Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 07:02

 

Outillage nécessaire

mini perceuse de type Dremel
support dremel adapté au défoncage (kit utilisé pour déjointer les carreaux de faîence) voir photo ci-dessus
mini disque à tronconner
fraise Dremel diamètre 1,4 mm correspondant à l'espace entre le rail et le contre-rail
micro-forets de 1 à 1,5 mm
support de poncage lapidaire équipé d'un mini plateau rigide avec abrasif auto-collant (type maxicraft ou autre)
mini pince à long bec (coudée de préférence)
pince brucelle
pointe de compas
fer à souder
grand cutter
cutter équipé d'une lame plate en forme de ciseau à bois
petite scie miniature à main

fournitures

rail au mètre de type Roco Line (sans ballast)
colle à bois
colle cyanolit
pate à modeler/souder  bi composant
plaque de circuit imprimés simple face
soudure à l'étain
plaques de dépron (polystyrène extrudé de 6 mm d'épaisseur)
ballast (minéral naturel de préférence type GPP)
punaises

undefined

faire des



repaires d'angle divers sur le plateau de la ponceuse lapidaire (ici une maxicraft)

undefined

Réalisation

1/ support/semelle de voie

Dans une plaque de dépron de 6 mm d'épaisseur, tracer l'axe des 2 voies avec un stylo feutre pointe fine(choisir la longueur de l'appareil de voie et l'angle de déviation)
A 20 mm de part et d'autre de ces deux axes, tracer une ligne parralèle qui sera le tracé de découpe de la semelle constituant le support de l'aiguillage.
Couper avec un cutter incliné à 45 degrés environ en suivant cette ligne, ce qui vous donnera une semelle ballast biseautée dont la base sera de l'ordre de 50 mm (au départ de la déviation)
Le support étant réalisé, il convient de tracer l'emplacement de la voie 

undefined

la photo ci-dessus montre le tracé à réaliser sur la semelle de ballast (ici, c'est du feutre pour isolation des parquets flottants qui a été utilisé) mais le résultat est identique sur du dépron qui est d'ailleurs plus facile à couper avec un cutter.

On distingue bien:

          l'axe des voies en noir
          le tracé des rails en rouge (trait gras)
          le tracé de positionnement des traverses (trait noir parrallèle situé à 15 mm de l'axe des voies) 
          l'axe rouge médian (qui détermine la longueur de coupe des traverses)
          l'emplacement à évider (hachuré) pour motoriser les lames d'aiguillages

le tracé de chaque traverse n'est pas nécessaire et ne figure sur cette photo qu'à titre indicatif. Par contre, les autres tracés sont indispensables si vous voulez réussir parfaitement votre travail.

NB: écartement voie en HO 16,5 mm
       largeur des traverses 30 mm
       largeur de la base de la semelle ballast 50 mm 

2/ coupe et pose des traverses

Avec un disque à tronconner, sectionner un coupon de rail au mètre de la longueur retenue pour votre appareil de voie.
Otez les deux files de rail
Coller un premier coupon de 4 à 5 traverses à la base de l'aiguillage, la première traverse devra être débarrassée de ses attaches pour pouvoir glisser les éclisses. Fixer sans forcer avec des punaises enfoncées entre les traverses.
Dans l'alignement central de la 5 ème traverse, dégager avec un cutter la partie hachurée pour permettre le passage ultérieur de l'axe de motorisation de l'aiguillage
Ensuite, vous avancez par lot de deux traverses que vous sectionnez bien nettes avec un cutter pour les positionner de part et d'autre de l'axe rouge médian. 
Vous avancez ainsi progressivement pour couvrir avec les traverses sectionnées les deux branches de l'aiguillage en les collant successivement par lot de deux. Pour vous assurer du bon positionnement, faites glisser mm par mm les deux rails extérieurs que vous avez introduits sur le premier coupon. Les deux rails doivent se situer exactement sur le trait rouge gras que vous avez tracé. Coller les traverses au fur et à mesure de l'avancée sur les deux branches de l'aiguillage. Lorque vous atteindrez le niveau de séparation des deux branches, le point de coupure des traverses se situera sur une de leur attache, la faire sauter avec un cutter (lame ciseau à bois)
Surtout, ne pas coller les deux files de rail sur les traverses ainsi posées, car elles doivent pouvoir glisser tout au long de ce travail de pose des traverses.  



Ces deux photos prises sur un autre appareil de voie en construction montre bien le point de sectionnement des traverses (ligne médiane) la jonction des traverses de part et d'autre de cette ligne médiane doit se faire face à face, bien que l'alignement de la traverse unique ainsi obtenue présente un léger angle (c'est la seule entorse, mais cela passe inaperçu une fois l'aiguillage terminé)


 
Lorsque toutes les traverses sont positionnées et collées, les deux files de rails doivent pouvoir glisser sur les traverses en respectant parfaitement le tracé que vous avez fait sur la semelle.

Je décrirai dans un article suivant la mise au profil des rails composant l'aiguillage. 

Repost 0
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 07:16

INFORMATION

Suite à une mauvaise manipulation, de nombreuses photos ont disparu sur des articles anciens.  Je n'ai pas d'autre solution que de les recharger dans les articles correspondants (création de nouveaux liens) et de les rediffuser.  


La fabrication des appareils de voie nécessite un outillage minimum, quelques aptitudes au bricolage minutieux et surtout beaucoup de patience!!!!! 

Le réseau Biscatrain en comportant une soixantaine, j'ai très vite réalisé qu'il serait judicieux et économique de les fabriquer moi-même, car le tracé imposait des angles de déviation ou de croisement  qui n'existent pas dans le commerce. Seules, 7 TJD sur les 8 ont été achetées (Roco Line) ainsi que les appareils de voie non visibles situés dans la gare souterraine (17) 

Le coût de chaque appareil de voie fabriqué ne dépasse pas 4 à 5 euros, soit sensiblement le coût d'un rail Roco line au mètre dans les années 2000, les autres fournitures étant négligeables réparties sur l'ensemble 
de la production.

A cette époque, mon choix s'est porté sur la voie Roco Line (code 83), car elle se " bricole " bien. De plus, j'ai pu récupérer de nombreux tronçons pour fabriquer les appareils de voie sur les 200 mètres posés sur le réseau .

La photo ci-dessus montre une TJD terminée dont la géométrie est très proche de celle de Roco. La semelle de ballast a été découpée dans une plaque de feutre de 6 mm d'épaisseur (récupération de plaques d'isolation de parquets flottants - les premières productions !!!! les matériaux actuels ne sont plus de la même qualité, et j'ai utilisé depuis le dépron)

undefined

Une autre photo d'un aiguillage enroulé à gauche en phase finale de réalisation. La semelle de ballast utilisée est en dépron de 6 mm d'épaisseur. 3 fils sont nécessaires à son alimentation électrique (pôle + pôle - et pointe de coeur) les deux lames d'aiguilles mobiles sont faites d'une seule pièce sans articulation  ce qui évite une rupture au point de jonction,  un léger fraisage de 1 mm sous le talon assure une souplesse suffisante pour la manoeuvre par un moteur d'aiguillage (en l'occurrence des relais PTT de récupération adaptés pour installation sous la table de roulement)
 
undefined

le même appareil vu sur la pointe de coeur. On distingue bien l'isolation électrique de cette dernière par tronconnement de part et d'autre. 

undefined

même appareil vu du côté des lames d'aiguilles mobiles. Le rail d'accueil est légèrement biseauté sur une longueur de 4 à 6 traverses pour accueillir la pointe de la lame, garant d'un passage des essieux sans la moindre secousse.  

Je donnerai dans un prochain article le mode de fabrication retenu, les matériaux utilisés et l'outillage nécessaire car je dois rechercher dans mes archives des photos sur les différentes étapes.  

     

Repost 0
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 07:52
P1020192.JPG

2D2 Roco équipée de pantographes de la marque Epure, Très belle réalisation, tant de la marque Roco que celle d'Epure. Le fonctionnement est réaliste, mais attention à la fragilité des composants des pantos en cas d'accrochage sur la caténaire!!!!! Les marchepieds de la 2D2 ont pu être conservés en limant très légérement leur support interne pour passage du bissel avant sur des courbes de diamètre minimum de 110 cm (sur diamètre inférieur, la dépose des marchepieds s'impose!!!)

(Fichier 11) vidéo essais de pantographes sur la 2D2 Roco

(Fichier 12) vidéo BB 436242 Jouef/Hornby à la tête d'un convoi marchandises en direction de la zone montagneuse 

disponibles sur le lien suivant

www.wat.tv/piouls

 
Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 07:52
Nouvelles vidéos disponibles en cliquant sur le lien suivant:

www.wat.tv/piouls

fichier 8 

TGV Duplex Méhano (rame complète de 10 voitures) filmée avec une caméra classique lors de sa traversée du grill de gare. Les couloirs d'intercirculation entre chaque voiture ont été modifiés pour réduire au maximum l'espace entre elles. La rame passe ainsi sans problème sur des courbes souterraines de 110 cm de diamètre, tractée ou poussée


fichier 9

loco vapeur 150 Z Roco sonorisée tractant un convoi de wagons minéraliers. Vidéo réalisée avec une micro caméra embarquée sans fil sur un wagon tracté par une autre loco digitalisée avancant à contresens sur une voie parrallèle. Cela permet d'avoir une vision du convoi filmé de trois quart et de permettre un éventuel dépassement de la rame devant la caméra.
A noter que j'utilise désormais un lecteur/enregistreur de DVD de salon pour capter des images de meilleure qualité, ce qui n'est hélas pas restitué intégralement par wat.tv (pb de taille des fichiers qui atteignent chacun entre 50 et 100 Moctets   

fichier 10

CC 6501 Jouef/Hornby quittant la gare terminus de Saint Gilles à la tête d'une rame de 7 voitures grand confort LS Models. Vidéo réalisée avec une caméra embarquée sans fil posée sur un wagon statique à l'entrée du grill de gare côté dépôt
  
Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 07:56

P1020609.JPG

Lors de la conception du réseau à Biscarrosse, je disposais déjà d'un parc matériel roulant important acquis au fil des ans et qui avait fait ses preuves sur de précédents réseaux (hélas démontés suite à de nombreux déménagements au cours de ma carrière). J'avais également concu et réalisé des modules électroniques pour la gestion des cantons (standardisés et donc recyclables), mais basés sur une alimentation analogique.
 
Le digital s'étant imposé ultérieurement, j'ai donc pris l'option de faire cohabiter les deux modes d'alimentation (analogique/digital) sur mon réseau, ce qui compliquait d'emblée tout le câblage, mais me permettait de faire évoluer le parc matériel moteur vers le digital en installant des décodeurs dans les plus anciennes locos. J'avais à coeur aussi de maintenir le système de gestion automatique des cantons en système analogique qui m'avait donné entière satisfaction dans le passé et qui était parfaitement fiable.

Chaque canton (9 au total) peut donc passer d'un courant continu (analogique) à un courant alternatif (digital) à l'aide d' interrupteur à glissière à 4 contacts RT (repos/travail) .

La zone de gare terminus, le grill d'accès, le dépôt vapeur, la gare marchandises, la gare souterraine, bénéficient de cette même possibilité, ce qui me permet de prévoir ultérieurement le passage à une gestion tout digital.

Automatismes réalisés 

             Cantonnement avec BAL (bloc automatique lumineux)

C'est un système classique basé sur la détection par circuit de voie d'un convoi situé sur un canton x en amont, qui protège le convoi qui le suit sur le canton y en aval. Il s'agit en l'occurrence d'une réalisation personnelle concue en m'inspirant de l'excellent ouvrage de Mr Chenevez (L'Electricité au service du modélisme 3 tomes parus dans les années 70/80).

J'ai amélioré le dispositif en découpant chaque canton en 3 zones (au lieu de 2 comme dans la plupart des systèmes) Cela permet notamment une simulation d'inertie des convois plus réaliste avec des accélérations et décélérations progressives, et surtout le changement immédiat des feux de signalisation au passage du train:
               zone de pleine voie (vitesse normale) pas d'occupation du canton amont          Feu vert
               zone de ralentissement et d''arrêt  (occupation du canton amont)                         Feu rouge
               zone de redémarrage et d'accélération (occupation canton amont + 1)               Feu jaune

La détection est très sensible, de l'ordre de 10000 ohms, il est judicieux d'équiper le dernier wagon de chaque convoi d'une diode d'éclairage pour une protection sans faille. Cinq à six trains peuvent se suivre sur le réseau sans la moindre surveillance.

             Arrêt temporisé en gare de passage

J'utilise un temporisateur électronique dont la durée est réglable pour provoquer un arrêt  d'une rame à l'approche de la gare de Clairville , après passage progressif de la vitesse normale à la vitesse réduite. Le temporisateur agit également sur l'aiguillage pris en talon à la sortie de cette gare , avec indication du carré rouge au signal (deux feux rouges). Dès que la voie est à nouveau libre, le convoi repart avec une temporisation d'accélération progressive simulant l'inertie.  

             Va et vient (départ/arrivée gare terminus)

Plus difficile à réaliser, car en régime automatique, une rame (réversible ou autorail) quittant une des voies de la gare terminus s'engage automatiquement sur le circuit bouclé où elle évolue successivement sur 7 cantons, sans revenir à son point de départ.

Le temporisateur électronique devait donc avoir une quadruple fonction:
           
            1/ déclencher un aiguillage en position déviée pour quitter la voie principale et accéder à une des voies d'arrivée de la gare terminus
            2/ déclencher une temporisation de ralentissement à l'approche de la gare et enclencher une temporisation d'arrêt avant le butoir
            3/ inverser le courant de traction après une période d'arrêt réglable pour un redémarrage sur une autre voie principale afin de respecter la circulation à gauche
            4/ agir sur un itinéraire programmé (déclenchement de plusieurs aiguillages à la sortie du grill de gare) pour donner la bonne direction   
   
Tous ces automatismes devaient être homogènes avec la sécurité des autres convois évoluant sur les autres cantons.

j'ai réussi à concilier l'arrêt temporisé en gare de passage avec le va et vient décrit ci-dessus, ce qui permet de faire évoluer deux rames réversibles dans ce mode, l'une étant stationnée en gare de passage pendant que l'autre venant d'arriver en gare terminus attend l'ordre de redémarrage

En conclusion, je dirais que c'est un casse tête à réaliser, que de nombreux tests préalables, souvent décevants ont dû être effectués, mais désormais tout fonctionne parfaitement. Il est évident qu'une option tout digital avec une gestion par ordinateur aurait résolu ces automatismes plus aisément. Mais je reste très attaché au mode de gestion analogique, car je le maîtrise de A à Z, ce qui n'est pas le cas du digital !!!!!!!

Pour les amateurs qui envisageraient la construction d'un réseau aujourd'hui mettant en oeuvre de nombreux automatismes et itinéraires, la solution s'impose, c'est le tout digital avec une solution de type CDF Informatique ou Lenz qui me paraissent au top. 

P1020610.JPG

vue rapprochée du TCC montrant  les 9 interrupteurs à glissière (transfert des sources analogiques en digital sur l'ensemble du réseau)  

P1020615.JPGl

 le câblage à l'intérieur du tableau de commande. De nombreux relais assurent la gestion des cantons et la signalisation. En bas à droite, les temporisateurs pour les automatismes décrits ci-dessus. 

P1020622-copie-1.JPG

gros plan sur les cartes de circuit imprimé gérant les cantons. 5 potentiomètres assurent les temporisations suivantes:
            réglage de la vitesse normale (VN)
            temporisation pour atteindre cette vitesse  
            réglage de la vitesse réduite (VR)
            temporisation pour passer de VN à VR et vice versa
            temporisation d'arrêt

P1020618.JPG   

 une vue du TCO mural (tableau de contrôle optique) permettant de visualiser par leds le positionnement des rames sur les cantons, les itinéraires enclenchés, et les zones de dépôt/marchandises alimentées.    

Repost 0
Published by piouls - dans automatismes
commenter cet article
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 07:35
P1010689.JPG

Le fond de décor constitue une autre difficulté dans pratiquement tous les réseaux, car les perspectives sont forcément très réduites et il faut essayer de fondre le décor d'arrière plan avec un paysage adapté.

Comme j'ai laissé un couloir d'accès de 30 cm tout autour du réseau en L, et que les murs étaient peints en  blanc, il fallait trouver une solution. Par ailleurs, les angles droits des murs sont à neutraliser sur toute la hauteur visible derrière le réseau et le premier travail consistait à faire un arrondi (quart de rond) avec des plaques très souples de médium de 3 mm d'épaisseur (diamètre de l'arrondi environ 1 mètre) mis en forme sur un gabarit collé et cloué, puis fixé sur chaque angle de mur. Ces plaques ont été ensuite enduites, poncées et peintes en blanc.   

Ce travail préalable terminé, j'ai peint le ciel en bleu azur  avec un dégradé de haut en bas sur les faces visibles des murs.  Ensuite, j'ai disposé quelques nuages (gouaches blanche et grise) en tamponnant avec une brosse certaines parties du ciel.

La montagne, peinte également avec des gouaches est évoquée en zones de plus en plus claires vers l'horizon pour recréer une impression de profondeur. Quelques touches de vert foncé simulent les sapins en alpage

La photo ci-dessus constituait un essai qui me parait satisfaisant, d'autant que le décor du réseau n'est pas encore commencé à cet endroit. La présence de sapins et de végétation diverse devraient  neutraliser la rupture encore visible 

P1010693.JPG

Cette autre photo, évoque la montagne en arrière plan peinte directement sur le mur à un endroit où il y aurait eu une cassure verticale si le plan mural arrondi n'avait pas été posé préalablement. On distingue bien la zone recouverte de sapins, et les crêtes enneigées sur les hauts sommets avec qq nuages. La décoration du module (flocage, végétation, sapins, rochers) reste encore à faire pour l'essentiel.

P1010801.JPG 

TGV Duplex franchissant le viaduc. En toile de fond, le ciel bleu à peine voilé par qq nuages et la montagne avec ses sommets enneigés. Il fait toujours beau sur le réseau Biscatrain !!!!!! 

Je n'ai pas encore abordé le fond de décor de la ville se situant sur un autre pan de mur de la pièce. j'envisage un ciel plus chargé en nuages, mais la plus grosse difficulté sera d'évoquer un centre urbain chargé d'immeubles se fondant dans ceux déjà existants sur le réseau. Là, je ne me sens pas de taille à peindre des immeubles. Si cet article intéresse un internaute qui aurait des idées dans ce domaine, n'hésitez pas à me faire part de vos expériences. 

J'ajoute que toute personne disposant d'une adresse e-mail peut me contacter sur un quelconque article actuellement publié à l'aide du lien qui figure en bas de chaque page de ce blog et qui s'intitule 
"mes commentaires"      

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 07:25

P1020469.JPG

La miniaturisation des caméras sans fil et la qualité de l'image permettent de réaliser désormais des films sur un réseau miniature qui sont parfois saisissants de réalisme.

L'impression d'être dans la cabine de conduite de la locomotive que l'on pilote et d'évoluer sur son propre réseau est un plaisir supplémentaire dont il ne faut pas se priver.

Le matériel nécessaire est très accessible si l'on se porte sur une game moyenne. Mes premiers essais avec des micro caméra basiques (coût de l'ordre de 28 € avec le récepteur) m'ont encouragé à améliorer la qualité de l'image. J'ai donc abandonné la caméra avec capteur CMOS 320 lignes TV fonctionnant sous 9 V pour une caméra avec capteur 1/4 CCD 470 lignes TV Panasonic qui elle fonctionne sous 12 V (coût 148 € avec son récepteur 4 canaux) fournisseur www.digistore.fr

J'ai donc réalisé le petit montage visible sur cette photo en fixant la caméra sur un étrier pivotant sur un axe vertical situé sur le wagon (Roco) Ce système permet d'orienter la caméra de droite à gauche par rapport à l'axe de la voie et de haut en bas pour régler le champ de vision.

Le deuxième wagon, un plat à bogie Jouef accueille les 8 piles de 1,5 v qui alimentent la caméra. Entre les deux, la prise (qu'il ne faut surtout pas oublier de débrancher après utilisation de la caméra) au risque de retrouver  le lot de piles "out"  le lendemain. 

Enfin, une loco qui tracte ou qui pousse ce mini convoi. J'utilise de préférence une loco digitalisée ( ici un diesel Roco équipé du lock sound) La caméra ayant son propre micro incorporé, elle transmet des images sonores, d'où l'intérêt de faire tracter par une loco de ce type. Les claquements sur les coupures de rails et sur les passages d'aiguillages sont également très bien restitués.

Le récepteur est raccordé à l'entrée A/V d'une mini TV pour visionner les images transmises par la caméra.

J'utilise un mini enregistreur sur cartes mémoires SD pour stocker ensuite les mini clips vidéo sur le PC;
Un magnétoscope classique ou un lecteur/enregistreur DVD peut être une meilleure solution pour la qualité de l'image enregistrée. Je ne les ai pas encore testés.

Il est interessant de filmer un convoi en marche en utilisant une deuxième Loco digitalisée que l'on place derrière la caméra à une vingtaine de centimètres. Là, il faut synchroniser parfaitement la marche des deux trains pour respecter + ou - cette distance, et l'utilisation de deux Multimaus Roco est nécessaire, chacune réglant la vitesse de leur train respectif sur leur adresse distincte.

Une autre utilisation est appréciée lorsqu'on recherche un élément qui s'est détaché d'un matériel roulant et qui  tombe presque toujours dans un tunnel ou un autre endroit inaccessible. Là, votre caméra qui voit tout ou presque même dans une zone très sombre (0,5 lux étant un choix à retenir) vous retrouve sans problème l'objet recherché en faisant très lentement  votre convoi.

P1020468.JPG

Une vue rapprochée de la caméra (objectif de type pinhole 4,3 mm/ F 2,0) champ de vision réglable 

P1020075.JPG    

Une photo extraite d'une vidéo prise à la sortie d'un pont.

P1020076.JPG

Photo extraite d'une vidéo à la sortie du tunnel côté gare de Clairville

P1020087.JPG

Autre photo extraite d'une vidéo.

 

Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 18:19
Accès aux fichiers vidéo via Google adresse:

www.wat.tv/piouls


Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 07:12
P1010636.JPG
Module 8

situé au sud/est du réseau
dimensions (1,875 x 1,00 m)

niveau + 16  à la sortie du tunnel, les 2 voies principales traversent la gare de passage et s'engagent sur une longue courbe parabolique qui rejoint le module 4 au niveau + 12,5 avant de franchir le PN

niveau + 30 à la sortie du tunnel , la voie unique banalisée traverse un long viaduc qui enjambe un lac et une petite vallée pour rejoindre le module 4 (accès au grill de la gare terminus)

Ce module développe 7 m de voies. Sa mise en oeuvre s'est faite simultanément en 2007 avec celle du module 7 afin de pouvoir lancer le viaduc et concevoir le lac qu'il surplombe. Ces deux éléments étaient les plus délicats à réaliser car il fallait couler le lac avec de la résine (peinture et flocage du fond préalable) et positionner le viaduc (après peinture et patine) dont les piliers sont pris dans la résine. Le raccordement du viaduc sur le module 4 devait être parfaitement au niveau + 30 avec une voie en dévers sur l'amorce de la courbe !!!!!!!! un casse tête !!!! mais tout s'est bien passé.

J'ai également réalisé une petite plage avec un embarcadère pour un canot moteur et un espace pêcheurs.
Un peu de sable de nos belles plages de Biscarrosse a été prélevé à cette occasion!!!!!! Rassurez vous, il en reste!!!!!

Bâtiments et installations:

              gare de montagne Clairville (modèle Faller)
              petit bâtiment technique en face
              auberge du lac en surplomb
              village réalisé avec des kits MKD, Jouef, modifiés et patinés
              lampadaires de quai
              lampadaires de ville
              feux Carré rouge et violet fabrication maisons

P1010145.JPG

un petit coin du lac avec qq baigneurs et des pêcheurs. Plage réalisée avec du sable réel collé avant la coulée de résine. Le fond du lac a été préalablement  peint et floqué.

IMGA0047.JPG 

quelques maisons et commerces autour de la gare de Clairville. Au premier plan, la route  s'enfonce sous les voies.

P1020367.JPG

Gros plans sur les 3 derniers modules. Le positionnement du viaduc sur 3 modules a été imposé par les contraintes de surfaces disponibles. C'était le dernier élément permettant de boucler le circuit Biscatrain !!!

P1010204.JPG     

un autre petit coin du lac avec son embarcadère et le canot. Quelques cailloux sont coulés dans la résine et les roseaux sont évoqués avec des touffes de brosses à peinture!!!   
               

    
Repost 0
Published by piouls - dans modules
commenter cet article
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 06:56
P1010819.JPG
Module 7

situé  au sud/est du réseau
dimensions (1,50 x 1,35 m)

Niveau + 20 la double voie s'engage sous un tunnel, traverse la montagne et ressort au sud/ouest au niveau + 16 où se situe la gare de passage de Clairville

Niveau + 2 à + 30, voie unique banalisée accédant à une rampe hélicoîdale à 3 tours, raccorde la sortie de la gare souterraine (module 6) Cette voie débouche sous un tunnel situé au sud/ouest niveau + 30 et franchit un long viaduc en courbe.
 
Ce module développe 19 m de voies. Construit sur le second semestre 2006 et début 2007, c'était l'un des plus complexes à réaliser au niveau décor, car il regroupe de nombreux bâtiments (châlets, fermes, auberges, église) disposés à différents niveaux, desservis par une route en lacets sur un parcours très accidenté. Une trappe centrale escamotable suivant le tracé du relief sur tout son pourtour a donc été concue pour en faciliter l'accès

D'autre part, le long viaduc (1,50 m) qui franchit le lac et les deux voies principales se situe sur 4 modules distincts (4 - 6 - 7 et 8) a imposé la construction préalable du dernier module (8) avant de pouvoir achever le décor du module 7

A ce stade de la réalisation du réseau, (7 ans !!!!)  j'étais impatient de boucler enfin le circuit et pouvoir faire circuler toutes les rames qui attendaient en gare leur premier galop d'essai.  

Les tests de roulement se sont avérés d'emblée très satisfaisants, car j'avais pris soin de concevoir des courbes paraboliques avec dévers progressif, des amorces de rampes progressives et surtout constantes au niveau du pourcentage (maxi 2,4 %) des appareils de voie de qualité dont l'essentiel fabriqués par mes soins. 

Bâtiments et installations:

               grande ferme Faller
               petite ferme Faller et son four à pain
               2 auberges de montagne Faller/Kibri
               5 châlets Faller/kibri
               Eglise de Montagne Kibri
               2 tunnels double construction maison
               1 tunnel simple  idem

IMGA0008.JPG 
les plaques de dépron (polystirène extrudé en épaisseur 4 cm) constituent la structure du relief et offre l'avantage d'être très légères et faciles à découper au profil souhaité. Je les recouvre ensuite d'enduit (colle pour fixer les panneaux de BA13) puis peinture et flocages divers. Les rochers sont réalisés en écorce mis en forme puis peints.  

IMGA0001-copie-1.JPG
  
au premier plan, l'ossature du viaduc réalisé en médium de 3 et 5 mm, l'habillage reste à faire en plaques de briques Slater's 

IMGA0018-copie-2.JPG
   
La trappe centrale d'accès au module 7 escamotable grace à une charnière piano. Son contour épouse le relief du terrain.  
Repost 0
Published by piouls - dans modules
commenter cet article

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche