Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 18:44

P1230404.JPG

 

nous en étions restés à l'adaptation du bogie moteur sur le chassis métallique. Pour assurer une rotation de celui-ci et un positionnement centré, j'ai dû confectionner ce type de support sur lequel viendra s'appuyer le bogie. Le plancher métallique a dû être largement ouvert pour permettre un débattement suffisant en courbe.

 

P1230405.JPG

 

le bogie moteur ne sera pas équipé de bandage d'adhérence, vu le poids plume de l'autorail, aussi, j'ai installé des lamelles de contact découpées au gabarit dans du chrysocal de 1/10ème, et fixées sur une tige de laiton de 8/10 ème soudée et collée.

 

P1230406.JPG

 

une échancrure a dû être fabriquée sur le support (que l'on voit ici à l'envers) pour permettre aux tiges de contact un débattement suffisant en courbe.

 

P1230407.JPG

 

Le bogie moteur est en place, j'ai ajouté un peu de graisse au silicone pour assurer une rotation souple.

 

P1230409.JPG

 

deux nouvelles coupelles situées au dessus du support chassis maintiennent le bogie en place lorsque l'autorail est soulevé. Après avoir réglé le jeu vertical, elles seront collées..........il est important de veiller à ce que les deux tiges de laiton ne puissent pas toucher le chassis métallique (court-circuit) lors de la rotation du bogie.

 

P1230410.JPG

 

l'installation de lamelles de contact sur l'autre bogie est réalisé selon le même principe. La captation du courant se fera sur les 8 roues de l'autorail.

 

P1230411.JPG

 

Pour terminer le chapitre motorisation, j'ai confectionné un petit carter collé qui protège un peu mieux la transmission

interne.

 

P1230413.JPG

 

les fils rouge et noir traversent les longerons du chassis et vont se raccorder aux lamelles de contact du bogie moteur

 

P1230414.JPG

 

maintenant, je peux m'attaquer au compartiment intérieur qui a dû être découpé au niveau des deux moteurs diesel décollés pour la circonstance. L'ensemble a été collé (UHU strong and safe)

 

P1230418.JPG

 

 Les deux moteurs en question ont été ensuite collés sur le bogie moteur, ils sont surélévés de 2 mm environ par rapport au plancher d'origine, mais ils ont pu être conservés!!!!! Une "fausse" cloison sera collée juste derrière pour recevoir le décodeur.

 

P1230419.JPG

 

Le décodeur utilisé est un lenz silver direct à 8 pattes, il sera pris en sandwitch dans ce petit montage, après avoir repéré les couleurs de chaque broche sur un testeur ESU.........attention, c'est facile de se tromper........et si mal branché!!!!! bonjour les dégâts.

 

P1230421.JPG

 

 tout est en place, je peux déjà raccorder les fils d'alimentation voie et le moteur et faire les premiers tests de roulement en digital........cela marche!!!!!

 

P1230424.JPG

 

Il faut maintenant dégager les feux factices en repérant avec une pointe fine le centre  et percer progressivement à 1, 2 puis 2,1 mm afin de loger facilement les leds canon bicolores blanc/rouge

 

P1230425.JPG

 

les leds seront soudées sur l'anode centrale commune, en les logeant dans les orifices des feux. prévoir de légèrement limer en biais le corps des leds côté extérieur, afin de faciliter leur installation à l'intérieur de la caisse.

 

P1230426.JPG

 

Les cathodes ont été sectionnées, et le corps des leds peints en noir mat

 

P1230428.JPG

 

idem à l'intérieur de la caisse pour éviter un éclairage par transparence du plastique.

 

P1230429.JPG

 

il faut faire sauter l'arrondi du plancher aux deux extrémités.

 

P1230430-copie-1.JPG

 

mise en peinture de l'intérieur du compartiment.........les couleurs sont de pure imagination, n'ayant aucun document d'époque en couleur!!!!! j'ai réutilisé les supports d'extrémité qui seront collés sous les vitrages, avec un conducteur installé en cabine 

 

P1230431.JPG

 

Les cathodes sont soudées en série avec une résistance de 4,7 Kohms sur chaque couleur (blanc et rouge) Le ruban de leds CMS autocollant est également équipé d'une résistance supplémentaire de 3,3 Kohms pour atténuer la forte luminosité des leds.

 

P1230432.JPG

 

encore qq soudures pour raccorder les divers éclairages.......

 

P1230434.JPG

 

et pose de qq voyageurs.........je tiens le bon bout!!!!

 

P1230435.JPG

 

les moteurs diesel ont été salis avec de l'encre modelmates brown

 

P1230440.JPG

 

Il ne reste plus qu'à patiner l'engin.

 

P1230445.JPG

 

dont la belle livrée beu/gris est un peu trop propre.......

 

P1230447.JPG 

patine discrère réalisée avec des encres modelmates

 

P1230449.JPG 

 après qq petites mises au point, les premiers tests de circulation sont parfaits........avec des ralentis très réalistes.

 

P1230455.JPG 

l'éclairage intérieur est assez doux, bon pour le service!!!!

 

P1230457.JPG

 

l'inversion des feux est fonction du sens de marche en régime digital, mais ne fonctionne pas en analogique.......donc circulation obligatoire en digital........l'éclairage du compartiment est obtenu avec une touche de fonction auxiliaire du décodeur.

 

En conclusion...........beaucoup trop de temps passé (plus d'une semaine pour arriver à faire rouler cet autorail) il faudra que je me tourne vers des solutions plus faciles à mettre en oeuvre pour les prochains, il faut dire qu'Atlas ne nous facilite pas la tâche avec des chassis tout métal dont la découpe est difficile.......et je ne parle pas de la mise au point du moteur qui doit être précise au niveau du calage du bogie.........sinon patinage certain!!!!

Bref, je souhaite beaucoup de patience à tous les amateurs qui se livreront à ce type de travaux.

A +  

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 06:30

P1230307-copie-1.JPG

 

Ce petit autorail fabriqué par le constructeur Berliet dans les années 1930 est assez bien reproduit par les Editions Atlas. Aussi, j'ai prévu de le motoriser, digitaliser et installer un éclairage intérieur et des feux fonctionnels. L'engin réel en question était équipé de deux moteurs diesel de 150 CV chacun entraînant une génératrice produisant un courant de 600 V alimentant deux moteurs. C'était en fait un diesel/électrique.....il a circulé essentiellement sur le réseau PLM.......c'est d'ailleurs dans cette livrée seyante bleu/gris qu'il a été reproduit.

 

P1230364.JPG 

Comme tous les modèles produits par Atlas, il est statique........Le démontage des éléments par dévissage ne pose aucun problème.

 

P1230366.JPG 

Les deux moteurs diesel ont été sommairement reproduits.....

 

P1230367.JPG 

Comme pour le Decauville, sa motorisation fera appel à une mécanique Bachmann qui équipe la plupart de ses camions rail/route.........un rapide coup d'oeil permet de vérifier que l'entraxe des essieux du futur bogie moteur est exactement celui des deux pignons entrainés par les vis sans fin du moteur Bachmann

 

P1230368.JPG

 

L'engin sera donc sacrifié, sans regrets vu son coût de l'ordre de 40 euros

 

P1230369.JPG  

Les deux demi carters sont assemblés par vissage.......sur cette photo, nous voyons le système de transmission qui sera adapté au bogie de l'autorail berliet........les qualités de ce micro moteur sont parfaites, et le rapport de réduction assure une vitesse très réaliste de l'engin, avec des ralentis excellents.

 

P1230370.JPG

 

C'est là que çà se complique...... il faut casser les deux têtons qui servent d'axe aux pignons primaires, pour dégager les deux cavités qui devront être percées pour accueillir les essieux du bogie de l'autorail

 

P1230371

 

Une fois les têtons cassés, il faut fraiser le logement pour qu'il soit bien plat, repérer avec un pointeau l'axe correspondant et percer en plusieurs étapes chaque demi carters..........forets de 1 mm puis 2 mm et enfin 2,1 mm afin que l'essieu équipé d'un axe de 2 mm tourne sans résistance.

 

P1230376.JPG

 

Les deux demi carters sont maintenant percés.........il faut ensuite dégager à la scie à métaux les proéminences extérieures pour affiner la largeur du bloc moteur.........et finition par limage.

 

P1230377.JPG 

Les flancs du carter moteur qui accueilleront les essieux doivent ensuite être réduits par limage afin d'obtenir le profil visible sur cette photo.

 

P1230378.JPG  

 Les pignons doivent être repercés à 2 mm. ils seront ensuite engagés à force sur les essieux

 

P1230387.JPG

  

D'un côté, on peut conserver le vissage d'origine qui relie les deux demi carters, de l'autre, il faut créer un nouveau point de fixation, car l'excédent du carter a dû être scié.........Un taraudage avec vis de 2mm à tête fraisée a dû être réalisé.

 

P1230390.JPG

 

Pour permettre la rotation du bogie moteur sur le chassis, j'ai prévu de fabriquer deux demi coupelles en polystyrène de 2 mm d'épaisseur qui seront collées de part et d'autre du carter moteur

 

P1230391.JPG 

Celles ci seront collées avec les deux flancs de bogies en veillant au bon positionnement latéral des pièces rapportées.........et leur hauteur par rapport aux rails 

 

P1230372 

le bogie porteur ne pose pas de problème particulier, il suffit de limer légèrement les ouvertures pour permettre la rotation des essieux.........Il faut également limer en biais les extrémités des flancs de bogie, afin d'assurer une rotation convenable dans les courbes......... j'ai utilisé des  essieux Jouef de récupération (BB66000)

 

P1230373

 

Le carter ne nécessite pas d'intervention particulière hormis un petit limage pour permettre le passage des roues.

 P1230393.JPG

 

Il est temps de s'attaquer au chassis métallique qui devra être ouvert différemment sur chaque bogie.........un tracé au compas et à la pointe à tracer est nécessaire

 

P1230395.JPG

 

l'opération est effectuée avec la scie à chantourner Proxxon équipée d'une lame fine pour métaux. Ici, nous sommes sur l'extrémité chassis qui accueillera le moteur.

 

P1230397.JPG

 

Sur l'autre extrémité, je peux maintenir l'axe de rotation du bogie.

 

P1230399.JPG

 

Le bogie porteur a été repositionné avec sa fixation d'origine, le débattement est convenable pour une inscription en courbe de rayon min 54 cm 

P1230400.JPG

 

le bogie moteur reposera sur les deux demi coupelles latérales, il ne déborde pas trop sur le chassis, c'était l'objectif, car je souhaite pouvoir maintenir les deux moteurs diesel factices qui sont bien visibles sur l'extémité correspondante de l'autorail

 

Il reste désormais à trouver un système de rotation/fixation du bogie moteur, et faire les premiers tests de roulement, avant d'attaquer la digitalisation, l'éclairage, la déco intérieure et enfin la patine........

 

A +

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 19:20

P1230338.JPG

 

Dans un précédent article, j'avais présenté le nouveau TCO installé à l'extrême ouest du réseau, sa construction étant destinée à gérer essentiellement les deux gares souterraines dont les éléments de commande ne pouvaient plus être logés dans le poste principal.

 

Ce poste aura plusieurs fonctions:

 

1/ visualiser l'état d'occupation des deux gares souterraines

 

2/ gérer les itinéraires (soit en mode automatique, soit en mode manuel, avec possibilité ultérieure de prise en charge par informatique)

 

3/ gérer une sonorisation fixe qui vient d'être installée sous le réseau et pour laquelle je présenterai un article sur sa conception et ses possibilités.

 

4/ assurer l'éclairage en souterrain de toute les voies de la gare N°3 en cours de construction.

 

la présentation du jour porte sur le 4ème volet.

 

P1230341.JPG

 

 Avant d'installer les éléments de la gare souterraine, il m'a semblé utile de prévoir un éclairage de cette dernière pour plusieurs raisons:

 

meilleure visualisation en cas d'intervention sous le réseau..........rappelons que cette gare sera située à 16 cm en dessous de la structure d'origine, et que l'éclairage y est naturellement faible.  

 

meilleures prises de vue de la caméra embarquée pour les séquences vidéos lors de sa traversée.

 

et qui sait, peut-être ultérieurement un contrôle visuel par caméra de surveillance fixe connectée à un micro moniteur.

 

La photo ci dessus montre une rampe constituée de plaquettes de CP de 5 mm d'épaisseur et de 8 cm de large qui a été positionnée dans l'axe médian de la future gare souterraine 3. Elle mesure environ 5,50 de longueur 

 

P1230342.JPG

 

La pose d'une rampe de leds CMS adhésive se révèle là encore très pratique.........la bobine de 5 mètres couvrira toute la longueur utile à éclairer.

 

P1230344.JPG

 

Sous 12 V sans résistance supplémentaire, l'éclairage est très puissant, la photo a été prise sans autre éclairage d'appoint!!!!

 

P1230352.JPG

 

le gril de sortie peut maintenant être positionné, on y voit bien clair!!!!

 

P1230354.JPG 

le gril d'entrée, idem, sur cette photo, nous voyons la Bif qui raccordera la grande boucle côté ouest du réseau 

 

P1230358.JPG

 

toujours sur le gril d'entrée puissament éclairé, nous apercevons tout au fond côté Est le gril de sortie..........reste plus qu'à raccorder les deux ( les 10 voies seront parallèles et en alignement.......environ 30 mètres à poser)

 

P1230359.JPG

 

En définitive, la disposition de cette gare souterraine permet un accès des deux côtés (extérieur couloir et intérieur........en baissant la tête!!!) cela aurait pu être pire!!! mais au moins, j'y verrai bien clair.

 

P1230346 

 

Ce type d'éclairage est facile à réaliser. Bien que la consommation d'une rampe de 5 mètres soit faible, j'ai prévu qu'elle soit éclairée uniquement lorsque le mode automatique de gestion de la gare est enclenché.

 

L'interrupteur bipolaire AUTO 3 met en circuit toutes les commandes d'itinéraires et dirige les trains sur la gare, alimentant du même coup son éclairage. Le bouton poussoir noir en dessous fait une RAZ (remise à zéro = réinitialisation de l'itinéraire principal) En fait, cette option était très utile sur la gare souterraine N° 2 dont tous les moteurs d'aiguillages sont des relais PTT 48 V, et donc sous tension en position déviée. Le bouton RAZ libère tous les moteurs qui retombent au repos et donnent l'itinéraire principal. Dans la nouvelle gare souterraine N°3, les moteurs sont des Roco, qui seront également commandés par ILS via des relais bistables pour les automatismes.

Le bouton RAZ redonnera également l'itinéraire principal (voie 1) sans avoir à vérifier l'état d'occupation des autres voies.

 

Ainsi, la gestion informatique des deux gares souterraines (projet à l'étude) devrait pouvoir se faire avec le minimum de composants........il suffit désormais de commander les relais bistables du TCO (12V) avec des décodeurs d'aiguillages en programmant simplement les itinéraires........en surface, la gestion sera beaucoup plus complexe!!!! car la détection des cantons devra se faire par consommation de courant........et là, c'est une autre affaire. 

 

 

A +

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 16:12

P1230179.JPG

 

Maintenant que le circuit périphérique est bouclé sur la facade Est du réseau, il faut s'attaquer aux voies de la gare souterraine dont on voit sur ce plan les deux accès............au niveau du module 6 la bifurcation d'entrée et au niveau du module 5 la sortie. Toutes les voies au nombre de 10 se situeront maintenant au niveau - 16 cm. Les plateformes devront être découpées en respectant scrupuleusement les emplacements disponibles, les nombreux pieds du réseau constituant des obstacles infranchissables. 

 

P1230115

 

C'est le moment de sortir des stocks les appareils de voie qui permettront un tracé le plus efficace possible.........ici un lot d'aiguillages roco dotés de moteurs feront l'affaire, moyennant quelques réparations, s'agissant de lots rachetés d'occasion en état moyen.

 

P1230124.JPG

 

le gril de gare de sortie comporte 9 voies  qui seront supportées sur un panneau de médium de 10 mm d'épaisseur (plaque de 122 x 60 cm) La plus grosse difficulté réside dans le calcul de l'angle qui doit correspondre exactement à celui des plateformes d'accès déjà installées. Lorsque tout est vérifié, je peux découper le panneau. Les aiguillages ont été positionnés préalablement pour obtenir la plus grande longueur possible des voies en gare souterraine. Ces dernières doivent être perpendiculaires en limite gauche du panneau, afin que les jonctions suivantes soient facilitées..........je dois avoir contamment à l'esprit que la pose de chaque panneau sera difficile sous le réseau.

 

P1230125.JPG 

En définitive, après de nombreuses vérifications en situation sous le réseau, j'ai dû rajouter une portion au panneau d'origine pour arriver à cette découpe. Maintenant, je peux positionner les voies en atelier, après avoir confectionné tous les supports sous le réseau pour accueillir  cette plateforme

 

P1230126.JPG

 

dont la longueur dépasse 170 cm!!!! plus encombrante que lourde

 

P1230128.JPG

 

c'est parti, les aiguillages seront fixés par des vis, un encollage étant plus délicat à réaliser.

 

P1230130.JPG

 

La voie flexible par contre sera collée en respectant bien un entraxe de 50 mm entre chaque portion, des petites cales au gabarit permettent un espacement contant.

 

P1230132.JPG

 

 vue d'avion, cela commence à prendre forme, le raccordement éléctrique de toutes les voies est OK. S'agissant du gril de sortie de gare, les aiguillages seront tous pris de talon, un gros avantage des modèles roco qui sont talonnables, même équipés de moteur. Par contre, deux aiguillages enroulés Peco ont été bricolés pour être également talonnables

 

P1230137.JPG

 

A ce stade, il est important de vérifier que tout le matériel roulant franchit sans problème les aiguillages, et que leur talonnement est assuré même avec les wagons les moins lourds.

 

P1230138.JPG

 

Les pointes de coeur des aiguillages roco sont courtes et ne nécessitent pas d'être alimentées, bien que cela soit possible avec les contacts auxiliaires dont sont dotés ces moteurs. Par contre, les aiguillages Peco doivent être aménagés, la zone de PC a dû être tronçonnée, et les branches et lames d'aiguilles raccordées électriquement. La pointe de coeur sera alimentée via un moteur Conrad lors de la mise en place des automatismes.

 

P1230180.JPG

 

Il faut maintenant rajouter au panneau la voie d'entrée qui longera les 9 voies déjà installées. La seule contrainte étant l'entraxe fixé à 14 cm sur les plateformes de raccordement, ce qui impose cette découpe particulière.........

 

P1230182.JPG

 

Toutes les voies sont maintenant posées.........la plateforme fera 55 cm de large sur toute la longueur du réseau. Sur la facade Ouest, une grande boucle fera la jonction entre la voie d'entrée (à droite sur cette photo) et les 9 voies de la gare souterraine, via un gril d'aiguillages à réaliser.  

 

P1230185.JPG

 

Un câblage de toutes les files de droite des voies est réalisé, afin de pouvoir couper l'alimentation des rames en stationnement, notamment celles qui circuleront en régime analogique.

 

P1230188.JPG

 

le raccordement électrique des zones d'arrêt est bien identifié sur des barettes à cosses

 

P1230186.JPG

 

idem pour les moteurs d'aiguillage, les pointes de coeur, les voies.............j'ignore encore si j'aurai à brancher les moteurs d'aiguillages sur cette zone de sortie de gare, mais comme le circuit sur ce canton peut être emprunté dans les deux sens (voie banalisée) cela sera peut-être nécessaire..........et comme une intervention ultérieure sera impossible une fois le plateau installé sous le réseau.........il faut tout prévoir!!!!!

 

P1230189.JPG

 

le sectionnement est fait avec un disque à tronçonner à qq centimètres de la sortie des aiguillages........une goutte de cyanolit assure l'isolement des deux rails

 

P1230190.JPG

 

avant de positionner la plateforme, j'ai pris soin de fixer et de souder des éclisses sur chaque section de rails, ce qui facilitera le raccordement avec les modules suivants. .  

 

P1230196

 

Les deux aiguillages enroulés Peco seront équipés de motorisation Conrad qui offrent la possibilité de câbler la pointe de coeur grâce aux contacts auxiliaires dont sont dotés ces appareils.

 

Il reste encore à installer les ILS qui assureront les automatismes en gare souterraine via des relais bistables...........je vais maintenant me pencher sur le plan de câblage.........

 

Sans vouloir faire trop d'optimisme sur la suite des travaux, je pense que la partie la plus délicate est réalisée à ce jour, puisque le cheminement de la gare souterraine est maintenant tracé, ainsi que le gril d'entrée qui fera l'objet d'un prochain article.

 

Ä +  

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 17:42

P1230010.JPG

 

Ce type de wagon qui circule en unité double se prête assez bien à l'installation de feux de fin de convoi, dans la mesure où l'on peut installer les leds à l'intérieur des containers.

 

P1230011.JPG

 

Deux trous de 2 mm sont percés sur la face arrière, au niveau de la dernière charnière des portes d'accès.

 

P1230012-copie-1.JPG

 

 Les lanternes (Roco ???) mais je n'en suis pas sûr, doivent être percées délicatement sur la face arrière (trou de 2 mm qui accueillera les leds canon) Attention de ne pas traverser de part en part, le vitrage sur la face avant de la lanterne ne doit pas être dégradé.

 

P1230013.JPG

 

Le coprs des leds canon a été peint en noir mat ainsi que l'intérieur de la face AR du container. Les leds sont ensuite positionnées et collées, les lanternes s'encastrant sur le têton qui dépasse.

 

P1230014.JPG

 

 Un premier test d'éclairage avec une pile de 9 V + résistance de 3,3 Kohms donne un bon résultat.

 

P1230019.JPG

 

La prise de courant se fera sur les 4 roues du wagon, via un petit morceau de circuit imprimé dont les deux pistes ont été isolées et collées sur le platelage supportant les boîtes à essieux. Les capteurs sont des fils de laiton de 4 dixième de mm mis en forme pour appuyer sur les flancs internes des roues.

 

P1230020.JPG

 

Le montage des leds est fait en série (anode contre cathode) leur raccordement se faisant sur les plots positif et négatif d'un mini pont redresseur, auquel j'ai rajouté un condensateur polarisé de 1000 microfarads sous 25 V, et une résistance de 3300 ohms . les fils bleu et blanc sont soudés aux plots alternatif du pont redresseur. Ce montage permet un éclairage sans rupture quelle que soit la qualité de la prise de courant..........les feux éclairent encore une petite minute même après coupure du courant. Enfin, l'éclairage fonctionne aussi bien en marche AV qu'en marche AR et sous n'importe quelle alimentation (analogique ou digitale)

 

P1230021.JPG

 

zoom sur le raccordement électrique des composants...........ce n'est pas la place qui manque!!!!!

 

P1230022.JPG

 

il ne reste plus qu'à souder les fils sur chaque cosse du circuit imprimé après avoir percé quatre trous de 1 mm dans le chassis. Sur cette photo, nous voyons la disposition particulière d'un couplage de ces wagons espagnols raccordés par un timon rigide, les traverses de chacun étant équipées d'un seul tampon.

 

P1230023.JPG

 

C'est terminé, la circulation du convoi est désormais totalement sécurisée par détection sur les cantons occupés.  

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 18:30

P1220918.JPG

 

Les travaux porteront sur la digitalisation de cette loco vapeur, une version collector produite par notre firme Jouef dans sa livrée Musée. Elle sera équipée d'un décodeur sonore ESU Loksound V.4, de feux AV et AR à leds, et d'une modification de la captation de courant de la loco qui laisse à désirer + qq améliorations 

 

 

P1220919.JPG

 

L'objectif est de concentrer tout l'équipement électronique dans le tender moteur.

 

P1220920.JPG

 

Les nouveaux modèles ESU Loksound sont équipés de platines pouvant être utilisées indifféremment sur des borniers 21 pins intégrés au décodeur ou 8 pins filaires. Ils sont livrés chargés d'usine d'un son diesel.........il faut donc reprogrammer un son vapeur dans la banque de sons disponibles sur le site du fabricant via l'interface/logiciel de la marque.  

 

P1220921.JPG

 

 l'extraction de la caisse du tender se fait par une seule vis située sur le bogie capteur AR

 

P1220922.JPG

 

un rapide coup d'oeil sur la soute à charbon permet d'envisager le logement de la capsule du HP à l'arrière, derrière le lest en zamac...........mais il va falloir charcuter un peu!!!!!

 

P1220923.JPG 

La plaque de charbon a été délicatement tronçonnée avec une scie circulaire miniature montée sur Dremel......il faut veiller à ne pas mordre sur les montants de la soute.

 

P1220924.JPG

 

La capsule de HP doit être rognée sur les deux côtés latéraux + l'arrière..........elle déborde un peu sur le lest qui sera rectifié..........le trait de stylo vert marquant la partie à supprimer.

 

P1220926.JPG

 

le rabotage de la capsule avec une lime ouvre cette dernière..........sans importance, car l'orifice sera refermé lorsque la capsule sera collée contre la paroi de la soute du tender.

 

P1220925.JPG

 

Avant de coller la capsule, il faut dégager une partie du lest ...........ultérieurement, c'est toute la partie supérieure bombée qu'il faudra éliminer pour loger le décodeur proprement dit.

 

P1220927.JPG

 

C'est bon, la capsule peut être collée avec une plaque de polystyrène noir qui ferme l'intérieur de la soute (colle UHU strong and safe)

 

P1220928.JPG

 

vue de dessous........nous voyons que la capsule ne déborde pas sur les platelages de la caisse.........c'est important car le moteur monté en biais accrocherait sur le HP.

 

P1220929.JPG

 

 une partie de la structure plastique du charbon d'origine Jouef a pu être recollée dans la soute...........une bonne couche de colle UHU a été ensuite déposée sur toute cette dernière, y compris les débordements venus de moulage sur le platelage, le tout saupoudré de véritable charbon concassé + ou - finement..........une heure après, tout est sec et le charbon ne bouge plus!!!!!!! cette formule est plus pratique que le processus de colle à bois dilué avec de l'eau appliquée au compte gouttes...........le temps de séchage étant d'au moins 24 heures!!!!! Les montants de la soute ont été repeints en noir mat, car la peinture Jouef d'origine est un rien trop brillante!!!!

 

P1220931.JPG

 

Notre tender est donc maintenant équipé du HP, la soute à charbon est refermée........il faut passer à sa digitalisation proprement dite.

 

P1220932.JPG

 

 L'éclairage des feux AR par ampoule et conduit lumineux est classique chez Jouef de l'époque, il faut faire sauter le plexiglas rouge diffusant........pas simple car très bien collé.........pour éviter de casser la caisse du tender........il sera donc tronçonné délicatement avec une mini scie circulaire sur perceuse dremel.

 

P1220934.JPG

 

J'en suis venu à bout, il faut encore percer deux trous de 2 mm sur les lanternes AR en les centrant parfaitement pour éliminer les bouts de conduits qui restent encore collés sur la caisse.........l'ouverture est enfin réalisée, je vais pouvoir installer des leds canon bicolores blanc T/C et rouge...........le décodeur trouve sa place à côté du HP, il sera maintenu sur son enveloppe plastique par un point de colle UHU.

 

P1220936

 

Les leds canon s'encastrent sans problème dans les orifices dégagés, il faut réduite la longueur des têtons. le corps diffusant doit être peint en noir mat pour éviter la diffusion de l'éclairage à l'intérieur de la caisse..........le flanc intérieur de cette dernière est également peint. Enfin, des cerclages de feux (SMD) collés ont été rajoutés. 

 

P1220935.JPG

 

A ce stade, il faut vérifier le rendement du HP à l'aide du testeur de décodeur ESU...........et les principales fonctions........la nouvelle centrale MRC sans fil est très pratique sur ce point !!!!!

 

P1220937.JPG

 

 le raccord électrique loco/tender s'effectue par deux petites cosses que l'on peut extraire sans difficulté, je les ai soudées sur deux fils plus fins noir/rouge  

 

P1220938.JPG

 

 zoom sur la prise de courant correspondante..........à noter les bandages d'adhérence pourtant tous neufs de cette loco ont dû être changés.........trop lâches.......par des modèles Roco

 

P1220939.JPG

 

 Les deux éléments caisse/chassis sont raccordés au décodeur.........le moteur n'a pas été remplacé......... nous verrons son rendement ultérieurement........la transmission adoptée par Jouef sur cette série de locos vapeur est plutôt silencieuse!!!!

 

P1220940.JPG 

 Le lest a été réduit sensiblement et arrondi pour la diffusion correcte du HP

 

P1220945.JPG 

 Les premiers tests de roulement montrent des insuffisances dans la captation du courant, qui proviennent de la loco........il va donc falloir la démonter. Les feux AR du tender diffusent un éclairage assez doux blanc  ou rouge selon le sens de marche, ils peuvent être éteints par la touche éclairage de la centrale digitale, sans influence sur les feux AV de la loco qui seront allumés sous n'importe quelle type d'alimentation.

 

P1220943.JPG

 

feux blancs en marche AR 

 

P1220950.JPG 

le train d'essieux que l'on voit sur cette photo capte le courant à l'aide de fils de chrysocal qui manquent cruellement de tenue, ces derniers se baladant dans les rayons plutôt que de presser les flancs intérieurs des bandages. Jouef avait fait mieux sur des productions antérieures!!!!! il faut donc les remplacer.

 

P1220951.JPG

 

Je vais donc installer des lamelles latérales en chrysocal supportées par une tige de laiton de 1 mm traversant le chassis,

 

P1220954.JPG

 

il faut donc dégager l'embiellage et les essieux du chassis............surtout sans rien démonter!!!!!! pour permettre la pose des lamelles de contact.........un premier jeu alimentera les deux essieux AV de la loco

 

P1220956.JPG

 

et un autre jeu le troisième essieu. Cette disposition permet une captation du courant parfaite sur les six roues de la loco dont on voit l'ensemble remonté sur cette photo.

 

P1220957.JPG 

deux fils de laiton de 5 dixième alimentent les lamelles par soudure derrière les longerons.........ces fils transmettront également l'éclairage à l'avant de la loco, et à la prise tender à l'arrière.

 

P1220959.JPG

 

Afin de permettre un éclairage des feux AV aussi bien en analogique qu'en digital, un pont redresseur est inséré entre les longerons.

 

P1220960.JPG

 

Le corps des leds doit être peint en noir mat de même que l'intérieur du tablier de la loco.........je n'ai pas prévu des leds bicolores à l'AV alimentées par le décodeur, qui auraient imposé un jeu de fils supplémentaires entre la loco et le tender. L'éclairage des feux AV restera donc blanc T/C quelle que soit l'alimentation fournie et le sens de marche. Une résistance de 3,3 Kohms limite la luminosité des leds.

 

P1220961.JPG

 

Le branchement des leds ne pose pas de pb particulier, les fils bleus et blancs seront soudés sur les cosses + et - du pont redresseur.

 

P1220963.JPG

 

Une amélioration facile à réaliser concerne les pare-fumées qu'il est très facile à affiner en grattant avec un cutter les parois intérieures périphériques, celui de droite est d'origine, celui de gauche a été traité.........la différence est très voyante et c'est un détail qui modifie agréablement la silhouette de cette loco

 

P1220965.JPG

 

On peut refermer.........après s'être assuré que rien ne gêne le clipsage + vissage des deux élements de la loco (chassis/caisse)

 

P1220967.JPG

 

L'éclairage AV est discret, aucune fuite de lumière, et les écrans pare-fumées affinés améliorent sensiblement la silhouette de cette loco.

 

P1220968.JPG

 

J'ai rajouté des cerclages de phare........

 

P1220972.JPG

 

changé l'attelage à choquelles et ajouté des conduits de freins........la "divine" peut faire ses premiers tours de roue!!!!!! Cette fois ci, plus de plantage sur le gril d'aiguillages, le son est très satisfaisant niveau puissance........le tender allégé tracte un lourd convoi........sans patiner........mais la loco mériterait un moteur plus puissant, le 5 pôles Jouef montrant des faiblesses dans les rampes.........je reverrai ce point à l'occasion d'une remotorisation!!!!!

Agréable surprise, le son vapeur est présent même sous alimentation analogique au delà d'un seuil de 5 V environ. Les feux AR du tender peuvent être éteints lorsque la loco tracte un convoi, et leur inversion de couleur fonctionne en marche HLP

Bonne pour le service sur le futur réseau de Jacques........je n'ai pas traité la patine!!!!!! tu pourras l'exposer dans ton Musée en livrée rutilante d'origine.........sinon, elle repassera en atelier.......c'est toi qui voit!!!!!

 

A +

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 18:45

P1220709.JPG

 

Dans le précédent article, j'avais présenté une motorisation installée sur cet autorail qui avait donné satisfaction durant la phase de tests...........hélas, le moteur RSF de récup a montré très vite des signes de faiblesse.........il fallait donc revoir la copie, dans la mesure où je n'avais pas un modèle de remplacement de ce type!!!!

 

P1220783.JPG

 

En examinant de plus près ce petit véhicule Bachmann motorisé, j'ai remarqué que le premier train d'engrenage avait exactement l'empattement des bogies de l'autorail Decauville.........j'ai donc décidé qu'il serait sacrifié.........ayant peu d'intérêt à le faire circuler sur un réseau français. Les deux axes moulés sur chaque demi carter doivent être sectionnés et percés avec un foret de 2 mm a leur emplacement respectif........c'est l'opération la plus délicate car il faut que les trous soient exactement l'un en face de l'autre sur chacun des carters.........à réaliser avec une perceuse sur colonne!!!!

 

P1220785.JPG

 

zoom sur les deux demi carters après percage, le micro moteur est pris en sandwich et maintient les carters par simple pression..........néanmoins, les supports de vissage extrême devront être supprimés pour réduire la longueur du bogie. A noter que les deux demi carters sont isolés électriquement par deux bagues en plastique........qui seront donc également supprimées. 

 

P1220788.JPG

 

Les deux engrenages ci dessus sont entraînés par deux vis sans fin en bout d'arbre moteur.........il faut les percer à 2 mm pour les adapter aux essieux de l'autorail..........celui de droite est usiné, l'autre pas encore. Les deux demi carters ont été fraisés pour réduire leur épaisseur et le bossement présent sur chacun d'eux.......ce n'est qu'après cette opération que je vais pouvoir les raccourcir.

 

P1220790.JPG

 

Il est important de roder les trous de 2 mm afin que les essieux tournent librement sur leur axe..........soit en perçant avec une mèche de 2,1 mm, soit en faisant tourner qq temps une mèche de 2 mm dans les deux demi carters.........j'ai retenu cette dernière solution.  

 

P1220791.JPG

 

Zoom sur un demi carter qui a été raccourci à chaque extrémité, exactement à l'endroit où était positionné les roues du camion Bachmann..........nous voyons le micro moteur équipé de ses deux vis sans fin.........il faudra avant de tout remonter souder deux fils (orange et gris) sur les plots du moteur.

 

P1220793.JPG 

Les deux pignons sont enfoncés à force sur les essieux.

 

P1220794.JPG

 

Le bogie est remonté, il faut intercaler deux pièces de polystyrène de 1 mm d'épaisseur entre chaque demi carter et coller les deux éléments. Elle remplacera les deux bagues en plastique décrites ci-dessus.     Attention, il faut laisser libre l'emplacement des deux vis sans fin et du moteur. 

  

P1220795.JPG

 

vue de dessous, à ce stade, on peut tester le bogie moteur qui doit entraîner librement les deux essieux.

 

P1220798.JPG

 

La partie centrale des flancs de bogie d'origine a été collée sur la structure métallique, il faut prévoir maintenant un système de rotation du bogie en collant une pièce de polystyrène de 2 mm d'épaisseur percée en son centre d'un trou de 2 mm dans lequel vient se glisser une vis à tête fraisée (tête en bas) un plancher est découpé sur une longueur limitée au deuxième vitrage de l'autorail.......il viendra s'appuyer exactement sur les vitrages intérieurs qui débordent à l'intérieur de la caisse.

 

P1220801.JPG

 

Dans le même temps, je prépare l'éclairage intérieur de l'autorail, avec un ruban de leds CMS adhésif;

 

P1220802.JPG

 

Un nouveau jeu de lamelles de contact a été confectionné...........

 

P1220803.JPG

 

Le support de bogie moteur a été raccordé au chassis de l'autorail, nous voyons la sortie des quatre fils assurant la captation du courant sur les rails et l'alimentation du moteur.........

 

P1220805.JPG

 

 deux autres fils (rouge et noir) traversent tout le chassis, alimentés par l'autre bogie porteur.

 

P1220808.JPG

 

Le compartiment voyageur est fixé sur le chassis métallique par 3 vis à tête fraisée. Le décodeur trouve sa pace sans problème au dessus du bogie moteur, un premier test de roulement confirme un bon comportement de l'engin dans les deux sens de marche, et un fonctionnement très silencieux.....

 

 P1220813.JPG

 

Quelques travaux de peinture sur le chassis et les bogies avant de repositionner la caisse de l'autorail.......Il reste encore un travail très délicat à réaliser, installer des feux leds CMS bicolores sur les quatre phares minuscules de l'engin, changer les vilains tampons dont est doté cet autorail.........raccorder la rampe d'éclairage, et les indispensables travaux de patine!!!!  

 

P1220815.JPG 

j'ai pu trouver sur ebay un jeu de 4 tampons Jouef adaptés à cet autorail, avant de les poser, j'ai passé un voile de primaire gris avec une bombe aérosol Tamiya.

 

P1220818.JPG

 

Pendant que la peinture sèche, je peux m'attaquer aux quatre feux de l'autorail dont on voit l'un d'entre eux dans sa livrée d'origine. C'est le travail le plus délicat car il faut remplacer le support plein en plastique par un tube laiton de 1 mm de diamètre, l'intérieur soit 0,5 mm permet de faire passer les trois fils des leds CMS bicolores.

 

P1220819.JPG

 

Avant de fabriquer les trois autres feux, je m'assure que le montage est possible...........car il faut usiner l'intérieur de la lanterne afin de pouvoir loger la minuscule leds CMS, la percer à l'arrière pour fixer le support en laiton, le tout étant collé.

sur cette photo, un test d'éclairage est réalisé avec une pile de 9 V + résistance 1 Kohms

 

P1220821.JPG 

la lanterne est posée dans une cavité pour faciliter son usinage avec une fraise ronde.........j'utilise une visseuse tournant à faible vitesse équipée d'un mandrin...........sinon, la lanterne fond irrémédiablement!!!!!!

 

P1220823.JPG

 

les leds CMS bicolores blanc ton chaud/rouge sont livrées précablées avec des fils émaillés minuscules (fourniture LMT) et j'utilise exclusivement la colle UHU strong and safe qui ne détruit pas l'émail des leds et qui permet un repositionnement des pièces à coller durant qq secondes..........

 

P1220826.JPG 

zoom sur les trois éléments constituant chaque feu.........le tube en laiton (fourniture l'Octant) doit être biseauté pour laisser passer les trois fils émaillés...........le derrière du globe de la lanterne est percé délicatement avec une mèche de 1 mm de diamètre, à l'endroit de son ancien support en plastique qui a été sectionné au cutter.

 

P1220827.JPG

 

il faut repeindre la traverse de choc qui a souffert lors du démontage des tampons d'origine collés, j'ai retrouvé un pot humbrol 48 dont la couleur est approchante, mélangé avec un peu de blanc mat, cela fera l'affaire.

 

P1220828.JPG

 

J'en profite pour repeindre également les quatre feux et leur support avant la pose.

 

P1220829.JPG

 

Sur cette photo, j'ai raccordé provisoirement les feux et la rampe d'éclairage au décodeur pour tester la luminosité........Des résistances de 10 Kohms sont nécessaires pour éviter un éclairage trop violent des feux AV et AR, et une autre de 3 Kohms sur la rampe de leds CMS pour l'éclairage du compartiment...........ces valeurs donnent un excellent résultat.

 

P1220842.JPG 

Enfin, il est judicieux de patiner la caisse.........sur cette photo, un premier traitement avec de l'encre modelmate brun boue........un peu trop prononcé...........mais on peut revenir en arrière en brossant à l'eau.

 

P1220847.JPG 

ce qui donne cela.........mais il reste encore qq points à fignoler...........le plus dur est fait, l'engin fonctionne parfaitement et va pouvoir rejoindre la cavalerie des autorails.

 

J'en suis venu à bout, non sans mal.........je vais pouvoir retourner à d'autres occupations moins stressantes!!!!!!! Aussi, je souhaite beaucoup de patience à tous les amateurs qui souhaitent améliorer les autorails issus de la collection Atlas, modèles qui nécessitent des travaux souvent difficiles du fait le leur conception statique. Ils ont le mérite d'exister........alors ne boudons pas notre plaisir!!!! 

 

P1220831.JPG

 

Une dernière photo de l'autorail tous feux éclairés dans la traversée de la tranchée sud/est du réseau.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 18:10

P1220657.JPG

 

Les éditions Atlas ont sorti un modèle d'autorail inédit qui a circulé en 1936 sur le réseau PLM. Sa caisse a une forme particulière qui lui a valu le surnom de "nez de cochon" en raison de ses deux énormes capots avant et arrière. Il s'agissait d'un engin diesel très puissant qui développait 600 CV et qui pouvait atteindre 110 Km/h à l'époque. 

 

La photo ci-dessus montre les différents éléments de l'engin démontés. Je me suis empressé de changer les essieux "horribles" en plastique par des modèles métalliques à boudins très fins aux normes NEM RP 25, en tronçonnant les pointes avec un disque Dremel. La conception du chassis métallique interdit tout débattement des bogies, c'est donc un modèle statique comme tous les produits de la marque..........nous allons voir comment modifier cet engin pour le faire rouler sur le réseau, ce qui passe par une motorisation, digitalisation, éclairage et travaux de superdétaillage.

 

P1220658.JPG

 

Il faut donc découper le chassis métallique pour permettre un débattement des bogies. Préalablement, je fais sauter les deux tenons qui maintiennent le compartiment voyageur avec une fraise pour faciliter l'usinage qui va suivre

 

P1220660.JPG 

La scie alternative Proxxon se révèle très efficace pour découper proprement les longerons du chassis.

 

P1220659

 

La finition se fait avec une lime douce, le chassis bloqué dans un étau

 

P1220661.JPG

 

Les fraisages doivent être ajustés en forme de losange pour autoriser un débattement maxi des bogies dans les courbes........ici sur une portion de rail R5 de Roco (rayon 54 cm) qui est le minimum adopté sur biscatrain. La circulation doit se faire sans frottement, ce qui impose des opérations de limage précises..........vérifier également que tout est OK une fois la caisse reposée sur le chassis.........car la forme particulière des extrémités de cet autorail limite l'inscription en courbe!!

 

P1220664.JPG 

zoom sur le découpe à effectuer. Nous voyons qu'il est possible de consolider le chassis au niveau des essieux situés à droite sur cette photo.

 

P1220679.JPG 

opération qui sera réalisée avec des profilés plats en laiton de 3x1 mm (fourniture l'Octant)  

  

P1220683.JPG

 

lesquels seront collés avec UHU strong and safe. Deux petites cales ont été rajoutées pour supporter le moteur. Il s'agit d'un modèle à rotor sans fer extra plat (récup sur lecteurs de CD/DVD) qui fonctionne sous basse tension (de l'ordre de 5V)

 

P1220684.JPG

 

Avant de continuer les travaux, le chassis sera repeint intégralement avec un spray primaire gris Tamiya.

 

P1220681.JPG

 

Bon, le plus dur reste à faire, motoriser un bogie.

 

P1220685 

Le logement qui se situe entre les deux flancs internes du bogie mesure exactement 9 mm de large, j'ai donc confectionné un petit bâti que l'on voit en premier plan réalisé à partir de profilés de laiton de 1 mm d'épaisseur percés aux deux extrémités en respectant l'entraxe des deux essieux. La transmission étant prévue par vis sans fin, il importe de positionner entre l'axe moteur et l'essieu moteur deux pignons qui tourneront librement sur leur axe, Je n'ai pas retenu les cotes, qui sont fonction des engrenages utilisés (récup) Les deux profilés de laiton ont donc été percés après collage sur un bâti en bois dur de 7 mm de large usiné selon le gabarit ci dessus.

 

P1220687

 

 Le bogie est ensuite assemblé en emboîtant provisoirement le bâti supportant la pignonnerie (pas de colle pour le moment), car il faut tester son fonctionnement. Le moteur a été positionné sur le chassis avec deux mico-vis qui ne doivent pas dépasser!!!! Une rondelle en polystyrène de 1 mm d'épaisseur remplace l'embossement existant sur le bogie d'origine qui a été arasé.......il importe d'assurer une bonne assise de l'autorail sur ses bogies.

 

P1220688.JPG

 

 Le bogie moteur sera à nouveau démonté pour ouvrir quatre cavités à l'emplacement des essieux, ce qui permettra désormais d'emboîter facilement le bâti et du même coup, régler précisément l'entraxe vis sans fin, pignon d'attaque, lesquels doivent tourner sans résistance.......Au passage et avant de remonter l'ensemble, j'ai installé des lamelles de contact (fourniture Miniatures Passion) en chrysocal prises en sandwich entre deux profilés de polystyrène collés sur les flancs supérieurs externes des bogies.

 

P1220691.JPG

 

 Nouvelle intervention sur le chassis qui doit être à nouveau fraisé pour permettre le débattement correct du bogie moteur, suite au rajout des lamelles de contact. Je peux paintenant positionner la vis sans fin (Jouef) enfoncée à force sur l'axe du moteur.

 

P1220693.JPG 

 Enfin, il faut prévoir des bandages d'adhérence sur le seul essieu moteur, opération qui sera réalisée au tour à métaux. A ce stade, on peut faire un test moteur dans le vide et positionner le bâti pour le meilleur rendement possible.........il importe qu'il n'y ait pas de point dur en rotation dans un sens comme dans l'autre.

 

P1220695.JPG

 

 Le bogie porteur sera équipé d'une façon analogue au niveau des lamelles de contact, une pastille de polystyrène (noir) plus large que l'embossement d'origine a été rajoutée, elle sera collée sur toute sa surface et fixera ainsi plus solidement les lamelles (colle UHU strong and safe)

 

P1220697.JPG

 

j'ai dû apporter une dernière amélioration en introduisant une petite tige de laiton de 8 dixième de mm de chaque côté du centre du bogie laquelle évite à celui-ci de flotter sur son axe. j'ai également inversé l'essieu muni de bandage pour une meilleure adhérence de l'autorail dans les deux sens de marche.

 

P1220699.JPG

 

Le plus dur est fait, un branchement succint permet de vérifier que l'engin se déplace sans problème........Je vais pouvoir repositionner la caisse et l'aménagement intérieur après avoir logé un décodeur et installé l'éclairage.

A suivre

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 06:00

P1220536.JPG

 

Maintenant que la motorisation est terminée, je peux m'attaquer à la caisse sur laquelle j'ai déposé provisoirement les vitrages (très peu collés.... ils s'enlèvent facilement) L'objectif est d'installer des feux AV et AR sur l'autorail en introduisant des  micro leds CMS bicolores dans les lanternes. C'est une opération délicate, celles ci étant très fragiles sur leur support.........j'ai les ai percées avec des micro forets après avoir marqué le centre de l'optique avec la pointe d'un compas (trou de 0,5 mm traversant de part en part les lanternes et la carrosserie) puis 1 mm, 2 mm pour terminer en usinant  l'intérieur des lanternes avec une fraise ronde (travailler à très faible vitesse, voire avec un porte drill manuel)

Je peux maintenant raccorder les 6 fils émaillés des 2 leds bicolores à des fils isolants de couleur après avoir repéré l'anode commune et les cathodes donnant l'éclairage blanc ton chaud ou rouge (fournitures Limousin Modélisme)

 

P1220537.JPG

 

les fils chemineront ensuite le long du toit où ils seront collés sur leur gaîne isolante ..........les faire sortir sur la partie arrière de la caisse où sera situé le décodeur. L'éclairage intérieur est réalisé avec un ruban adhésif de leds CMS 

 

P1220538.JPG

 

NB: les leds bicolores CMS n'ont pas la même consommation de courant selon qu'elles éclairent blanc ou rouge.........ce qui nécessite de leur raccorder individuellement une résistance..........sans ce montage, l'éclairage blanc des lanternes est neutralisé par le rouge!!!! Par ailleurs, l'intensité d'éclairage étant trop forte, j'ai installé des résistances de 22 kohms et une de 3,3 Kohms sur le plafonnier. (à brancher sur le pôle négatif)

 

P1220540.JPG  

Avant de remonter la caisse, il convient de s'assurer que les branchements sont corrects..........faire un petit test avec une pile 9V...........si tout  fonctionne, on peut passer à la patine, réalisée exclusivement avec des encres models mates très diluées par couches successives, en repoussant avec une brosse douce le produit sur les zones qui emmagasinent la crasse. Lorsque le résultat est jugé convenable, on peut vaporiser un spray de vernis mat Tamiya qui fixera définitivement la patine.

 

P1220541.JPG

 

J'ai créé une séparation derrière le compartiment de seconde classe afin de masquer le décodeur.  N'ayant aucune doc sur l'aménagement intérieur, j'ai peint les sièges de 3 ° classe en vert, et les 2° classe en ocre jaune????

 

P1220542.JPG 

Les fils émaillés des lanternes passent entre les deux vitrages du poste de conduite, j'ai ajouté une pièce en polystyrène pour masquer ces fils sous le plafond.

 

P1220545.JPG

 

zoom sur l'éclairage des lanternes rouges avec une pile de 9 V........les micro leds CMS sont encastrées dans le logement usiné avec une fraise ronde.

 

P1220546.JPG

 

idem avec les leds blanches ton chaud. Nous voyons que le feu blanc AV (fil blanc) est raccordé avec le feu rouge AR (fil jaune) après ajout d'une résistance de 22 Kokms sur chaque fil............la sortie commune des résistances sera raccordée au fil blanc du décodeur. Le fil jaune du décodeur sera raccordé au feu rouge AV et feu blanc AR selon le même principe.

 

P1220551.JPG

 

Quelques personnages sont rajoutés dans le compartiment voyageurs. J'ai utilisé un décodeur Lenz qui est partiellement connecté sur cette photo:

fil rouge (roues de droite dans le sens de la marche AV)

fil noir (roues de gauche dans le sens de la marche AV) 

fil orange et gris (moteur)

 

P1220553.JPG

 

Pour faciliter la pose/dépose de la caisse, j'ai prévu une prise tulipe à 4 bornes pour les fils assurant l'éclairage:

bleu fil commun + à tout le système d'éclairage

fil blanc - feux blanc AV et rouge AR

fil jaune - feux blanc AR et rouge AV

fil vert - pôle négatif de la rampe de leds plafonnier 

 

P1220554.JPG 

Les connexions sont terminées, les vitrages ont été reposés, je peux maintenant refermer la caisse.

 

P1220557.JPG

 

Tout est OK, l'éclairage des lanternes est réversible selon le sens de marche, et l'éclairage intérieur s'obtient avec la touche AUX 1 de la centrale.

 P1220564.JPG 

 ajout d'un aimant pour le fonctionnement des ILS sur le réseau..........et repose des marchepieds récupérés sur la découpe de la bordure de caisse (voir article précédent)

 

P1220565.JPG 

 il ne reste plus qu'à patiner les marchepieds!!!!!

 

P1220568.JPG

 

c'est terminé, l'engin peut faire ses premiers tours de roue, son fonctionnement est très souple et silencieux, il ne reste plus qu'à programmer les CV relatives à la vitesse maxi pour brider le moteur 5/6 V, l'inertie à l'accélération et au freinage.............à noter, l'engin fonctionne aussi bien en analogique qu'en digital, hormis l'éclairage intérieur neutralisé en mode analogique.

 

En conclusion, je dirais que la modification des autorails produits par Atlas reste du domaine du possible.........c'est assez long, parfois semé d'embûches, mais avec de la patience, on peut obtenir des modèles originaux que peu (ou pas) de constructeurs ont reproduit à ce jour.

 

Alors........à vos outils ???  

Partager cet article
Repost0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 18:30

P1220474.JPG

 

Le cinquième autorail de la collection Atlas vient de sortir. Il s'agit d'un engin original construit à partir de 1933 et dont la particularité était sa caisse tout aluminium lui conférant un poids plume de 11,3 tonnes, sans doute l'autorail le plus léger ayant roulé sur nos réseaux français. Bien que doté de deux bogies, il s'agit en fait de quatre essieux fixes indépendants dont deux seulement (situés du côté du centre de l'autorail) étaient actionnés par un moteur diesel de 80 CV

 

Le modèle fabriqué par Atlas est statique, la caisse est en plastique sous une livrée PO-Midi et le chassis est métallique avec un aménagement intérieur sommaire. La conception sous forme de faux bogies devrait permettre une motorisation facilitée par l'empattement très court des essieux.

  

P1220472.JPG

 

la gravure des rivets est excessive, mais un vieillissement de la caisse en atténuera les effets. Les lanternes avant et arrière devraient également pouvoir être fonctionnelles par ajout de micro leds CMS

 

P1220475.JPG

 

Premier travail sur le bogie porteur, enlever les roues en plastique et les remplacer par des essieux à boudins fins. Il suffit d'ôter la tige métallique qui traverse de part en part les bogies en la repoussant à l'aide d'un chasse goupille. J'ai utilisé des essieux Dynam que j'avais en stock dans mes tiroirs (diamètre 10,50 mm), il faut faire sauter les pointes avec un mini disque à tronçonner. Les essieux tourneront dans la gorge du bogie d'origine, deux petites pièces en polystyrène (ici vues à l'envers) seront collées pour fermer la gorge et consolider le bogie..........le travail sera différent sur le bogie moteur!!!!

 

P1220476.JPG

 

les deux demi coupelles ont été collées sur le bogie porteur (1,5 mm d'épaisseur) et elles seront surmontées d'une autre pièce de même épaisseur qui viendra affleurer le support central et renforcer les flancs du bogie

 

P1220477.JPG

 

Avant de refermer et d'emprisonner les deux essieux, il est judicieux de percer un trou de 1mm dans la gorge afin de permettre de graisser ces derniers..........leur rotation doit être libre et sans résistance.  

 

P1220479.JPG 

A ce stade, il convient de préparer le support moteur (en l'occurrence un moteur RSF de récup destiné à actionner les lecteurs CD/DVD) Il est nécessaire d'ouvrir quatre orifices rectangulaires pour permettre un débattement convenable des bogies dans les courbes. Pour ce faire, j'ai percé une série de trous dans le même alignement, et dégagé la matière avec une lime plate douce. 

  

P1220480.JPG

 

Deux autres trous de part et d'autre de l'axe central du bogie serviront à fixer le moteur. Il faut utiliser des vis à tête plate fraisée qui ne devront pas déborder de la surface du chassis.

 

P1220490.JPG

test de pose de la caisse sur le chassis pour vérifier que le moteur ne déborde pas en hauteur.........choisir de préférence le côté de la caisse sans fenêtre. 

 

P1220496.JPG

 

je n'ai pas trouvé de solution pour garder la structure du bogie moteur, il faut en reconstruire un de toutes pièces........seuls seront conservés les flancs.

 

P1220497.JPG

 

Le support de bogie est découpé dans deux éléments de polystyrène de 1,5 mm d'épaisseur mis au gabarit et collés

l'un sur l'autre, celui du dessous doit être percé en son centre par un trou du même diamètre que celui du bogie d'origine, celui du dessus du diamètre de la vis sans fin + quelques dixièmes de mm (fourniture Roco) deux cornières en laiton (fourniture l'Octant) seront percées (diamètre 2 mm) en respectant l'écartement des essieux d'origine.

 P1220498.JPG 

les cornières seront ensuite collées (UHU Strong and Safe) en vérifiant que la transmission vis sans fin/pignon sur un des essieux moteur soit bien calée. 

  

P1220499.JPG

 

Une gorge est faite au tour à métaux sur deux des roues motrices pour insérer un bandage d'adhérence Marklin.

 

P1220500.JPG 

test pour vérifier que la rotation est parfaite..........OK  

 

P1220501.JPG

 

Une fois les deux bogies posés, il faut ensuite vérifier que la hauteur du chassis est constant par rapport à la voie sur toute la longueur de l'autorail..........OK mais l'autorail semble un peu haut sur patte car le chassis métallique est mal positionné par le constructeur, la caisse s'appuyant dessus alors qu'elle devrait s'encastrer.......nous reverrons ce problème après coup.

 

P1220502.JPG

 

les lamelles de contact en chrysocal de 1/10 ème d'épaisseur sont soudées sur une petite tige en laiton de 1 mm qui s'enfonce sur les traverses latérales........le tout est collé (UHU)

  

P1220504.JPG

 

zoom sur le bogie moteur. J'ai dû lui rajouter une petite calle de 50 centième de mm pour mettre à niveau les deux bogies. Les flancs sont maintenus en trois points........ un central (tige en laiton de 1 mm qui traverse la cornière entre les deux roues) et deux de 0,8 mm aux extrémités après perçage.........l'ensemble étant collé à la cyanolit........cette opération doit être précise afin que les axes d'essieux se trouvent dans l'alignement des boîtes à rouleaux des flancs de bogie.........qu'il faut ensuite reconstituer en insérant un petit bout de rond de polystyrène dans les trous laissés par le constructeur.....une goutte de cyanolit les maintiendra en place avant l'opération de peinture. 

 

P1220506.JPG

 

La soudure des fils d'alimentation des bogies ne pose pas de problème particulier compte tenu des larges orifices dégagés sur le chassis. Le modèle sera équipé d'un décodeur car le moteur doit être bridé à 6 V maxi...... 

 

P1220507.JPG 

détail des fixations des flancs du bogie moteur.

 

 

P1220510.JPG

 

des lamelles de contact ont été posées également sur le bogie moteur. 

  

P1220508.JPG

 

il faut maintenant voir comment la "bête" va se comporter en circulation sur le réseau.

 

 

P1220511.JPG

 

le fonctionnement est parfait dans les deux sens........

 

P1220528.JPG 

cependant, un aspect de l'autorail me déplaisait........j'ai pris l'option de supprimer la bordure du chassis métallique qui déborde sous la caisse et qui donne à l'autorail un positionnement trop haut par rapport aux rails..........c'est une opération délicate qui a été effectuée avec une scie alternative Proxxon, en calant le chassis sur des plots en CP de 15 mm d'épaisseur succintement collés le temps de l'opération. 

 

P1220529.JPG 

le travail est fait proprement, le bandeau est supprimé, il faudra récupérer les marchepieds venus de moulage.....cette opération permet de gagner environ 2 mm sur la hauteur.

 

P1220530.JPG

 

Le rabaissement de la caisse sur le chassis nécessite de diminuer de 2 mm les deux supports de fixation à l'intérieur de la caisse. Après vérification, cette dernière s'emboite parfaitement sur le chassis et trouve une position plus conforme.........la bordure disgracieuse a disparu!!!!! je peux maintenant faire la découpe de l'aménagement intérieur, j'y ai ajouté une cloison avec porte et une deuxième derrière le moteur pour loger le décodeur......il sera invisible à cet endroit.

 

P1220535.JPG 

Photo de l'autorail après ces travaux..........le plus dur est fait. Je vais pouvoir m'attaquer à la digitalisation, à l'éclairage des lanternes et de l'intérieur, puis de la patine.........encore plusieurs heures de boulot et j'en viendrai à bout!!!!

A +

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : biscatrain
  • : réalisation de réseaux modèles de trains à l'échelle HO biscatrain et nanotrain à l'échelle N et travaux de restauration de locos, motorisation, digitalisation, construction de kit laiton, bricolages divers et variés.
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche