Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 21:01
bon visionnage

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 04:58

P1250726.JPG

 

deux générations de 150 C en stationnement sur le dépôt (Roco et J/H)  

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 05:22

P1250715.JPG

 

141 P jouef/Hornby améliorée dans la courbe de Clairville

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 05:30

P1250698.JPG

 

rame TEE l'arbalète by Roco de passage sur le réseau

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 16:50

P1250692.JPG

 

Sur cette photo, nous voyons deux aiguillages enroulés de grand rayon shinohara code 100 récupérés dans un état très moyen, les lames d'aiguilles étant inexistantes sur les deux appareils, et les pointes de coeur tronconnées avaient quelque peu malmené les traverses, bref, ils étaient inutilisables. 

S'agissant de matériel de qualité, J'ai entrepris de les restaurer et la première intervention s'est portée sur l'aiguillage du bas qui avait le plus souffert.

 

P1250693.JPG 

 zoom sur la zone d'aiguilles, il faut en reconfectionner d'autres!!!

 

P1250689.JPG

 

Deux portions de rails issues d'une voie flexible au code 100 Peco ont été tronconnées à la bonne longueur, les pointes ont été effilées avec une lime plate douce, le rail étant bloqué en biais entre les mors d'un étau, Elles sont ensuite légèrement cintrées pour épouser la courbe de la voie, il faut vérifier que leurs pointes se plaquent bien le long du rail. Ensuite, il convient de fabriquer une traverse pour l'articulation des lames, celle ci est découpée dans une plaque de circuit imprimé dont la largeur correspond à l'espace disponible entre les deux traverses chargées de l'accueillir.

 

P1250688.JPG

 

Comme sur tous les aiguillages de la marque Shinohara, le point d'articulation se fait avec une éclisse dont la plus grande surface est soudée sur la lame mobile, il faut garder 3 à 4 mm pour pouvoir l'emboîter ensuite sur la partie de la lame fixe.

 

P1250705

 

zoom sur le système d'articulation

 

P1250694.JPG

 

La fixation sur la traverse mobile se fait en perçant deux trous de 0,5 mm sur la base de chaque lame d'aiguille, dans lesquelles sont insérées deux tiges de laiton de même diamètre coudées à 90° qui seront soudées sur les pointes internes des lames.

 

P1250707-copie-1.JPG 

 attention, le perçage est délicat sur cette surface très étroite.

 

P1250708.JPG

 

détail de la tige de laiton avant soudure.  

 

P1250695.JPG

Prévoir un écartement suffisant (14 mm) lors du perçage des deux trous dans la traverse mobile. Celle ci a été affinée sur sa partie centrale et la bande de cuivre a été supprimée, les deux lames devant être isolées électriquement. Les deux tiges de laiton seront ensuite repliées à 90° sous la traverse mobile, ce qui maintiendra définitivement l'ensemble des lames d'aiguilles. J'ai prévu trois trous positionnés latéralement pour la connexion à un moteur d'aiguillage, mais il sera toujours possible de créer une motorisation plus discrète sous la table de roulement.

 

P1250706.JPG

 

La pointe de coeur avait été tronçonnée pour une alimentation distincte, mais les traverses avaient souffert au cours de cette opération, et j'ai dû consolider l'ensemble.

 

P1250687.JPG

 

Là encore, une pièce de circuit imprimé découpée au gabarit des traverses endommagées et collée côté face non cuivrée permet de consolider l'aiguillage, une chance, l'épaisseur des traverses 1,5 mm est identique à celle du CI

 

P1250690.JPG

 

C'est OK pour le premier appareil, je peux passer à l'autre qui était un peu moins endommagé.

 

P1250709.JPG

 

 

terminé, les deux aiguillages peuvent reprendre du service, mais je ne vois pas où je pourrais l'utiliser sur biscatrain, plus d'extension possible!!!! c'était juste l'exercice du jour pour ne pas perdre la main. Un modéliste ne jette rien, il restaure avec plus ou moins de bonheur.

 A +   

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 04:21

P1250400.JPG

 

vue sur le portique de signalisation zébulon (modèle adapté)

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 05:08

P1250326.JPG

 

stationnement sur voie de service de deux wagons porte traverses béton

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 05:02

P1230865.JPG

 

BB516575 LSM

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 07:31

P1250633.JPG

 

autorail de dietrich 270 cv Atlas amélioré sur le PT Roco

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 05:30

P1250667.JPG

 

Lima a produit il y a quelques dizaines d'années la CC 14129, une loco dont la motorisation est excellente. Elle est passée dans les ateliers biscatrain pour quelques travaux de réparation. J'ai profité de son démontage pour la digitaliser et l'équiper d'éclairage réversible AV et AR, d'un éclairage de cabine, et d'un attelage aux normes NEM.

 

P1250638.JPG

 

Pour sortir la caisse du chassis, il faut extraire les tampons, et enlever quatre vis dont on voit le positionnement sur la photo ci-dessus.

 

P1250635.JPG 

premier constat, un des arbres à cardans a un têton de cassé

 

P1250636.JPG

 

il faut donc en fabriquer un autre, en sectionnant le têton opposé, et en perçant délicatement avec un foret de 1 mm la tête du cardan.

 

P1250637.JPG

 

il sera remplacé par une tige de laiton de même diamètre et de longueur équivalente à l'original. (collé à la cyanolit)

 

P1250639.JPG

 

A l'origine, deux ampoules blanches assuraient l'éclairage d'un côté ou de l'autre selon le sens de marche, j'ai donc prévu un éclairage réversible par leds bicolores canon, ce qui sera une amélioration. En fait, ces machines sont pourvues de deux feux blancs et deux feux rouges sur chaque face, et l'idéal aurait été d'ouvrir les feux factices rouges reproduits par Lima, mais non fonctionnels.

 

P1250640.JPG

 

Le support métallique d'origine a été fraisé et équipé d'une petite cale en polystyrène pour éviter un court-circuit avec les pates des leds 

 

P1250642.JPG 

très peu de place pour loger un décodeur dans ce type de loco, après qq tests d'installation infructueux sur le moteur, j'ai prévu qu'il serait situé en dessous, ce qui offre l'avantage de masquer tout le câblage en cabine, mais nécessite d'ouvrir la trappe qui accueille le moteur, opération réalisée avec une scie alternative, puis limage. Les renforts latéraux qui supportaient le circuit imprimé d'origine ont été arasés.

 

P1250643.JPG

 

Le fond (pièce de polystyrène de 2 mm d'épaisseur) sera ensuite refermé, équipé de deux petites cales latérales, qui permettront de supporter le moteur CAN tout en laissant la place du décodeur 

 

P1250644.JPG

 

 La pièce de polystyrène épouse le profil du bas de caisse de la loco

 

P1250645.JPG

 

Les premiers tests effectués avec un décodeur uhlenbrock basique n'ont pas été probants, la loco faisant des bonds au démarrage et avant de marquer l'arrêt????, j'ai donc utilisé un lenz standard + dont le fonctionnement est parfait, même en analogique.

 

P1250646.JPG

 

il convient de fraiser en biais la trappe pour laisser passer les fils du décodeur afin de ne pas gêner la pose du moteur.

 

P1250647.JPG

 

Le moteur peut-être réinstallé, et le câblage ne pose pas de problème particulier, les fils circuleront sur chaque côté du moteur où ils seront maintenus avec un ruban autocollant. La toiture supportant les pantographes peut se dévisser, j'en ai profité pour loger deux petites leds de chaque côté de la cabine de conduite, qui seront programmables avec la touche AUX 1 du décodeur (fil vert)

 

P1250649.JPG

 

Comme sur les anciennes productions Jouef/Lima/Roco, les mains montoires sont obtenues directement de moulage avec la caisse.

 

P1250651.JPG

 

Deux fils d'acier de 5 dixième (corde à piano) rajoutés et collés sur les reproductions d'origine donnent un meilleur résultat.

 

P1250652.JPG

 

Les attelages d'origine sont horribles, j'ai supprimé celui de la face avant et installé un nouveau boitier NEM permettant de loger des attelages à boucle ou harpon (il s'agit d'une pièce de récupération bricolée de loco Piko) 

 

P1250653.JPG

 

La traverse avant désormais dégagée peut accueilir un attelage à choquelles et les câblots (Roco)

 

P1250655.JPG 

il convient à ce stade de vérifier que tout fonctionne bien, j'ai pris soin de lubrifier (graisse au silicone) tous les organes de transmission et de roulement, 4 essieux sur les six sont moteurs et captent le courant, sans bandage d'adhérence, la traction est efficace.

 

P1250665.JPG

 

zoom sur la loco avec l'éclairage cabine actionné.

 

P1250668.JPG

 

Avant d'attaquer la patine, j'ai dû reconfectionner un tampon qui avait fait la valise

 

P1250678.JPG

 

terminé, la loco fait ses premiers tours de circuit en régime digital en tête d'un convoi de citernes

 

P1250680.JPG

 

Une autre vue arrière, cabine éclairée, le fonctionnement est très correct pour une loco qui date un peu, mais qui a le mérite d'exister, en attendant la sortie annoncée d'un modèle similaire par la firme Jouef/Hornby, dont la qualité de reproduction sera sans doute sans équivalent, une autre époque!!!!    

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche