Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 18:45
394

394

Fleischmann a produit sous la réf 3124 C un pont tournant de 16 m destiné à équiper les dépôts vapeur de petite taille. Ses qualités mécaniques sont excellentes avec un système de blocage automatique devant chaque section s'ouvrant sur un angle de 15°, soit 24 voies de desserte possible. Son emprise sur un réseau est donc modeste, ce qui a motivé mon choix, d'autant que je ne prévois pas de rotonde peu réaliste avec un angle aussi important. La remise à locos vapeur sera donc une construction située en retrait du pont tournant, couvrant trois voies dont une traversant le bâtiment et deux autres servant de remise/atelier d'entretien (maquette Régions et Compagnie)

Mais revenons au pont tournant que j'ai souhaité franciser, afin d'obtenir un modèle plus proche de ce que l'on rencontrait sur de nombreux petits dépôts vapeur en France. Notamment, la cabine n'est pas appropriée et elle sera supprimée. Idem pour les rails au code 100 qui devront être remplacés par des profilés Peco au code 75 beaucoup plus fins, ainsi que les rambardes en plastique.

 

442

442

Le platelage central est escamotable. Il suffit d'ôter le clips sur l'axe de rotation du PT pour sortir ce dernier. 

395

395

L'équipement mécanique de ce pont est basé sur une molette crantée qui tourne sur une crémaillère située sous les 24 secteurs d'accès. Le blocage est précis et un levier latéral sous le pont permet de débrayer la rotation si nécessaire pour ajustement. Un commutateur livré avec le PT permet de le manoeuvrer manuellement à distance, voire de l'automatiser totalement. 

397

397

La plateforme supportant la cabine a été tronçonnée avec une mini lame de scie circulaire montée sur flexible Dremel

396

396

Préalablement, j'ai reperé la hauteur des 4 supports de roulettes qui devront être replacés sous le pont tournant, dans la mesure où les plateformes d'angle qui les supportaient seront découpées 

399

399

Pour obtenir une hauteur uniforme de chaque support (13,5 mm) je les ai usinés sur la fraiseuse Proxxon, après avoir ôté leur roulette.  

400

400

Elles seront ensuite recollées sur les quatre coins du PT en veillant à les positionner correctement pour que la roulette soit au contact du rail circulaire moulé sur la fosse. A ce stade, il convient de vérifier que chaque section de rail du PT soit bien à niveau par rapport aux voies d'accés. Cette disposition est plus conforme et correspond sensiblement à l'empreinte des roues porteuses (embossement visible sur les 4 coins du PT)

401

401

Là, cela se complique car des palpeurs sont soudés électriquement sur les extrémités du rail pour assurer le contact avec les voies d'accès extérieures. Idem pour les palpeurs en position centrale qui alimentent la voie du PT. Et comme je dois remplacer ces rails code 100 par du code 75, il faut veiller à ne rien casser durant cette intervention 

404

404

C'est parti, d'abord dégager le mécanisme qui est maintenu par des glissières et deux vis sur les palpeurs

406

406

Les palpeurs sont fixés sous la semelle des rails par deux points de soudure électrique. Avec une perceuse équipée d'un forêt de 1 mm, il suffit de percer légèrement l'empreinte des soudures pour dégager sans dégat les palpeurs. Idem pour les palpeurs d'extrémité. Après ces interventions, les deux rails peuvent être ôtés sans problème. 

403

403

Les rambardes en plastique, simplement emboîtées sur les rebords du PT, ont été retirées. Il convient de bien repérer le futur emplacement de celles qui seront fabriquées en laiton en percant avec un foret de 5 dixième à l'aplomb des cornières présentes sur les faces latérales. 

407

407

J'ai ensuite confectionné un gabarit avec une planchette de médium de 5 mm en reportant les points d'ancrage des supports de rambarde (rond de laiton de 5 dixième de mm emboité sur chaque trou percé dans le gabarit) Une première barre transversale (main courante) est soudée sur la surface de la planchette, puis une seconde après ajout d'une nouvelle épaisseur de planchette.

409

409

On obtient ainsi une rambarde dont les montants sont bien alignés. Il suffit ensuite de sectionner avec une pince coupante ce qui dépasse sur la main courante et éliminer si nécessaire avec une petite lime à section carrée les excédents de soudure. 

411

411

Sur cette photo, les rambardes sont posées provisoirement en attendant l'installation des nouveaux coupons de rail Peco au code 75

412

412

Je profite de leur dépose pour appliquer un premier voile de spray Tamiya gris clair après dégraissage à l'acétone

420

420

A l'instar des travaux d'amélioration d'un PT présenté dans un article RMF (N°598), j'ai confectionné un support de carré violet (panneau de signalisation pivotant que l'on trouvait de chaque côté du PT et qui autorisait/interdisait son franchissement). Ce signal était manoeuvré par un agent à l'aide d'un levier situé sur chaque côté du PT. J'ai essayé de reproduire ce type d'installation à l'aide de barrettes de laiton soudées sur un bâti triangulaire.

417

417

le mat du signal est confectionné dans un rond de laiton de 8 dixième et le panneau carré violet issu d'un kit MKD de signaux anciens

424

424

Le support est fixé par collage renforcé par deux tiges de laiton de 5 dixième qui s'enfichent dans la structure du PT. Le levier de manoeuvre assurant le pivotement (fictif) du signal à 90° a été installé côté intérieur du pont, dans la mesure où je n'ai pas conservé les platelages extrêmes, ce qui est une entorse à la réalité. Disons que les ateliers "biscatrain" ont fait une adaptation qui leur convenait! Notons que je n'ai pas prévu un fonctionnement automatique de la signalisation, ce qui aurait compliqué sérieusement sa mise en oeuvre!!

422

422

Sur l'un des côté du PT, j'ai réinstallé une plateforme afin de positionner un escalier d'accès à la fosse. Il a été confectionné à partir de marches d'accès aux cabines de locos (laiton photodécoupé) soudées sur un morceau d'échelle également en laiton. 

425

425

A l'opposé, j'ai conservé également le platelage supportant le système de rotation du pont, en modifiant la rambarde en conséquence. 

433

433

bon, maintenant, il faut réinstaller les rails au code 75, que je viens juste de recevoir. Sur cette photo, nous voyons que leur profil est nettement plus fin que celui d'origine (au centre) ce qui me conforte dans le choix de la voie qui sera installée sur le dépôt. 

434

434

En me repérant sur l'emplacement des palpeurs sur les rails d'origine Fleischmann, j'ai ressoudé ces derniers sur le talon des nouveaux coupons Peco. Cette opération doit être très précise pour maintenir une alimentation électrique du PT

436

436

C'est fait, les rails seront simplement recollés sur le talon avec UHU méga strong and safe, afin de laisser le temps de bien les repositionner. Je n'ai pas conservé les palpeurs extrêmes chargés de connecter le courant sur les voies d'accès, dans la mesure où j'alimenterai l'ensemble, pour une exploitation exclusive en mode digital. 

437

437

A ce stade d'avancement des travaux, je peux réinstaller le mécanisme et vérifier que tout fonctionne normalement.

445

445

Test de tournage d'une 232 Fleischmann, c'est OK

449

449

il reste à remplacer les rails sur les 10 secteurs d'accès livrés avec le PT, opération qui sera réalisée ultérieurement lors de l'implantation du pont sur le réseau

440

440

C'est fini pour le PT, il a été repeint à l'aide de peinture Humbrol (53 gris métallisé + qq touches de noir et rouille 113) le tout patiné, il restera à le souiller de tâches noirâtres lors de l'installation définitive.

En conclusion, un petit pont tournant de qualité qui a perdu son aspect jouet germanique (un peu trop clean) pour se rapprocher d'installations plus réalistes équipant de nombreux petits dépôts à l'époque glorieuse de la vapeur. Certes, il ne pourra pas accueillir de mountain, pas plus de pacific, mais comme j'ai fait le choix de loco vapeur tender plus anciennes, voire d'ancêtres d'autorails, il me parait approprié, du moins, c'est mon choix ou plutôt mes contraintes faute de place suffisante.

 

448

448

dernier test de franchissement du PT avec cette 130 Liliput digitalisée. Tout baigne!!! Je vais pouvoir attaquer la construction des autres équipements du dépôt, et dieu sait s'ils sont nombreux!!

A +

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 12:15
390

390

L'équipement de gare qu'il ne faut pas oublier, les WC, l'édifice incontournable des petites gares, que l'on rencontre encore un peu partout sur le réseau SNCF. J'ai retenu le modèle Artitec en résine, que l'on voit ici après peinture, éclairage intérieur et patine.

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 07:02
308

308

Avant de réaliser mon projet de construction d'un dépôt vapeur ancien, il importe de déterminer les différents équipements qui y seront installés. La surface dont je dispose étant réduite, je dois veiller à bien cerner leur emprise au sol, ainsi le choix du pont tournant s'est fait sur un modèle Fleischmann (réf 3124C ) motorisé de 16 m dont la longueur est suffisante pour tourner les locos vapeur tender qui constitueront l'essentiel du matériel de traction.

Sur cette photo, nous voyons le PT dans sa boîte avec à titre de test une automotrice Atlas qui est en limite de gabarit. Je n'ai pas prévu de rotonde qui prendrait trop de place, mais une remise à 3 voies de Régions et Compagnies qui sera adaptée au tracé du dépôt. 

Le pont tournant en question de style germanique sera francisé, pour se rapprocher des équipements de ce type ayant été installés sur de nombreux dépôts de petite taille. Cela fera l'objet d'un article spécifique.  

313

313

Le parc à charbon est issu d'une maquette Artitec en résine, dont j'ai apprécié la finesse de gravure. Là encore, j'ai choisi un modèle dont les dimensions sont les + faibles possibles.

316

316

Sa déco ne pose pas de problème, les travées constituées de traverses sont peintes en brun sur les deux faces.

317

317

Il est judicieux d'utiliser plusieurs nuances de brun, sachant que la finition sera faite avec des terres à décor.

321

321

Le parc sera ensuite chargé de véritable charbon concassé et collé. L'application de terres à décor permet d'atténuer la couleur brune des traverses et de noircir certaines zones souillées par le charbon. 

325

325

Pour les grues à eau, j'ai choisi des modèles PN Sud Modélisme. Leur reproduction est très fine, toutefois, rien n'est prévu pour permettre d'orienter les manches à eau par rapport au fût, ce qui m'a conduit à percer ces derniers avec un foret de 1 mm pour introduire un axe en laiton.

195

195

le set comprend deux types de manches à eau et des pièces en laiton photo découpées pour simuler le volant d'ouverture/fermeture du conduit d'eau, ainsi que la barre de manoeuvre pour la rotation de la manche à eau. 

331

331

Après assemblage, un premier voile de spray couleur ciment est appliqué sur l'ensemble

364

364

Les deux grues sont ensuite patinées soigneusement. Il reste à installer le bac de réception des eaux qui figure sur la photo de l'artisan, mais rien dans le set, je vais donc le fabriquer.

365

365

Dans un tube de polystyrène, j'ai tourné deux récipients en forme de tonneau que l'on voit sur un des modèles de grue.

366

366

Présents dans le set des flasques en laiton qui viennent ceinturer le tonneau, ils sont collés après mise en forme sur un foret de 7 mm.

369

369

Après mise en peinture et patine, ils seront collés à la verticale des orifices des manches à eau, je suppose que cette disposition évitait au personnel d'être éclaboussé en cas d'ouverture accidentelle de la vanne à eau?? 

370

370

terminé pour ces deux équipements indispensables sur un dépôt vapeur. Passons maintenant au château d'eau.

384

384

Là encore, j'ai choisi un modèle Artitec qui est représentatif des châteaux d'eau construits sur notre hexagone.

314

314

Sa construction ne pose pas de problème particulier, les deux éléments principaux, socle et cuve étant gravés très finement dans la masse. Les rambardes et échelles d'accès sont reproduites en laiton photogravé.

315

315

les petites corniches qui ceinturent le haut du mur se détachent aisément de la grappe et doivent être soigneusement ébarbées et poncées.

322

322

il ne reste plus qu'à les coller (cyanolit) dans leur logement respectif

332

332

Avant la pose définitive, j'ai peint la porte et la fenêtre en veillant à les ajuster dans leur bâti respectif, les orifices étant fictifs (non ouverts) je les ai peints en noir mat.

357

357

Sur cette photo, les travaux sont plus avancés, la cuve a été peinte avec un spray tamiya noir mat, les rambardes et échelles en gris moyen. Pour le mur, j'ai appliqué deux couches de peinture acrylique Tamiya N°20, et du blanc cassé sur les parements de pierre. La finition se fait avec des terres à décor, et qq pointes de rouille sur la cuve et les éléments métalliques.  

362

362

L'échelle d'accès sera posée lors de l'installation définitive sur le dépôt, ce qui nécessitera l'ajout de traces de mousse sur la base du château d'eau ainsi que des coulées de calcaire 

377

377

L'intérieur de la cuve a été peint en vert foncé, il faudra rajouter une couche de résine synthétique pour restituer un aspect brillant à l'eau.

Il reste encore de nombreux équipements à prévoir, leur construction fera l'objet de prochains articles. Quant au choix de la voie, j'ai opté pour du matériel Peco code 75 qui à mon avis est un bon compromis qualité de roulement/finesse de reproduction. 

A +  

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 17:20

vidéo 176

Je vous propose quelques séquences sonorisées de la CC 6500 Jouef Hornby améliorée en tête d'une rame inox.

Bon visionnage

 

A +

Repost 0
Published by piouls - dans reportage vidéo
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 18:44
349

349

Les travaux du jour portent sur l'installation d'une lanterne de fin de convoi sur un petit fourgon à bagages de marque Fleischmann. Sur cette photo, le wagon est déjà équipé. Compte tenu d'une prise de courant limité à deux roues, voyons comment obtenir un éclairage permanent et stable, qq soit les micro coupures classiques sur ce type de matériel

340

340

Le démontage du toit par déclipsage est aisé. La qualité de reproduction est au RV, avec une cloison intérieure et un chargement de caisses venues de moulage. Les essieux (roues à rayon) tournent sur des paliers métalliques, assurant un roulement excellent.

 

341

341

la caisse est maintenue au châssis par quatre petits clips sur lesquels elle s'emboîte. Sur cette photo, nous voyons les deux cavaliers métalliques qui servent de paliers aux essieux. Cette conception astucieuse va faciliter grandement la prise de courant sans ajout d'aucune lamelle de contact.

342

342

Les cavaliers sont simplement emboîtés sur le châssis, ils suffit donc de souder sur chacun d'eux un fil qui servira de conducteur pour la lanterne à installer. 

344

344

un point de soudure sur chaque cavalier

345

345

Il ne reste plus qu'à installer une led canon rouge sur laquelle j'ai collé une lanterne en laiton ancienne.  

346

346

Dans la guérite, j'ai installé un gros condensateur polarisé de 1500 nF relié à un pont redresseur, afin de maintenir une polarité constante quel que soit le sens de marche et le type d'alimentation utilisée (analogique ou digital) Une petite ouverture dans le plexiglas servant de vitrages est nécessaire. L'ensemble est invisible, même lorsque les portes du fourgon sont ouvertes

350

350

La tenue de l'éclairage est excellente, de l'ordre de 1 à 2 mn même sans alimentation, j'ai intercalé une résistance de 5 Kohms pour atténuer l'intensité de la led

352

352

Au total, un petit fourgon ancien marquage SNCF qui fera bon usage sur le futur dépôt vapeur. Son roulement est excellent, pas de lamelles pour le freiner, l'éclairage est garantit qq soit les mauvaises conditions de captation. Reste la patine à réaliser.

Je crois que j'apprécie de plus en plus la marque Fleischmann. Et vous??

A + 

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 15:35

Pas de train aujourd'hui

 

je vous propose quelques séquences d'orgue enregistrées par mon frère Jacques à Levens 06670. Lors de notre passage à l'église de Saint Antonin, son fils Franck nous a fait un petit concert perso sur l'orgue qui vient d'être réceptionné et encore en phase de tests.

j'ai eu le plaisir de jouer pour la première fois sur un véritable orgue d'église, c'est impressionnant, d'autant que je n'ai ni la pratique ni la formation de mon neveu qui est organiste à Monaco. Sorry, JS Bach, je n'aurai pas assez de ma fin de vie pour jouer correctement ton oeuvre magistrale!!

 

A +

Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 18:00
200

200

Les travaux du jour portent sur un modèle d'autorail numéroté ZZ-23 lors de sa réception en 1935 par le réseau du Nord. Sa reproduction par Atlas nous offre la possibilité de faire rouler sur nos réseaux un modèle original dont la motorisation reste à la portée de nombreux bricoleurs.

209

209

Le démontage des principaux éléments (caisse, châssis, bogies) se fait par dévissage. Il faut ensuite décoller délicatement les flancs de bogie de leur support en veillant à ne pas casser leurs points d'attache 

Un rapide coup d'oeil permet d'envisager une motorisation à partir du bogie existant, lequel doit faire l'objet d'une adaptation comme suit:

Le bâti du bogie comporte deux pièces qui ont été découpées à la mini scie circulaire montée sur flexible Dremel afin d'obtenir une ouverture correspondant à l'épaisseur du moteur, (11 mm, un modèle 12 V que j'ai trouvé un jour sur Ebay UK). Cette fois-ci, je n'ai pas pu utiliser le micro moteur Mitsumi qui lui à une cote plus large 12 mm. 

Il faut ensuite confectionner quatre paliers en laiton (profilé en U plat 3x1 mm percés au diamètre de 2,1 mm) qui seront collés sur les extrémités du bâti du bogie Atlas. Les deux éléments ont été ensuite collés ainsi que le montre la photo ci-dessus. 

Le moteur à double sortie d'arbre sera équipé de deux vis sans fin (module 0,4) qui correspondent à celles démontées sur les moteurs Mitsumi. Les pignons d'attaque sont des Roco (récup) et les essieux avec roues de 9 mm aux normes fines RP25 (fournitures Limousin modélisme train) 

210

210

Vue de dessous, un carter découpé dans une plaque de polystyrène consolide le bogie et la fixation du moteur par collage.

211

211

Une petite plaque de circuit imprimé est collée de chaque côté du moteur, elle servira de fixation des lamelles de contact et de support pour la rotation du bogie. 

212

212

Les lamelles sont découpées dans une plaque de chrysocal de 3 dixième , puis soudées dans l'alignement des têtons de fixation des flancs de bogie.

213

213

le châssis a été découpé à la scie à chantourner Dremel après un tracé basé sur un cercle de 24 mm de diamètre, une rondelle de polystyrène de même diamètre (épaisseur 2 mm) est collée ensuite sur les deux plots de circuit imprimé, après découpe au gabarit du moteur. Veiller à ce qu'elle tourne librement dans l'orifice du châssis. 

215

215

Le compartiment voyageur a été découpé en deux sections. L'une d'elle servira d'appui à l'élément moteur après découpe du plancher. Elle est fixée par quatre vis de 2 mm après taraudage des quatre trous existants sur le châssis Atlas

216

216

Le maintien du bogie est assuré par deux plats de laiton fixés par vissage. L'épaisseur du châssis étant légèrement supérieur à celle de la rondelle, il reste suffisamment de jeu pour le débattement du bogie sur les rails.  

261

261

Un rapide coup d'oeil confirme que les flancs de bogie butent sur le bas de caisse de l'autorail dans les courbes, il faut donc les découper à la mini scie circulaire en épousant le profil des extrémité de la caisse. Sur cette photo, nous voyons le bogie moteur usiné et le porteur d'origine. 

262

262

Le châssis a été repeint avec un spray Tamiya. La repose de la caisse sur le châssis permet de vérifier que la rotation du bogie moteur ne bloque pas dans les courbes, cette opération doit être précise pour limiter au maximum la réhausse de l'autorail sur les rails par rapport au modèle statique Atlas, de l'ordre de 1 mm.

263

263

la pose de lamelles de contact sur le bogie porteur est basée sur le même processus. Il faut également agrandir les trous (2,1 mm) pour le passage des essieux sans résistance. La captation du courant se fera sur les 8 roues.

265

265

l'utilisation de rubans de cuivre adhésifs pour le cheminement du courant est très pratique. Sur cette photo, nous voyons que les deux bogies sont raccordés par 4 points de soudure. Il importe de vérifier que chaque file de roue soit bien isolée électriquement, ce qui justifie le voile de peinture ajouté sur le châssis métallique.  

266

266

A ce stade, le compartiment voyageur peut être fixé sur le châssis par collage. Il faut vérifier la bonne assise de l'autorail sur les rails (position horizontale), ce qui nécessite l'ajout d'une rondelle de 1 mm environ sous l'axe de rotation du bogie porteur

269

269

La repose provisoire de la caisse permet de vérifier que les bogies n'accrochent pas dans les courbes

271

271

zoom sur le positionnement du bogie en courbe serrée. 

275

275

Le compartiment voyageurs a été équipé de personnages assis. Les extrémités ont reçu un lestage pour une meilleure assise sur les rails. Le décodeur (SAI) est installé sur une cloison derrière le moteur où il sera quasiment invisible. 

276

276

Zoom sur le décodeur fixé avec un adhésif double face.

278

278

Deux leds canon bicolores (BTC/rouges) équiperont chaque feu de l'autorail. Leur corps a été peint en noir mat pour éviter une dispersion d'éclairage à l'intérieur des cabines. 

279

279

Les pattes sont recourbées comme le montre la photo, l'anode est reliée au + de la rampe d'éclairage, et les cathodes + résistance 4 Kohms à chaque piste cuivrée adhésive. 

284

284

Un seul feu sera fonctionnel à chaque extrémité de l'autorail, un enjoliveur de phare métallique a été rajouté, celui d'origine ayant été détruit lors du perçage de la caisse. 

286

286

La patine a été réalisée après dépose des vitrages. Pour la fixer définitivement, un voile de spray mat tamiya. 

295

295

Il ne reste plus qu'à raccorder les trois fils du décodeur assurant l'éclairage réversible des feux AV et AR. Celui-ci n'ayant pas de fonction auxiliaire, l'éclairage intérieur fonctionne qq soit le sens de marche en intercalant une diode soudée sur le négatif de la rampe et le ruban cuivré, idem à l'opposé (attention de bien respecter le sens d'implantation de la diode) 

 

298

298

Petit test d'éclairage, tout fonctionne avec la touche F0 de la centrale, ici en marche AR

299

299

idem en marche AV

303

303

Petit galop d'essai sur le circuit de test, tout est OK, bon pour le service

307

307

peut rejoindre la vitrine où stationnent ses congénères en attendant des jours meilleurs où ces engins pourront à nouveau évoluer sur un réseau??

A +

 

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 16:40
121

121

Etonnant, cet autorail conçu en 1933 à traction vapeur et exploité par la Compagnie du Nord !! Sa reproduction par Atlas est assez soignée, avec un espace important au niveau des baies occultées qui devraient faciliter l'installation d'un bogie moteur.

122

122

Le démontage caisse/châssis est classique, les éléments étant maintenus par 3 vis. Le dessous du châssis a été reproduit sommairement, ce qui est une nouveauté chez Atlas, mais avec hélas des flancs de bogie solidaires qui limitent leur rotation. Maintenus par deux petits têtons, ils devront être décollés soigneusement, en vue de les réinstaller sur les supports d'essieux.

 

123

123

le bogie moteur Atlas en l'état ne peut être réutilisé, j'ai pris l'option de fabriquer un nouveau bâti à base de profilés laiton en U plat de 3x1 mm (fourniture l'Octant). Après avoir repéré l'entraxe des essieux 2,9 mm), il faut percer avec un foret de 2,1 mm deux longerons (41,5 mm de longueur) en les collant provisoirement dos à dos, afin que les paliers soient parfaitement face à face lors du montage. Un petit gabarit dessiné aux cotes correspondantes permet de bien cadrer les profilés qui seront collés provisoirement sur une plaque de médium avant de les souder. Les deux profilés transversaux (21 mm) sont légèrement plus longs que l'empattement des essieux moteur, car ils serviront de support aux flancs de bogie.

125

125

Ce bâti servira de berceau pour le micro moteur mitsumi équipé de deux vis sans fin (module 0,4) repositionnées sur leur arbre respectif. La partie supérieure des longerons doit être limée pour accueillir le moteur au bon niveau. 

126

126

cette opération doit être précise pour que la transmission ne bloque pas au contact des pignons installés sur les essieux (modèles Roco récup sur BB nez cassés) les essieux sont des modèles LMT (Limousin Modélisme Trains) aux normes fines RP25 diamètre 9 mm 

127

127

Les lamelles de contact découpées dans une plaque de chrysocal de 3/10ème sont soudées sur une plaque de circuit imprimé collée de part et d'autre du moteur. Toutes les roues capteront le courant. 

 

128

128

les flancs de bogies sont maintenus par deux fils de laiton de 8 dixième qui les traverse aux extrémités et qui prennent appui sur le profilé de laiton en U. Le dessous du châssis moteur a été habillé avec deux plaques de polystyrène formant un carter de protection.  

132

132

Pour le bogie porteur, j'ai conservé le support d'origine Atlas en ajoutant une cale de chaque côté qui sert à maintenir les flancs de bogie. Il importe de positionner les essieux avant de coller les deux éléments ci-dessus. Les paliers ont été agrandis avec un foret de 2,1 mm de diamètre. Veiller à bien centrer les boites de roulement par rapport aux roues.

133

133

le bogie porteur est testé, son roulement doit s'effectuer sans résistance, il sera équipé de deux fils de maillechort de 3 dixième pour la prise de courant sur les quatre roues. 

134

134

L'axe de rotation du bogie moteur est réalisé avec une vis à large tête plate collée sur le corps central du moteur.

135

135

le châssis doit être découpé pour accueillir le bogie moteur qui sera maintenu par un collier réalisé dans un plat de laiton de 5 dixième mis au gabarit. S'assurer que la découpe est suffisamment dimensionnée pour permettre une rotation correcte du bogie moteur

136

136

Sur cette photo, nous voyons que l'emprise du moteur sur le compartiment machine est modeste et sera totalement occulté à l'arrière de l'autorail. 

140

140

Le bogie porteur a été équipé de fils de contact en maillechort dont la pression doit être légère pour ne pas freiner la rotation des roues, constat d'autant plus fréquent lorsque le diamètre des roues est faible.

139

139

lorsque le bogie porteur est en place, il faut vérifier le bon positionnement du bogie moteur sur le châssis, ce qui nécessite l'ajout de quelques rondelles qui seront collées sur le moteur, consolidant la fixation de la vis. 

142

142

Le compartiment voyageurs/machine doit être tronçonné. Préalablement il a été repeint avec un spray couleur gris/vert.

157

157

Sur ce type de modèle, il n'est pas indispensable de repeindre l'intérieur, le plastique couleur vert wagon ne laissant pas filtrer la lumière par transparence. Toutefois, pour faciliter l'installation de l'éclairage intérieur et des feux, j'ai installé la rampe de leds CMS et les deux pistes cuivrées adhésives sur une bande de polystyrène de 5 dixième qui sera collée au plafond

158

158

les feux AV et AR ont été équipés de leds canon bicolores BTC/rouge avec ajout d'une résistance de 3,3 Kohms sur chaque cathode. L'anode commune est raccordée au + de la rampe d'éclairage et chaque cathode aux pistes cuivrées. Attention, le percage des feux a tendance à décoller les enjoliveurs de phares qu'il conviendra ensuite de recoller.

160

160

les cabines de conduite doivent être usinées pour laisser la place aux corps de leds canon, elles seront ensuite collées sur la caisse une fois le raccordement électrique réalisé avec les feux. Ne pas oublier d'installer un conducteur sur l'une des cabines de l'autorail. 

161

161

Pour parfaire la traction, j'ai ajouté un lest de 60 g (plomb de pêcheur) que j'ai redécoupé à la scie à métaux. Le décodeur, un ESU Lok pilot a été installé sur cette plateforme. La totalité des fils seront masqués par les fenêtres opaques situées à l'arrière de l'autorail.

Reprogrammation des CV pour une marche réaliste:

CV 3 inertie accélération valeur 30

CV 4 inertie décélération/Arrêt 30

CV 5 vitesse maximum réduite valeur 15

CV 54 adaptation inertie au moteur Mitsumi valeur 1 (la valeur d'usine sur ce décodeur provoquant des soubresauts au démarrage et à l'arrêt qu'il convient de neutraliser)

165

165

Une petite barrette de CI servira de bornier pour le raccordement électrique du décodeur.

163

163

les sièges ont été peints en brun, avec ajout de voyageurs. Il ne reste plus qu'à fixer la caisse sur le châssis par collage et utilisation de serre joints. A noter que cette solution est efficace (la caisse est parfaitement jointive avec le châssis) et n'est pas irréversible, si nécessaire, un décollage est aisé en glissant une lame de cutter sur tout le pourtour du bas de caisse. 

173

173

Les enjoliveurs de phare ont été recollés avec ajout d'un cerclage SMD

170

170

test d'éclairage, j'ai intercalé une résistance de 1 Kohms sur la rampe du plafonnier pour atténuer la luminosité.

174

174

avant de réaliser la patine, j'ai occulté les fenêtres avec du ruban adhésif Tamiya découpé avec la pointe effilée d'un cutter. Une autre solution consiste à utiliser du Maskol ou encore démonter les vitrages, j'ai oublié de le faire!!! tant pis pour moi, c'est beaucoup plus long

175

175

La patine est réalisée avec un jus sale de peinture brun/boue dilué dans du white spirit. Quelques touches de brun/noir sur les trappes de la toiture, attelages, bas de caisse, puis tamponnement avec de la terre à décor couleur poussière/rouille/beige. 

181

181

Lorsque le résultat est jugé correct, un voile de spray vernis mat tamiya permet de fixer la patine.

184

184

S'agissant d'un autorail équipé d'un moteur mû par la vapeur, une partie de la toiture située à l'arrière a été copieusement salie (échappement) 

188

188

La patine du bas de caisse et des bogies se fait par tamponnement avec de la terre à décor couleur brun/poussière.

192

192

sans oublier le dessous du châssis qui a également été traité.

190

190

terminé, l'autorail fait ses premiers tours de circuit en mode digital. Le fonctionnement est parfait, ce qui me conforte dans la solution désormais adoptée avec la plupart des modèles Atlas, un bon moteur (en l'occurrence le micro moteur Mitsumi japonais) une transmission par vis sans fin en prise directe avec les essieux moteurs, la confection de paliers en laiton, et une reprogrammation des décodeurs utilisés.

En conclusion, un modèle original qui a sa place sur tous les réseaux époque III

A + 

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 17:49
photo du jour

Ma dernière acquisition destinée à animer le futur dépôt vapeur, une 040D323 Fleischmann affectée au dépôt de Longueau, modèle digitalisé et sonorisé d'origine (17 fonctions), une belle mécanique au fonctionnement irréprochable.

Repost 0
Published by piouls - dans image du jour
commenter cet article
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 06:10
072

072

La digitalisation de cette petite loco vapeur tender produite par la firme Liliput est une opération délicate, car sa fabrication déjà ancienne laisse très peu de place pour loger un décodeur, de plus, la motorisation basée sur un micro moteur 3 pôles est dépassée, l'objectif sera donc de le remplacer par un micro moteur mitsumi plus performant, de même que le système d'éclairage des feux AV et AR fonctionnant avec des ampoules de type grain de blé. 

057

057

Le démontage caisse/châssis ne pose pas de problème, une seule vis qui maintient également le bissel permet de désolidariser les deux ensembles métalliques très compacts. Une deuxième vis libère la platine supportant le moteur et l'ampoule assurant l'éclairage des feux AR 

058

058

Le moteur d'origine est un 3 pôles basique sur lequel j'ai extrait la vis sans fin avec un Puller. Elle sera réinstallée sur un micro moteur Mitsumi dont l'axe est au même diamètre 1,5 mm. 

056

056

Une chance, la longueur du moteur est identique et peut se loger entre les deux montants métalliques moulés avec le châssis. Toutefois, il faut tronçonner l'autre arbre moteur à ras du palier et une partie des montants pour le passage des plots de contact du moteur 

057

057

C'est fait, le moteur peut être posé à plat sur le châssis sans aucune autre intervention. Le positionnement de la vis sans fin sur le pignon est au bon niveau. Un petit test confirme que l'entraînement des essieux moteur est parfait.

059

059

le décodeur, un SAI est positionné sur le moteur avec un adhésif double face. C'est le seul endroit disponible, il se situe au même niveau que le bas des vitrages en cabine, et restera peu visible, une fois masqué par le mécanicien.

060

060

Là cela se complique pour l'installation d'un éclairage par led. L'ampoule d'origine a été supprimée. J'ai collé une led CMS bicolore BTC/rouge câblée sur le conduit lumineux chargé de réfléchir la lumière sur les deux fanaux AV de la loco, et fait circuler les 3 fils émaillés tout au long du châssis, à l'extérieur, car le bloc métallique de la chaudière posé sur le châssis ne laisse aucune place pour des fils classiques, même de très faible section.   

062

062

Une fois peints en noir mat, ces fils qui cheminent le long du châssis ne seront plus visibles, ils seront raccordés au décodeur via une mini platine équipée de résistances.

063

063

Sur une petite barrette de CI, j'ai soudé deux résistances de 2,2 Kohms pour le raccordement des feux AV. le fil blanc et jaune du décodeur donnera l'éclairage BTC ou rouge selon le sens de marche. 

065

065

Pour les feux AR, le conduit lumineux est solidaire de la cabine mécanicien, j'ai donc choisi un éclairage à base de led canon bicolore soudée sur une barrette de CI qui sera collée derrière le bâti moteur. Attention, la led ne doit pas dépasser 10 mm de hauteur par rapport au plancher de la cabine pour permettre de reposer la caisse de la loco sur le châssis. 

066

066

Une autre barrette de CI avec résistances de 2,2 Kohms est installée de l'autre côté. L'ensemble moteur, décodeur, led, résistances doit être très compact si l'on veut reposer la caisse correctement, néanmoins, il est nécessaire de fraiser légèrement l'intérieur de la cabine pour tout loger!!

067

067

Reste le problème de captation de courant via le bissel avant et les essieux moteur, sur cette loco, la file de gauche fait masse avec tout le bâti métallique, il faut donc revoir le câblage pour alimenter le décodeur, et refaire un jeu de lamelles de contact sur le bissel.

068

068

Ouf, la caisse a pu être reposée, les feux fonctionnent, et j'obtiens un ralenti excellent avec le nouveau moteur Mitsumi. J'ai supprimé l'attelage rigide à l'avant de la loco et installé un attelage à choquelles. 

084

084

un petit problème de contact avec la leds CMS à l'avant m'a conduit à la remplacer par une led canon bicolore plus résistante. Les 3 pattes ont été sectionnées à 1 mm du corps et soudées sur les 3 fils émaillés. J'ai dû fraiser légèrement le conduit lumineux pour loger la led dont le têton a été réduit par tronçonnage. 

085

085

nouveau test d'éclairage satisfaisant en marche AV

086

086

idem en marche AR

088

088

la loco a été copieusement salie avec un lavis dilué couleur brun boue, puis ajout de touches de noir, rouille, et blanc. Les bandes de roulement doivent être soigneusement nettoyées après cette opération de patine, ainsi que les lamelles de contact, par tamponnement avec un coton tige imbibé de diluant, finition avec la gomme abrasive roco 

089

089

La hotte a reçu du véritable charbon déposé sur un lit de colle vinylique.

090

090

Quelques coulées de tartre sur les orifices de boîtes à eau, sifflet, robinets, cylindres, et finition avec un voile de vernis mat en spray tamiya. 

091

091

La loco a changé d'allure!! Sa digitalisation associée à la nouvelle motorisation a permis de réduire la vitesse maximale d'origine et confère des ralentis excellents et très réalistes, ce qui la destine essentiellement aux opérations de manoeuvre dans le futur dépôt vapeur. 

 

A +

Repost 0
Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche