Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 06:25
840

840

Bon, on a pris pour un mois de plus, c'était couru d'avance! Va falloir multiplier les efforts pour ne pas sombrer dans la déprime.......et la pratique du modélisme est assurément l'une des occupations qui peut atténuer le malaise dû au confinement subi. 

Je poursuis donc mes travaux sur la bête et la semaine passée a été consacrée à fignoler les détails d'infrastructure du châssis et de la caisse avant d'entamer les travaux de peinture. 

La photo ci dessus présente l'engin en phase de finition  

826

826

Un platelage treillis a été posé sur les extrémités de bogies. Les deux cabines conducteur ont été soudées sur la poutre centrale, après rectification des cloisons. J'ai souhaité les rendre solidaires plutôt que de les installer individuellement dans la caisse, ce qui facilitera le câblage des éclairages intérieurs.

827

827

J'ai vérifié préalablement qu'elles se positionnaient correctement et ne débordaient pas sous la caisse 

828

828

829

829

L'ensemble support a été mis en peinture à l'aérosol Belton, et les deux cabines de conduite ont ensuite été équipées d'un éclairage intérieur (kit Miniature Passion) et d'un conducteur (Preiser)

831

831

Les plateformes ont été équipées des lanternes et garde corps

834

834

Les lanternes ont été percées avant la pose pour recevoir un éclairage par leds CMS. La traverse de choc a été équipée des tampons, câblots et attelage à choquelles. Une bande rivetée étroite ceinture la plateforme d'accès

844

844

Enfin, les marchepieds sont soudées sur des fils laiton de 5 dixième et positionnées grâce à un gabarit prévu dans le kit 

845

845

Les longerons doivent être percés sous la plateforme et la fixation des marchepieds se fait sous celle ci. 

843

843

J'ai prévu de consolider les carters moteur par des pièces découpées dans des bandes de laiton et qui ont été soudées aux extrémités. Elles s'accrocheront aux flancs de bogies par soudure en phase finale d'installation. 

836

836

le fabricant a prévu un lest que j'ai fixé par deux vis en partie centrale de la poutre. 

837

837

Le décodeur sera positionné définitivement sous ce lest en phase finale de construction, car pour le moment, il faut maintenir l'accès à la vis centrale qui maintient le châssis à la caisse

838

838

l'ensemble des connexions se fera sur la poutre, j'ai confectionné deux plaques époxy comportant chacune 8 pistes isolées pour faciliter le raccordement avec le décodeur.

rouge et noir (voie)

orange et gris (moteur)

bleu positif commun éclairage feux+ cabine

blanc et jaune (feux BTC/rouge)

vert éclairage cabine 1 (aux 1)

violet éclairage cabine 2 (aux 2)

construction kit laiton 2CC2 Loco set loisir (suite 2)

Les éléments sont ensuite positionnés pour vérifier que rien ne gêne le fonctionnement des bogies moteur.  C'est validé, la totalité des composants électriques sont concentrés sur le châssis, ce qui facilitera les travaux de mise en peinture.

846

846

Un autre travail délicat, la pose des plateformes de visite qui couvrent les deux côtés de la toiture. Devant la difficulté de souder les pattes de fixation très fragiles fournies dans le kit, et de percer des trous de 5 dixième dans une structure épaisse en fonte (les forets ne résistent pas) , j'ai choisi de percer avec des forets carbure de 1mm montés sur une perceuse à colonne. Des tige en laiton sont ensuite soudées à l'intérieur de la toiture, et sont arasées en surface à la bonne hauteur, ce qui permet de souder ensuite les platelages. 

J'obtiens ainsi une attache solide, qui reste très discrète. 

Je tiens le bon bout, la fin des travaux portera sur la mise en peinture. Thierry souhaite une version PLM, donc avec une numérotation 262 AE1 à 4, une chance, le fabricant a prévu les plaques correspondantes. Il me faut trouver maintenant la peinture vert olive adéquate. 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 05:20
814

814

La construction du châssis moteur est une étape assez longue. Je me suis un peu écarté du système de fixation prévu dans la notice, car il manque des vis et rondelles, que j'ai dû remplacer par ce dont je disposais dans mes tiroirs. La photo ci dessus montre la loco reposant sur ses organes de roulement, testée afin de vérifier sa bonne assise sur le châssis

810

810

Devant la difficulté de souder des vis de fixation à l'intérieur de la toiture en bronze massif, j'ai percé un trou borgne que j'ai taraudé (2 mm) dans l'excroissance centrale issue du moulage.  

809

809

La poutre centrale supportant les deux bogies sera maintenue par une seule vis. Elle est guidée aux deux extrémités de la toiture par deux bourrelets en relief qui assurent son alignement. Par ailleurs, cette disposition facilite la pose ou la dépose du châssis, la vis centrale passant entre les deux bogies. 

803

803

819

819

Sur ces photos, nous voyons que les deux bogies sont articulés via une bride permettant leur rotation et un balancement indispensable vu la longueur de la machine. Les châssis AV et AR supportent également les bissels avec un système de fixation autorisant un débattement latéral pour franchir les courbes. Les gabarits étant réalisés au plus juste niveau cotes, la loco devra circuler sur des rayons minimum de 60 cm, en dessous, les roues des bissels frottent sur le châssis

806

806

Sur cette photo, nous voyons le premier bogie équipé de toutes les pièces de fonderie qui doivent être fixées sur les longerons.....un travail de patience, car elles traversent ces derniers par des tenons qu'il faut ajuster dans chaque trou à repercer dans la plupart des cas, la soudure étant exécutée sur la face interne des longerons pour ne pas empâter les reliefs. 

807

807

Le bissel est plaqué sur les rails par un ressort de compression très souple. 

817

817

Une seconde pièce est prévue sur chaque bissel qui reproduit les flancs et le système de freins, il faut vérifier que les patins ne touchent pas les roues sinon court circuit garanti. 

820

820

Sur l'un des timons, j'ai soudé un boitier normalisé pour fixer un attelage, pièce issue d'un kit laiton produit par YDModels. 

821

821

A nouveau test pour vérifier l'inscription du bogie+bissel sur une section de courbe de 60 cm de rayon. 

825

825

La toiture doit être percée de nombreux trous pour la fixation des supports de passerelles, des pantographes, du klaxon, et des mains montoirs. Dans du bronze, c'est l'exercice le plus scabreux et je ne compte plus les forets cassés, même en utilisant une perceuse à colonne. 

824

824

823

823

Donc, la patience est de rigueur, j'en suis venu à bout, et la fixation des pantographes sera sans doute la dernière étape après la mise en peinture.

La suite de cet article portera sur la finition avec l'installation d'un décodeur, de feux leds, éclairage cabine, pose des tampons, plateformes, plaques de numérotation, bref, c'est loin d'être fini.... 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 06:05
2CC2 3402 au dépôt de Chambéry

2CC2 3402 au dépôt de Chambéry

J'avais mis provisoirement de côté cette loco issue d'un kit laiton conçu par Loco Set Loisir dans les années 1990 et confiée par l'ami Thierry. Confinement oblige, j'ai du temps devant moi avant de remettre le nez dehors. Alors je me lance dans sa construction. 

Il s'agit d'une série de 4 locomotives électriques de type 2CC2 fabriquées en 1929-30 pour le réseau PLM numérotées 262 AE1 à 4, puis affectées à la SNCF (série 3401 à 3404) où elles ont circulé jusqu'en I970, année de leur radiation. Véritable monstre, c'était la plus longue machine conçue en France et l'une des plus puissantes à l'époque. Une version a été sauvegardée et est conservée au dépôt de Chambéry (photo ci dessus)

776

776

775

775

La caisse est une lourde pièce monobloc moulée en bronze, ce qui d'emblée élimine un long travail d'assemblage.  

777

777

Le premier travail consiste à faire sauter les ergots issus du moulage à l'aide d'un disque à tronçonner

778

778

Puis surfacer la base pour dégager les aspérités. Un contrôle de la caisse posée sur marbre permet de vérifier qu'elle n'est pas déformée, ce que certains modélistes ont hélas pu déplorer 

779

779

La conception du châssis est assez complexe, avec une motorisation d'excellente qualité basée sur deux moteurs de type maxon entraînant deux essieux sur trois de chaque bogie, conférant une inertie exceptionnelle due aux lourdes vis sans fin formant volant d'inertie.

La notice fournie sur ce modèle est à mon avis peu explicite et chaque pièce à assembler nécessite de se creuser les méninges, car elles ne correspondent pas toujours aux croquis présentés??

780

780

je démarre par les deux bogies moteurs de type CC, avec les 12 roues dont il faut introduire et bloquer les demi-essieux. L'ajustage est très précis et l'opération est exécutée délicatement avec un marteau, chaque roue positionnée bien à plat sur les mors d'un étau. 

781

781

C'est fait, je peux vérifier en bloquant l'arbre sur une perceuse que le montage est solide et que les roues tournent sans le moindre voile. 

782

782

confection du berceau moteur, qui sera soudé sur les arêtes. La photo découpe des pièces est précise, avec des rainures facilitant l'assemblage par pliage

785

785

Les longerons supportant les essieux sont des pièces époxy cuivrée sur une seule face permettant de les souder sur le bâti moteur, en vérifiant avec un foret de 3 mm qu'elles sont bien face à face. Des paliers en laiton sont soudés sur la face interne cuivrée. Important, il faut isoler l'un des longerons du bâti moteur qui fait masse, opération réalisée avec un petit trait de scie réalisé de part et d'autre de la soudure. A noter que le système adopté par le fabricant est ingénieux, car l'alimentation de chaque train de roue est assurée par les demi essieux isolés par une bague ou par le pignon de transmission non conducteur (donc pas de lamelles de contact à prévoir)

Un deuxième longeron en laiton est ensuite collé à la cyanolit de part et d'autre des pièces époxy pour rigidifier le support des essieux   

786

786

Avant d'assembler les essieux, j'ai ajouté une rondelle collée sur la face interne de chaque roue, qui limitera le débattement latéral. Les demi essieux sont ensuite enfilés à force dans un manchon isolant et le fabricant recommande d'utiliser une perceuse à colonne pour effectuer cette pression verticale sans endommager les roues. L'usinage précis des demi essieux, et du manchon permet d'obtenir l'écartement HO sans réglage particulier, le processus est identique avec les deux autres essieux moteurs, le manchon étant cette fois ci remplacé par des pignons. 

787

787

Préalablement, j'ai ajouté avec un cure dents une goutte de graisse cuivrée sur chaque demi essieux, qui améliorera leur rotation et la conductibilité électrique

788

788

Il est recommandé de bien positionner le moteur sur son berceau afin que la transmission ne bloque pas, ce qui nécessite une cale de 6 dixième de mm constituée de 3 profilés plats de PVC alignés qui ont été collés sous le moteur.

789

789

Une cale en plomb fournie dans le kit bloque le moteur sur son berceau et est maintenue par 4 vis/écrous. Le premier bogie est OK et l'assise sur les rails validée. 

790

790

Une intervention est nécessaire sur l'un des longerons isolé du châssis moteur, qui consiste à relier électriquement les 3 paliers chargés de capter le courant sur la file de roue isolée. 

791

791

A ce stade, je peux préparer les longerons externes qui seront soudés sur le châssis moteur. Ils sont constitués de plusieurs pièces qui se superposent pour donner plus de rigidité.

792

792

Le fabricant précise qu'il faut repousser certaines lignes de rivets sur les longerons, opération que j'ai pu réaliser facilement en appuyant avec une pointe à tracer sur les trous alignés à l'envers de la pièce 

793

793

La soudure des éléments se fait par capillarité du flux liquide déposé sur tous les points à couvrir. Pour assurer un recouvrement parfait, je maintiens les deux pièces à souder avec deux petites tiges de laiton fichées dans une plaque de MDF. On obtient la structure d'un bogie qu'il ne reste plus qu'à plier avec ajout de traverses de consolidation

794

794

Le bogie commence à prendre forme, il doit pouvoir être articulé sur une poutre centrale pour accepter les courbes et en même temps suspendu par un système de balancier

795

795

La mise au point doit être précise car chaque bogie articulé déborde sur la caisse avant et arrière de la loco sans la toucher. J'ai soudé deux rondelles à collerette sur le point d'articulation des bogies que j'ai ensuite taraudées (2 mm) ce qui facilitera la fixation. La traverse de choc est ensuite mise en forme puis soudée

797

797

Une poutre centrale est confectionnée en superposant deux éléments en forme de U plat et soudés l'un sur l'autre pour donner plus de rigidité.

798

798

Sur cette photo, nous voyons les trois éléments qui contribuent à la rotation des bogies et au mouvement de balancier nécessaire pour une bonne assise sur les rails, vu la longueur de l'engin. 

800

800

801

801

Chaque bogie doit ensuite être équipé des nombreuses pièces à souder sur les faces externes des longerons (boîtes à essieux, ressorts, boîtes de sablage, réservoirs, etc) travail méticuleux qui risque fort de m'occuper encore quelques semaines.

D'ici là, peut être serons nous à nouveau libres de nos mouvements (ou tous morts ??!!) bien que j'ai une préférence pour la première option.... 

à suivre

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2019 3 24 /07 /juillet /2019 06:07
157

157

Il est temps de passer aux travaux de peinture. Les éléments sont à nouveau démontés pour être traités séparément.

158

158

première couche d'apprêt beige (acrylique à solvant décapod) 

160

160

J'ai peint ensuite le plancher dans un gris moyen (Humbrol)

163

163

la plaque époxy sous le châssis a été masquée avec un ruban adhésif tamiya pour permettre la soudure ultérieure des fils de connexion à la loco

164

164

L'intérieur doit être également masqué, un bloc de mousse taillé à la bonne dimension est une solution idéale, car cela permet de conserver la peinture beige en l'état

165

165

Les caisses sont bicolores. Une première couche (noir mat satiné) est appliqué à l'aérographe sur tous les éléments

167

167

suivie d'une deuxième pour bien fixer la peinture

169

169

Il faut veiller à ne pas empâter les grilles de CAP dont les orifices sont particulièrement fins

170

170

Avant de passer à la peinture verte SNCF, il convient de vérifier si l'intérieur n'a pas été souillé par des traces de noir

173

173

seules, les faces latérales des caisses doivent être peintes en vert, ce qui nécessite un soigneux masquage

175

175

C'est fait, les quelques traces restantes lors du retrait des rubans adhésifs sont comblées avec des pointes de peinture rouille à la jonction des fenêtres et de la toiture des CAP 

178

178

pose de quelques voyageurs

180

180

les traverses de chocs sont peintes en rouge vermillon avec un pinceau fin (Humbrol)

183

183

Pour l'éclairage des lanternes, j'ai confectionné des petites plaques époxy à cinq pistes isolées en soudant des micro résistances de 8 Kohms qui seront raccordées aux cathodes des leds CMS bicolores

184

184

J'ai ajouté en + une résistance de 15 Kohms sur l'anode commune afin de réduire la luminosité des feux. 

185

185

J'obtiens ainsi un éclairage très doux sur la voiture de tête

186

186

et idem sur la voiture de queue

187

187

Une goutte de Soliq polarisée avec une lampe UV permet de simuler le vitrage dans chaque lanterne. 

188

188

J'ai retrouvé dans mes tiroirs ces petites réglettes de leds CMS pré équipées d'un redresseur. 

189

189

Je les ai positionnées en appui sur les deux extrémités de caisse. Elles diffusent une lumière douce jaunâtre adaptée à l'époque de circulation de ces voitures

192

192

A ce stade d'avancée des travaux, je peux poser les vitrages. Ils se glissent dans une fente au dessus de chaque fenêtre sans collage particulier. La pose ultérieure de la toiture les maintiendra en place définitivement.

203

203

dernière intervention, la patine réalisée à l'aérographe avec les produits acryliques à solvant décapod (noir crasse toiture, poussière, voile de rouille) Les lanterneaux sur la toiture sont peints avec un stylo à peinture Posca couleur or

205

205

Les trois éléments sont assemblés et seront indivisibles, ce qui facilitera les raccords électriques

216

216

La prise de courant sur rails est réalisée sur toutes les roues du convoi, ce qui assurera une captation excellente. Un petit coup de peinture noire sur tous les fils termine l'opération. 

206

206

construction d'un kit laiton LSL 230 A (suite 4)
211

211

Notre cage à poule est prête à faire ses premiers tours de roues, sous régime digital. Son fonctionnement est parfait. Il restera à poser les décalcomanies qui sont en commande, ceux fournis dans le kit étant hélas inutilisables (trop anciens) 

J'en suis venu à bout après plusieurs semaines de travaux où j'ai parfois dû me creuser la tête, car ce type de kit n'a pas été conçu à l'origine pour les aménagements électriques (éclairage, digitalisation) que j'ai installés. C'est une expérience intéressante que je renouvellerai volontiers. 

A +

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 05:38
109

109

Les deux châssis de voitures CAP sont assemblés, je peux maintenant m'attaquer aux caisses qui ne présentent pas de difficulté majeure, la découpe et les points de pliage étant très précis. Nous voyons que la conception est particulière avec une partie de l'espace dédié aux fameuses "cages à poules" qui occupent l'une des faces latérales de chaque voiture

110

110

Chaque élément est soigneusement ébavuré sur les points de découpe avec un disque à tronçonner présenté bien à plat sur les arêtes.

111

111

les grillages sont ensuite soudés sur les caisses de CAP. Un deuxième élément de fenêtres se superpose sur chaque face des voitures, laissant une fente de 3 dixièmes de mm, conception astucieuse qui permettra de glisser après peinture des morceaux de rhodoïd pour représenter les vitrages, sans avoir à les coller.   

113

113

la caisse est fixée sur le châssis par deux vis, dont l'une sert également au maintien du timon d'attelage, pièce mobile montée sur ressort. L'attelage avec la loco est jointif, et la conception arrondie des châssis permet une inscription en courbe, même sur des rayons sévères. 

115

115

Un second élément termine chaque caisse, il donne accès via des portillons à l'intérieur de la voiture, ainsi qu'à la toiture via une succession de marches 

117

117

L'intérieur d'une des voitures est équipé d'une cloison qui sépare les deux compartiments 1 ème et 2 ème classe

118

118

LSL a prévu une fixation astucieuse de la toiture avec deux couples soudés qui s'emboîtent sur la caisse, ce qui laisse la possibilité d'aménager l'intérieur après les travaux de peinture, notamment la pose des vitrages et des banquettes, voire des voyageurs.  

120

120

la première voiture est quasiment terminée. La seconde comporte quelques variantes, essentiellement au niveau de la toiture plus longue et de la disposition des fenêtres

127

127

J'ai conservé les deux coffres en résine, mais j'ai modifié la conception de la prise de courant en installant des lamelles en chrysocale soudées sur une plaque époxy collée sous le châssis. Chaque voiture participera à la captation du courant, ce qui assurera un fonctionnement parfait du convoi. 

123

123

Quelques tests de circulation sur des zones d'aiguillages confirment un fonctionnement sans faille

133

133

Et voici la "bestiole" attelée à ses deux voitures. C'est pas très beau, mais ça a existé, j'imagine assez bien la difficulté du mécanicien à circuler avec un tel engin dont la visibilité était très limitée!!

134

134

Ce qui explique aussi la disposition dissymétrique des deux voitures attelées à la loco, permettant une marche dans les deux sens avec une vue partiellement dégagée au dessus des CAP

136

136

Pose des mains montoires, d'un attelage à choquelles et de chaînettes sur la traverse de choc 

138

138

puis les lanternes qui seront percées avant soudure afin de permettre le passage des fils de leds CMS

152

152

J'ai prévu un éclairage réversible des lanternes de chaque voiture selon le sens de marche, les fils du décodeur situé dans la loco sont raccordés à une platine à 5 plots isolés qui seront reliés ultérieurement après les travaux de peinture

153

153

J'ai hésité à recourir au sablage pour le décapage des voitures, en raison des ouvertures prévues pour la pose des vitrages qui risquent d'accumuler des dépôts d'oxyde d'aluminium difficiles à extraire. Une autre méthode consiste à immerger les voitures dont les éléments sont démontés dans un bain d'acétone, bien brosser les zones de soudure, faire plusieurs bains, rincer et laisser sécher.  

154

154

Le résultat semble efficace, je pense pouvoir aborder les travaux de peinture dans la foulée

155

155

LSL a prévu des fauteuils en résine dont la gravure est superbe, et qui sont différentes selon les différentes classes, luxueuses en 1ère classe et confortables en seconde classe

156

156

pour terminer sur des banquettes en bois en 3ème classe!! 

143

143

Et une dernière photo de la rame qui fait ses premiers et derniers tours de roues sur "biscadépôt" dont je viens de me séparer, faute de place dans mon garage. 

la suite sera consacrée à la finition, à suivre. 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 05:42
093

093

Avant d'attaquer la construction des deux voitures, j'ai appliqué une première patine sur la loco, en prenant soin de bien nettoyer les bandages des roues, ce qui permet de faire des tests de roulement sous régime digital. Sur cette photo nous voyons que la loco est encadrée des deux châssis de voitures "cage à poule" 

058

058

En attendant leur finition, la loco est attelée provisoirement à une voiture 3 pattes Roco pour vérifier ses aptitudes à la traction. 

092

092

Il restait à mettre en place les vitrages ainsi qu'une rambarde garde corps sur la plateforme latérale de la loco. A noter que l'une des fenêtres ouverte est en fait une soute d'approvisionnement en charbon. C'est fait. Maintenant, je peux aborder la construction des deux voitures 

074

074

Le châssis est identique sur chaque voiture, là encore, les plaques de laiton ont été soigneusement décapées avec la gomme abrasive Roco pour faciliter les travaux de soudure. 

078

078

La mise en forme ne pose pas de problème. J'utilise les mors d'un étau pour faciliter les opérations de pliage. 

079

079

mais une pince à becs recourbés peut aussi faire l'affaire. 

080

080

Les longerons latéraux doivent être soudés et servent également à renforcer les attaches des lames à ressorts. Un ruban de soudure liquide déposé au pinceau sur les deux faces permet une fixation rapide avec la panne d'un fer à souder bien chaude. 

081

081

les deux châssis sont traités simultanément

082

082

Pour apporter un relief suffisant, des jeux de lames à ressort sont à souder l'une contre l'autre après pliage, puis rapportés sur le châssis

083

083

Ensuite, il faut souder les supports de freins en veillant à les positionner dans l'axe des roues

084

084

Les boites à essieux sont des pièces moulées en fonte qui s'encastrent dans les supports de châssis où ils seront soudés

086

086

C'est fait, il ne reste plus qu'à vérifier le bon roulement des essieux à pointe en écartant légèrement les supports

089

089

Une tringlerie est à mettre en place pour réunir les patins de freins, réalisée en barre de laiton de 4 dixième soudée.  

090

090

et pour terminer la pose des tampons sur une seule des extrémités de chaque voiture. 

099

099

Le timon d'attelage est constitué d'une plaque de laiton flottante sur un axe central, maintenue en traction par un ressort souple, ce qui permet de réaliser un contact permanent entre la loco et chaque voiture. 

100

100

La conception arrondie des châssis (loco/voiture) assure un débattement correct même dans les courbes les plus serrées. 

105

105

LSL a prévu une prise de contact sur les 4 essieux des deux voitures. Les roues étant isolées de leur axe, il faut décaper les flancs internes peints, opération réalisée avec le flexible dremel et une gomme Roco.

106

106

C'est fait, il ne reste plus qu'à confectionner une platine avec des lames en chrysocale qui remplacera d'une façon plus fiable le système à base de fils prévu par LSL. La CAP (cage à poule) devrait donc bénéficier d'une prise de contact parfaite sur 12 roues au total. 

A suivre

Partager cet article

Repost0
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 05:02
991

991

Les travaux progressent lentement. La conception originale de cette loco nécessite la pose d'une sorte de bouclier muni de deux portes à battant permettant au personnel de service d'ouvrir la porte de boîte à fumée via la voiture 3ème classe qui lui fait face.  

992

992

le plus gros des travaux d'infrastructure sur la loco est maintenant achevé. Il est temps de préparer l'assemblage du sous-châssis qui doit recevoir l'embiellage actionnant l'unique essieu moteur. 

995

995

LSL a prévu une fixation de l'embiellage sur un écrou de 1mm à souder derrière une patte. j'ai percé un trou de 0,8 mm sur le châssis que j'ai taraudé au même diamètre (1 mm) afin de consolider l'ensemble  

998

998

Pose des enveloppes de cylindres (pièces en bronze) creuses de l'intérieur? ce qui laisse augurer un mauvais coulissement de la tige de piston.

014

014

Craignant un éventuel dysfonctionnement qui s'est vérifié par la suite, j'ai introduit après perçage un tube en laiton de 1,6 mm de diamètre extérieur et 0,8 intérieur, correspondant au diamètre de la tige de piston. 

015

015

le tube a été ensuite sectionné de chaque côté du cylindre

001

001

L'essieu moteur doit être équipé de flasques (réalisés en résine pour garantir l'isolation électrique sur chaque roue) Ils ont été collés à la cyanolit. Sur cette photo, nous voyons que la terminaison permet de fixer l'embiellage à l'extérieur du sous-châssis via les contrepoids. Il est important de vérifier le bon centrage pour ne pas bloquer la rotation de l'essieu moteur sur son support

002

002

Et c'est là que l'on aborde la plus grande difficulté d'assemblage de l'embiellage, les pièces constitutives étant réalisées par photo découpe dans une plaque de maillechort dont la rigidité et le mode de fixation laissent à désirer.....certains concepteurs ont fait mieux dans le genre!!! 

004

004

Même avec une station de soudage améliorée, l'exercice est périlleux!! Ayant pratiqué sur deux kits vapeur de ce fabricant, je reste dubitatif sur la conception des embiellages, et principalement sur ce modèle que j'ai tenté d'assembler en suivant scrupuleusement les différentes étapes. C'est vraisemblablement le point faible de la marque, d'autres fabricants ayant fait des propositions d'usinage mieux élaborées et surtout plus facile à mettre en oeuvre.  

construction kit laiton LSL "cage à poule" Nord (suite 1)
007

007

008

008

Exemple: la manivelle en bronze que l'on voit en haut sur cette photo doit être rivetée sur une bielle, opération quasi impossible sans risquer d'écraser la tête et de bloquer sa rotation. Par ailleurs, les bielles sont constituées de deux pièces qui doivent être soudées l'une contre l'autre, alors qu'il aurait été plus judicieux qu'elles soient livrées moulées dans un métal plus rigide. J'ai donc réalisé deux manivelles percées et taraudées (1 mm) pour remplacer celles du constructeur que je n'ai pas réussi à assembler. Nous voyons que la bielle doit pouvoir coulisser entre le contrepoids et la manivelle

010

010

Ouf, après des heures à s'arracher les cheveux, je parviens à assembler les principaux éléments mobiles de l'embiellage.

009

009

Avant d'assembler le sous châssis sur l'élément moteur, il convient de peindre ce dernier à l'aérographe (acrylique à solvant noir toiture Décapod)

013

013

Normalement, la fixation à base de micro vis de 1 mm doit permettre un fonctionnement mécanique correct de l'embiellage. 

017

017

Echec, après plusieurs tentatives, tout bloque et notamment la coulisse qui développe un jeu trop important, je dois revoir ma copie et simplifier la distribution sous peine de condamner l'engin à rester statique. La photo ci dessous montre l'assemblage définitif qui fonctionne désormais.  

023

023

024

024

construction kit laiton LSL "cage à poule" Nord (suite 1)

Un dernier contrôle pour vérifier que l'essieu moteur tourne librement sans point dur. C'est OK, je peux maintenant passer à la phase suivante, digitalisation, qui sera organisée à partir d'un décodeur enfiché sur une prise femelle à 8 pôles, facilitant son insertion dans l'une des cabines de la loco. 

039

039

040

040

Le décodeur est fixé au plafond de la cabine avec un adhésif double face. J'ai confectionné un cache en carton noir percé sur un coin pour faire circuler les fils sans risque d'accrochage avec la pignonnerie ou le volant d'inertie. 

043

043

Les fils moteur (orange et gris) sont d'abord soudés sur le moteur, et le reste passe sous le châssis. Les fils (rouge et noir) sont ensuite soudés sur les deux pattes d'alimentation des roues prévues par LSL à chaque extrêmité du châssis moteur. Quant aux fils (bleu, blanc et jaune), ils seront reliés à l'une des voitures d'extrémité pour l'éclairage des lanternes 

027

027

028

028

029

029

Préalablement, j'ai décapé la loco par sablage, puis passé une couche d'apprêt, les faces cabine doivent être ensuite peintes en vert SNCF. J'utilise les produits Décapod (acrylique à solvant) en l'état, la diffusion avec un aérographe étant excellente.  

030

030

Le reste de la loco doit être peint en noir satiné, après masquage avec des adhésifs Tamiya

031

031

C'est fait

033

033

034

034

037

037

Ah j'oubliais, il reste encore les vitrages à mettre en place, et la patine, mais le plus dur est fait!!!

A suivre la réalisation des deux voitures qui ont valu le nom de cage à poule à cet engin. 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2019 6 15 /06 /juin /2019 06:24
954

954

C'est parti, je m'attaque à un nouveau kit laiton confié par l'ami Thierry et conçu par Loco Set Loisir, modèle plutôt original baptisé cage à poule.

C'est une automotrice construite au début du siècle dernier qui regroupe en une seule unité un élément moteur à vapeur encadré de deux courtes voitures, d'où le sobriquet retenu par les agents de la région Nord qui ont circulé sur cette machine.  

955

955

la notice constructeur d'une dizaine de pages illustrées est explicite, mais nécessite de suivre scrupuleusement chaque étape dans l'ordre indiqué.   

956

956

les planches sont réalisées dans des plaques de laiton photo découpées de 3 dixième, dont chaque élément bien identifié se détache aisément avec la pointe d'un cutter ou une pince coupante de bonne qualité. Un léger ébarbage avec une lime fine est recommandé sur les points de sectionnement. Pour ma part j'utilise un disque abrasif Dremel monté sur flexible.     

957

957

L'élément moteur est livré tout monté avec une motorisation et transmission de qualité que j'ai pu tester en analogique. 

958

958

la première intervention porte sur le châssis de l'élément central dont les bords doivent être pliés à 90°, opération réalisée dans les mors d'un étau. 

959

959

la cabine est constituée d'une plaque dont chaque côté doit être plié suivant les indications de la notice, puis soudés. Pour faciliter les travaux de soudure, je passe un coup de gomme abrasive Roco sur chaque face. 

960

960

La caisse est ensuite soudée sur le châssis, j'utilise la soudure liquide Railcolor avec un fer puissant de 80 Watts. Pour les petites pièces, j'ai recours à mon poste de soudure électronique qui permet de régler très finement la température. 

962

962

964

964

L'assemblage de la cabine constituée de plaques rivetées à souder sur la caisse ne pose pas de difficultés particulières. Il faut veiller à maintenir un bon équerrage de l'ensemble, pour faciliter la pose ultérieure des pans de toitures. 

969

969

Un platelage est posé ainsi que les portillons de protection du personnel de conduite. 

970

970

On pose ensuite le premier pan de toiture de la cabine de conduite, qui est complété d'un petit lanterneau et de deux lanternes. 

971

971

Pose des portillons latéraux grillagés d'accès à la cabine avec les chaînes de protection

972

972

ensuite, la toiture du second logement est mise en forme avec son lanterneau. Ces deux éléments seront  soudés de l'intérieur

975

975

976

976

Le foyer est une pièce moulée en bronze qui a d'abord été soudée sur la chaudière, avant positionnement sur la cabine. Un platelage latéral est ensuite installé de part et d'autre. 

977

977

Une bande rivetée avec les marchepieds termine le bas de caisse

978

978

Reste les ressorts à lames et les sabots de freins qui complètent l'équipement du châssis. 

981

981

Test de pose du châssis moteur pour vérifier la bonne disposition des sabots de freins. 

982

982

Avant d'attaquer l'embiellage très particulier de cette machine, il convient de terminer la pose des dômes, cheminée, tubulures, boîte à fumée. 

983

983

Avant de refermer la chaudière, j'ai introduit à l'intérieur des barrettes de plomb pour lester la machine. 

984

984

La porte de boîte à fumée est constituée d'une rondelle en laiton sur laquelle se positionne un dôme en bronze. A noter que l'assemblage final avec les voitures masquera totalement cette partie accessible par des panneaux frontaux amovibles. 

987

987

Les travaux progressent lentement avec notamment la pose des diverses tubulures dont celles de la sablière surmontées d'un marchepied d'accès au dôme. La suite du montage portera sur le châssis inférieur intégrant l'embiellage et les cylindres actionnant l'essieu moteur avant. 

A +

Partager cet article

Repost0
22 mai 2019 3 22 /05 /mai /2019 18:52
781

781

770

770

786

786

J'aborde maintenant la phase finition. Avant de raccorder électriquement les deux éléments, j'ai peint les flasques de roues du tender à l'aérographe avec une patine acrylique à solvant Décapod (noir sale toiture). Les plaques constructeur (SACM) préalablement peintes en noir mat ont été posées, ainsi que la numérotation Nord sur les protections roues motrices de la loco  

778

778

781

781

La soute à charbon/briquettes a été repeinte en noir.

788

788

puis ajout de véritable charbon dans le bac. 

772

772

La traverse de choc peinte en rouge, tampons en noir, puis ajout d'un attelage à choquelles fonctionnel.

825

825

Des volants de conduite ont été posés sur la façade de la chaudière. Deux fils conducteurs seront raccordés au décodeur dans le tender. 

766

766

Le panneau cinéma est fixé par collage cyanolit

826

826

pose de la grille de protection caténaires

827

827

sans oublier le mécanicien et le chauffeur (personnages preiser) 

817

817

La peinture des cerclages de chaudière est sans doute l'étape la plus délicate. J'ai pris l'option de la traiter avec un feutre POSCA (Japon) à pointe très fine diffusant une peinture acrylique jaune/or assez réaliste. Certains passages sous les tuyauteries sont très difficiles d'accès. J'ai dû recourir à la pointe d'un cure dent trempée dans la peinture pour couvrir les zones correspondantes. 

819

819

Le résultat est acceptable, le traitement de patine qui suivra devrait atténuer l'effet un peu trop neuf de la loco

428

428

Il ne reste plus qu'à raccorder électriquement la loco au tender, ainsi que l'éclairage des lanternes du tender au décodeur.

833

833

Un test de circulation et d'éclairage des feux réversibles est effectué avant fixation de la caisse du tender. 

834

834

la lanterne AV de la loco diffuse un éclairage assez doux. 

838

838

836

836

Il reste encore la numérotation à exécuter sur la loco et le tender et les décalcomanies présentes dans le kit ne sont hélas plus utilisables (trop anciennes, séchage ??) bref indécollables.   

842

842

le marquage sera donc la partie la moins réussie de cette loco, malgré le soin apporté à découper les décalcomanies sur leur support que j'ai finalement collées avec kristal clear pour laisser le moins de traces possibles. 

841

841

En définitive, j'ai adopté un système d'attelage permanent entre la loco et le tender, ce qui évite d'avoir à connecter des micro prises de courant entre les deux éléments toujours difficile à brancher. 

848

848

850

850

851

851

854

854

859

859

les cinq dernières images présentent la loco après traitement de patine à l'aérographe, dernière intervention qui termine les travaux.

Je dois dire que j'en ai bavé!! C'était ma première expérience de construction d'un kit laiton qui m'a bien occupé ces derniers mois. Mais la satisfaction de voir rouler correctement une loco créée de toutes pièces est sans doute la juste récompense de tous ceux qui se sont lancés dans ce projet.

Je pense néanmoins que c'est à la portée de tout bon bricoleur patient, pourvu qu'il soit équipé correctement. Sur ce point, j'ai dû compléter mon équipement car le sablage nécessite un compresseur plus puissant que ceux utilisés pour la peinture. Bien sûr, un poste de soudure de qualité est nécessaire, sans oublier le micro outillage et les mille petits objets qui traînent dans les tiroirs qui facilitent certaines interventions. 

Aujourd'hui, les artisans proposent des kits bien étudiés dont la découpe précise facilite grandement l'assemblage. Le kit de construction de la 230 Nord créée par Loco Set Loisir est plus ancien, sans doute à l'origine des obstacles que j'ai pu rencontrer!!!

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 05:24
751

751

J'aborde maintenant la phase peinture qui passe par plusieurs interventions préalables décrites ci après. La photo ci dessus montre la loco qui vient de recevoir une première couche "chocolat" typique des livrées des locos Nord 

705

705

Mais avant , j'ai revu le système de fixation du bissel avant de la loco en soudant une traverse centrale sous le châssis équipée d'un axe sur lequel viendra glisser latéralement le bissel. Cette solution permet une meilleure tenue sur les rails que le timon prévu à l'origine. 

698

698

Sur la version Nord, cette loco est équipée d'un panneau cinéma qui remplace une des lanternes que j'ai donc déposée. 

696

696

Le marquage dans cette version prévoit des plaques qui seront apposées sur les flancs de la loco au niveau des roues motrices. Elles ont été peintes en noir mat à l'aérographe, puis grattées avec une gomme abrasive pour faire ressortir les marquages en relief.  

700

700

La lanterne avant sera fonctionnelle et j'ai prévu de la raccorder au décodeur dans le tender, moyennant un jeu de deux fils supplémentaires. Le panneau cinéma sera posé après peinture finale de la loco. J'ai ajouté une petite tige de laiton de 4 dixième pour le maintenir plus solidement par collage.  

701

701

Un petit CI à deux pistes isolées permettra de raccorder les fils de la lanterne AV de la loco

703

703

J'ai retrouvé dans mes tiroirs un attelage à choquelles métallique fonctionnel qui sera mieux adapté. 

702

702

Enfin, j'ai revu le positionnement de quelques tubulures mal implantées, il faut dire que le plan de construction de cette loco récupéré sur le net n'était pas très clair!

735

735

A ce stade d'avancée des travaux, il est temps d'aborder le décapage  et dégraissage des différents éléments de la loco et du tender. Les organes mécaniques et moteur ont été soit démontés, soit protégés par des rubans adhésifs, de même que le décodeur. J'ai pris l'option de réaliser ces opérations par sablage sous pression et je me suis équipé d'un micro pistolet qui devrait simplifier cette étape.

736

736

La caisse de la loco et du tender seront donc sablés, ce qui permet d'éliminer les excédents de soudure et micro particules indésirables. Par ailleurs, cette technique a l'avantage de créer sur les surfaces traitées des micro rugosités qui favorisent l'accrochage de la peinture. 

737

737

J'utilise de la poudre d'oxyde d'aluminium (corindon) diffusée sous pression 2 à 4 bars en prenant soin de cantonner la pulvérisation dans une grande boîte à biscuit métallique, à l'intérieur du garage ouvert, sachant que ce produit est très volatil (lunettes et masque de protection recommandés).

739

739

Après sablage, la récupération du produit n'est pas souhaitable, car de micro particules de soudure peuvent se mélanger, ce qui risque fort de boucher la buse du pistolet lors d'une utilisation ultérieure. Un fil laiton de 4 dixième de mm permet de déboucher le pistolet si nécessaire. 

740

740

Avant l'opération de sablage, j'ai pris soin de boucher les orifices des lanternes avec du maskol, pour ne pas détériorer les micro leds installées à l'intérieur. 

741

741

Une fois le décapage réalisé, j'ai éliminé avec le souffle d'un sèche cheveux et en m'aidant d'une brosse souple (neuve) toutes les particules pouvant être bloquées dans les infrastructures de la loco. Il faut éviter de manipuler avec les doigts les pièces à peindre. Chaque élément est déposé sur un  petit support (ici une cale de polystyrène extrudé) pour mise en peinture. J'utilise les excellents produits Décapod visibles sur cette photo qui permettent d'appliquer une première couche favorisant l'accrochage. 

742

742

Les deux opérations (sablage, peinture d'apprêt) sont assez longues à exécuter, mais conditionnent la qualité des travaux. L'aérographe doit être réglé pour diffuser un film très fin afin de ne pas empâter les reliefs. 

747

747

Une seconde couche d'apprêt est appliquée, en veillant à l'uniformiser sur les parties les moins accessibles de la loco.  

748

748

J'ai retenu les teintes d'origine proposées par Décapod, déclinées en peinture acrylique à solvant, dont la diffusion à l'aérographe est particulièrement aisée. Toutefois, il sera judicieux de prévoir une seconde couche pour une couverture parfaite et résistante.  

749

749

idem pour le tender. A noter que le châssis de celui ci devra être peint en noir, à l'instar du châssis de la loco déjà traité dans les précédents articles.  

750

750

Sans oublier le dessous de caisse de la loco. 

746

746

j'ai pu trouver un lot de volants en photo découpe ALP2M qui viendront améliorer la cabine chauffeur/mécanicien. Ils ont été peints en rouge à l'aérographe. 

755

755

Le châssis du tender est ensuite repeint couleur noir sale en protégeant avec des bandes de masquage Tamiya les surfaces qui doivent rester couleur chocolat

760

760

idem pour le châssis de la loco ainsi que les roues et l'embiellage démontés pour faciliter cette intervention. 

757

757

La cabine et le foyer sont également repeints en noir sale. Il restera à ajouter les différents volants de commande et les chauffeur/mécanicien.

768

768

Les enjoliveurs de lanternes sont ensuite posés sur la loco et le tender, après grattage du support avec la pointe d'un cutter, et polissage avec une gomme abrasive.  

761

761

Le plus gros des travaux de peinture est maintenant terminé, il reste encore toute la numérotation à exécuter, la peinture des cerclages de chaudière?? (je cherche encore la solution la mieux adaptée) et la traverse de choc rouge, les tampons ainsi que la patine et en phase finale le raccordement électrique loco/tender. Bref, une étape ultime qui devrait mettre un point final à ces travaux.  

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : biscatrain
  • : réalisation de réseaux modèles de trains à l'échelle HO biscatrain et nanotrain à l'échelle N et travaux de restauration de locos, motorisation, digitalisation, construction de kit laiton, bricolages divers et variés.
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche