Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 07:46

DOSSIER N°27

Dans le poste de conduite d'une A1A Roco sonorisée, à l'approche de la gare terminus de Saint-Gilles, la loco s'immobilise à quai. vidéo réalisée à l'aide d'une mini caméra sans fil embarquée sur un wagon poussé par la dite loco.

DOSSIER N° 28 

Rame Budd Jouef composée de 5 éléments. La motorisation a été refaite (moteur Maxon à rotor sans fer) un attelage à élongation variable a été installé sur toutes les voitures, ainsi qu'un éclairage par ruban de leds CMS ton chaud, les phares des voitures extrêmes sont également équipés de leds, avec de nouveaux cerclages de phares, des marchepieds ont été ajoutés sous toutes les portes d'accès.Les boudins de roues ont été rectifiés/affinés au tour.Enfin, un panto Carmina remplace le panto d'origine. Cette ancienne production de Jouef méritait qq travaux pour un fonctionnement correct sur le réseau Biscatrain. Sa digitalisation prochaine permettra de régler l'intensité de l'éclairage intérieur. Reste à patiner l'ensemble!!!!! 

Vidéos logées sur le site suivant:

www.wat.tv/piouls

 

   

Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 07:27

undefinedCette loco plutôt réussie au niveau du superdétaillage présente toutefois quelques lacunes (entre autres absence d'éclairage et faible puissance de traction liée à son manque d'adhérence sur la voie)

Ayant décidé de la digitaliser, j'ai donc entrepris les qq travaux suivants:

1/pose de leds CMS sur la loco et sur le tender

2/pose d'une mini prise pour raccorder la loco au tender

3/pose d'un lest supplémentaire dans le tender

4/remplacement d'un essieu tender non bandagé par un nouveau équipé de deux bandages

5/remplacement des barres de maintien sur les pares fumée par de nouvelles en fil de maillechort 

6/réduction de l'épaisseur des pares fumée

undefined

Le premier travail consiste à ôter les lanternes existantes. Percer ensuite à l'emplacement des lanternes un trou de 1mm. j'utilise des micro leds CMS ton chaud de section carré pour la base et qui ont un téton rond simulant la face externe de la lanterne. J'ai soudé deux fils très fins aux deux bornes de chaque leds,  l'une s'enfoncant dans la traverse frontale au dessus du tampon, l'autre repliée passe derrière la led. Le diamètre de la partie ronde est de 1,7 mm, ce qui correspond exactement au diamètre des plus petits cerclages de phare de la marque Interfer (voir photo ci-dessous) Ceux ci sont collés avec une pointe de cyanolit ou mieux la colle micro weld en photo qui ne laisse aucune trace après séchage, sinon de la colle blanche à bois peut faire l'affaire
undefined 
Les fils passent ensuite sous le bâti et son reliés entre eux au niveau des cylindres (penser à mettre une résistance de 1K ohms)

undefined  
Premier test d'éclairage avec une pile de 9 V, les cerclages sont posés, l'éclairage est très doux, et la lanterne
(corps de diode CMS peint en noir mat) est discrete, à peine plus volumineuse que les lanternes d'origine.

undefined

Les deux fils reliant les diodes CMS sont ensuite soudés sur les prises de contact des roues de la loco, et ce même faisceau est soudé sur une mini prise tulipe qui vient s'encastrer après collage sur le derrière du bissel (l'encoche doit être agrandie au cutter et à la lime - penser à insérer une mini section de gaine thermo rétractable pour bien isoler les points de soudure de cette prise) J'ai pris l'option d'alimenter les lanternes directement sur  la voie donc en permanence (via les contacts de roues de la loco) dans la mesure où mon réseau fonctionne aussi bien en mode analogique qu'en mode digital. Pour les inconditionnels du digital, les lanternes devront être alimentées par un faisceau distinct à relier au décodeur. Dans ce cas, la prise tulipe femelle en question devra être à quatre plots et non deux (deux plots pour la liaison roues/décodeur et deux pour la liaison lanternes avant/décodeur) Même travail côté tender mais avec prises tulipes mâles

undefined

Cette autre photo montre le point de raccordement des deux fils des lanternes et ceux de la prise bissel

undefined

j'utilise un décodeur gold de LENZ placé sur le moteur du tender (entre les deux un scotch isolant double face).  Sur cette photo, on voit bien le rajout des deux masses de plomb mises au gabarit et collées sur le lest existant (rayon articles de pêche - ces plombs se découpent très bien avec une mini scie à métaux) . Pour l'éclairage arrière, le même processus qu'à l'avant est adopté, mais les leds effleureront la face intérieure de la caisse du tender dans l'alignement des deux lanternes existantes de facon à ce qu'elles les éclairent par transparence. Cela évite de les supprimer car elles sont de belle facture.
Pour réaliser ce montage, j'ai dû ôter le système d'élongation variable de l'attelage arrière. Pour le maintenir, j'ai fixé sur les deux trous existants un fil en laiton de 1mm de diamètre qui lui permet un débattement suffisant. La liaison électrique est ici plus facile avec les fils bleu/jaune du décodeur (digital: éclairage en marche arrière uniquement  -  Analogique: rien du tout !!!!!) Difficile de tout concilier !!!! Ne pas oublier la résistance de 1 Kohms

undefined

A ce stade, de nouveaux tests de traction réalisés montrent encore des faiblesses dûes au manque d'adhérence des trois essieux moteurs, sachant que seulement deux essieux extrêmes du tender sont pourvus de bandage d'adhérence, et sur une seule roue ????? Ayant constaté que les quatre essieux de la loco et les quatre essieux du tender participent tous à la prise de courant sur le rail, j'estimais qu'un essieu bandagé supplémentaire sur le tender ne risquait pas de nuire à l'alimentation électrique. Problème, il n'existe pas actuellement de pièce détachées chez Jouef/Hornby. Alors, j'ai retrouvé sur une épave de tender Jouef un essieu bandagé à rayons de ce type dont les deux roues (même diamètre) ont été mises à la place de l'essieu moteur non bandagé d'origine. j'ai réduit le bandage au tour à métaux pour qu'il ait la même cote que ceux équipant le tender, et noirci le laiton devenu brillant à l'acide. (seule entorse c'est que les roues à rayon ne sont pas ajourées) mais une fois monté et patiné, cela se voit à peine. 

Nouveau test: cela change tout, la loco tire sans peine une rame de huit voitures voyageurs sur une rampe de 2,3% alors qu'elle commençait à patiner avec quatre voitures.

Il restait à remplacer les barres de maintien sur les écrans pare-fumée dans du fil de maillechort de 4/10  de mm soudé délicatement sur deux barres d'appui (même fil de 4/10) dans un gabarit en bois confectionné aux bonnes dimensions.

Enfin, un rabotage/limage des dits écrans, (en grattant délicatement le plastique au cutter, puis en le limant) a permis de réduire leur épaisseur, défaut qui était très visible sur la loco neuve.  

undefined  

Restait la patine à effectuer pour supprimer cet aspect brillant et neuf peu réaliste. La photo ci-dessus montre la loco terminée, copieusement patinée (peut-être un peu trop!!!!)  J'essaierai d'être plus sobre pour les prochaines. 

undefined

Cette autre photo montre l'éclairage des deux fanaux du tender, qui ne fonctionnent qu'en digital en marche arrière. Les traces de calcaire sur les soutes à eau sont représentées par qq touches de peinture blanche acrylique

undefined

Fin des travaux: la 141 P a changé d'allure, et récupéré des "chevaux" qui lui faisaient cruellement défaut. Elle vient d'être "qualifiée ISO 2008" pour assurer un service sans faille sur le réseau Biscatrain. La Direction est exigeante!!!!! Sinon c'était la réforme dans une vitrine !!!!!! ou la poubelle !!!!! là, j'exagère, même les épaves les plus misérables trouvent preneur sur Ebay ...............si quelqu'un connait une source pour récupérer des essieux de tender bandagés de ce type, je suis preneur  (j'ai hésité à faire une gorge dans les deux roues non bandagées récupérées pour y loger des bandages d'adhérence, le tour utilisé (unimat) n'étant pas suffisament précis et la structure des roues (matériau made in china) n'ayant pas les même qualité que celui de son homologue autrichien Roco.

Eloge particulière pour les décodeurs Gold Lenz. Les locos équipées réagissent de la même facon aux courbes d'accélération programmées, qu'elles soient alimentées par une centrale digitale, ou par une source analogique classique, ce qui les rend aptes à circuler avec les autres locos non digitalisées sur cantons protégés (BAL) en mode analogique.

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 13:33

undefined
un coin du dépôt vapeur avec en premier plan une 241 P Jouef améliorée

undefined

Sur les voies de départ de la gare terminus, une CC 6500 et une CC 72000 Jouef/Hornby attendent le signal de départ.

undefined

quelques locos vapeur Jouef améliorées sont prêtes à prendre leur service.

undefined

Une 141 R charbon en chauffe prêt du portique 

undefined

la grue 85 tonnes Villeneuve garée sur une voie de service

undefined

La 2D2 Roco garée devant le poste 2 de St-Gilles

undefined

Photo du viaduc prise à la tombée de la nuit. Le soleil très bas sur l'horizon projette une lumière blafarde sur tout le paysage.

undefined

Photo prise également en fin de journée. Au premier plan le carré rouge (et son crocodile) signale la biburcation protégée sur la voie opposée

undefined

La végétation à la sortie du tunnel vient d'être posée. Reste à décorer les éléments rocheux constitués d'écorces de pins.

undefined

La gare de passage de Clairville côté cour.undefined

Le rond point de la gare de Clairville et son monument.

undefined

vue sur le petit sentier de montagne donnant accès à un des chalets

undefined

le pont routier reliant la ville au village de montagne 

Repost 0
Published by piouls - dans reportage photos
commenter cet article
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 06:53

undefined

Le réseau routier constitue un élément du décor qu'il convient de ne pas négliger. Comme dans la réalité, il doit relier divers sites (villes, villages, complexes industriels, bâtiments ferroviaires) tout en épousant le relief du réseau. Le tracé doit donc être planifié en même temps que celles des voies, ainsi que l'emplacement des constructions qu'il dessert. Le support de la route peut être confectionné dans divers matériaux, pour ma part j'utilise du médium (MDF) de 3 ou 5 mm selon les cas, car il se travaille très bien. La largeur d'une route en HO étant de 6 cm environ, je rajoute 1 cm de chaque côté (soit 8 cm pour le tracé de la découpe) Pour les zones planes, pas de problème pour fixer ces supports par encollage, pour les zones à fort dénivellé (photo ci-dessus) il faut fixer (vissage+ collage) des chandelles espacées de 20/25 cm environ pour rigidifier le plan de roulement de la route avec le bâti du réseau.

undefined 
Lorsque la route et le relief qui l'encadrent ont été réalisés (voir précédents articles traitant du relief) il convient de décorer celle-ci. La photo ci-dessus montre les principaux matériaux utilisés; à savoir:
un mélange de flocage gris avec du ciment en poudre bien tamisé (revêtement route)
du ciment en poudre fin (bordures et chemins d'accès à la route)
des flocages fins dans les tons ocre, terre, vert (environnement immédiat de la route) 
de la peinture acrilique ton gris (peinture du plan de roulement avant revêtement de flocage)
une gomme abrasive de type Roco
un rouleau de tapissier pour bien écraser le revêtement undefined


Cette photo récente montre les travaux de réfection de la chaussée pour élargir la route donnant accès à la rotonde et au bâtiment de marchandises. A l'origine, je me contentais de peindre la route en gris avec un brin de patine, et les résultats étaient médiocres. Cette route dessert à gauche un petit chemin qui contourne la rotonde et qui sera traité avec un revêtement différent. J'ai retracé/évoqué les bordures de trottoirs à l'aide d'un mini disque à tronconner sur flexible

undefined

Après avoir repeint la route en gris (une fois bien sèche) j'applique une couche de colle consistante (colle vinylique à bois diluée avec 1/3 environ d'eau) et je soupoudre le mélange focage gris/ciment en poudre sur toute la surface. 
NB: Lorsque la route n'est pas équipée de trottoirs (cas des routes de campagne ou de montagne) il convient de rajouter une touche de ciment sur les bordures, avec quelques touches d'herbages ou flocages terre, le tout devant être très progressif pour éviter des transitions marquantes avec le reste de la végétation.

undefined

Le résultat en cours de séchage est encore très grossier, mais le traitement qui va suivre améliore très sensiblement l'aspect, la couleur de la route est déjà plus réaliste si l'on compare avec celle peinte 

undefined 

Le rouleau compresseur va entrer en action !!!!!! travail à effectuer lorque le revêtement est déjà bien sec car sinon il risque d'être arraché.

undefined

La route prend forme. L'aspect est encore un peu granuleux, mais cela peut être intéressant pour évoquer des cailloux sur le bord de la route. En fonction du rendu souhaité, un poncage fin peut être réalisé avec la gomme abrasive Roco notamment sur la partie centrale de la route. 

undefined

Les raccords de la route avec les zones de végétation doivent se faire avec des dégradés. L'utilisation de la poudre de ciment même sur support complètement sec facilite cette opération. La terre à décor dans tous les coloris disponibles est aussi une bonne solution. 

undefined

Quelques touffes de végétation, un peu de cailloux pour représenter les chemins pierreux  améliorent l'aspect final. 
Bien entendu, il existe d'autres solutions pour réaliser un réseau routier réaliste, mais le processus mis en oeuvre passe souvent par des étapes similaires. Je pense que tout bricoleur soigneux est en mesure d'obtenir des résultats identiques sans "s'arracher les cheveux"  Alors bonne chance pour votre réseau !!!!!!

et si vous avez des suggestions à me proposer, je suis preneur...........   

 

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 12:44
DOSSIER N° 25

Vapeur 141P Jouef/Hornby tractant  la grue de Villeneuve, quitte le dépôt en direction du viaduc. Loco récemment digitalisée avec décodeur Lenz Gold, en attente d'un module sonore Esu. 

DOSSIER N° 26  

Rame de banlieue IDF Jouef constituée de 6 éléments quitte la gare terminus de Saint-Gilles en direction de la gare de passage de Clairville. La motorisation a été refaite à partir d'une transmission Roco (bogie moteur récupéré sur une épave et reconditionné avec moteur mabuchi) Toutes les caisses ont été équipées d'attelages à élongation variable de fabrication maison. 

accès aux vidéos via site de l'hébergeur suivant (regroupe toutes les vidéos déjà publiées)

www.wat.tv/piouls
Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 13:19
Dossier N° 23

CC 172049 Jouef/Hornby (en voyage) passe le PN de Clairville, traverse la gare et s'enfonce sous la montagne. A la sortie du tunnel, le convoi suit un long couloir en déblai et s'engage sur la biburcation pour se diriger vers la rampe hélicoîdale (sous la rotonde) qui débouche sur la gare souterraine.

Dossier N° 24   

2D2 Roco pantos levés en tête d'une rame CIWL s'engage sur le long couloir en déblai, puis s'enfonce sous le tunnel. La ligne aérienne de caténaires n'étant pas terminée, il n'est pas possible de faire des vidéos plus longues pantos relevés. Ceux équipant la 2D2 (superbe réalisation de la marque Epure!!!) sont très fragiles et ont nécessité un réajustage au niveau des ressorts pour réduire la pression sur la ligne aérienne. 

vidéos logées sur le site suivant:

www.wat.tv/piouls
     
Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 15:28

undefined
photo d'un chalet Kibri avec en fond de décor les alpages et les cimes enneigées peintes directement sur le mur. 

undefined

Le même châlet encadré de sapins

undefined

Nous sommes toujours au sommet de la montagne, derrière la vallée et les forêts de sapins suggérés avec quelques touches de gouaches. Au premier plan, une tour de guet de garde forestier.

undefined

Un peu plus bas une ferme Faller (la patine et végétation restent à faire) et le calvaire

undefined

Vue aérienne sur la route qui serpente dans la montagne et qui relie du pont routier la zone urbaine à la zone de châlets, fermes, chapelle. On voit bien sur cette photo la découpe de la trappe escamotable qui permet un accès aux travaux de maintenance du réseau.

undefined

Une vue d'un coin de décor champêtre avec le berger, son chien et son troupeau de moutons sur un sentier de la montagne. 

undefined

Vue partielle sur le viaduc et sur le flanc de montagne.  Sur les cimes enneigées, les nuages se déchirent.....

undefined

Une des sorties du tunnel sous la montagne dans une large courbe avec dévers. Au loin se profilent les premiers immeubles de la ville

undefined

Au pied du viaduc, un coin du lac avec sa mini plage où les baigneurs font bon ménage avec les pêcheurs.

Repost 0
Published by piouls - dans reportage photos
commenter cet article
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 09:12
Je rappelle à tous les visiteurs de ce site que vous pouvez me contacter en cliquant sur le lien qui se situe en bas de chaque page d'article et qui s'intitule:

                      ajouter un commentaire, recommander 

Bien entendu, je serais très heureux de connaître vos impressions, vos critiques, vos suggestions qui me permettront d'améliorer "Biscatrain" Si certains articles ont manqué de clarté ou si vous souhaitez que j'en développe d'autres,  n'hésitez pas à me le signaler. Je me ferai un plaisir d'y répondre.        
Repost 0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 08:28

Quelques photos retrouvées dans les archives.

undefined

vue aérienne du BV surplombant les quais

undefined

Une autre vue prise au télé objectif (les perspectives sont écrasées) . On voit bien les deux voies parrallèles en tranchée qui longent le grill de gare et se dirigent vers la zone de montagne. A droite, la voie unique venant également de la montagne en large courbe traverse le grill de gare de part en part sur une trajectoire bien droite pour rejoindre les voies principales. 

undefined

cette vue montre la disposition de la gare (modèle Kibri) dont la longueur (environ 1 mètre) couvre toutes les voies de départ et d'arrivée. Une partie des quais Faller a été réhaussée afin d'abriter les escaliers donnant accès à la plateforme supérieure de la gare. Les voies s'enfoncent sous la gare sur environ 50 cm, surface qui est récupérée pour l'implantation de la ville en fond de décor derrière la gare.
NB: cette zone plutôt sombre est propice aux toiles d'araignée ainsi qu'en témoigne la photo et un petit nettoyage est nécessaire périodiquement. La plateforme supportant la gare et les batiments de ville peut s'escamoter  complètement sur un angle de 90° grace à une charnière piano.

undefined 

une autre vue coté quais.

undefined

Vue aérienne de nuit

      

Repost 0
Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 08:03
undefined
La gare constitue généralement un des thèmes principaux du réseau. Lors de sa conception, nous avons le choix de reproduire une gare de passage ou une gare terminus. Chacune offre des perspectives d'exploitation intéressantes en fonction de leur importance. Leur implantation doit être planifiée en priorité afin de déterminer l'emprise qu'elle aura sur votre réseau. 

Sur mes deux derniers réseaux, et notamment sur Biscatrain, j'ai pris l'option de reproduire une grande gare terminus, ayant constaté que la surface qu'elle occupe est plus faible que celle d'une gare de passage de même importance. Cela tient au fait que le raccordement des voies de départ/arrivée constituant la gare terminus aux autres voies principales du réseau ne s'opère que d'un côté, les autres finissant sur un butoir.

Ce constat est d'autant plus sensible si vous utilisez des aiguillages de faible rayon. Le grill de gare terminus est sensiblement aussi long que celui des voies à quai. Pour une gare de passage qui nécessite deux grills (entrée/sortie) la surface à prévoir augmente d'un tiers environ.  

Un autre avantage qui milite en faveur de la gare terminus est le positionnement du bâtiment voyageur (BV) qui peut-être situé au dessus des voies en butoir avec un accès aux quais par escaliers, ce qui évite de rallonger encore  l'emprise des installations de gare, où de l'élargir lorsqu'on positionne la gare de passage latéralement aux voies. 

Enfin, les possibilités d'exploitation d'une gare terminus sont à mon avis plus intéressantes qu'une gare de passage du fait de la diversité des manoeuvres que l'on peut effectuer, sachant que toutes les voies (arrivée/départ) doivent pouvoir être accessibles à partir des voies principales/et/ou/des voies de dépôt.

undefined

Cette autre photo rapprochée d'une partie du grill de gare montre bien la surface qu'il faut réserver à ce type d'installation. L'utilisation de TJD (ici Roco Line) s'impose pour effectuer les jonctions dans tous les sens. Certains croisements ont des angles introuvables dans le commerce et il faut les fabriquer soi-même (voir l'article consacré à cette fabrication).

Une autre difficulté est le raccordement électrique de tous ces appareils, sachant que les pointes de coeur doivent être polarisées convenablement en fonction des itinéraires enclenchés. Mais le problème se pose de la même façon sur les grills entrée/sortie d'une grande gare de passage et je dirais même qu'il est multiplié par deux. 

Pour ce qui concerne Biscatrain, j'ai réservé quatre voies à quai (partie gauche de la photo) pour les voies d'arrivée, et quatre voies à quai + une voie messagerie (partie droite) pour les voies de départ, chacun des deux ensembles étant polarisés à l'inverse, ce qui permet de respecter le sens conventionnel de marche à gauche lorsque les trains s'engagent ou quittent la double voie principale. Un sectionnement sur deux rails est nécessaire à un point précis du grill de gare pour éviter les courts-circuits.

L'alimentation analogique (courant continu) ou digitale (courant alternatif) pose le même problème lors du franchissement de cette zone où les pôles s'inversent.  je l'ai résolu en créant une inversion automatique de la polarité d'une des deux zones de quatre voies décrite ci-dessus à l'aide d'un relais qui établit une polarité identique à toutes les voies de gare + grill suivant l'itinéraire enclenché.

126-2671_IMG-copie-2.JPG

Cette photo montre l'autre sortie du grill de gare côté dépôt/marchandises qui doit être accessible à partir de toutes les voies de la gare terminus, ce qui justifie la forte concentration des appareils de voie. L'alimentation électrique de toute cette zone est plus simple, avec une polarisation identique sur toutes les voies.

Afin de permettre toutes les manoeuvres possibles sans crainte de courts-circuits , j'ai prévu une alimentation classique ou digitale de toute les zones (gare/grill/dépôt/marchandises) avec une protection par carré rouge sur l'une des voies principales traversant le grill de part en part.

undefined         

Photo de nuit, une rame grand confort  vient de marquer l'arrêt sur une des quatre voies d'arrivée de la gare terminus. A sa droite, une autre rame de voitures CIWL va quitter l'une des voies de départ (grandes lignes) et s'élancer dans la nuit...... 
   
Repost 0
Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche