Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 07:15

P1160527

 

Configuration

 

La signalisation en gare terminus étant quasi achevée avec l'installation d'un portique et d'une potence, il convient maintenant de s'attaquer au câblage des signaux situés sur les voies à quai, chantier que j'avais laissé de côté depuis qq années, ce qui m'a laissé du temps pour réfléchir à la meilleure solution possible.

 

Le diagramme ci-dessus situe les accès aux voies de la gare terminus et du dépôt/marchandises, lesquels passent par un ensemble d'appareils concentrés (TJD et aiguillages) formant le gril et permettant des manoeuvres dans toutes les directions.

 

J'ai affecté arbitrairement 4 voies au départ et 4 à l'arrivée, en fait, les 8 voies à quai peuvent être empruntées indifféremment dans les deux sens.

 

Configuration particulière du réseau liée aux contraintes de circulation d'un circuit bouclé: une des voies principales traverse le gril de gare dans le sens conventionnel sud/est - nord/ouest, mais aussi dans le sens inverse car la voie unique dirigeant sur le viaduc est banalisée. De plus, les accès au dépôt et à la gare marchandises cisaillent aussi cette voie principale.

 

En mode automatique ou le BAL est fonctionnel, la traversée doit être protégée de tout cisaillement, ce qui est résolu actuellement avec le signal CRR7 qui affiche le carré rouge si l'itinéraire correct n'est pas enclenché. En mode digital, pilotage à vue, la signalisation BAL n'est plus fonctionnelle, la sécurité est confiée au conducteur .......c'est à dire l'opérateur.......qui ne fait rouler qu'une seule loco à la fois!!!!!!!ouf......(mode principalement réservé aux prises de vues vidéo).

 

Mise en oeuvre

 

Pour se rapprocher des dispositions propres à la SNCF, la signalisation sur les 8 voies de la gare terminus doit donc présenter:

 

             carré rouge ou feu violet

                                 si l'itinéraire correspondant n'est pas enclenché (dans le sens du départ)

                                 si l'itinéraire correspondant est enclenché (dans le sens arrivée)

 

             feu blanc

                                 si l'itinéraire dans le sens du départ dirige vers le dépôt ou une voie de 

                                 service, tiroir, impasse 

 

             feux de BAL 

                                 si l'itinéraire dans le sens du départ dirige vers la voie principale

                                 (en l'occurrence le canton 1) 

                                               vert, pas d'occupation sur le canton 2

                                               jaune, occupation sur le canton 2

                                               rouge occupation sur le canton 1, en fait, ce feu sera associé

                                               systématiquement au carré car il interdit le départ sur la voie

                                               de gare qui vient d'être libérée (itinéraire refermé)

 

La signalisation sur les voies de service (carré violet) ne présente pas de difficulté de câblage, c'est blanc ou violet selon que la voie est libre ou non.  

 

 Principe de câblage

 

Le tableau de commande (TCC/TCO) est équipé d'interrupteurs à glissière disposant de 2 contacts R/T pour chacune des 8 voies de la gare terminus. Ils ont deux fonctions simultanées:

 

              1/ alimentation de la section de voie à quai correspondante

              2/ alimentation d'un relais primaire de signalisation qui donnera systématiquement le carré rouge ou violet si la voie n'est pas alimentée (position repos)  

 

En position travail (voie alimentée) ce relais agira sur les contacts R/T de trois autres relais auxiliaires de signalisation montés en cascade:

 

            1/ relais associé aux moteurs d'aiguillages donnant la direction voie principale

            2/ relais associé aux moteurs d'aiguillages donnant la direction du dépôt ou voie de service

            3/ relais de block automatique associé au canton 2

 

Cette disposition (simplifiée pour les besoins de biscatrain) permettra un fonctionnement réaliste des signaux en gare terminus, tout en assurant une protection totale des trains en mode automatique.

 

En mode digital, la signalisation en gare sera également fonctionnelle, mais limitée aux feux carré rouge, blanc et vert, (pas de jaune puisque le relais de block n'est pas activé au niveau détection des trains) le découpage par cantons étant neutralisé. C'est un compromis acceptable..... 

 

J'ai repris sur le schéma ci-dessous le câblage du signal C6 se situant sur une des voies d'arrivée, qui met en jeu pas moins de 4 relais pour l'éclairage de la cible. Le principe est identique pour les 8 voies de la gare terminus. 


06 fév 2011 002 

l'alimentation du canton 9 est faite à partir de la carte électronique de block automatique.(circuit non représenté)  Lorsque l'interrupteur à glissière est en position ON, la voie V6 est alimentée dans les deux sens arrivée/départ. Cet interrupteur agit simultanément sur un relais auxiliaire C6 dont les contacts R/T (repos/travail) vont générer l'éclairage du feu C6 correspondant, selon la situation des trois autres relais A4, A5 et R2 (ce dernier étant associé à la carte électronique de block automatique du canton 2)

On retrouve donc tous les états des feux décrits plus haut.

  

Circulation des trains

 

Les enclenchements d'itinéraires, déclenchés manuellement sur le TCC à partir d'interrupteurs multi contacts, permettent de manoeuvrer plusieurs aiguillages à la fois, en limitant les erreurs de manipulation. La voie de départ en gare terminus est prioritaire, c'est la règle adoptée chez biscatrain, ce qui implique qu'elle impose un arrêt sur le canton qui précède le gril de gare (CRR7 présentant le carré rouge), en mode automatique, tous les trains en amont seront bloqués tant que l'itinéraire de départ sur l'une quelconque des voies à quai restera enclenché. 

 

Au niveau exploitation, on peut donc concilier les manoeuvres en gare et sur le dépôt en toute sécurité avec une circulation des trains sur le circuit bouclé. 

Les possibilités sont multiples:

 

Quatre trains stationnant sur les voies de départ V1 à V4 peuvent quitter successivement la gare et s'engager sur la voie principale avec l'espacement propre au BAL où ils "tourneront" en boucle.

 

 L'arrivée en gare se fait manuellement ou automatiquement par déclenchement d'itinéraires agissant entre autres sur l'aiguillage BIF A29 qui dirige sur l'une des quatre voies d'arrivée V5 à V8.

 

En mode automatique, le ralentissement est géré dès franchissement du canton 5, et l'arrêt  avec temporisation réglable est déclenché sur le canton 9 dès franchissement du portique de signalisation, ce qui permet l'arrivée à quai d'une rame de 7 à 8 voitures. Niveau sécurité, un sectionnement de la voie à 30 cm du butoir impose un arrêt aux locos ayant un peu trop d'inertie, une diode rétablissant le courant en sens inverse. Par ailleurs, tous les trains en amont du canton 5 seront stoppés tant que l'aiguillage A29 sera dévié et que l'itinéraire précédent restera enclenché.

 

L'arrivée en gare peut également se faire sur les 4 voies V1 à V4, toujours avec accès par la BIF A 29 mais avec franchissement de la bretelle A2, qui dirige sur le canton 1 pris à contresens à vitesse réduite (l'inversion du sens de marche est générée automatiquement aussi bien en mode analogique qu'en digital)

   

Comment repartir?

 

A l'arrivée, la loco est dételée de sa rame (système magnétique Kadee), et reste garée sur le butoir. Une autre loco venant du dépôt ou garée sur un tiroir vient se placer en tête de la rame en marche arrière (attelage au  wagon de queue). Le départ se fait par un enclenchement d'itinéraire redirigeant sur le canton 1 (via les aiguilles déviées A4 et A5) La loco stationnée devant le butoir peut ensuite rentrer au dépôt.

 

Autre option, une rame réversible ou un autorail permet d'éviter ces manoeuvres, puisqu'ils peuvent repartir dans l'autre sens. (un automatisme de va et vient temporisé peut être également enclenché qui gère tous ces mouvements sans intervention manuelle)

 

Enfin, et ce n'est sans doute pas dans le manuel des circulations SNCF, une rame ayant franchi le viaduc et dépassé le gril de gare au niveau du wagon de queue peut se repositionner par refoulement sur l'une des 4 voies de la gare terminus, prête pour un départ ultérieur.......sur biscatrain tout est permis.......ou presque!!!!!

   

et les manoeuvres vers le dépôt?

 

toujours liées à un enclenchement d'itinéraire manuel qui dirigera la loco vers la voie de dépôt ou de marchandises correspondante, avec sectionnement dans tous les cas du gril de gare (protégé par carré rouge CRR7) A l'origine, j'ai prévu un transfert d'alimentation possible sur toute la zone de gare terminus et de dépôt à partir d'une troisième source de courant pulsé permettant des ralentis parfaits. Dans cette option, les cantons 1 et 9 sont neutralisés et le pilotage manuel ne dépend plus que d'une source électronique unique avec ses propres paramètres (potentiomètre et inverseur) 

 

 

mais alors, pourquoi compliquer le câblage avec une voie banalisée?

 

ce n'était pas prévu à l'origine de la conception du réseau, mais j'ai réalisé en cours de construction que c'était une option intéressante qui permet:

 

            arrivée possible en gare terminus sur les voies de départ V1 à V4 si V5 à V8                sont occupées

            traversée du viaduc à contresens (prises de vue intéressantes en vidéo) 

            sortie directe du dépôt ou de la gare marchandises sans manoeuvre vers la voie principale dirigeant sur le viaduc (trains de fret)

            accès aux gares souterraines à contresens (situées sur les cantons 6 et 8) 

            rattrapage de la ligne à double voie dans le sens conventionnel dans la tranchée nord/est du réseau via une BIF (après traversée des cantons 7 et 6)

 

EN CONCLUSION

 

La réalisation d'une gare terminus est un exercice très intéressant en modélisme, car les possibilités d'exploitation sont à mon avis plus variées qu'une gare de passage de même importance. Toutefois, la gestion analogique complique terriblement la tâche au niveau des automatismes et du câblage qui font appel à des circuits électroniques et de nombreux relais, et lorsqu'on veut faire cohabiter les deux modes d'alimentation (analogique et digital) cela devient une véritable usine à gaz!!!!! Aussi, je vous ai épargné la plus grosse partie des nombreux schémas réalisés pour la mise en oeuvre du câblage des signaux lumineux, j'imagine assez bien la complexité des installations réelles dans les grandes gares SNCF!!! 

 

Il est clair que biscatrain (s'il devait être reconstruit aujourd'hui) serait géré exclusivement en mode digital sur PC........pas de regret, je ne maîtrise pas grand chose dans ce domaine et vu mon grand âge, je n'ai pas le courage de faire l'investissement souhaitable pour assimiler son fonctionnement.

j'espère que cet article n'aura pas été trop indigeste, et s'il a pu vous apporter qq indications pour la réalisation de votre projet, je m'en réjouis. Toutefois, la conception et le mode de fonctionnement présentés est lié à la configuration particulière du réseau biscatrain. En aucun cas, il ne saurait être un modèle.......

Gare terminus, gare de passage, les deux, voire rien du tout......juste un tronçon de voie dans un beau décor, qu'importe!!!!!! L'important est de continuer à rêver devant un petit monde miniature que l'on a imaginé, et qui est le reflet plus ou moins abouti d'un environnement réel ou fictif. 

 

 

 

  

 

 

 

       

 

 

Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 19:05


Attention:

Je rediffuse cet article publié hier car les photos étaient dans un format incorrect pour les visiteurs. J'ai trouvé sur le site OVER-BLOG qui abrite Biscatrain une explication et les photos seront désormais diffusées dans un format (480x640 pixels) légèrement supérieur à celui du passé. 

Le plateau supportant la gare a été remonté sur le réseau. Le faisceau de fils assurant l'alimentation électrique des éclairages en sous-sol et en surface a été masqué avec des bandes de polystyrène de 0,15 mm d'épaisseur. Une deuxième couche de peinture blanc mat sera nécessaire pour uniformiser le plafond.


Les quatre rampes de leds CMS ont été installées pour éclairer en sous-sol les quatre quais voyageurs.  



Le plateau baissé laisse filtrer une lumière puissante en sous-sol comparable à des néons, avec une dominante verte due à la prise de photo de nuit. Le BV côté voyageurs est équipé de cinq lampadaires rétro à trois globes, ce qui assure un éclairage correct en surface.


Les leds rouges sur les butoirs ont tendance à éclairer par transparence leur traverse de tamponnement respective, c'est sans importance car l'appareil photo ou caméra n'aura jamais cet angle de vision lorsque le plateau sera définitivement rabattu.

  
La CC72000 qui stationne devant une des voies d'arrivée bénéficie d'un éclairage suffisant pour les prises de vues nocturnes


idem pour les voyageurs qui attendent devant l'ascenseur (les leds de butoirs ne sont pas encores branchées sur cette photo!!!) et le plafond n'est pas terminé.

 

 


vue de côté du BV éclairé


Côté avenue de la gare, les 8 lampadaires diffusent une lumière convenable pour les photos nocturnes


le bus attend les derniers voyageurs.....

 


photo prise à la tombée de la nuit, le ciel est encore visible


une dernière photo avec au premier plan la rame grand confort éclairée prête au départ

En conclusion: 

Ces travaux ont été assez longs à exécuter (trois semaines environ), mais le résultat est conforme à ce que j'en attendais. L'éclairage sur les réseaux (pour les modélistes qui ont fait ce choix) est un élément à soigner, car il permet des prises de vue nocturnes qui restituent le mieux une ambiance ferroviaire, les zones de pénombres étant plus ou moins neutralisées. 

Reste à tester une approche du terminus à l'aide de caméra embarquée, sujet de la prochaine vidéo.





Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 07:31

Les ascenseurs étant installés, j'ai décidé de remplacer les butoirs "Jouef" sur les 9 voies de la gare par des butoirs monobloc type ciment. La fabrication en série ne pose pas de problème particulier, car il suffit de tronconner (scie circulaire d'établi) dans une baguette mise au gabarit (section 20x 18,5 mm) 9 troncons de 30 mm de longueur.
Avant de les tronconner, faire un biseau à 45° sur l'un des angles de la baguette. Réaliser ensuite deux traits de scie parralèles sous le butoir  pour pouvoir l'encastrer sur les rails.
Les traverses de tamponnement sont coupées dans du profilé Evergreen de section 4,5 x 3 mm (longueur 26 mm) et percées au milieu (diamètre 3 mm) pour recevoir une led rouge. Deux bandes (Evergreen) seront collées de part et d'autre de la led pour créer un relief sur la traverse de tamponnement et faciliter la mise en peinture rouge (section 3,40 x 0,5 mm) 
Enfin, chaque butoir sera percé pour faire passer les deux pattes des leds et leur base qui doivent s'encastrer totalement dans la masse. Dernière intervention, réaliser une saignée au dos des butoirs pour permettre le raccordement électrique des leds avec les fils électriques (et l'indispensable résistance 1 kohms)  


 La photo ci-dessus montre les différents éléments qui viennent d'être peints (tamiya 55 ciment pour les butoirs et Humbrol 60 rouge pour les traverses)

 
Les butoirs ont été salis avec un lavis noirâtre et équipés de pattes isolées pour le raccordement électrique sous le plateau de la gare. Ils seront ultérieurement patinés avec de la terre à décor lors de leur mise en place.


test d'éclairage avec une pile 9 V. Une fois positionné en bout de voie, du ballast a été copieusement rajouté pour garnir toute la base du butoir, le tout a été sali avec de la terre à décor couleur crasse, brun foncé, rouille, blanche (idem sur le mur du fond)  Sur deux des quais centraux, j'ai rajouté un petit kiosque, ici TABACS, sur l'autre BUFFET (kits Kibri améliorés)   

 


vue en élévation. Le mur du fond a été patiné, ajout de quelques affiches, bancs, personnages devant les ascenseurs, buffet, quelques taches noiratres simulant les dépôts de graisse/huile laissés par les locos à l'arrrêt devant les butoirs, il ne reste plus qu'à installer un éclairage efficace sous le plateau de la gare terminus pour mettre en valeur  l'ensemble, et là cela devient compliqué........


Le plateau de 100 x 65 cm qui supporte la gare et tous les immeubles doit être démonté, en évitant la casse, car il va repasser dans les ateliers pour modification des éclairages supérieurs (lampadaires modernes sur l'avenue de la gare) et inférieurs (spots pour éclairage des quais en sous-sol) Tout le faisceau de fils électriques sous le plateau de la gare devra disparaître et donc être encastré dans la structure en contreplaqué. La photo ci-dessus montre une vue globale des équipements en sous-sol une fois le plateau dégagé.

  
Cà y est, le plateau se retrouve sur l'établi où il est plus facile de travailler. La partie extérieure de la gare côté voyageur surplombe les quais et est donc ceinturée par une barrière de type Faller. Ces barrières n'offrent pas une protection suffisante pour les voyageurs (notamment les enfants) qui pourraient passer au travers des grilles. J'ai donc rajouté une verrière en verre synthétique de 1 mm d'épaiseur et 10 mm de hauteur dont les champs ont été peints pour simuler le chassis, le tout collé à la glue sur les supports de barrières.

 


vue du dessous du plateau supportant la gare et les immeubles. Tous les fils électriques (ampoules, lampadaires) assurant l'éclairage de l'ensemble ont été retirés pour permettre les travaux de rainurage (utilisation d'une défonceuse) Le câblage sera ensuite refait et les fils encastrés dans les rainures qui seront rebouchées. Je n'ai pas trouvé d'autres solutions car une fois rabattu, le plateau affleure sur les piliers d'escaliers et les cabines d'ascenseurs et je ne peux pas créer une surépaisseur au niveau du plafond du sous-sol. 

 
L'utilisation d'une réglette métallique (Véritas) bloquée sur chaque extrémité et dépassant de part et d'autre du plateau est très utile pour guider la défonceuse et maintenir le plateau à l'envers. Ce travail est le plus délicat, car les maquettes sont fragiles et le plateau est maintenu dans le vide entre deux établis durant toutes ces opérations. Une erreur de manipulation et bye bye les maquettes!!!!!!!!! J'ai profité de cette intervention pour revoir l'implantation des lampadaires et percer les trous correspondants.  


Le dessous du plateau qui devient le plafond du sous-sol a été peint en blanc au roulor. Le rainurage (exécuté avec une fraise de 8 mm de diamètre) va permettre un raccordement électrique de tous les éléments d'éclairage supérieurs et inférieurs. Sur la partie du plafond située au dessus des quais, j'ai prévu de loger des rubans autocollants de leds CMS (fourniture CDF Informatique ou Miniatures Passion) qui viendront s'encastrer dans les rainures 


Les lampadaires anciens à un globe seront remplacés par des modèles rétro à 3 globes, ils n'ont pas résisté à l'opération de démontage!!!!!!!


Remplacement aussi des lampadaires anciens MKD. L'avenue de la gare sera équipée de modèles plus modernes dont on voit ici deux éléments (fourniture Ebay)  

Le prochain article devrait clore ce chapitre. Il concernera toute la partie éclairage supérieure et inférieure du plateau, la décoration, et les résultats photos et vidéos en ambiance nocturne.

Au passage, je tiens à remercier tous les fidèles du site (et tous les autres) qui vient de fêter le 04 janvier 2009 son premier anniversaire:

                          45 000 visiteurs
                          167000 pages consultées
                           62 abonnés à la newsletter

Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 07:31

La gare terminus de Saint-Gilles est positionnée perpendiculairement au dessus des voies de départ et d'arrivée, ce qui permet de prolonger celles ci d'une cinquantaine de centimètres jusqu'aux butoirs. Cette disposition offre des avantages, mais pose le problème d'un accès difficile dans cette zone (nettoyage des voies, toiles d'araignées, déraillements de locos toujours possible). C'est pourquoi lors de sa conception, j'ai prévu de pouvoir relever l'ensemble du plateau qui supporte cette gare et tous les immeubles qui forment le décor de fond, celui ci pivotant à 90 ° sur une charnière piano.


La photo ci-dessus montre le plateau relevé à la verticale et qui s'appuie sur le mur derrière un couloir étroit de 30 cm de large. 


Le relevage est facile d'un seul doigt, tous les bâtiments étant  solidement collés sur le plateau


Une fois relevé, on s'apercoit que l'aménagement en sous-sol est très sommaire, limité à quatre piliers et quatre escaliers d'accès au niveau supérieur, le fond au niveau des butoirs n'est pas pas décoré. S'agissant d'une partie non visible, cette zone aurait pu rester en l'état......
Toutefois, les vidéos réalisées à l'aide de la caméra embarquée sur les voies d'arrivée restituent assez mal l'entrée sous la gare. (éclairage insuffisant, manque d'aménagements, pas de panneaux indicateurs d'horaires  des trains à l'arrivée et au départ, plafond encombré de fils électriques qui alimentent tous les immeubles en surface)
Partant de ce constat, j'ai prévu de réaménager tout le sous-sol, et revoir du même coup l'éclairage de l'avenue de la gare en surface qui est un peu déficient.......


L'accès aux quais par escalier restera en l'état. Le remplacement par des escaliers roulants posant trop de problèmes de mise en oeuvre (raccordement avec la partie supérieure notamment)  Par contre, les quatre piliers sous la gare permettront de créer 4 ascenseurs qui déboucheront directement à l'intérieur de la gare terminus.

    

L'accès aux trains vu de la plateforme supérieure côté voyageurs débouche directement sur les escaliers. Là aussi, on ne change rien.


Une première cabine d'ascenseur vient d'être construite, elle est surmontée d'un panneau indicateur d'horaire des trains. Les deux éléments ont été dimensionnés de facon à couvrir toute la hauteur du pilier dans lequel ils vont s'encastrer. Réalisation en polystyrène blanc et noir de 1,5 mm d'épaisseur, bordé de baguettes Evergreen de 0,75 mm d'épaisseur pour le panneau. Le bloc ascenseur est peint couleur Inox, les panneaux sont imprimés sur étiquettes autocollantes (tableur Excel utilisé) Les affiches collées sur les murs ont été récupérées sur Internet. 

     
L'utilisation d'une mini scie circulaire "Proxxon" est très utile pour reproduire en série les 4 ascenseurs. Deux panneaux sont réservés aux trains à l'arrivée et deux autres aux trains au départ. Les horaires, destinations, provenance des trains sont totalement fictifs, de même que la taille des panneaux destinés à couvrir les piliers

 

premier test de pose. L'ascenseur s'emboîte verticalement sur le pilier qu'il occulte totalement. Une zone pavée devant les portes de l'ascenseur sera rajoutée. Le fond du mur dans la zone des butoirs a été peinte en gris foncé et la partie supérieure recouverte de murs en briques patinées (Slatter's)
Vue en élévation. Pour l'instant, rien n'est encore fixé car il faudra faire des essais vidéo lorsque le plateau supérieur de la gare aura été équipé d'éclairages adéquats. J'envisage également de poser des leds rouges sur chaque butoir pour signaler leur présence au conducteur de loco. Pour le reste des quais dans cette zone, je cherche encore des idées d'équipement (hormis les personnages à installer), si vous avez des suggestions, n'hésitez  pas à me les communiquer.

La suite de cet article sera consacré à la finition, construction d'un faux plafond pour accueillir les spots et masquer le réseau de fils électriques, pose de voyageurs et patine de l'ensemble.  

 


Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:13

Un petit retour en 2005, année de construction de la gare terminus et d''aménagement des quais.

 

 

La gare terminus de Saint-Gilles est équipée de quais Faller ( Réf 120181)  dont la largeur confortable (9,2 cm) assure un meilleur rendu. Toutefois, la hauteur des socles et leur aspect "plastique" peu ouvragé m'ont conduit à les refabriquer, d'autant que certains devaient s'incrire dans des courbes. De plus, je voulais créer des passages souterrains réalistes, ce que ne propose pas Faller.

 

 

j'ai utilisé du médium de 10 mm d'épaisseur dans lequel j'ai découpé trois semelles de 10 cm de large sur environ 200 cm de long , dont la géométrie correspondait aux entraxes de voies. Avec une défonceuse, j'ai réalisé une mortaise sur chaque côté et sur toute la longueur de 2,5 x 2,5 mm permettant ensuite de coller une baguette en bois dur de 3 x 3 mm . Prélablement, faire des joints tous les centimètres avec un disque à tronconner . Sous cette baguette j'ai collé des plaques de murs de briques (origine Slatter's) . Le tout a été peint couleur ciment, puis patiné, et une dalle sur deux peinte en blanc mat.  

 

 

La photo ci-dessus montre un passage souterrain rééquipé d'un escalier complet, avec des murs de briques, des barrières en laiton photodécoupé, et le panneau indiquant l'accès aux voies.  Avant la pose,  percer des trous ou viendront se positionner les piliers des quais couverts  en utilisant comme gabarit les socles Faller.   

 

 

Un quai supplémentaire a été construit avec le même procédé, pour désservir une voie de messagerie et deux tiroirs.

 

 

L'accès des quais à la gare se fait par quatre escaliers qui débouchent sur la plateforme supérieure. Sur cette portion de 17 cm de long (soit une demi réf 120181), les quais couverts Faller d'origine ont du être surélevés avec des colonnes récupérées sur d'autres kits Faller. Les escaliers proviennent d'une ancienne passerelle Faller contre laquelle j'ai collé des murs en suivant la découpe (médium de 3 mm d'épaisseur) Ces murs servent de piliers supportant la plateforme supérieure de la gare.  

  

 

Cette plateforme qui accueille la gare terminus (reproduction Kibri de la gare de Bonn) et les immeubles de ville (non encore installés sur cette photo) est escamotable à 90 degrés grace à une charnière piano fixée sur l'extrémité du module. Ce procédé permet d'accéder aux 9 voies souterraines qui s'enfoncent sous la gare sur une longueur d'environ 50 cms.

 

 

chaque escalier débouche sur la plateforme du BV côté voyageurs.

 

 

Les abris de quais sont simplement posés sur leurs socles respectifs, ils sont démontables et l'alimentation électrique de la rampe d'éclairage intérieure se fait par 2 descentes de gouttières (fil de laiton de 1 mm de diamètre) qui traversent le plateau de part en part

 

 

nous sommes en 2008, les travaux sont plus avancés, avec un environnement d'immeubles urbains qui ceinturent la gare terminus

 

 

Plus précisément, novembre 2008, le quartier de ville s'est agrandi au nord est du réseau, justifiant la présence d'une gare de type terminus.

 

NB: Les quais Faller réf 120181 constituent une excellente base pour l'aménagement de nos gares, avec une largeur réaliste et un  style très proche de ceux existant sur le réseau SNCF. Les abris sont très finement reproduits. J'espère que cet article apportera un éclairage supplémentaire à tous les amateurs qui souhaitent se lancer dans ce type de projet.   

  

Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 08:28

Quelques photos retrouvées dans les archives.

undefined

vue aérienne du BV surplombant les quais

undefined

Une autre vue prise au télé objectif (les perspectives sont écrasées) . On voit bien les deux voies parrallèles en tranchée qui longent le grill de gare et se dirigent vers la zone de montagne. A droite, la voie unique venant également de la montagne en large courbe traverse le grill de gare de part en part sur une trajectoire bien droite pour rejoindre les voies principales. 

undefined

cette vue montre la disposition de la gare (modèle Kibri) dont la longueur (environ 1 mètre) couvre toutes les voies de départ et d'arrivée. Une partie des quais Faller a été réhaussée afin d'abriter les escaliers donnant accès à la plateforme supérieure de la gare. Les voies s'enfoncent sous la gare sur environ 50 cm, surface qui est récupérée pour l'implantation de la ville en fond de décor derrière la gare.
NB: cette zone plutôt sombre est propice aux toiles d'araignée ainsi qu'en témoigne la photo et un petit nettoyage est nécessaire périodiquement. La plateforme supportant la gare et les batiments de ville peut s'escamoter  complètement sur un angle de 90° grace à une charnière piano.

undefined 

une autre vue coté quais.

undefined

Vue aérienne de nuit

      

Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 08:03
undefined
La gare constitue généralement un des thèmes principaux du réseau. Lors de sa conception, nous avons le choix de reproduire une gare de passage ou une gare terminus. Chacune offre des perspectives d'exploitation intéressantes en fonction de leur importance. Leur implantation doit être planifiée en priorité afin de déterminer l'emprise qu'elle aura sur votre réseau. 

Sur mes deux derniers réseaux, et notamment sur Biscatrain, j'ai pris l'option de reproduire une grande gare terminus, ayant constaté que la surface qu'elle occupe est plus faible que celle d'une gare de passage de même importance. Cela tient au fait que le raccordement des voies de départ/arrivée constituant la gare terminus aux autres voies principales du réseau ne s'opère que d'un côté, les autres finissant sur un butoir.

Ce constat est d'autant plus sensible si vous utilisez des aiguillages de faible rayon. Le grill de gare terminus est sensiblement aussi long que celui des voies à quai. Pour une gare de passage qui nécessite deux grills (entrée/sortie) la surface à prévoir augmente d'un tiers environ.  

Un autre avantage qui milite en faveur de la gare terminus est le positionnement du bâtiment voyageur (BV) qui peut-être situé au dessus des voies en butoir avec un accès aux quais par escaliers, ce qui évite de rallonger encore  l'emprise des installations de gare, où de l'élargir lorsqu'on positionne la gare de passage latéralement aux voies. 

Enfin, les possibilités d'exploitation d'une gare terminus sont à mon avis plus intéressantes qu'une gare de passage du fait de la diversité des manoeuvres que l'on peut effectuer, sachant que toutes les voies (arrivée/départ) doivent pouvoir être accessibles à partir des voies principales/et/ou/des voies de dépôt.

undefined

Cette autre photo rapprochée d'une partie du grill de gare montre bien la surface qu'il faut réserver à ce type d'installation. L'utilisation de TJD (ici Roco Line) s'impose pour effectuer les jonctions dans tous les sens. Certains croisements ont des angles introuvables dans le commerce et il faut les fabriquer soi-même (voir l'article consacré à cette fabrication).

Une autre difficulté est le raccordement électrique de tous ces appareils, sachant que les pointes de coeur doivent être polarisées convenablement en fonction des itinéraires enclenchés. Mais le problème se pose de la même façon sur les grills entrée/sortie d'une grande gare de passage et je dirais même qu'il est multiplié par deux. 

Pour ce qui concerne Biscatrain, j'ai réservé quatre voies à quai (partie gauche de la photo) pour les voies d'arrivée, et quatre voies à quai + une voie messagerie (partie droite) pour les voies de départ, chacun des deux ensembles étant polarisés à l'inverse, ce qui permet de respecter le sens conventionnel de marche à gauche lorsque les trains s'engagent ou quittent la double voie principale. Un sectionnement sur deux rails est nécessaire à un point précis du grill de gare pour éviter les courts-circuits.

L'alimentation analogique (courant continu) ou digitale (courant alternatif) pose le même problème lors du franchissement de cette zone où les pôles s'inversent.  je l'ai résolu en créant une inversion automatique de la polarité d'une des deux zones de quatre voies décrite ci-dessus à l'aide d'un relais qui établit une polarité identique à toutes les voies de gare + grill suivant l'itinéraire enclenché.

126-2671_IMG-copie-2.JPG

Cette photo montre l'autre sortie du grill de gare côté dépôt/marchandises qui doit être accessible à partir de toutes les voies de la gare terminus, ce qui justifie la forte concentration des appareils de voie. L'alimentation électrique de toute cette zone est plus simple, avec une polarisation identique sur toutes les voies.

Afin de permettre toutes les manoeuvres possibles sans crainte de courts-circuits , j'ai prévu une alimentation classique ou digitale de toute les zones (gare/grill/dépôt/marchandises) avec une protection par carré rouge sur l'une des voies principales traversant le grill de part en part.

undefined         

Photo de nuit, une rame grand confort  vient de marquer l'arrêt sur une des quatre voies d'arrivée de la gare terminus. A sa droite, une autre rame de voitures CIWL va quitter l'une des voies de départ (grandes lignes) et s'élancer dans la nuit...... 
   
Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche