Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 06:52


Finition 

1/ Alimentation électrique des aiguillages

Dans l'article précédent, j'ai oublié une étape préparatoire avec un travail qui doit être effectué à ce stade de fabrication, tel que le montre la photo ci-dessus.

Découper dans des chutes de circuit imprimés 3 bandes de la largeur disponible entre deux traverses, qui seront glissées sous les rails conformément à la photo. Disposer une petite cale sous ces trois bandes de facon à ce la partie cuivrée touche bien le talon des rails et soit au même niveau que les traverses.

Souder les 2 premières bandes (les + longues) sur la face externe des deux rails et raccorder chacune à un fil électrique.

Souder ensuite la troisième bande de part et d'autre et à l'intérieur de la pointe de coeur pour solidariser les deux rails et souder un fil électrique. le contre-rail sera également soudé lors de sa mise en place

Ce n'est qu'après avoir effectué ce travail qu'il convient de poser les deux lames mobiles et les contre-rails, après avoir fait sauter préalablement avec un cutter à lame plate une partie des attaches de traverse qui se situent sur leur passage.

undefined

2/ rebouchage des zones contre-rails

Etaler dans le creux des zones de contre-rails et sur toute leur longueur un peu de pate à modeler/réparer bi-composant après l'avoir bien malaxée. Laisser sécher jusqu'à ce que le produit devienne dur et puisse être usiné.

Avec une perceuse Dremel équipée du support ci-dessus et de sa fraise (diamètre 1,4 mm) fraiser toutes les zones traitées avec cette pate à une profondeur de 1,3 mm pour planifier la gorge. Soyez précis en faisant par exemple des tests préalables sur une planchette que vous défoncez en vérifiant avec un pied à coulisse la profondeur de la saignée.

Cette adapatation Dremel permet de voir parfaitement le travail effectué. De plus, elle permet de planifier toute la surface supérieure des traverses avec une fraise de diamètre un peu plus large pour faire sauter toutes les attaches de rail gênantes.

undefined

3/ pose des attaches      

Une fois  les lames mobiles et les contre-rails posés, il convient de rajouter des attaches de traverse pour solidifier le tout. Elles seront collées une à une sur le talon des rails concernés, en les prélevant avec un cutter à face plane sur des coupons de ballast inutilisés. La pose sera faite en les piquant avec une pointe fine de compas, une mini goutte de cyanolit et application sur la semelle du rail.

4/ isolation électrique de la pointe de coeur

Avec un disque à tronconner, sectionner la pointe de coeur de part et d'autre (voir l'emplacement sur photos d'articles précédents)  

5/ peinture des flancs de rail

Peindre couleur rouille les flancs des rails, avec quelques taches plus sombres simulant la graisse sur les parties mobiles des lames d'aiguillages, laisser sécher et bien nettoyer la surface de roulement.

6/ pose du ballast

travail minutieux qui consiste à épandre entre les traverses des grains de ballast, en les étalant jusqu'au niveau supérieur des traverses, et les coller ensuite en versant délicatement avec un compte goutte une colle à bois très diluée d'eau aditionnée de qq gouttes de détergent (produit de vaisselle)

Lorsque tout est bien sec, vérifier que les lames mobiles peuvent se déplacer, ôter éventuellement tous les grains de ballast qui peuvent gêner le passage des roues. A ce stade, vous pouvez ajouter une légère patine sur l'ensemble de l'aiguillage.



conclusion

La photo ci-dessus montre un exemple de réalisation de deux appareils de voie correspondant à une bifurcation en pleine voie avec croisement effectué en courbe. Ce type de géométrie est introuvable dans le commerce !!!!!
C'est en partant de ce constat que je me suis lancé dans la fabrication de la plus grosse partie des appareils de voie du réseau Biscatrain. Outre les économies substantielles réalisées (coût unitaire de l'ordre de 4 à 5 euros) , j'ai pu satisfaire exactement mes besoins et suivre les tracés que j'avais prévus.
Les angles très faibles de déviation permettent de plus une évolution réaliste des convois et un passage sans secousse sur le grill de gare terminus où une forte concentration des appareils risquait de créer des déraillements.
Certes, la réalisation n'est pas simple, mais ma patience a été récompensée. Cette description paraitra sans doute un peu longue et fastidieuse. Je pense cependant que c'est un travail de bricoleur soigneux et patient à la portée de nombreux amateurs. 
Aussi, je vous souhaite bon courage et me tiens à votre disposition si vous vous lancez dans cette aventure.......   

Partager cet article

commentaires

Telesteps 16/09/2014 14:06

It seems like you have spared a lot of time and effort to create that railway track. I have tried this and setting the dividers was the trickiest part for me. Share more photos when you complete this project.

Michel BEAUBAT 17/10/2009 22:51


Venant de relire l'ensemble de vos articles sur les aiguilles "faites-main", plusieurs questions se posent à moi, en particulier:
1-Quels adaptations / compromis avez-vous admis avec les normes NEM?
2-La "pâte" comblant les "cœurs" est-elle conductrice?
3-la soudure des contre-rails n'est-elle pas délicate ? (Risque de fragiliser la soudure déjà faite sur le rail voisin?)
J'aimerais pouvoir échanger avec vous sur ces points (sur blog ou en privé selon votre convenance)
Merci par avance de vos éléments de réponse et bravo pour votre remarquable travail de vulgarisation et votre esprit de partage, complétant si heureusement votre talent unanimement reconnu de
modéliste !


piouls 18/10/2009 07:32


bonjour
merci pour vos appréciations et l'intérêt porté à mes travaux. Pour tout dire, je ne me suis pas trop attardé sur les normes NEM, mais j'ai essayé de me rapprocher le + possible des normes des
appareils de voie fabriqués par Roco dans sa gamme Roco Line Code 83, les gorges dans la zone de pointe de coeur et contre-rail étant de 1,5 mm de large pour une profondeur de l'ordre de 1,3 mm, ce
qui permet le passage sans problème et sans secousse de tous le matériel moderne du commerce. La pâte bi-composant n'est pas conductrice, l'idéal serait qu'elle le soit, mais dans ce cas,
l'isolation de la zone de pointe de coeur devrait être parfaite.
La soudure des contre-rails n'est pas trop délicate, il importe de loger entre le rail et le contre-rail une baguette de l'épaisseur correcte (1,4 à 1,5 mm) le rail extérieur étant déjà
en place, il convient de le fixer avec qq gouttes de colle cyanolit. Les petites calles de circuit imprimé glissées entre deux traverses et posées bien à plat facilitent les travaux de
soudure sans les risques que vous évoquez.  
Bon courage et si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à me contacter.  


Christophe LYGRISSE 04/03/2009 17:40

Bonjour.
Félicitations pour votre réseau et ce blog.
Cet article chante une douce musique dans ma petite tête :) Ca fait longtemps que je me demande comment réaliser de très longs aiguillages. Peut-être auriez vous 5min pour donner votre avis n'ésitez pas à m'écrire.
Encore merci.

piouls 04/03/2009 19:46


merci, voir réponse sur votre mail


Daniel PIQUET 03/06/2008 21:07

Félicitation pour votre blog et plus particulièremnt pour cet article et la clarté de ses explications ; je m'en suis inspiré pour faire un croisement avec une voie droite et une courbe.

Encore merci et bravo !

piouls 04/06/2008 08:13


merci, à l'occasion, si vous pouvez me faire parvenir une photo de votre réalisation à mon adresse e-mail. cordialement


Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche