouser le contour de la toiture. Un jour important devra être comblé avec du sintofer, d'emblée, les travaux de jointage, masticage, ponçage s'annoncent laborieux !

737

737

Une fois les trois éléments de la cabine assemblés, il est judicieux de fraiser légèrement l'intérieur pour limer les aspérités, ce qui facilitera la pose des vitrages. 

740

740

La caisse commence à prendre forme. Voyons maintenant les pièces d'infrastructure à ajouter sur la toiture. 

747

747

là encore, les pièces constituant le groupe d'échappement/ventilation nécessitent d'être remises en forme avant collage. 

749

749

Un important travail de mastiquage est nécessaire. J'utilise du Sintofer bi composants dont le durcissement est + ou - rapide selon la proportion du durcisseur ajouté. Il sera complété d'un enduit de lissage de la marque.

739

739

la traverse de choc vient d'être rajoutée. Sur cette photo, on imagine assez bien le travail de finition qu'il va falloir réaliser avant d'entreprendre la peinture. 

748

748

Une petite trappe d'aération est ajoutée sur l'autre côté de la toiture

742

742

En confrontant les deux modèles (Keyser et Atlas) on peut déceler des différences de cotes et donc de gabarit. Je pense que celles de Keyser sont plus conformes, ce qui resterait à vérifier avec un plan d'origine.  

752

752

les trompes d'avertisseur ont été repercées sur leur orifice, opération délicate suivie d'un fraisage effectué avec une micro fraise sphérique montée sur flexible Dremel. 

756

756

Les globes de feux et les tampons sont ajoutés et collés à la cyanolit. 

757

757

Le fabricant n'ayant pas prévu d'éclairage, j'ai percé chaque feux après centrage avec un foret de 8 dixième, ce qui permettra de loger des micro leds CMS. L'optique est ensuite agrandie avec une passe de fraise sphérique. 

758

758

Il est temps maintenant d'examiner les composants fournis afin de motoriser l'autorail. A priori, je vais revoir l'ensemble en utilisant des essieux aux normes actuelles, les roues présentes dans le kit étant réalisées en métal blanc peu fiable qualité roulement/captation du courant et de surcroît avec un calage sur les essieux qui me semble approximatif. Un gros boulot en perspective.  

768

768

En attendant de trouver une solution, j'ai entrepris la mise en peinture après un ponçage très fin (abrasif Tamiya 1000). La photo ci dessus présente l'engin après plusieurs passes d'apprêt (aérosol Tamiya) nécessaires avant d'attaquer les teintes d'origine de cet autorail rouge/crème. A noter que le fabricant fournit dans ce kit les deux pots de peinture correspondante.  

767

767

Il reste encore quelques travaux à exécuter sur la caisse, mais le plus dur est fait. Les vitrages seront posés lorsque la peinture et les marquages seront terminés.

A suivre

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 20:26

vidéo 196

Quelques séquences de l'autorail De Dietrich LSL ayant fait l'objet de travaux visant à l'équiper d'un décodeur sonore ESU et d'un éclairage des feux et du compartiment voyageurs.

Bon visionnage 

Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 06:59
684

684

engins de travaux en stationnement sur le module biscadépôt

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 05:46
567

567

Dans un précédent article, je décrivais la construction d'auvents de protection caténaires à partir de kits commercialisés par Décapod. Nous voyons sur cette photos divers éléments assemblés dont les dimensions ont été adaptées aux ponts que je dois équiper sur mon diorama. 

581

581

les auvents ont été peints avec un spray gris clair appliqué par passes légères successives. 

591

591

Lorsque tout est bien sec, j'applique avec une brosse quelques touches de peinture acrylique poussière/rouille Décapod. Les décalcomanies "Danger" sont ensuite posées sur les panneaux fronteaux.   

594

594

Un premier pont routier côté dépôt vient d'être équipé. La fixation se fait par deux petites tiges de maillechort qui sont enfichées dans le tablier du pont. bien veiller à positionner les auvents correctement en respectant l'inclinaison des grilles.

596

596

Dans la mesure du possible, l'auvent doit protéger le pont sur sa plus grande largeur

597

597

Quelques coulées de rouille ont été appliquées sous les supports d'auvent

599

599

J'ai souhaité équiper également le pont de chemin de fer donnant accès au dépôt compte tenu de sa fréquentation importante par le personnel de service et sa proximité avec les immeubles de premier plan. 

601

601

En limite Est du diorama, la voie en tranchée passe sous un deuxième pont routier.  Là aussi, il doit être protégé par un auvent. 

602

602

Ce type d'équipement parfois oublié sur les réseaux apporte une touche de réalisme supplémentaire. Sur ce pont, un seul auvent est nécessaire car la ligne en tranchée traverse ensuite une cloison qui ferme le décor. 

657

657

En conclusion, un excellent produit commercialisé par Décapod dont l'assemblage reste à la portée de nombreux modélistes. A consommer sans modération! 

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 05:22
578

578

l'ami Bruno m'a confié récemment une loco diesel 040 DA II pour restauration. Il s'agit d'un modèle tout métal de la marque DJH Model Loco récupéré en mauvais état au niveau de la caisse, mais dont la mécanique est d'excellente qualité. Toutefois, il faudra remplacer plusieurs pignons fendus qui sont à l'origine d'un roulement marqué par des à coups. La photo ci dessus présente l'engin en phase finale de travaux, avec les rambardes refaites intégralement, et après installation d'un décodeur et de feux fonctionnels réversibles . 

524

524

Les rambardes d'origine sont irrécupérables, j'ai donc prévu de les reproduire intégralement. La traverse de choc AV est également endommagée avec un vilain crochet qu'il faudra faire disparaître

523

523

La caisse est fixée au châssis par deux vis. Les deux bogies sont simplement clipsés sur la partie supérieure du châssis. La transmission est assurée par un jeu de cardans relié à un puissant moteur buhler. Les traverses de chocs sont maintenues par deux vis. L'une d'elle supporte un timon d'attelage à élongation variable. 

526

526

La prise de courant est assurée sur quatre des 6 roues de chaque bogie, l'essieu central étant équipé de bandages d'adhérence, ce qui confère à l'engin une puissance de traction et une inertie importantes liées notamment à la présence d'un gros volant d'inertie. 

585

585

La transmission se fait sur deux des trois essieux de chaque bogie. Le démontage ne pose pas de problème. Il faut remplacer chaque pignon (diamètre extérieur 7,5 mm, 13 dents, module 0,5) montés sur des essieux au diamètre 2,5 mm, là çà se complique car ce n'est pas un format courant. Néanmoins, j'ai pu trouver sur Ebay un revendeur qui propose entre autres ce type de format, mais avec un alésage de 2 mm. Il faudra donc bricoler l'article. Pour info, je cite la formule donnée par le revendeur: Da = m (z + 2)

Da : diamètre extérieur du pignon

m : module du pignon

z : nombre de dents

ce qui donne Da = 0,5 (13 + 2) = 7,5 mm

635

635

Pour assurer une pression suffisante du pignon sur l'essieu, je l'ai percé avec un foret de 2,4 mm en utilisant une perceuse d'établi.   

636

636

C'est fait, les pignons sont enfoncés à force sur les essieux moteurs. Il ne reste plus qu'à remonter le carter, sans oublier une pointe de graisse téflon. 

638

638

C'est OK sur le plan mécanique. 

527

527

Mais revenons sur les travaux sur la caisse. Première intervention, dégager les rambardes d'origine et repercer les trous de fixation existants avec un foret de 5 dixième

528

528

pour repérer exactement l'emplacement des trous sur le châssis, j'ai appliqué une feuille de papier décalque prise en sandwich entre la plateforme et une plaque de dépron. Il suffit ensuite de la traverser avec une tige de laiton de 5 dixième pour marquer l'empreinte exacte.

529

529

Il ne reste plus qu'à marquer avec une pointe sèche chaque trous du décalque sur une plaque de bois (médium) qui va servir de gabarit pour la fabrication des rambardes. Le perçage est effectué avec une mini perceuse à colonne pour assurer la verticalité des trous. 

532

532

j'ai confectionné ensuite deux barrettes en médium de 5 mm d'épaisseur pour maintenir correctement les barres de séparation et d'appui des rambardes durant la phase de soudure. Un trait de scie est effectué dans l'alignement de chaque support vertical.

534

534

Ce procédé permet de fabriquer précisément toute sorte de rambardes. J'ai utilisé la soudure liquide et le flux décapant universel de la marque Décapod, qui donne de bons résultats. La partie supérieure de la rambarde est ensuite nivelée et surfacée avec un disque à tronçonner Dremel. 

535

535

Les deux autres sections de rambardes latérales sont fabriquées sur le même procédé

538

538

La confection des deux rambardes frontales nécessite un peu plus de temps, le gabarit étant copié sur celles d'origine que j'ai remises préalablement en forme. 

536

536

Avant d'appliquer la peinture d'apprêt, j'ai nettoyé les rambardes dans un bain d'acétone.

540

540

Il ne reste plus qu'à appliquer une première couche de peinture avec un spray Tamiya neutre, les éléments de rambardes étant enfichés sur une plaque de dépron. 

544

544

J'ai prévu d'installer des leds CMS dans les optiques de phares. Il faut donc percer ces derniers avec un foret de 8 dixième et ensuite creuser l'intérieur avec une fraise sphérique Dremel. Le centrage doit être précis, et les feux en laiton massif ne facilitent pas le travail. Une pointe de peinture couleur argent est déposée à l'intérieur des optiques. 

547

547

j'utilise des leds CMS 605 BTC/rouges précâblées avec du fil émaillé (fournitures Limousin modélisme train) ce qui permet un cheminement discret des fils.  

548

548

Les fils ressortent derrière la traverse de choc et en limite du châssis où ils seront invisibles. 

552

552

Sur le support de bogie solidaire du châssis, j'ai confectionné un circuit imprimé pour raccorder les fils du décodeur (bleu + blanc et jaune -) aux leds CMS en intercalant une résistance de 2 Kohms sur leur cathode. 

555

555

Idem pour le bogie AV qui doit être percé à l'emplacement de la vis de fixation de la caisse et du support de bogie.

560

560

les raccordements électriques sont terminés. Le décodeur trouve sa place au milieu et j'ai ajouté un éclairage de la cabine de conduite qui sera programmable avec la touche Aux 1 du décodeur. Petite particularité au niveau conception du constructeur, les bogies ne peuvent pas être posés tant que la caisse n'est pas fixée par vissage au châssis. Il faut donc prévoir leur raccordement électrique au décodeur et s'assurer qu'ils fonctionnent dans le bon sens de marche. Idem pour le timon d'attelage qui masque l'une des vis de fixation. Il faut l'installer lorsque les deux éléments (caisse/châssis) sont fixés.

579

579

Tests d'éclairage des feux réversibles. 

640

640

Terminé, les tests de roulement sont excellents et la puissance de traction est au RV, l'engin va pouvoir réintégrer le réseau de Bruno où nous pourrons le voir évoluer à terme. En attendant, j'ai réalisé quelques séquences sur mon diorama que je ne manquerai pas de diffuser à l'occasion. 

A +

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 18:33
643

643

Train de travaux après patine et aménagement des plateformes

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 05:43
488

488

La photo ci dessus présente un loco tracteur Robel Viessmann en version digitale/sonore accouplé à un wagon plat de la marque équipé d'une pelleteuse. j'ai souhaité relier électriquement les deux éléments afin d'améliorer la prise de courant. Pour ce faire, j'ai testé les attelages magnétiques de la marque italienne ALMROSE qui permettent un accouplement très doux et efficace au niveau de la connexion 

628

628

Il s'agit d'attelages à deux conducteurs qui s'emboîtent l'un dans l'autre par le biais de deux micro aimants guidés par deux têtons. Ils s'adaptent dans les boîtiers normalisés de tout le matériel récent. La jonction électrique est très fiable et le gros avantage réside dans la facilité d'attelage et de dételage, ce qui n'est pas le cas de ses concurrents (Roco, viessmann, etc) Ces produits sont commercialisés en France par Miniatures Passion à l'unité ou par deux couplages

614

614

Sur cette photo, nous voyons la présence des deux micro aimants qui assurent la jonction mécanique et électrique de la loco et de son wagon.

613

613

L'installation de lamelles de contact sur chacun des essieux du wagon plat est aisé. J'ai enfiché une tige de laiton soudée sur la lamelle découpée dans une chute de maillechort. Un point de colle cyanolit la maintient solidement sur le châssis. Il faut veiller à régler la pression sur l'essieu conducteur lors du remontage. 

617

617

les deux câblent se faufilent entre les longerons sous le châssis du wagon 

620

620

L'accouplement est aisé, les aimants remplissant leur rôle d'attraction doublé d'une jonction électrique très fiable.  

623

623

J'ai ajouté des feux de fin de convoi sur le wagon porte pelleteuse, une fois accouplé, le contact électrique loco/wagon est nettement amélioré et permet de franchir sans à coup toutes les zones délicates d'aiguillages. Ce dispositif est recommandé pour tous les engins moteurs à deux essieux ou à faible empattement. 

630

630

Et comme un train de travaux (même moderne) n'est jamais immaculé, une patine du convoi s'impose, exécuté avec un lavis très dilué de peinture Humbrol noir/ rouille/beige dans du white spirit. 

632

632

Le loco tracteur Robel est traité à l'identique. Le raccordement des deux fils conducteurs se fait sur les lamelles de contact bien visibles sous le châssis

633

633

Terminé. Le fonctionnement est excellent. Un petit train de travaux qui n'attends plus qu'à assurer le service d'entretien sur le diorama.....en attendant quelques séquences vidéos que je ne manquerai pas de diffuser sur ma chaîne you tube

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 05:42

vidéo 195

je vous propose une courte séquence dans laquelle je teste la circulation de deux locos électriques sous la ligne de caténaire 1500 V que je viens d'installer sur la voie en tranchée de mon diorama "biscadépôt". Il s'agit d'une CC7100 Rivarossi équipée de pantographes Bouttuen et d'une 2D2 J/H sonorisée d'origine. Les ponts situés aux extrémités du module ayant une hauteur réduite, la ligne de caténaire a dû être adaptée en conséquence, ce qui justifie l'abaissement prononcé des pantographes sous les ponts.   

Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche