Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 07:55

 

231 K Jouef améliorée au départ gare terminus voie 2

 

 

la même mais au petit matin, le jour va se lever

 

 

il est 21H00, la rame grand confort tractée par une CC 6500 s'élance dans la nuit

 

 

nous la retrouvons en pleine vitesse dans la tranchée qui longe la plateforme supérieure

 

 

tôt ce matin, un picasso Mistral manoeuvre sur la plaque tournante

 

 

il passe devant un ABJ Electrotren qui stationne devant l'aire de ravitaillement du dépôt vapeur

 

 

déjà une forte activité règne sur le quai de messagerie 

 

 

le jour ne va pas tarder à se lever....... 

 

 

toujours au petit matin, le viaduc est encore illuminé et on commence à distinguer les premiers reliefs

 

 

la gare de passage de Clairville à l'aube

 

 

au petit matin, la rame grand confort s'élance et passe derrière le poste 2 de Saint Gilles

 

 

 vue aérienne depuis le poste 2

 

 

le jour s'est levé et les premiers voyageurs attendent l'omnibus sur le quai de la gare de Clairville

 

 

un souterrain relie la gare de Clairville au reste du réseau routier. Au premier plan, un carré violet protège la sortie de la voie de service.

 

 

L'omnibus a pris du retard, on papote sur le quai!!!

 

 

 au pied du viaduc, les voitures commencent à stationner pour descendre à pied au lac 

 

 

 au nord est du réseau (immeubles à gauche de la photo), la ville s'est agrandie en novembre par ajout d'un module qui ferme désormais le décor de fond

 

 

 ce module (escamotable) permet également de poursuivre la route qui enjambe les voies souterraines

 

 

 on distingue bien le raccord  séparant ce module (à gauche) du reste du réseau

 

 

vue du fronton de la gare terminus sur le bloc d'immeubles rajoutés.

 

 

une autre vue sous le même angle, on distingue encore à l'extrême gauche de la photo une partie non  décorée

(le module est en cours de construction)

 

 

141 R fuel Jouef améliorée stationnant froide sur une voie en butoir du dépôt

 

 

BB 9004 Roco en stationnement sur une voie de service 

 

 

CC 6500 Jouef/Hornby au départ de la gare terminus voie 3

 

Fin du reportage

 

RV fin décembre pour un nouveau reportage photos.

 

Pour les amateurs, LOCO REVUE diffuse un hors série intitulé " Réseauxrama 3" disponible en kiosque ou auprès de la revue.

 

Cinq réseaux sont présentés soit plus de 150 photos.......

Au sommaire: 

Page 3  : Biscatrain (HO)

Page 23: La gare du Mans des Tramways de la Sarthe (HOm)

Page 31: Entre Pau et Canfranc (HO)

Page 51: Porte Océane (N)

Page 63: MRS: Chicago dans les brumes de la Seine (O)  

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:13

Un petit retour en 2005, année de construction de la gare terminus et d''aménagement des quais.

 

 

La gare terminus de Saint-Gilles est équipée de quais Faller ( Réf 120181)  dont la largeur confortable (9,2 cm) assure un meilleur rendu. Toutefois, la hauteur des socles et leur aspect "plastique" peu ouvragé m'ont conduit à les refabriquer, d'autant que certains devaient s'incrire dans des courbes. De plus, je voulais créer des passages souterrains réalistes, ce que ne propose pas Faller.

 

 

j'ai utilisé du médium de 10 mm d'épaisseur dans lequel j'ai découpé trois semelles de 10 cm de large sur environ 200 cm de long , dont la géométrie correspondait aux entraxes de voies. Avec une défonceuse, j'ai réalisé une mortaise sur chaque côté et sur toute la longueur de 2,5 x 2,5 mm permettant ensuite de coller une baguette en bois dur de 3 x 3 mm . Prélablement, faire des joints tous les centimètres avec un disque à tronconner . Sous cette baguette j'ai collé des plaques de murs de briques (origine Slatter's) . Le tout a été peint couleur ciment, puis patiné, et une dalle sur deux peinte en blanc mat.  

 

 

La photo ci-dessus montre un passage souterrain rééquipé d'un escalier complet, avec des murs de briques, des barrières en laiton photodécoupé, et le panneau indiquant l'accès aux voies.  Avant la pose,  percer des trous ou viendront se positionner les piliers des quais couverts  en utilisant comme gabarit les socles Faller.   

 

 

Un quai supplémentaire a été construit avec le même procédé, pour désservir une voie de messagerie et deux tiroirs.

 

 

L'accès des quais à la gare se fait par quatre escaliers qui débouchent sur la plateforme supérieure. Sur cette portion de 17 cm de long (soit une demi réf 120181), les quais couverts Faller d'origine ont du être surélevés avec des colonnes récupérées sur d'autres kits Faller. Les escaliers proviennent d'une ancienne passerelle Faller contre laquelle j'ai collé des murs en suivant la découpe (médium de 3 mm d'épaisseur) Ces murs servent de piliers supportant la plateforme supérieure de la gare.  

  

 

Cette plateforme qui accueille la gare terminus (reproduction Kibri de la gare de Bonn) et les immeubles de ville (non encore installés sur cette photo) est escamotable à 90 degrés grace à une charnière piano fixée sur l'extrémité du module. Ce procédé permet d'accéder aux 9 voies souterraines qui s'enfoncent sous la gare sur une longueur d'environ 50 cms.

 

 

chaque escalier débouche sur la plateforme du BV côté voyageurs.

 

 

Les abris de quais sont simplement posés sur leurs socles respectifs, ils sont démontables et l'alimentation électrique de la rampe d'éclairage intérieure se fait par 2 descentes de gouttières (fil de laiton de 1 mm de diamètre) qui traversent le plateau de part en part

 

 

nous sommes en 2008, les travaux sont plus avancés, avec un environnement d'immeubles urbains qui ceinturent la gare terminus

 

 

Plus précisément, novembre 2008, le quartier de ville s'est agrandi au nord est du réseau, justifiant la présence d'une gare de type terminus.

 

NB: Les quais Faller réf 120181 constituent une excellente base pour l'aménagement de nos gares, avec une largeur réaliste et un  style très proche de ceux existant sur le réseau SNCF. Les abris sont très finement reproduits. J'espère que cet article apportera un éclairage supplémentaire à tous les amateurs qui souhaitent se lancer dans ce type de projet.   

  

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 19:32


Le fond de décor dans un réseau est un élément à soigner, car il ferme l'horizon et permet des prises de vues plus réalistes, tant au niveau des photos que des vidéos. Biscatrain étant ceinturé d'un couloir de 30 cms de large sur tout son pourtour, j'ai entrepris de construire des modules escamotables pour couvrir cette surface. L'article du jour porte sur la réalisation d'un module couvert d'immeubles urbains au nord est du réseau, prolongeant ainsi le réseau routier dans toute cette zone. La photo ci-dessus montre à gauche les éléments d'immeubles rajoutés


premier travail, construction d'un caisson en CP épousant les contours du réseau. La route est mise au niveau du pont enjambant le souterrain et la plateforme supérieure accueillera les immeubles de ville. chacun de ces caissons reposera sur des tasseaux fixés sur le réseau d'une part, et sur le mur d'autre part.  


un deuxième caisson (plus long) vient d'être rajouté . Chacun de ces modules reposera sur des tasseaux fixés de part et d'autre du réseau et du mur.


photo montrant la rupture scénique avant mise en place des modules complémentaires. Les  tracés sur le mur doivent être précis pour un positionnement correct , car il faut pouvoir les escamoter pour accéder au réseau.


Là encore, des posters Busch ont été collés sur le mur pour créer un rideau d'arbres fermant la ligne d'horizon aux abords des premiers immeubles. Quelques arbres au premier plan masquent partiellement la fin de la route.


Les bâtiments (origine Faller) ont été "charcutés" pour créer un ensemble compact permettant de raccorder les rues au reste du réseau, les trottoirs ont été gravés dans du polystyrène de 2 mm peint et patiné, de même que les immeubles

le bâtiment de gauche (Faller) assure un raccord convenable avec celui de droite (Vollmer) les différences de niveau à cet endroit ont nécessité la réalisation d'une terrasse.

une autre vue d'avion où l'on distingue la zone de raccord du module (niveau de l'escalier accédant à la terrasse)


un petit parking a été créé derrière le bâtiment abritant le cinéma de quartier.

vue prise de la gare terminus. Les raccords de murs en brique sont masqués par de la végétation.


autre vue prise en contre plongée

quelques réverbères anciens complètent la scène


le raccord du module est encore visible sous cet angle.  


Vue du côté visiteurs, le raccord module/réseau n'est plus visible. Il reste à fermer une zone derrière tous ces immeubles en collant qq posters Busch sur le mur.

sous cet angle, la ligne d'horizon est totalement fermée par les immeubles. La caméra embarquée (qui ne laisse rien passer!!!!!) appréciera lors des prochaines vidéos.

Il reste encore des détails à fignoler, mais le plus dur est fait. La ville est terminée, je vais m'attaquer aux autres modules en appliquant le même principe, l'objectif étant de couvrir toute la zone de couloir ceinturant le réseau.

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 19:26

séquence vidéo montrant le wagon aspirateur en fonctionnement sur le réseau biscatrain:

1er test:
 avec une alimentation par batterie de piles 

2ème test:
avec une alimentation par câble raccordé à la loco

NB: la deuxième solution a été retenue car le wagon peut indifféremment fonctionner sous une alimentation analogique classique ou digitale, moyennant un pont redresseur qui délivre un courant continu à polarité constante quel que soit le sens de marche de la loco. 

accès à cette vidéo via le lien suivant:

www.wat.tv/piouls.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 19:10


Dans la rubrique transports exceptionnels, la SNCF nous a habitué à voir circuler des convois parfois bizarres, c'est peut-être la question que l'on peut se poser en regardant ce drôle de wagon dont la fonction unique est de nettoyer la voie. Je me suis donc lancé dans sa construction.

Sa fabrication est assez simple puisqu'elle fait appel à un mini aspirateur  que l'on trouve aisément chez les revendeurs d'accessoires pour PC, et qui sert à enlever la poussière sur les claviers d'ordinateurs en le branchant sur une prise USB. L'appareil posé à côté d'un wagon Roco clean permet d'apprécier sa taille.

 
Premier travail
démonter tous les composants, en ôtant trois vis qui maintiennent les deux demi-carters. Le câble USB , la platine électronique et le petit moteur (à gauche) ne seront pas utilisés (tension délivrée trop faible) Déposer la turbine à ailettes pour la réinstaller sur un moteur plus puissant (en l'occurrence un moteur Faulhaber à droite sur la photo) N'importe quel moteur 12-16 V puissant ayant une vitesse de rotation élevée peut faire l'affaire (axe diamètre 2mm) 

En fonction du moteur à réinstaller, il faut "charcuter"  l'intérieur des deux demi-carters. j'ai pris l'option de tronconner l'arrière de l'aspirateur avec une mini-scie, et raboter tous les supports internes à l'aide de fraises, de cutter et de limes pour pouvoir accueillir le nouveau moteur.
A ce stade, j'ai découpé dans une plaque de polystyrène de 2 mm d'épaisseur un support pour positionner l'arrière du moteur dans le carter (en blanc sur la photo). Un deuxième couple collé sur le premier permet de bien maintenir l'arrière du moteur.


second travail
construire un bâti en forme de berceau sur un wagon plat (ici un vieux Roco à ridelles) dont la fonction sera de maintenir l'aspirateur en position correcte, tout en permettant son retrait pour vider le réservoir à poussières. 
Son positionnement sur le wagon doit être calculé  précisément pour que le bec d'aspiration effleure les deux rails sans les frotter (prévoir un espace de l'ordre de 1 à 2 mm) Les deux fentes inclinées visibles sur le bâti en polystyrène (2 mm) assurent une inclinaison correcte de l'aspirateur. 
A l'avant du wagon, faire sauter au cutter les supports de ridelles et fabriquer un couple (toujours en polystyrène 2 mm) épousant le galbe du réservoir. Sa hauteur (quelques mm) doit être ajustée pour que l'aspirateur repose sans forcer sur le wagon.
Faire sauter l'excroissance sous le carter de l'aspirateur qui abrite une LED (inutile pour cette application). Coller une petite traverse en polystyrène sur la base interne du carter de l'aspirateur pour éviter tout débattement latéral de ce dernier. 

zoom sur le berceau ainsi fabriqué qui sera collé sur le fond du wagon plat Roco


test pour positionnement correct du bec d'aspiration


un petit coup de peinture et le wagon est terminé

Troisième travail

le raccordement électrique: deux options possibles:

1er test: 
alimentation de l'aspirateur via une batterie de piles posées sur un deuxième wagon et délivrant 12 V
le fonctionnement est correct mais le moteur ne donne pas toute sa puissance.

2 ème test:
alimentation directe par la voie, via un câble raccordé à la loco et connecté sur une mini prise tulipe. Sur Biscatrain, la source d'alimentation peut être analogique (0 à 16 V continu) ou digitale (16 V alternatif) Sur la première, pas de problème, sur la seconde, il faut redresser le courant. J'ai donc installé un petit pont redresseur de tension à la sortie du moteur de l'aspirateur afin que celui-ci ne recoive que du courant continu avec une polarité constante, quel que soit la source utilisée et le sens de marche de la loco.
  
L'aspirateur supporte sans broncher le courant redressé entre 17 et 18 V et s'avère très efficace. Après un tour complet du réseau, j'ai vidé le réservoir à poussière où j'ai trouvé une petite quantité de tout ce qui traîne sur la voie (poussière, poils de pinceau, flocage, débris divers) ce que n'aime pas nos "chères locos"

Attention, ses capacités d'aspiration sont proportionnelles à sa taille, ne vous en servez surtout pas pour faire tout le ménage de votre réseau, encore moins de votre salon, car vous seriez déçus !!!!!!

En conclusion:     

La fabrication de ce wagon est à la portée de tout bricoleur. Son coût est très modeste (aspirateur 10 euros livré) Il rendra de sérieux services à tout possesseur de réseau. J'ajoute que le gabarit de ce wagon permet de le faire circuler partout, il passe sans problème sous la caténaire et sous les tunnels, là où le nettoyage de la voie est toujours un gros problème!!!!!!!

Je diffuserai prochainement une séquence vidéo montrant son fonctionnement.
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 09:44
Les images ayant disparu sur l'article précédent,  j'ai repris quelques clichés plus récents et un plan à l'échelle de ce wagon.
  le matériel nécessaire à la réalisation de ce wagon a été décrit dans l'article précédent. Le principe est de faire avancer le wagon attelé à une loco démotorisée (ici un loco tracteur Jouef) dont le seul rôle est d'alimenter électriquement le moteur du wagon via une mini prise tulipe. Ainsi, même une voie très encrassée est d'abord nettoyée par les patins rotatifs du wagon, ce qui permet à la loco qui est tirée (c'est le comble!!!!!) une captation correcte du courant.
Je précise qu'il s'agit d'une ancienne réalisation qui mériterait  qq améliorations. J'envisage de construire un nouveau wagon sur ce principe, mais avec un équipement supplémentaire d'aspiration des poussières sur la voie. Je teste pour l'instant le groupe aspiration, car il faut trouver un moteur pas trop gourmant en consommation électrique. 
Je pense qu'il doit être possible d'utiliser une loco équipée d'un décodeur pour assurer la traction en pousse de ce wagon, en utilisant la fonction AUXILIAIRE de la centrale digitale pour commander l'alimentation du moteur et de ses patins rotatifs. Dans cette option que je n'ai pas testée, la vis sans fin entrainant un des essieux du wagon ne serait plus nécessaire, ce qui simplifierait sa conception.
NB: Loco Revue s'est intéressé à ce wagon et devrait également publier un article sur sa réalisation. 
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 18:42

RV fin novembre pour un nouvel album, et à cette date la parution d'un hors série de 80 pages (Réseauxrama 3) diffusé par LOCO REVUE consacré à plusieurs réseaux dont Biscatrain.  
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 05:55

Vidéo de la 231 K Jouef digitalisée (voir articles précédents sur les améliorations de cette loco)

séquence 1

loco sur le pont tournant quitte le dépôt pour mise en tête de la rame voyageurs stationnée à quai voie 2 

séquence 2

départ  de la loco voie 2 attelée à sa rame

séquence 3

loco en rampe contourne la rotonde, franchit la bifurcation et se dirige vers la gare terminus

séquence 4

sortie du tunnel Est, passage sous le pont routier, traversée de la tranchée.

séquence 5

passage sur le viaduc et traversée du grill de gare

séquence 6

retour au dépôt sur le pont tournant

séquence 7

rotation du pont et garage de la loco dans la rotonde

Les séquences ont fait l'objet d'un montage sonore sur logiciel Pinnacle, à partir d'un décodeur sonore ESU Lok sound équipant une autre loco et de vrais séquences sonores SNCF.  La loco 231 K Jouef a été redigitalisée avec un décodeur Lenz Gold, celui installé précédemment (Esu lok pilot) ne fonctionnant pas correctement avec un moteur à rotor sans fer, et je n'ai pas trouvé de programmation adéquate.

accès à cette vidéo via le lien suivant:

www.wat.tv/piouls.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 18:00


Avant d'aborder la remotorisation du tender, j'ai dû rectifier les deux marchepieds avant de la loco car ils étaient trop larges. J'ai donc tronconné délicatement chacune des 4 marches sur la partie avant et repercé 4 trous de 0,5 mm qui sont traversés par une tige en laiton fichée dans le tablier avant de la loco (le tout collé à la cyanolit)

une grille de protection caténaires a été collée sur les deux pattes de support à l'intérieur du toit de la cabine (fourniture trouvée sur Ebay)


La traverse de choc a été équipée d'un attelage à choquelles et d'une conduite, les tampons repeints. Les diodes CMS ton chaud diffusent un éclairage assez doux comparable à une lanterne


Le chassis du tender a été découpé pour loger un moteur maxon à rotor sans fer équipé d'un réducteur. La transmission par couronne dentée et pignon droit (récupération Jouef) a nécessité l'usinage au tour d'un nouvel axe en laiton


la transmission d'origine au bogie moteur est conservée, seul le pignon qui attaque la couronne dentée a été repercé et bloqué en force sur le nouvel arbre en laiton. La photo montre le charcutage du chassis, qui a nécessité également de rebricoler l'autre bogie capteur de courant pour permettre son débattement.


installation des deux lanternes arrière (toujours des diodes CMS ton chaud) dont les pattes traversent le bas de caisse du tender.

la partie proéminente des leds est équipée de cerclages de phares petit modèle (obsidienne) le corps de chaque led sera ensuite peinte dans la couleur de la caisse du tender

Un décodeur ESU lok Pilot a été installé à l'intérieur de la soute à charbon, un adhésif double face le maintient en place. branchement électrique classique: fil rouge au rail file de droite, fil noir au rail file de gauche (sens de la marche)
fil gris et orange raccordé au moteur (attention au sens de marche) fil bleu et jaune aux leds CMS feux arrière en intercalant une résistance de 1 kohms. Les deux fils rouge et noir seront reliés à la loco par une mini prise tulipe mâle. Un lest en plomb a été collé à l'intérieur de la caisse arrière du tender, et le lest d'origine Jouef a été coupé sur sa moitié environ pour le loger à l'avant du tender. (il ne figure pas sur cette photo)

 
test d'éclairage du tender. La traverse de choc a été ajourée et repeinte. De nouveaux tampons en laiton ont été posés


vue latérale de la loco après patine (terre à décor et qq touches de peinture rouille et blanche sur les soutes à eau)
j'ai un peu forcé la dose, car ce type de loco était généralement très bien entretenue par les équipes de conduite. Donc, un nettoyage est à prévoir........


la loco est quasi terminée, elle a changé d'allure, certes, de nombreuses pièces de superdétaillage manquent à l'appel pour se rapprocher de la réalité. Je m'attache davantage à la qualité du roulement, de la motorisation, et de la fiabilité en matière de captation du courant. Sur ces trois critères, elle a reçu la certification ISO Biscatrain qui l'autorise désormais à circuler sur le réseau!!!!!!!!

Je diffuserai prochainement une vidéo de cette machine.
 
 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 15:05

Ce reportage est consacré essentiellement aux photos nocturnes faites avec ou sans éclairage d'appoint.






 













 

Fin du reportage, RV fin octobre

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : biscatrain
  • : réalisation de réseaux modèles de trains à l'échelle HO biscatrain et nanotrain à l'échelle N et travaux de restauration de locos, motorisation, digitalisation, construction de kit laiton, bricolages divers et variés.
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche