Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 12:15
Cet article est consacré à la coupe du monde de rugby 2007. Lors de cet évènement, la SNCF avait présenté une rame de sept voitures décorées aux couleurs de la manisfestation, tractée par une CC 72084 diesel. Cette rame originale a circulé dans toute la France et a été vue dans de nombreuses gares de l'hexagone. 
Un modéliste talentueux ( Olivier - D2002) a eu la bonne idée de faire circuler sur le réseau biscatrain une copie conforme de cette rame originale, dont chaque élément a été modifié et pelliculé par ses soins, travail remarquable que j'ai souhaité pouvoir montrer à tous les passionnés de bel ouvrage sous forme d'une vidéo. 
Je tiens à remercier l'auteur pour le plaisir qu'il m'a procuré, j'espère qu'il en sera de même pour tous les visiteurs à qui je présente mes

               Meilleurs voeux 2009

 



Partager cet article

Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 07:31

La gare terminus de Saint-Gilles est positionnée perpendiculairement au dessus des voies de départ et d'arrivée, ce qui permet de prolonger celles ci d'une cinquantaine de centimètres jusqu'aux butoirs. Cette disposition offre des avantages, mais pose le problème d'un accès difficile dans cette zone (nettoyage des voies, toiles d'araignées, déraillements de locos toujours possible). C'est pourquoi lors de sa conception, j'ai prévu de pouvoir relever l'ensemble du plateau qui supporte cette gare et tous les immeubles qui forment le décor de fond, celui ci pivotant à 90 ° sur une charnière piano.


La photo ci-dessus montre le plateau relevé à la verticale et qui s'appuie sur le mur derrière un couloir étroit de 30 cm de large. 


Le relevage est facile d'un seul doigt, tous les bâtiments étant  solidement collés sur le plateau


Une fois relevé, on s'apercoit que l'aménagement en sous-sol est très sommaire, limité à quatre piliers et quatre escaliers d'accès au niveau supérieur, le fond au niveau des butoirs n'est pas pas décoré. S'agissant d'une partie non visible, cette zone aurait pu rester en l'état......
Toutefois, les vidéos réalisées à l'aide de la caméra embarquée sur les voies d'arrivée restituent assez mal l'entrée sous la gare. (éclairage insuffisant, manque d'aménagements, pas de panneaux indicateurs d'horaires  des trains à l'arrivée et au départ, plafond encombré de fils électriques qui alimentent tous les immeubles en surface)
Partant de ce constat, j'ai prévu de réaménager tout le sous-sol, et revoir du même coup l'éclairage de l'avenue de la gare en surface qui est un peu déficient.......


L'accès aux quais par escalier restera en l'état. Le remplacement par des escaliers roulants posant trop de problèmes de mise en oeuvre (raccordement avec la partie supérieure notamment)  Par contre, les quatre piliers sous la gare permettront de créer 4 ascenseurs qui déboucheront directement à l'intérieur de la gare terminus.

    

L'accès aux trains vu de la plateforme supérieure côté voyageurs débouche directement sur les escaliers. Là aussi, on ne change rien.


Une première cabine d'ascenseur vient d'être construite, elle est surmontée d'un panneau indicateur d'horaire des trains. Les deux éléments ont été dimensionnés de facon à couvrir toute la hauteur du pilier dans lequel ils vont s'encastrer. Réalisation en polystyrène blanc et noir de 1,5 mm d'épaisseur, bordé de baguettes Evergreen de 0,75 mm d'épaisseur pour le panneau. Le bloc ascenseur est peint couleur Inox, les panneaux sont imprimés sur étiquettes autocollantes (tableur Excel utilisé) Les affiches collées sur les murs ont été récupérées sur Internet. 

     
L'utilisation d'une mini scie circulaire "Proxxon" est très utile pour reproduire en série les 4 ascenseurs. Deux panneaux sont réservés aux trains à l'arrivée et deux autres aux trains au départ. Les horaires, destinations, provenance des trains sont totalement fictifs, de même que la taille des panneaux destinés à couvrir les piliers

 

premier test de pose. L'ascenseur s'emboîte verticalement sur le pilier qu'il occulte totalement. Une zone pavée devant les portes de l'ascenseur sera rajoutée. Le fond du mur dans la zone des butoirs a été peinte en gris foncé et la partie supérieure recouverte de murs en briques patinées (Slatter's)
Vue en élévation. Pour l'instant, rien n'est encore fixé car il faudra faire des essais vidéo lorsque le plateau supérieur de la gare aura été équipé d'éclairages adéquats. J'envisage également de poser des leds rouges sur chaque butoir pour signaler leur présence au conducteur de loco. Pour le reste des quais dans cette zone, je cherche encore des idées d'équipement (hormis les personnages à installer), si vous avez des suggestions, n'hésitez  pas à me les communiquer.

La suite de cet article sera consacré à la finition, construction d'un faux plafond pour accueillir les spots et masquer le réseau de fils électriques, pose de voyageurs et patine de l'ensemble.  

 


Partager cet article

Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 07:13

En cette période de fin d'année propice aux cadeaux, je tenais à souhaiter à tous les fidèles lecteurs du blog biscatrain d'excellentes fêtes de fin d'année et toujours beaucoup d'enthousiasme dans la pratique de notre hobby commun.

Après un peu moins d'un an d'existence, le compteur vient de franchir:

                                      40000 visiteurs
                                      soit 148800 pages consultées
                                      51 membres inscrits à la newsletter 

Continuez à me faire part de vos suggestions, critiques, souhaits, auxquels je m'efforcerai de répondre, afin d'apporter ma contribution à notre passion commune.

Dans l'immédiat, je vous souhaite à tous un JOYEUX NOEL
  

                         

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 18:31
Cette vidéo est consacrée exclusivement à l'autorail EAD Jouef dont la motorisation a été refaite, ainsi que l'éclairage des fanaux avant et arrière, et l'éclairage intérieur des deux voitures par ruban de leds CMS. 

Le film a été réalisé à main levée avec un camescope Panasonic équipé de zoom. Une partie des séquences ont été filmées de nuit ou avec un éclairage minimal (à titre de test). Le montage sonore est fait à partir de vrais séquences SNCF. 

  
accès à cette vidéo via le lien suivant:

www.wat.tv/piouls.

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 06:47

Les travaux d'électrification du réseau biscatrain ont repris, avec une nouvelle portion de caténaires de 6 mètres environ sur voie unique.  Ce tronçon se situe à la sortie d'une bifurcation donnant accès aux voies d'arrivée de la gare terminus, et débouche sur un souterrain qui passe sous cette gare, après franchissement d'un pont métallique. La plateforme à l'approche du souterrain étant très étroite, quelques travaux de maconnerie ont été nécessaires pour sceller les poteaux dans des niches.
Le premier travail consiste à raccorder une nouvelle ligne afin de prolonger celle déjà existante.


Le tracé ci-dessus montre le positionnement des poteaux sur la voie double en courbe se situant derrière la rotonde au nord ouest du réseau. Le schéma est volontairement simplifié par rapport à la réalité, mais le principe  est respecté.  Le départ de la caténaire sur la voie unique passe par un système de tension avec poulie et contrepoids qui s'accroche sur un poteau extérieur de la voie double, lequel est renforcé par un hauban. La zone d'aiguillage est couverte par des poteaux équipés de consoles doubles

 

 
Les poteaux type N/Est sont de la marque JV vendus en sets de six pièces à assembler par collage à la cyanolit (3 consoles en tension et 3 en compression). Sur ligne droite, ils doivent être posés en alternant les tensions et les compressions. Sur courbe, les tensions se trouvent  côté extérieur à la courbe et les compressions côté intérieur.
La photo ci-dessus montre l'implantation de chaque catégorie sur une voie double en courbe. 


ci-dessus, sachet de 6 poteaux. Les mâts sont fabriqués en nylon et sont donc assez souples pour éviter la casse lors d'accrochages intempestifs. 

Pour respecter le plan, j'ai dû revoir l'ancrage de la caténaire desservant la voie unique à l'entrée de la biburcation.
en installant sur un poteau extérieur un système de tendeur (set de une pièce de la marque) muni d'une poulie sur laquelle s'accroche un contrepoids et le départ de la caténaire ( ce tronçon de caténaire a un profil particulier qu'il est facile de réaliser en s'aidant du gabarit - 1/2 portée) Ne pas oublier de mettre un isolateur avant la poulie)



 

Une autre vue du système de tension. A noter, il est factice sur BISCATRAIN dans la mesure ou je soude systématiquement  la  caténaire sur chaque console pour maintenir une rigidité correcte de l'ensemble. Le hauban à droite du poteau permet à ce dernier de supporter l'effort de tension.


Vue en élévation . Les deux poteaux couvrant la zone d'aiguillage sont équipés de consoles doubles, l'une supportant la caténaire de la voie double extérieure déjà existante,  et l'autre la nouvelle caténaire de la voie unique qui vient d'être posée. Il est utile d'ouvrir le petit anneau existant sur toutes les consoles afin de pouvoir glisser le fil porteur avant de le souder. Le laisser dépasser de quelques mm au départ pour pouvoir le souder sur le précédent.  Le fil conducteur sera replié sur lui même sur son extrémité pour s'accrocher sur l'antibalancant de la console, puis soudé. Idem sur son autre extrémité. Si la portion de caténaire fabriqué comporte plusieurs portées, les fils porteurs et conducteurs seront simplement soudés sur les consoles intermédiaires. 


Une autre vue montrant les points de fixation (soudure) de la caténaire  


Un autre tronçon de caténaire vient d'être posé. Le poteau est toujours de la marque JV , mais correspond à une ancienne production en zamac (moins fine mais très rigide) dont les consoles ont été refaites. Je recycle mon vieux matériel !!!!. Le point de soudure est délicatement surfacé avec une lime plate pour éviter tout accrochage avec l'archet des pantos. Le fil de laiton reste à peindre. j'utilise du vert/bronze 75 Humbrol. Cette teinte sera ensuite atténuée par un voile léger à l'aérographe couleur gris poussière. 

 


On se rapproche du pont métallique. Le fil conducteur passe sous le treillis où il est soudé sur des tiges de laiton fines qui traversent les poutrelles de part en part. Le fil porteur se limite à une courte section qui vient s'accrocher sur une petite équerre (pièce de récupération d'un pont Kibri) Ne pas oublier l'isolateur sinon tout le personnel empruntant le pont sera grillé !!!!!!! 25000 volts!!!!! et bonjour le court circuit .......


les travaux avancent. Le raccordement de la caténaire à la sortie du pont a été réalisé sur le même principe, L'embranchement particulier (voie à gauche de l'aiguillage) ne sera pas électrifié pour simplifier.

 
On aborde maintenant une zone en contrebas de la gare où la plateforme est très étroite. J'ai donc réalisé des niches en polystyrène habillées de briques pour loger les poteaux (consoles raccourcies) La structure du talus étant en dépron, pas de problème pour creuser les niches.

  
Une autre niche avec un petit mur de soutènement. Plus haut, le mur qui ferme toute la zone de gare terminus.


Le raccord avec la ligne souterraine est terminé, à cet endroit, la console est abaissée d'un cran, mais reste suffisement élevée pour le débattement du pantographe. La caténaire étant soudée tout au long de la portion d'environ 6 mètres, il importe de la tendre sur ce dernier point de soudure, pour éviter tout flottement. Un test de franchissement de cette zone au ralenti avec une loco panto relevé est à effectuer. Si tout se passe bien, le franchissement à grande vitesse ne doit pas poser de problème. 
Lors de la conception des voies souterraines (elles ne sont pas toutes électrifiées) j'ai prévu un relevage progressif de la caténaire permettant aux pantographes de passer sous les structures pantos totalement relevés. Pour ce faire, j'utilise des sections en laiton de 1,5 mm d'épaisseur qui viennent s'ancrer dans la partie supérieure du souterrain.    
Un autre point important lors de la pose des caténaires sur consoles doubles, les deux fils de caténaires conducteurs doivent être sur un même plan horizontal car sinon l'archet du panto accrochera l'un d'entre eux au passage. La photo ci-dessus montre le positionnement de l'archet à cheval sur les deux fils. 

 
Dans certaines configurations particulières très étroites, il est nécessaire de confectionner des poteaux, j'utilise du profilé en laiton en H vendu par l'Octant (catalogue en ligne) Cette portion reste à électrifier!!!!!


Pour terminer cet article sur la pose des caténaires, un zoom sur une portion du grill de gare électrifié en 2002. Là cela se complique et même si tout est fonctionnel, je m'écarte quelque peu de la réalité. L'important lorsqu'on se lance dans un équipement de ce type, c'est d'évoquer plus que de reproduire fidèlement la complexité des lignes électrifiées à l'approche des gares. Les puristes risquent de rester sur leur faim!!!!!! Pour les autres, j'espère que ce reportage pourra vous aider dans vos réalisations.

   

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 18:34

L'électrification d'un réseau miniature à l'aide d'une ligne de caténaires apporte une touche de réalisme supplémentaire, dès lors que envisagez de faire rouler des locomotives électriques équipées de pantographes fonctionnels. 

Mon choix s'est porté sur la caténaire de type N/Est 25 KV qui est la plus facile à réaliser. Un autre type S/Ouest fonctionnant sous 1,5 KV peut être également utilisé, mais la confection est beaucoup plus longue. Aussi, lorsque le réseau doit être électrifié sur une centaine de mètres (cas de Biscatrain) l'option est vite choisie!!!!

Le premier travail consiste à confectionner un gabarit qui servira à positionner correctement les fils porteur et conducteur, ainsi que les pendules. Ce gabarit permet de traiter des longueurs unitaires de 100 cm d'une seule pièce, et limite donc les raccordements lors de la pose des caténaires. La portée standard que j'ai retenue est de 40 cm, mais peut être adaptée en + ou en - selon les besoins.

Enfin, qui peut le plus peut le moins, ce gabarit permet de confectionner au choix les deux types de caténaires ci-dessus.

 
Etape 1

dans un bloc de bois dur de 50 cm de long (j'ai utilisé du hêtre, mais n'importe quel bois dur peut faire l'affaire) tracer au crayon un tronçon de caténaire dont les dimensions sont les suivantes:
          longueur entre chaque point d'ancrage (portée): 40 cm 
          espacement entre chaque pendule: 5 cm
          espacement entre chaque pince/cavalier: 2,5 cm (caténaire de type S/ouest)
          hauteur du pendule au point d'ancrage: 2 cm
          hauteur du pendule central: 1,2 cm
          Intervalle entre les deux fils inférieurs: 3 mm
A la hauteur des deux points d'accrochage de la caténaire, dessiner la flèche du fil porteur, et l'amorce de la suivante (voir photo)


Etape 2

confectionner un guide (plaque de médium de 3 mm d'épaisseur) qui reproduira exactement le tracé de la flèche du fil porteur. Cette plaque sera découpée le + finement possible sur le tracé de la flèche, les deux champs obtenus seront poncés pour offrir une surface sans aspérité. Cette plaque va servir de guide pour graver dans le gabarit les trois fils horizontaux de la caténaire 


Etape 3

L'utilisation d'une perceuse Dremel équipée du support de fraisage ci-contre permet de faire une gravure en creux parfaite pour positionner le fil de caténaire. Elle s'appuie sur le guide bien positionné sur le gabarit avec des serre joints, le champ du guide est situé à 3 cm exactement de l'axe de la fraise (en l'occurrence une fraise dremel de diamètre 0,8 mm, je n'ai pas trouvé plus fin) La profondeur de la rainure est de l'ordre de + ou - 0,6 mm soit un peu plus que le fil de laiton à souder (0,5 mm) A noter, dans le passé, j'ai confectionné des gabarits sans cet outillage électrique en me servant d'une lame de scie à métaux démontée de son support en grattant par passes successives les surfaces à graver, mais le résultat est très approximatif.........et prend beaucoup plus de temps. 


La gravure du fil porteur est réalisée à partir du guide (face arrondie)


le même procédé est appliqué pour le fil conducteur N/Est et S/Ouest à partir du guide (face rectiligne)

 


Ensuite, gravure des pendules et des pinces/cavaliers (caténaire S/ouest), toujours avec un guide, ici le guide de fraisage est une équerre métallique bloquée par serre joints


la gravure de tous les pendules et pinces/cavaliers est longue, mais on tient le bon bout

 

 

Voilà, la gravure est terminée, c'est une étape nécessaire pour fabriquer dans de bonnes conditions  les deux types de caténaires. C'est vrai que le type Sud/ouest qui comporte un troisième fil et de nombreux cavaliers sur le fil conducteur complique la tâche. Pour Biscatrain, je n'utiliserai que deux fils..........


Par le passé, j'ai construit plusieurs gabarits type N/Est pour pouvoir fabriquer diverses longueur de caténaires, mais ce n'est pas indispensable, le modèle décrit plus haut permettant de traiter n'importe qu'elle longueur.
Là encore, on s'éloigne quelque peu de la réalité car la portée en ligne droite (rapportée à l'échelle HO) devrait atteindre 72 cm sur nos réseaux miniatures. J'ai donc limité la portée de la caténaire la plus longue en ligne droite à 40 cm, voire 45 cm ce qui est un maximum pour une caténaire fonctionnelle. Cette portée sera réduite sur les voies en courbe.

  
Etape 4

J'utilise des barres (fil de laiton de 1 mètre de longueur et de diamètre 0,5 mm), il peut être judicieux de choisir des sections plus petites (bronze) pour une caténaire plus fine. Mais cela sera souvent au détriment de la solidité et de la fonctionnabilité.
Il importe de décaper ces fils (j'utilise une gomme de type Roco pour un meilleur accrochage de la soudure) en prenant soin de ne pas les tordre.


La photo ci-dessus montre le positionnement des fils porteur et conducteur et des pendules qui sont maintenus en bonne position dans le gabarit (ce n'est pas celui décrit plus haut, mais le principe est le même). Poser des petits contrepoids pour éviter tout retrait des fils dans les rainures.

 

Etape 5

 

Déposer un peu de produit décapant sur les point à souder et utiliser une soudure fine à l'étain contenant un peu d'argent (voir catalogue Conrad en ligne) Faire une soudure la plus fine possible
La longueur des pendules est différente tout au long d'une section de caténaire, il peut être judicieux de faire un repérage de chaque section et de les couper en série, pour réduire le temps de travail.

 


Etape 6

Lorsque la caténaire a été soudée, il est utile de surfacer les points de soudure trop apparents recto/verso de la caténaire. Ce travail sera fait avec un disque à tronconner tournant à grande vitesse et effleurant délicatement  la soudure sur la tranche. Bien maintenir la caténaire à plat durant cette opération. La finition sera faite avec une petite lime à section carrée, afin de laisser un point de fixation des pendules le plus fin possible. Les champions de la soudure pourront peut-être s'éviter cette étape 6 !!!!!!!

 


Un mètre de caténaire type N/Est est terminé. Chaque tronçon doit correspondre exactement à la longueur d'une portée calculée entre chaque console de poteaux positionnée prélablement sur votre réseau. Sur cette photo, nous voyons que la portée centrale est + courte que celle (standard de 40 cm) du gabarit  

Je précise qu'il y a d'autres méthodes pour la fabrication de caténaires, avec parfois une recherche de plus grande finesse des éléments la composant, j'ai choisi cette option pour sa relative rapidité de mise en oeuvre compte tenu des longueurs à fabriquer. Par ailleurs, la rigidité obtenue permet une utilisation fonctionnelle des pantographes.
 
Le prochain article sera consacré à la pose des caténaires sur les consoles de poteaux de type N/Est , de leur implantation, de poses particulières sur des zones d'aiguillages, de ponts etc , et enfin de la mise en peinture et patine de l'ensemble.

 

 


     

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 08:36

Parmi les exposants de réseaux au salon RAIL EXPO 2008, mon attention s'est portée sur un superbe réseau à l'échelle O dont j'ai hélas oublié de noter le nom de (des) auteurs, qu'ils veuillent bien m'excuser, car la foule était très dense le vendredi 28 et l'accès difficile pour filmer.
Le bruit couvrant totalement la sono des locos, j'ai réalisé un montage sonore qui est loin de restituer l'ambiance dégagée par ce magnifique réseau. Félicitations à son (ses) auteurs!!!! 

accès à cette vidéo via le lien suivant:

www.wat.tv/piouls.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 07:50


Le fond de décor d'un réseau est un élément qu'il convient de soigner, je l'ai déjà dit lors de la construction du module ville précédent. 
Le premier travail consiste à positionner le module à ajouter pour délimiter la ligne d'horizon qui sera repérée par un trait discret sur le mur. Les posters (BUSCH) représentant des scènes de bocages seront découpés en détourant chaque arbre afin d'éliminer le ciel prélablement peint sur toute la hauteur du mur.
Après quelques tests de positionnement des posters avec des punaises, ceux ci seront collés au bon emplacement avec de la colle à papier peint.


mais revenons à la construction du module en question, qui se situe au nord est du réseau et est constitué d'une zone de talus/remblai avec une petite plateforme centrale retenue par un mur en brique, et un petit chemin d'accès se raccordant à la route (module ville) 
Le relief est constitué de plaques de dépron de 4 cm d'épaisseur empilées sur la tranche et découpées avec un fil chauffant alimenté par une pile de 4,5 V (découpe parfaite) le fil résistif casse assez facilement, on peut s'en procurer vendu au mètre chez Conrad (voir catalogue sur le net)


 je termine en badigeonnant  toute la surface avec de la colle pour panneaux de plâtre BA13, elle colle parfaitement et est très dure une fois sèche, d'où possibilité de sculpter le relief.

  
c'est notamment un excellent matériau pour tracer des petits chemins, voire des routes lorsque la colle commence à sécher.


Lorsque tout est bien sec, attendre 24 h, la déco peut commencer. Peindre d'abord toute la surface blanche avec une peinture acylique dans les tons vert/brun selon le type de décor à exécuter.

Du flocage (fibres) est généreusement soupoudré après encolage avec de la colle vinylique diluée d'eau, quelques arbustes, quelques touches de gouaches pour représenter la roche qui affleure le long du chemin de terre, pour le chemin, j'utilise de la poudre de ciment avec qq touffes d'herbes par ci par là

 

 

le module (escamotable) est positionné, on aperçoit le raccord avec le reste du réseau, à ce stade quelques touches de flocages sont nécessaires pour éviter une transition trop visible.
En fond de décor, le poster BUSCH remplit bien son rôle. J'envisage de mettre un chateau d'eau sur la plateforme pour terminer ce module


Le raccord entre ce module et celui de la ville à droite est encore bien visible, quelques touffes de végétation restent à rajouter pour masquer le tout.

Sur un plan visuel, et notamment lors des scéances photos/vidéos, ces modules remplissent parfaitement leur rôle en estompant la cassure brutale que constitue le mur ceinturant un réseau.

RV pour de prochains articles consacrés à la construction des caténaires, un tout autre travail..........
L'électrification du réseau Biscatrain, laissée en panne depuis plusieurs années,  va reprendre. 

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 07:55

 

231 K Jouef améliorée au départ gare terminus voie 2

 

 

la même mais au petit matin, le jour va se lever

 

 

il est 21H00, la rame grand confort tractée par une CC 6500 s'élance dans la nuit

 

 

nous la retrouvons en pleine vitesse dans la tranchée qui longe la plateforme supérieure

 

 

tôt ce matin, un picasso Mistral manoeuvre sur la plaque tournante

 

 

il passe devant un ABJ Electrotren qui stationne devant l'aire de ravitaillement du dépôt vapeur

 

 

déjà une forte activité règne sur le quai de messagerie 

 

 

le jour ne va pas tarder à se lever....... 

 

 

toujours au petit matin, le viaduc est encore illuminé et on commence à distinguer les premiers reliefs

 

 

la gare de passage de Clairville à l'aube

 

 

au petit matin, la rame grand confort s'élance et passe derrière le poste 2 de Saint Gilles

 

 

 vue aérienne depuis le poste 2

 

 

le jour s'est levé et les premiers voyageurs attendent l'omnibus sur le quai de la gare de Clairville

 

 

un souterrain relie la gare de Clairville au reste du réseau routier. Au premier plan, un carré violet protège la sortie de la voie de service.

 

 

L'omnibus a pris du retard, on papote sur le quai!!!

 

 

 au pied du viaduc, les voitures commencent à stationner pour descendre à pied au lac 

 

 

 au nord est du réseau (immeubles à gauche de la photo), la ville s'est agrandie en novembre par ajout d'un module qui ferme désormais le décor de fond

 

 

 ce module (escamotable) permet également de poursuivre la route qui enjambe les voies souterraines

 

 

 on distingue bien le raccord  séparant ce module (à gauche) du reste du réseau

 

 

vue du fronton de la gare terminus sur le bloc d'immeubles rajoutés.

 

 

une autre vue sous le même angle, on distingue encore à l'extrême gauche de la photo une partie non  décorée

(le module est en cours de construction)

 

 

141 R fuel Jouef améliorée stationnant froide sur une voie en butoir du dépôt

 

 

BB 9004 Roco en stationnement sur une voie de service 

 

 

CC 6500 Jouef/Hornby au départ de la gare terminus voie 3

 

Fin du reportage

 

RV fin décembre pour un nouveau reportage photos.

 

Pour les amateurs, LOCO REVUE diffuse un hors série intitulé " Réseauxrama 3" disponible en kiosque ou auprès de la revue.

 

Cinq réseaux sont présentés soit plus de 150 photos.......

Au sommaire: 

Page 3  : Biscatrain (HO)

Page 23: La gare du Mans des Tramways de la Sarthe (HOm)

Page 31: Entre Pau et Canfranc (HO)

Page 51: Porte Océane (N)

Page 63: MRS: Chicago dans les brumes de la Seine (O)  

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:13

Un petit retour en 2005, année de construction de la gare terminus et d''aménagement des quais.

 

 

La gare terminus de Saint-Gilles est équipée de quais Faller ( Réf 120181)  dont la largeur confortable (9,2 cm) assure un meilleur rendu. Toutefois, la hauteur des socles et leur aspect "plastique" peu ouvragé m'ont conduit à les refabriquer, d'autant que certains devaient s'incrire dans des courbes. De plus, je voulais créer des passages souterrains réalistes, ce que ne propose pas Faller.

 

 

j'ai utilisé du médium de 10 mm d'épaisseur dans lequel j'ai découpé trois semelles de 10 cm de large sur environ 200 cm de long , dont la géométrie correspondait aux entraxes de voies. Avec une défonceuse, j'ai réalisé une mortaise sur chaque côté et sur toute la longueur de 2,5 x 2,5 mm permettant ensuite de coller une baguette en bois dur de 3 x 3 mm . Prélablement, faire des joints tous les centimètres avec un disque à tronconner . Sous cette baguette j'ai collé des plaques de murs de briques (origine Slatter's) . Le tout a été peint couleur ciment, puis patiné, et une dalle sur deux peinte en blanc mat.  

 

 

La photo ci-dessus montre un passage souterrain rééquipé d'un escalier complet, avec des murs de briques, des barrières en laiton photodécoupé, et le panneau indiquant l'accès aux voies.  Avant la pose,  percer des trous ou viendront se positionner les piliers des quais couverts  en utilisant comme gabarit les socles Faller.   

 

 

Un quai supplémentaire a été construit avec le même procédé, pour désservir une voie de messagerie et deux tiroirs.

 

 

L'accès des quais à la gare se fait par quatre escaliers qui débouchent sur la plateforme supérieure. Sur cette portion de 17 cm de long (soit une demi réf 120181), les quais couverts Faller d'origine ont du être surélevés avec des colonnes récupérées sur d'autres kits Faller. Les escaliers proviennent d'une ancienne passerelle Faller contre laquelle j'ai collé des murs en suivant la découpe (médium de 3 mm d'épaisseur) Ces murs servent de piliers supportant la plateforme supérieure de la gare.  

  

 

Cette plateforme qui accueille la gare terminus (reproduction Kibri de la gare de Bonn) et les immeubles de ville (non encore installés sur cette photo) est escamotable à 90 degrés grace à une charnière piano fixée sur l'extrémité du module. Ce procédé permet d'accéder aux 9 voies souterraines qui s'enfoncent sous la gare sur une longueur d'environ 50 cms.

 

 

chaque escalier débouche sur la plateforme du BV côté voyageurs.

 

 

Les abris de quais sont simplement posés sur leurs socles respectifs, ils sont démontables et l'alimentation électrique de la rampe d'éclairage intérieure se fait par 2 descentes de gouttières (fil de laiton de 1 mm de diamètre) qui traversent le plateau de part en part

 

 

nous sommes en 2008, les travaux sont plus avancés, avec un environnement d'immeubles urbains qui ceinturent la gare terminus

 

 

Plus précisément, novembre 2008, le quartier de ville s'est agrandi au nord est du réseau, justifiant la présence d'une gare de type terminus.

 

NB: Les quais Faller réf 120181 constituent une excellente base pour l'aménagement de nos gares, avec une largeur réaliste et un  style très proche de ceux existant sur le réseau SNCF. Les abris sont très finement reproduits. J'espère que cet article apportera un éclairage supplémentaire à tous les amateurs qui souhaitent se lancer dans ce type de projet.   

  

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche