Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 16:41

La BB 63000 Piko, disponible en de nombreuses versions, est une loco diesel qui a le mérite d'être financièrement accessible, et dont le fonctionnement mécanique correct permet d'envisager quelques modifications visant à affiner sa silhouette. 
J'ai choisi la livrée Arzens et j'affecterai cette loco essentiellement aux manoeuvres dans la gare terminus, notamment pour la mise à quai des voitures voyageurs.  

La photo ci-dessus montre le modèle terminé. Les travaux ont porté sur:

1/ digitalisation avec un décodeur Lenz Gold    
2/ modification des lanternes avant et arrière
3/ modification des traverses de tamponnement et des tampons
4/ pose de cablots et attelage à choquelles
5/ modification des boitiers d'attelage NEM
6/ peinture et patine


premier travail, on démonte les éléments. La soute située entres les deux bogies se dégage facilement à l'aide d'un tournevis fin et donne accès à une vis qui maintient la caisse sur le chassis. Les rambardes (très fines) doivent être prélablement otées, attention de ne pas casser leur support simplement enfoncé à force dans les trous du chassis et de la caisse.

 
Les cotes du décodeur Lenz (voir photo précédente) ne permettent pas de le loger à l'emplacement prévu par le constructeur.
Je dois donc supprimer la platine Piko équipée d'une prise aux normes DCC (au premier plan) en coupant tous les fils qui y étaient raccordés. 

 
zoom sur le décodeur. Celui-ci est raccordé électriquement  à une prise mâle amovible, créant du même coup une épaisseur supplémentaire que je vais supprimer en sectionnant avec un disque à tronconner les plots de connexion de la barrette femelle. Par ailleurs, le décodeur est trop large de quelques dixièmes de mm pour passer dans la caisse de la loco, ce qui m'oblige à réduire le circuit imprimé en poncant à l'aide d'un disque à tronconner appliqué délicatement sur les deux cotés.  Attention, ces deux opérations sont très risquées, le moindre raté et bye bye le décodeur!!!!!!!!Je recommande plutôt aux bricoleurs de s'équiper d'un décodeur de petite dimension, pour faciliter cette opération...........mais je n'avais rien d'autre sous la main!!!!!  


Cà y est, le décodeur est débarrassé de son support de connexion, et l'on voit les 9 plots correspondants dont 7 seront utilisés. La pièce à droite (à l'envers) récupérée sur la cale d'origine, a été adaptée pour supporter le décodeur, mais en position plus basse.


Le décodeur est en place juste derrière le moteur et les fils sont ressoudés délicatement sur les cosses correspondantes:
rouge et noir captation du courant par les roues
gris et orange alimentation moteur
bleu et blanc éclairage avant
bleu et jaune éclairage arrière

à ce stade, un test rapide pour vérifier que je n'ai pas "flingué" le décodeur...........tout va bien


Les boitiers d'attelage Piko dépassent de trop sous la caisse, il faut les raccourcir !!!!! 


Le boitier NEM a été sectionné au niveau du têton et collé à la cyanolit en laissant un petit espace pour permettre aux griffes des crochets d'attelage normalisés de s'écarter derrière le boitier. A noter, il n'est plus articulé sur un axe, mais ce n'est pas indispensable, les tests de traction ayant montré qu'il fonctionne bien même rigidifié sur le bogie.


La traverse de choc d'origine manque de finesse, de même que les lanternes.......c'est le point noir du modèle Piko.  Même avec des enjoliveurs de phare le résultat n'est pas probant!!!!!! De plus, les fixations de tampons n'arrangent pas la silhouette.......Il faut revoir tous ces points. Le circuit imprimé supportant la led CMS sera supprimé

 
Les embases de tampons ne sont pas conformes, et leur logement arrondi plutôt bizarre!!!!! On apercoit sur cette photo un attelage Kadee, qui sera adopté pour un dételage magnétique aisé à mettre en oeuvre dans la zone de gare

 
J'ai donc percé quatre trous de 4 mm de diamètre dans une bande de polystyrène 5/10 mm épaisseur et découpé les embases de tampons, qui sont ensuite collés. 


Le résultat n'est pas parfait, sans doute aurait il été préférable de reboucher la cavité dans la traverse de choc et poser de nouveaux tampons en laiton type "Mécanic trains" mais je n'avais pas cet article sous la main........


Les lanternes d'origine (énormes) éclairées par un conduit lumineux qui traverse leur support ont été arasées. Ce dernier laisse deux cavités rectangulaires rebouchées avec deux petites cales de polystyrène collées, puis percées délicatement de deux trous pour passer les deux fils de leds CMS, sur lesquelles j'ai collé les cerclages Haxo Modèle


Une fois posées, les lanternes sont plus discrètes et diffusent un éclairage plus efficace que le conduit d'origine. 

  
Une petite bande de polystyrène a du être rajoutée sur la traverse de choc entre les deux lanternes, le tout repeint dans la couleur d'origine du chassis. Les lanternes ont recu deux couches de noir mat sur tout le corps postérieur des leds CMS, avant d'être peintes couleur chassis. (pas d'éclairage par transparence) Enfin, la traverse a reçu un attelage à choquelles et deux conduits. 

 
l'intérieur de la cabine a pu être rabaissé par rapport à sa disposition d'origine, ce qui a permis de loger un conducteur

 
 La loco terminée a été copieusement patinée pour lui conférer un aspect délavé


une autre vue de 3/4 Les trappes de ventilation sont d'abord badigeonnées d'un lavis noirâtre, idem pour toute la loco (caisse rambardes, chassis, bogies) mais avec un lavis davantage dilué. Attention de protéger les vitrages!!!!! Lorsque tout est bien sec, tamponner avec de la terre à décor claire (blanc/beige) sur la partie supérieure de la caisse et la plateforme, puis le chassis, bogies dans des tons crasse, ocre, rouille, sachant que l'on peut avoir la main lourde car ces locos sont généralement dans un triste état en fin de carrière. Rajouter qq pointes de peinture rouille Humbrol sur les rambardes  


une autre vue de l'autre face (feux allumés en marche arrière) il manque l'attelage kadee. 

Certes, ce modèle n'a pas la finesse du modèle Roco, mais le prix n'est pas le même!!!!! L'allure générale est améliorée et le fonctionnement  avec un décodeur de qualité est très satisfaisant au ralenti, ce que je recherchais pour les manoeuvres de rames dans la zone de gare terminus. La captation du courant sur les 4 essieux est bonne, malgré deux roues équipées de bandages d'adhérence. 

En conclusion, un modèle sympa qui est bon pour le service sur le réseau biscatrain.


    
Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 06:10

Ames sensibles, s'abstenir.........Retraités, vous n'êtes pas concernés!!!!! Situations bien établies, passez votre chemin....... 

Cet article s'adresse en priorité aux générations qui connaissent, ou ont connu des difficultés pour entrer dans la vie active, et qui ont eu la curiosité de mener une réflexion sur notre société actuelle.

Cette réflexion, je vous la propose au travers du blog d'URSUL intitulé "profession érémiste"

http://profession-eremiste.over-blog.com/
 
qui décrit le parcours semé d'embûches d'un chercheur d'emploi qui a eu la malchance d'être surdiplômé...... à une époque où cela devenait un handicap!!!!

Pourquoi cet article dans Biscatrain?

tout simplement parce que j'ai trouvé l'exposé intéressant et humoristique malgré le "too much" 

N'hésitez pas à lui faire part de votre ressenti au travers de commentaires, vos expériences personnelles.........bref, toute forme de dialogue qui pourrait faire débat sur le thème proposé. 

NB: les différents chapitres ont été publiés dans un ordre chronologique inverse, qui a priori n'ont pu être rectifiés sur le portail d'Over-Blog

Nos prochains RV ne concerneront que le train, c'est promis!!!!!




 
 

Partager cet article
Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 19:34

L'album photos d'août est disponible, sous forme de diaporama qui peut être visionné en grand format. Il s'agit de photos de nuit prises avec un APN posé sur trépieds et réglé en mode "paysages nocturnes" le temps de pose étant calculé automatiquement, j'ai utilisé un retardateur pour éviter le "bouger"
Seule cette photo a été prise au lever du jour en éclairage naturel rasant, d'où les zones d'ombre assez marquées.

Bon visionnage 
Partager cet article
Repost0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 05:33

Cette vidéo est consacrée à la rame TGV Iris 320 que j'ai eu le privilège de voir circuler sur mon réseau, son réalisateur talentueux D2002 (pseudo) me l'ayant confiée quelques jours lors d'un récent passage. Les photos ci-dessus détaillent les différents éléments de la rame et les travaux de modification apportées par l'auteur.
Un article complet a été réalisé sur le site Rail Europe Express qui décrit en détail les phases de décoration de la rame et notamment son pelliculage très particulier, ainsi que de nombreuses photos de la rame réelle et de la maquette. Le modèle de base est un TGV atlantique Méhano de 10 éléments. Celui-ci a fonctionné durant de nombreuses heures sur un réseau de démonstration de l'association et le moteur montre quelques signes de faiblesse, malgré l'équipement d'un décodeur pour faciliter les prises de vue.
Les séquences vidéo ont été faites pour l'essentiel au zoom, caméra au poing d'une main, et multimaus de l'autre, ce qui explique qq sautillements d'image. Le montage sonore est réalisé d'après de vrais séquences SNCF 




Bon visionnage. 
Partager cet article
Repost0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 16:35
Comment agrandir une gare souterraine lorsqu'un réseau est quasiment terminé? C'est la question que je me suis posée à maintes reprises en voyant un nombre de rames de plus en plus nombreuses s'accumuler sur le réseau, limitant ainsi leur mouvement.

Confronté au problème, j'ai revu ma copie et ressorti les plans d'origine de biscatrain. Une petite visite sous le réseau m'a permis d'imaginer une solution, encore fallait-il vérifier qu'elle soit réalisable.
De plus, je souhaitais profiter de ces travaux d'agrandissement pour développer le tracé du circuit principal bouclé (environ 85 m actuellement) cette opération permettant de gagner un peu plus de 15 m et donc assurer une plus grande fluidité des convois.

J'ai donc refait un plan à l'échelle1/10 où j'ai reproduit uniquement les voies cachées, et les 3 rampes hélicoidales qui donnent accès au niveau zéro du réseau. C'est à ce niveau que seront posées toutes les nouvelles voies


Le nouveau tracé du circuit principal apparait en bleu, avec deux flèches opposées signalant qu'il s'agit d'une voie banalisée. La liaison entre les deux rampes de droite (en rouge) sera supprimée, et remplacée par une large boucle circulant tout autour du réseau et assurant la même fonction de liaison (au passage, je gagne plus de 15 m) portant le circuit bouclé à 100 mètres
Quatre voies de garage supplémentaires sont créées. Pour le moment, j'envisage un seul sens de circulation  pour éviter de motoriser les aiguillages en sortie (talonnables) mais je peux aussi prévoir un stationnement des rames dans les deux sens de marche, puisque l'accès se fait via la voie principale banalisée.

 
la photo ci dessus (tracé bleu) montre le point de sortie de la rampe Nord/Est (module 5) et le point de jonction avec la rampe sud/est (module7) Le tracé en rouge sera supprimé, car son maintien nécessiterait la présence de deux aiguillages supplémentaires (avec des risques de déraillements supplémentaires) et il ne se justifie plus.


Le nouveau tracé contourne la rampe hélicoïdale ouest et rejoint l'une des 9 voies de la gare souterraine déjà existante. La jonction avec cette dernière sera également supprimée (en rouge sur le tracé) afin d'avoir un circuit totalement indépendant. A cet endroit, les rames en circulation seront visibles tout au long de la facade du réseau équipé de vitrines.
Les 4 voies de stationnement créées (respectivement 3,90 - 3,60 - 3,30 - 3,20 mètres) permettront d'accueillir les rames les plus longues. Au total, le réseau comportera environ 225 mètres de voies contre 200 auparavant
J'envisage de mettre en place un système d'automatisation pour faire alterner la circulation des trains, sur la base du système existant déjà sur la gare souterraine.


L'ossature de base du réseau constitué de tasseaux horizontaux tous situés au même niveau (zéro) permettra d'ajouter les plans de roulement supportant les nouvelles voies sans trop de dégats. Quelques chandelles verticales se situant dans l'axe devront toutefois être découpées à la scie égoîne. Cette ancienne photo prise lors de la construction du module 3 permet de mieux comprendre l'intervention.

Certes, le travail est important, plusieurs mois peut-être, mais je n'ai pas trouvé d'autres solutions, la surface de la pièce qui accueille biscatrain n'étant pas extensible, sauf à casser les murs et s'installer chez le voisin!!!!!!!

Ce qui me pousse à dire en conclusion que les gares souterraines (ou coulisses) sont bien souvent sous-dimensionnées. Lors de la conception d'un réseau, il est important de bien planifier cet espace au risque de limiter sérieusement son exploitation à terme

  
   
Partager cet article
Repost0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 04:54
Cette vidéo est consacrée exclusivement à la circulation du train bleu composé de voitures Jouef et Rivarossi de la CIWL (améliorées au niveau du roulement - essieux d'origine remplacés) La traction est effectuée par deux locos:
2D2 9105 Roco digitalisée équipée de pantographes de la marque Epure
CC 7110 Electrotren analogique améliorée - rectification des défaults du constructeur

 

Les séquences ont été filmées avec une caméra Panasonic posée sur trépied (utilisation du téléobjectif) Le montage sonore réalisé sur logiciel Pinnacle est un mixage de diverses sources réelles SNCF.
Bon visionnage

   
Partager cet article
Repost0
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 19:38
La création de scènes mettant en oeuvre des personnages est également une composante de notre activité de modéliste.  Elle intervient généralement à un stade avancé de la décoration du réseau et permet d'apporter une petite touche de réalisme supplémentaire. Je me suis exercé depuis quelques mois à cette activité avec plus ou moins de réussite, mais avec toujours autant de plaisir, laissant l'imagination faire son oeuvre, parfois au détriment de la stricte réalité. 


Le responsable avec son gilet orange à bande blanche et son téléphone crée une scène totalement anachronique avec la 141 P vapeur qui franchit le poste d'aiguillage!!!!!!! Disons que nous sommes en l'an 2009 et que cette loco vient d'être restaurée par une association talentueuse......c'est sa première sortie!!!!!!!

Toujours le personnel d'entretien en gilet orange rayé dans un environnement plus proche de l'époque actuelle, il s'agit de personnages issus de la gamme Preiser, comme la plupart de ceux figurant dans les photos suivantes  

   
Une équipe chargée de remplacer un coupon de rail (personnages Faller)


Nous sommes dans la cour de l'usine Continental où une équipe est en train de charger des pneumatiques et des roues de camions dans le wagon en stationnement sur l'embranchement particulier.


A côté, d'autres ouvriers vont transporter des pneumatiques sur des porte-palettes dans les camions de livraison de la Sté Continental


Ici, c'est un ouvrier qui sort de l'usine bisca's steel pour aller vérifier le chargement du camion semi remorque sur le départ


La route desservant la zone industrielle est étroite. Un employé guide le camion et sa remorque lourdement chargés pour sortir de l'usine


On voit mieux la difficulté de la manoeuvre avec de surcroit des travaux en cours!!!!!!


gros plan sur les travaux (pose de canalisations) où une petite équipe d'ouvriers s'affairent autour d'une pelleteuse Atlas 


La voie est rétrécie, mais la signalisation est en place


En fait, la route est en impasse et dessert une petite baraque de chantier animée par quelques ouvriers


J'ai ajouté quelques personnages dans la cour de l'usine Bisca's steel. L'un d'eux a une position bizarre sur le chariot élévateur !!!!!!

 
Pour terminer, une photo plus ancienne, les deux scooters viennent de traverser le passage à niveau dont les demi barrières sont fermées !!!! et je crois bien que la coccinelle décapotable en a fait autant. Je vais devoir installer des gendarmes pour verbaliser......
A bientôt pour une vidéo en préparation
Partager cet article
Repost0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 11:11
Les chariots élévateurs sont des engins qui peuvent figurer sur un réseau de trains miniatures, dès lors que l'on veut représenter une scène de chargement/déchargement sur un quai ou dans une cour d'usine. Ils existent sous de nombreuses marques, dans différentes tailles, tout montés ou en kit à construire. Je me suis penché sur quatre modèles qui ont chacun leur fonction propre.
Je précise que ces scènes n'ont pas pour objectif de reproduire la réalité qui est souvent toute autre, mais plutôt de suggérer une activité spécifique de chacune des usines ou gare marchandises. En effet, on se heurte toujours en modélisme à un manque de surface et les espaces disponibles aux manoeuvres des engins sont bien trop souvent restreints pour assurer leur déplacement sans risque. 
Encore une entorse!!!!!!! mais c'est justement ce qui fait le charme de notre hobby, sinon on se taperait la tête contre les murs.......... 


la photo ci-dessus montre un modèle Kibri (constructeur Kalmar) en kit à construire de moyenne puissance de levage. Je l'ai affecté aux travaux de chargement/déchargement de poutrelles métalliques. Il a été légèrement patiné et il manoeuvre dans l'une des cours de l'usine Bisca's steel (module désormais terminé et en place sur le réseau)

   
une autre vue de derrière de l'engin. le chariot est équipée de deux fourches mobiles se déplacant latéralement (vérins hydrauliques) qui permettent de s'adaptent à la largeur des palettes/objets à soulever. 

 
Il vient de récupérer des poutrelles neuves qui vont être chargées dans un camion et sa remorque


on aperçoit à droite le camion rouge chargé de poutrelles qui quitte l'usine


Ici, on est dans l'embranchement particulier de l'usine Continental, et c'est un petit chariot élévateur Still qui est train de charger des palettes de pneumatiques dans un wagon (Electrotren) partiellement débâché


la même scène vue d'avion. Il reste à construire un quatrième module à gauche de l'usine pour agrandir le quai de chargement destiné aux camions de livraison.


Le troisième élévateur est un modèle Kibri (constructeur Kalmar) de grosse capacité, puisque sa charge maxi est de 42 tonnes. Je l'ai affecté aux chargement/déchargement de coils (Cornerstone) dont on voit ici un échantillon qui vient d'être peint couleur métal. Le support qui s'embroche sur les deux fourches du chariot est plutôt adapté à la manutention d'objets  lourds/encombrants de type containers dans la mesure où il est équipé de deux griffes latérales mobiles.(sur la photo, ces dernières ne sont pas présentes) mais j'ai fait un autre choix en l'équipant d'un éperon central destiné à "empaler" les coils


j'ai donc adapté sur la partie inférieure de ce support un éperon central permettant d'embrocher les coils pour faciliter leur manutention. On peut voir sur cette photo les palettes spécifiques solides ( profilés evergreen)  construites pour stocker provisoirement les coils dans la cour de l'usine (en cours de peinture)


L'engin est maintenant équipé pour soulever sans problème un coil (poids entre 15 et 25 tonnes selon la taille) Deux wagons spécifiques de la Sté allemande Logservice (modèles Piko) viennent d'arriver sur l'EP de l'usine Moreau, et un premier coil est en cours de déchargement. Il sera posé sur les palettes décrites ci-dessus


On distingue de part et d'autre de la voie les coils posés provisoirement sur les palettes qui ont recue une légère patine


On voit ici une autre application du chariot Kalmar avec son support équipé de griffes latérales mobiles permettant la manutention de container dans la cour de l'usine Continental
 

Pour terminer, un autre chariot élévateur (Kibri....... je crois) pour la manutention de palettes aux abords de la gare marchandises.

Ici, le personnel est à pied d'oeuvre!!!!!!La zone industrielle plus récente est encore déserte et il reste à mettre en place les personnages adéquats pour lui donner vie...........ce qui ne saurait tarder!!!!!!!  

A bientôt pour de nouveaux articles 
Partager cet article
Repost0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 06:25
L'album photos de juillet est disponible sous forme de diaporama grand format. Il est accessible via la page d'accueil du blog
Bonne visite et RV pour le prochain album d'août

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 18:07
Pour de nombreux modélistes, la construction d'un réseau est une expérience passionnante, mais souvent jonchée d'écueils, car à ma connaissance, il y a très peu de hobby nécessitant autant d'aptitudes dans des domaines aussi complexes que variés. Si l'on fait un rapide tour d'horizon, le modéliste "consacré" pratique de nombreux métiers: chef de projet, maître d'oeuvre/d'ouvrage, architecte, menuisier, peintre, décorateur, maquettiste, électricien, electronicien, mécanicien, photographe, cinéaste, et j'en oublie sans doute, bref il touche à tout.........avec plus ou moins de bonheur!!!!!!!! 
 
La documentation et les méthodes abondent aujourd'hui dans tous ces domaines, tant dans les revues spécialisées que sur les sites spécifiques accessibles sur Internet.
 
Le sujet de cet article est exclusivement ciblé sur l'infrastructure du réseau qui est une phase essentielle dans sa construction. De la qualité du travail dépendront sa réussite et son bon fonctionnement. Les quelques photos que j'ai retrouvées pourront, je l'espère, apporter des réponses aux questions qui m'ont parfois été posées par des visiteurs. Je précise qu'il existe d'autres solutions pour mener à bien ce type de projet. Pour avoir réalisé une dizaine de réseaux au cours d'un demi-siècle, j'ai retenu pour les deux derniers celle décrite ci-après qui m'a donné entière satisfaction.


Un petit saut en arrière de 5 à 6 ans !!!!! les modules 1 et 2 dont on aperçoit un bout du parc à charbon sont terminés depuis 2 ans. Je n'ai pas retrouvé de photos de l'ossature correspondante........

La photo ci-dessus montre le module N° 3 qui accueillera le dépôt vapeur et la gare marchandises (dimensions 1,50 x 1,50 m)
Si vous optez pour un réseau comportant plusieurs niveaux, le principe d'une ossature en "caisson" est judicieuse et facile à mettre en oeuvre puisqu'elle fait appel à des tasseaux de sapin (exclure le pin qui est plus lourd et à tendance à se déformer)
Les sections sont toutes identiques (ici 4,5 x 1,5 cm) mais d'autres dimensions font l'affaire. Les découpes doivent être précises et bien d'équerre et l'assemblage de la base par collage et vissage.  Le piétement est fait dans une section + importante (5 x 5 cm - fonction du poids que le réseau devra supporter) et la base des pieds munie de large vis formant vérins pour régler au mm près l'horizontabilité du plateau une fois posé dans la pièce. 

 
Le travail préalable passe systématiquement par un plan à l'échelle de chacun des  modules (ici au 1/5 ème) qui permet de déterminer précisément l'emplacement des tasseaux sur la base du module en fonction des plans de roulement qu'il devra supporter (ici c'est le module 7 de montagne dont on peut voir que la rampe hélicoîdale se situe exactement au centre du carré où sera installée une trappe d'accès à son sommet. Sur ce plan doivent figurer toutes les cotes et surtout les pentes des plans de roulement, en vérifiant notamment si le pourcentage des rampes est compatible avec le rayon choisi. Par ailleurs, pour les modules comportant des plans de roulement en paliers ou en rampes , il importe que leur raccordement se fasse sans cassure, sinon déraillements garantis!!!!!!!!  


mais revenons sur le module N° 3 qui, sur cette photo, est plus avancé et maintenant raccordé au module 2 (à droite) Les étages supérieurs sont toujours réalisés avec des tasseaux verticaux et horizontaux où viennent s'accrocher les plans de roulement en CP de 8 mm d'épaisseur (prévoir 10 cm de largeur pour une voie unique et 15 cm pour une voie double) Lorsque toute l'infrastructure en bois est vissée et collée, le module prend la forme d'un caisson dont la résistance est à toute épreuve, je me suis parfois positionné dessus et cà ne plie pas !!!!!!! J'ai adopté pour la rampe hélicoîdale un processus basé sur un rainurage préalable de chaque chandelle verticale dans lequel s'encastre le plan de roulement, ce qui permet d'éviter les tiges filetées traditionnelles dont le réglage est souvent laborieux!!!!.  Il est recommandé de poser la voie au fur et à mesure de l'avancement de la rampe dont le rayon aura été préalablement tracé au crayon. (ici le rayon R5 de Roco Line) Pour améliorer le roulement, j'ai posé la voie en dévers sur toute les rampes comportant des courbes en intercalant sur la face exterieure du rail (sous les traverses) un bandeau en carton de 1 mm d'épaisseur. Prévoir un raccordement parabolique de toutes les courbes avec les tronçons droits.


zoom sur les chandelles (huit par tour de cercle repérées de A à G) dont on peut voir le rainurage effectué à la scie circulaire d'établi en adoptant la pente retenue (ici 2,4 °) cet angle étant assuré par le guide d'onglet pour toutes les rainures. Un calcul a permis de déterminer que le plan de roulement s'élévait de 1 cm par 1/8 ème de tour, ce qui laisse constamment 8 cm de hauteur entre chaque plan. Lorsque les chandelles situées à l'intérieur du cercle sont positionnées à la verticale sur la base du module, les plans de roulement s'encastrent sans problème et la pente constante est garantie!!!!!!! Il ne reste plus qu'à poser les chandelles situées à l'extérieur du cercle, avec un point de colle.
Les plans de roulement pour cette rampe ont été découpés à la scie sauteuse dans des plaques de CP de 2,50 x 1,22 épaisseur 8 mm -  format standard. Le "compas" pour respecter le rayon R5 de Roco (542 mm) a été confectionné avec un tasseau (pointe de clou à une extrémité, et crayon traversant le tasseau de l'autre) Deux éléments couvrent un cercle complet, ce qui limite les points de raccordement, ces derniers se situant systématiquement  au droit des rainures dans les chandelles.
Je m'attarde volontairement sur ce travail, car les rampes constituent l'écueil principal dans le bon fonctionnement d'un réseau. Si leur construction est faite correctement, vous devez pouvoir faire circuler une rame complète en marche avant ou arrière à pleine vitesse sans déraillement, c'est du moins le test que je me suis imposé sur les trois rampes hélicoidales du réseau Biscatrain
  
toujours le module 3 plus avancé, toutes les voies inférieures (cachées) sont posées sur du dépron de 6 mm (pas de clous, positionnement avec de la colle vinylique et des punaises) La partie supérieure du caisson offre une surface parfaitement horizontale avec en son centre une grande trappe horizontale (futur emplacement de la rotonde et du pont tournant)


Les mois ont passé (peut-être les années!!!!!) et on attaque le module 4 qui accueille un tronçon de la gare souterraine et dont la partie supérieure couvrira une grande partie de l'entrée en gare terminus. Sur cette photo, on aperçoit dans le fond le module 3 qui est terminé et décoré. J'oubliais!!!! il est judicieux de terminer le plus gros de la déco d'un réseau modulaire au fur et à mesure de son avancement, car on risque fort d'être découragé si tout ce travail doit être exécuté en phase finale de construction. D'ailleurs les accès sont plus faciles durant cette phase. Par contre, on se prive de faire tourner ses trains un bout de temps!!!!!!! Je crois bien que j'ai attendu trois ou quatre ans avant de "boucler" le circuit.........enfin, chacun fait comme il l'entend!!!!!! 


Un autre module N°5 construit sur le même principe (1,50 x 1,50 m). Il accueillera la gare terminus et ses installations sur la partie supérieure. On aperçoit une autre rampe hélicoidale qui permet de rejoindre en bas à droite la sortie de la gare souterraine située au niveau zéro.


Le module 6 est un module de transition qui permet de passer d'une zone de plaine (gare terminus) à la zone de montagne. On aperçoit sur cette photo quatre niveaux de plans de roulement 
niveau zéro : sortie de la gare souterraine 
niveau + 10 cm : sortie de la voie double qui desservira la gare de passage
niveau + 20 cm : voie double en tranchée longeant les installations de messagerie
niveau + 30 cm : voies de la gare terminus
La gare surplombe les voies d'arrivée et de départ et se situe au niveau + 40 cm, de même que les bâtiments constituant la ville en arrière fond. 


Les trappes d'accès sont nécessaires pour certains travaux de maintenance dès lors qu'une partie du réseau se trouve immanquablement hors de portée de l'opérateur. Elles doivent être judicieusement choisie lors de la réalisation des plans sur  la surface laissée disponible ..........ici très peu de place vu la forte concentration des voies. On aperçoit un des panneaux décoré qui couvre l'une de trappes et qui est posé provisoirement sur les quais couverts de la gare.

  
le module 6 présenté plus haut est terminé et décoré avec le début d'une zone de chalets,  et le pont routier qui rejoint la gare terminus. Le module 7 (montagne) est en construction. La structure du viaduc en courbe est réalisée (médium de 3 mm) et la voie supérieure est raccordée. A ce stade, on distingue l'ossature supérieure avec en son centre une trappe basculante montée sur charnière piano qui permettra un accès facile sur cette partie du réseau. Le relief de la montagne étant difficilement planifiable, les tasseaux verticaux qui constitueront le fond de décor sont provisoirement vissées sur la base du module 7. Ce n'est qu'après plusieurs essais de volume que la hauteur de la montagne sera définitivement retenue. Cette disposition permet de modifier si nécessaire son relief (trop haut, trop bas, trop accidenté!!!!!) le choix étant guidé par un coup d'oeil réaliste visant à l'harmonie de l'ensemble. 


La route de montagne est tracée dans du CP de 5 mm. Elle traverse un plateau fixé sur une charnière piano qui permet un accès aisé, lorsque qu'il est basculé à 90°

 
Les portails de tunnel sont découpés dans du médium de 5 mm, de même que les murs de souténement qui les encadrent

 
le même portail de tunnel après déco, il est habillé de plaques slatter's patinées


L'autre portail de tunnel à voie unique qui débouche sur le viaduc, même traitement au niveau déco


Je n'ai pas retrouvé de photos de l'ossature du module 8 que l'on voit ici décoré (Photo prise en 2007) S'agissant du dernier tronçon de voies, le circuit principal (85 m environ) a été bouclé à cette époque, soit environ 5 ans après le début de la construction du réseau. Ceci pour dire qu'il faut être patient !!!!!! avant d'inaugurer le premier tour de circuit complet. 

 
L'envers du décor. les modules sont simplement vissés entre eux sur leur caisson respectif, ce qui permet un éventuel démontage (déménagement?????!!!!!!!) je n'ose y penser.........on remarque que l'ossature de base forme un plan parfaitement horizontal sur toute la surface du réseau, qui se situe à 75 cm du plancher.


toujours sous le réseau, on remarque sur le pourtour (zone de couloir derrière la gare terminus) des petits bancs situés à 40 et 50 cms du sol, ce qui permet d'être en surélévation par rapport au réseau lorsqu'on veut faire des travaux de maintenance/décoration/photos dans des zones déjà élevées. A titre indicatif, le sommet de la montagne se situe à 160 cm du sol. Je ne suis pas un nabot, mais sans cette astuce, j'aurais le nez au niveau des sapins!!!!!!!!

   

Enfin, il est de bon goût de fignoler la facade d'un réseau, lorsqu'il a été concu de la sorte, avec des plaques de médium de 3 mm dans lesquelles il est facile de confectionner des trappes de visite, voire des petites vitrines comme la photo ci-dessus, limitant ainsi le dépôt de poussière dans la gare souterraine. Je les ai peintes dans un gris moyen, les tests avec du noir (souvent recommandé dans les revues) ne m'ayant pas convaincu.

J'espère que cet article ne découragera pas les nombreux modélistes (jeunes ou moins jeunes) qui veulent se lancer dans l'aventure. L'important, c'est de bien vivre son projet et de connaître ses limites. On acquiert au fil des ans une expérience qui permet de surmonter les obstacles........et il y en a !!!!!! mon premier réseau réalisé il y a une cinquantaine d'années aurait fait rigoler les "anciens" ......... mais le pas était franchi.......et il ne restait plus qu'à progresser !!!!!!
  
             
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : biscatrain
  • : réalisation de réseaux modèles de trains à l'échelle HO biscatrain et nanotrain à l'échelle N et travaux de restauration de locos, motorisation, digitalisation, construction de kit laiton, bricolages divers et variés.
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche