trucs et astuces

Mardi 29 juillet 2014 2 29 /07 /Juil /2014 19:30

P1290690

Les travaux se poursuivent sur l'autorail Atlas, sur cette photo, l'engin est quasiment terminé et prêt à faire ses premiers tours de roues.

P1290652

Mais petit retour en arrière, il faut installer le décodeur sonore (ESU loksound) un modèle qui avait été reprogrammé sur la banque de sons du fabricant (X2800) Un premier étage découpé dans une plaque de polystyrène servira de support à la capsule abritant le HP, lequel sera situé au dessus du moteur L/Halling. Un premier test permet de vérifier que la restitution du son est bonne. Attention de ne pas faire déborder la colle sur la membrane du HP

P1290654.JPG

Le HP est positionné et collé, il reste encore la place pour le décodeur qui sera fixé sur la capsule

P1290656.JPG

Un deuxième support permet d'accueillir le décodeur. A noter que tous les fils (captation du courant des deux bogies, alimentation du moteur, éclairage intérieur et feux de l'autorail sont concentrés derrière le moteur), à cet endroit, ils ne seront pas visibles car les vitrages sont occultés dans le compartiment moteurs

P1290658.JPG

Un ruban de leds CMS adhésif assurera l'éclairage intérieur, les leds canon bicolores sont soudées à un micro câble limande qui passe entre les deux vitres AV de l'autorail. 

P1290659.JPG

La encore, le produit Soliq se révèle très pratique pour fixer instantanément les câbles (voir article précédent)

P1290666

le sol et les banquettes ont été peints, aucune garantie sur les couleurs!!!!!

P1290684.JPG

l'intérieur de la caisse a été également peint avant repose des vitrages pour éviter la dispersion de l'éclairage par transparence du plastique. Ainsi, le ruban de leds CMS a également été traité. Sur cette photo, les voyageurs ont déjà pris place!!!

P1290686.JPG

J'ai ajouté deux petites platines pour supporter les résistances de 4,7 Kohms qui alimentent les feux bicolores réversibles. Ils seront commandés par la touche F0 de la centrale. Pour l'éclairage intérieur, il est relié directement aux roues via une résistance de 2,2 Kohms. Pas de condensateur, la prise de courant sur les 8 roues étant excellente.

P1290661.JPG

Des cerclages de phare ont été collés avec Micro Kristal clear

P1290662.JPG

test d'éclairage des feux AV

P1290664.JPG

même chose pour les feux AR

P1290667.JPG

A ce stade, je peux entamer les travaux de patine, mais avant, il convient de protéger les vitrages AV et AR de l'autorail que je n'ai pas réussi à décoller. (opération réalisée avec le produit Maskol)

P1290669.JPG

Sur cette photo, nous voyons que le produit Maskol, une fois bien sec, se pêle sans faire de dégâts.

P1290670.JPG

La patine a été réalisée avec un lavis de peinture Humbrol très dilué dans du white spirit (brun boue/crasse/noir/rouille) appliqué avec une brosse très douce, en insistant sur les grilles d'aération et de ventilation. Avant séchage complet, je passe un chiffon doux pour uniformiser les traces de salissure. A noter que ces opérations sont faites vitrages déposés

P1290688.JPG

Les bogies ont été également repeints ainsi que les flancs de roues. Ils recevront ensuite de la terre à décor couleur ocre et poussière.

P1290672.JPG

La caisse a été reposée, La hauteur sur rail est conforme, les traverses de tamponnement des deux autorails étant identiques

P1290674.JPG

Belle silhouette aérodynamique de cet autorail pour une réalisation datant de 1939!!!

P1290675.JPG

Sur cette photo, essais avec panto fonctionnel, l'engin ayant circulé sous caténaire 1500 V sur l'ex ligne PO en traction électrique, avec deux moteurs montés en série sur l'un des bogies.

P1290676.JPG 

zoom sur l'aménagement intérieur

P1290679.JPG

A noter que le panto installé de type G n'est pas totalement conforme à celui qui équipait ces autorails, mais plus esthétique que le modèle conçu par Atlas. J'ai souhaité maintenir cet équipement d'origine, bien qu'il ait été déposé ultérieurement dans les années 52

P1290680.JPG

Une dernière photo sur le viaduc, après plusieurs tours de circuit qui confirment le bon fonctionnement de cet autorail. En mode diesel, le son restitué est très correct, l'intallation d'un décodeur sonore était une occasion inespérée sur ce modèle qui offrait la place nécessaire. Quelques séquences vidéos déjà faites sont concluantes, mais je n'ai plus de logiciel de montage, mon PC ayant rendu l'âme a dû être reconfiguré, avec tous les désagréments qui vont avec!!!!! Heureusement, tous les fichiers sont stockés dans des disques durs externes. Il faudra attendre......

A + 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 26 juillet 2014 6 26 /07 /Juil /2014 20:00

P1290619.JPG

La collection Atlas se poursuit avec cet autorail Als-Thom-Soulé dit "amphibie" Construit en 1939 en deux exemplaires, il était bimode et bicourant, ce qui explique la présence d'un pantographe. Dans la mesure où il pouvait également fonctionner en mode diesel, j'ai prévu de l'équiper d'un décodeur sonore qui sera logé dans le compartiment moteur, ce dernier étant largement dimensionné. Ce sera une première !!! 

P1290621.JPG

les différents éléments assemblés par vissage sont aisément démontables. Sur cette photo nous voyons que le compartiment moteur laisse beaucoup de place, c'est donc sur cet emplacement que seront installés le moteur et le HP du décodeur sonore.

P1290622.JPG

J'ai souhaité remplacer l'affreux pantographe en plastique dont il était doté, ce qui nécessite de reboucher les fixations d'origine avec des petits bouts de rond de polystyrène de 1 mm de diamètre. Ils seront peints ultérieurement. 

P1290623.JPG

Il restait dans mes tiroirs un superbe modèle de panto 1500V de la marque Epure (aujourd'hui disparue je crois) Bien qu'il ne soit pas de type PO, il fera l'affaire, ce qui nécessite de repercer les supports d'isolateurs sur la toiture.

P1290627.JPG

Les quatre isolateurs sont enfichés et collés sur la toiture

P1290624.JPG

Bon, c'est quand même mieux!!!

P1290628.JPG

Pour le motoriser, j'ai prévu d'utiliser un bogie (Léopold Halling) dont l'entraxe des essieux 30,5 mm est approchant de celui de l'autorail Atlas (32 mm) Une fois les flancs de bogies réinstallés, l'écart est très peu visible. La conception de ce bogie moteur assez plat permettra de loger au dessus le décodeur et son HP. Il convient d'ouvrir le châssis métallique en repérant la dimension du moteur dans sa diagonale, ce qui donne le diamètre du cercle tracé avec la pointe sèche d'un compas. 

P1290630.JPG

Une ouverture supplémentaire doit être réalisée de part et d'autre du cercle pour le débattement des volants d'inertie. 

P1290631.JPG

Les roues à l'échelle HO ont un diamètre de 9 mm, légèrement inférieures à celles qui équipaient ces autorails (10 mm en HO) Le kit L/H est monté sur un arbre pivotant en son centre qui permet de le fixer sur chaque côté du châssis

P1290633.JPG

Malgré sa longueur importante, l'inscription en courbe est suffisante, d'autant que la caisse de cet autorail présente des jupes ouvertes permettant un débattement maxi des bogies. 

P1290634.JPG

Les flancs de bogies sont aisément détachables de leur ancien support (tenus par deux points de colle), il faudra  les repositionner sur le bogie moteur L/H

P1290642.JPG

Mais avant, il convient de créer des points de fixation du bogie moteur, par ajout de petites pièces de CI mises en forme, percées et taraudées pour recevoir deux vis de 1,4 mm. En fait, on peut éviter cette opération lors de l'opération de découpage du châssis en adoptant le profil apparaissant sur cette photo.    

P1290637.JPG

C'est fait, le bogie est en place et son positionnement est correct . Une fois posé sur les rails, Il faut vérifier que la traverse de tamponnement de l'autorail se situe à la bonne hauteur comparée à d'autres modèles d'autorail (Picasso Mistral par exemple)

P1290638.JPG

Pour la fixation des flancs de bogie, j'ai percé les extrémités du bloc moteur avec un foret de 8 dixième pour loger deux barres de laiton qui le traverseront de part en part (fixation par colle)

P1290650.JPG

Les flancs de bogies sont percés sur leurs extrémités, et l'ensemble est collé avec le produit ci-dessous

P1290641.JPG

Pour nos travaux de modélisme (fixation, réparation, modelage) il existe un kit présenté ici sur cette photo qui permet de réaliser solidement ces opérations sur tout type de matériaux. J'ai trouvé ce produit chez Carrefour et je dois dire qu'il est génial. Le principe est d'injecter avec une seringue de la matière adhésive (Soliq) sur les pièces à traiter (à droite sur la photo) et d'appliquer un rayon ultra violet durant 3 à 4 secondes (petit boitier équipé d'une lampe led UV au centre) lequel durcit instantanément la colle. 

P1290640.JPG 

opération de consolidation pour positionner deux écrous sur le châssis et reboucher la surface fragilisée à et endroit.

P1290643.JPG

Pour l'autre bogie, j'ai conservé le support d'origine en ouvrant une gorge un peu plus profonde à l'emplacement des essieux, foret de 2,1 mm pour permettre aux roues de tourner librement. Les essieux 9 mm sont des fournitures Limousin Modélisme Trains normes fines boudins RP 25. dont les pointes ont été tronçonnées. Pour positionner des lamelles de contact, j'ai réalisé deux petites pistes de CI  sur lesquelles seront soudées des lamelles de chrysocal

P1290645.JPG 

Le support du bogie capteur doit être réhausé par deux rondelles collées sous le châssis. Leur épaisseur doit être calculée en fonction de la garde au sol (ou plutôt au rail) du bogie moteur. 

P1290646.JPG

Les lamelles de contact sont traversées par une tige de laiton de 8 dixième qui sera soudée aux deux fils conducteurs situés sur le bogie, le tout étant soudé sur le CI. Au total, la captation de courant se fera sur les 8 roues de l'autorail, le bogie moteur L/Halling étant déjà prééquipé. 

P1290647-copie-1.JPG

Les feux AV et AR seront réalisés avec des leds canon bicolores BTC/rouge, dont le corps a été peint en noir mat pour éviter une diffusion parasite, idem pour l'intérieur de la caisse.

P1290649.JPG

Bien que peu visibles, les supports de fixation ont été arasés sous la toiture, ce qui permettra de loger un ruban adhésif de leds CMS pour l'éclairage de tout l'autorail. L'intérieur de la caisse doit également être repeint pour ne pas filtrer la lumière par transparence du plastique. Cette opération sera réalisée après démontage des vitrages.

P1290665.JPG 

Sur cette photo, les travaux sont bien avancés, j'en décrirai les étapes lors d'un prochain article. Le décodeur et le HP sont en place sur deux étages différents, au dessus du moteur, ce qui permet de faire les premiers tests de circulation sonore avant finition. C'est OK

A bientôt 

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 19 juillet 2014 6 19 /07 /Juil /2014 21:00

020

Il s'agit de la version améliorée de la 141 P produite par Rivarrossi avant la reprise par le groupe Hornby. De nombreuses pièces de superdétaillage sont jointes au coffret, toutes ne concernent pas cette machine, et leur pose s'est avérée délicate, les points d'ancrage étant très approximatifs. Au passage en atelier, je l'ai équipée d'un décodeur et de feux fonctionnels qui ne sont pas prévus d'origine.

003.JPG

La motorisation est excellente avec transmission sur trois des quatre essieux du tender, un lest généreux recouvrant la quasi totalité du châssis, hormis la hotte, ce qui permet d'envisager la pose d'un décodeur sous celle-ci

005

Un tampon d'origine était cassé, j'ai donc supprimé les boisseaux existants en les remplaçant par des modèles métalliques (mécanic train) qui sont d'excellente facture.

006.JPG

Les lanternes AR du tender sont perçées bien au centre avec un foret de 5 dixième

007

il faut ensuite creuser avec une fraise sphérique dremel de petit diamètre, attention, ces deux opérations sont réalisées avec une mini perceuse/visseuse équipée d'un mandrin tournant à faible vitesse.

il est ensuite aisé de loger deux micro leds CMS rouges pré câblées qui seront collées (colle UHU méga strong and safe)

008.JPG 

Les boîtes à roulement d'essieux du tender sont à rajouter, elles ne rentrent pas dans les trous venus de moulage, il faut légèrement les agrandir, et coller le tout

009.JPG

la hotte à charbon se déclipse facilement, il est donc aisé de loger un décodeur (Lenz standard +) collé sur l'adhésif double face bien à plat sur le moteur. le câblage est classique:

ROUGE file de droite des roues du tender et de la loco dans le sens de la marche AV

NOIR         file de gauche     "                 "                   "                 "               "

ORANGE moteur

GRIS moteur (attention au sens de marche) sinon inverser les fils 

BLEU commun positif à l'éclairage

BLANC inutilisé (les feux AV de la loco sont connectés directement aux rails)

JAUNE inutilisé 

VERT éclairage des feux AR du tender avec la touche F1 ce qui permet de les éteindre lorque la loco est attelée à un convoi

les feux AV et AR sont réalisés avec des micro leds CMS câblées, ce qui permet de faire circuler les micro fils sans charcutage important du lest, notamment dans le tender

010.JPG 

A noter des résistances de 10 kohms pour atténuer la luminosité des leds utilisées. L'un des tampons AR du tender était cassé, il a été remplacé par deux modèles équivalents collés qui seront repeints

011.JPG

Les deux lanternes AV de la loco sont des pièces de détaillage incluses dans la boîte qui ne sont pas fonctionnelles, il faut les percer avec un foret de 5 dixième afin de coller deux micro leds CMS pré câblées dont les fils seront soudés aux lamelles de contact internes cheminant sous le châssis

021.JPG

un petit cerclage (SMD) permet d'améliorer le lanternes qui seront collées sur le tablier AV après vérification du bon fonctionnement (attention, les fils ont très fragiles!!!)

016.JPG

tests d'éclairage, c'est OK

014.JPG

les pièces de détaillage sont maintenant intallées, pour certaines d'entre elles, les points d'accrochage sont à revoir, dommage que ces modèles n'aient pas été prééquipés d'usine!!!

019.JPG

Les tampons ont été peints et la traverse de choc équipée d'attelage à choquelles

023

j'ai ajouté du véritable charbon dans la hotte et collé la grille de protection caténaire (fournie dans la boîte)

001.JPG

les mains montoires en plastique sur les pare fumée sont cassées, j'en ai confectionné de nouvelles en laiton (fil de 5 dixième sur lequel j'ai soudé un fil torsadé plus fin en guise de support)

003-copie-1.JPG

il ne reste plus qu'à les fixer par collage après mise en peinture noire. 

002.JPG

Les pare fumée manquent de finesse, il est possible d'affiner leur contour par grattage avec une lame de cutter bien affûtée, à gauche c'est fait, à droite non

011-copie-1.JPG

terminé, la loco peut reprendre du service et rejoindre ses congénères sur le dépôt. 

A +

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 11 juillet 2014 5 11 /07 /Juil /2014 07:00

P1290398.JPG

Les travaux du jour portent sur l'installation de feux de fin de convoi sur un wagon citerne Esso Fleischmann. J'ai choisi ce modèle dont la conception du châssis m'a paru adapté à la pose de lanternes fonctionnelles, mais je pense que n'importe quel modèle peut faire l'affaire.

P1290404.JPG

Les lanternes en métal sont issues d'un kit AMF, elles sont équipées d'un têton à l'arrière qui permet de les enficher dans la traverse de choc après perçage de deux trous de 1 mm de diamètre. Elles sont livrées avec deux micro leds CMS rouges câblées qu'il suffit de coller à l'intérieur des lanternes pré percées

P1290410.JPG

J'ai confectionné deux lamelles de contact découpées dans une plaque de chrysocal et collées sur le moyeu central. Les fils cheminent à l'intérieur du châssis où ils seront connectés aux leds.

P1290411.JPG

Un premier trou a été percé sous la citerne pour situer l'emplacement où seront logés un condensateur et un redresseur. Je souhaite en effet que le wagon puisse éclairer sous les deux modes d'alimentation (analogique ou digital) et quel que soit le sens de marche.

P1290413.JPG 

Le dessous de la citerne a été ouvert avec une mini lame de scie circulaire montée sur une perceuse dremel afin de loger à l'intérieur le condensateur (470 uf 25 V) et un mini pont redresseur. Les deux fils captant le courant sur les deux files de rails sont soudés aux bornes alternatives du pont redresseur, les deux autres fils + et - au condensateur polarisé et aux leds CMS en respectant la polarité le + sur l'anode et le - sur la cathode (ne pas oublier une résistance de l'ordre de 1 à 10 kohms selon l'intensité de l'éclairage souhaité) 

P1290415.JPG

Les lanternes ont été peintes en jaune jonquille et lorsque tout est bien sec, on peut poser les décalcomanies fournies dans le kit. S'agissant du dernier wagon d'un convoi, j'ai supprimé la barre d'attelage d'origine et installé un attelage à choquelles 

P1290412.JPG

Il ne reste plus qu'à réatteler le wagon au convoi. L'éclairage est bien stable et apporte une petite touche supplémentaire de réalisme au convoi. De plus, en régime analogique où la détection des cantons se fait par consommation de courant sur la voie, un dételage intempestif de tout ou partie du convoi est totalement sécurisé pour les trains qui suivent. En régime digital où le cantonnement est réalisé par ILS, on peut obtenir le même résultat en plaçant un aimant sous le dernier wagon du convoi.


A +

 

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 6 juillet 2014 7 06 /07 /Juil /2014 07:53

P1290358.JPG

Il arrive parfois que nos "chères" locos sortent des rails pour faire un saut sur le plancher, les dégâts peuvent être importants, c'est le cas de cette BB9325 quasi neuve qui m'a été confiée par l'ami Jacques. Elle ne fonctionnait plus, heureusement, la caisse n'avait pas trop souffert, une GRG s'imposait!!!! La photo ci-dessus montre la loco restaurée qui a repris son service.

P1290332.JPG 

L'un des flancs de bogie était HS et irrécupérable, et le support du carter moteur cassé, par contre les essieux n'étaient pas endommagés. J'ai pu trouver sur Ebay une pièce de rechange neuve, pour le reste, il va falloir fabriquer la pièce détériorée.

P1290334.JPG 

Sur les modèles Roco récents, le carter supportant la pignonnerie est clipsé par cette pièce qui assure une rotation du bogie, lequel est maintenu par deux languettes dont l'une était cassée. j'ai donc confectionné une pièce identique dans un profilé en U plat de laiton.

P1290335.JPG

Un simple collage sur cette matière n'est pas suffisant, j'ai donc percé le support et soudé deux tenons en fil laiton de 1 mm qui renforcent l'assemblage.

P1290336.JPG 

C'est fait, le support de carter est réparé, je peux remonter les éléments en m'assurant que la rotation du bogie est correcte. 

P1290338.JPG

Un premier test moteur permet de vérifier que la transmission ne comporte pas de point dur, les essieux ne sont pas voilés, c'est OK. Sur cette gamme de Jacquemin Roco, l'éclairage des feux est encore assuré par des ampoules grain de blé via des diffuseurs qui ne sont pas efficaces, je les ai remplacées par des leds canon blanches et rouges.

P1290349.JPG

Pour pouvoir les loger, j'ai dû réduire la longueur du châssis en sciant les extrémités comme le montre cette photo. 

P1290346.JPG

les leds canon ont un diamètre quasi identique aux orifices des feux Roco. J'ai réalisé un montage en parallèle de chaque jeu de leds avec un branchement commun de l'anode des 4 leds, et une résistance sur les cathodes des feux blancs et rouges. Les languettes de contact d'origine Roco en chrysocal ont été ôtées.

P1290344.JPG 

Avec une résistance de 680 ohms sur chaque jeu de leds, l'éclairage est puissant, il faudra sans doute le réduire lors du branchement sur la platine Roco

P1290348.JPG

Idem pour les feux rouges, Une touche de peinture noir mat sur le corps des leds et sur l'intérieur de la caisse sera appliquée pour bien délimiter l'éclairage de chaque feux.

P1290350.JPG

Sur ces modèles, les archets de pantos Roco sont très grossiers (Sommerfeld) je les ai remplacés par des modèles en cuivre plus fins que j'avais en stock dans mes tiroirs.

P1290351.JPG 

Le système de fixation étant différent, il faut revoir les barres d'articulation du panto réalisées en corde à piano de 4 dixième

P1290354

Les pantos ont reçu un voile de spray primaire tamiya avant d'être repeints dans leur couleur grise d'origine

P1290353

Ces locos sont équipées d'une prise NEM pour l'installation d'un décodeur (Lenz standard +)

P1290355.JPG

j'ai branché les feux blancs et rouges AV (cathode) sur les plots correspondants de la platine Roco en insérant une résistance supplémentaire de 4,7 Kohms sur chaque fil. La masse commune (anode) est reliée au châssis par l'une des 4 vis fixant la platine. Pour les feux AR, les feux blancs sont synchronisés avec les feux rouges AV (touche F0 de la centrale) et les feux rouges AR reliés au fil vert du décodeur (touche F1) ce qui permet de les éteindre lorsque la loco est attelée à une rame.

P1290356 

vue en élévation de la ligne de toiture et des pantos repeints

P1290360.JPG

Terminé, la loco peut reprendre du service, ici en tête d'une rame aqualys piko. En conclusion, ne pas désespérer lorsque une loco (électrique ou diesel) est détériorée, il existe presque toujours une solution pour les restaurer à moindre frais, par contre, c'est beaucoup plus aléatoire lorsque c'est une loco vapeur, voire un modèle haut de gamme qui lui ne fait pas de cadeau lorsqu'il chute, il ne reste plus qu'à pleurer sur son épave!!!!! 

 

 

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Samedi 28 juin 2014 6 28 /06 /Juin /2014 08:05

P1290262

dernière production des éditions Atlas, l'autorail Renault ACB en livrée Nord, un modèle statique deux essieux qui vient de passer en atelier pour l'équiper d'une motorisation.

P1290271.JPG

sa conception est des plus simples, deux vis à chaque extrémité pour démonter les trois éléments qui le composent

P1290273.JPG 

premier travail, créer des ouvertures plus grandes dans le châssis et le compartiment voyageurs pour le passage de roues de diamètre 10,40 mm, le moteur et sa transmission.

P1290274.JPG

le moteur sera positionné sur l'un des accès voyageurs offrant le plus grand volume, ce qui évitera d'avoir à rogner sur les banquettes.

P1290275.JPG

Le micro moteur est un modèle Escap 12V dont la particularité est une très grande inertie, ce qui évite l'installation d'un volant, opération qui serait délicate vu la taille réduite de l'autorail. Je n'ai pas les références, ayant acquis un lot de ces moteurs auprès d'un revendeur suisse particulier via Ebay. La transmission est classique par vis sans fin attaquant un pignon droit sur un seul essieu.

P1290279.JPG

les essieux reposent sur les supports d'origine, niveau châssis, il faut les agrandir avec un foret de 2,1 mm de diamètre afin d'assurer un minimum de jeu, pour ce faire, il faut décoller les 4 flasques qui sont emboîtés dans le châssis, ils seront recollés ultérieurement. La captation du courant se fait sur les 4 roues par deux fils de maillechort de 4 dixième de mm soudés sur deux pistes isolées de CI de 1 mm d'épaisseur (collé sous le châssis)

P1290280.JPG

A ce stade, il est possible de tester l'autorail en raccordant électriquement le moteur aux 4 roues en régime analogique. Le fonctionnement est excellent, il n'est pas utile de créer des bandages d'adhérence, vu le faible poids de l'engin. Je peux passer aux étapes suivantes. Les flasques supportant les essieux peuvent être recollés.

P1290281.JPG

les deux colonnes de fixation de la caisse au châssis ont été arasées sous la toiture car très visibles de l'intérieur de l'autorail lorsqu'il sera éclairé. Toutefois, j'ai maintenu leur base sur qq mm pour pouvoir visser l'aménagement intérieur sur le châssis

P1290284.JPG  

Pour l'éclairage intérieur, j'ai découpé une plaque de plexiglas de 2 mm d'épaisseur qui prendra appui sur les deux cloisons de cabine de conduite dont la hauteur a été réduite de qq mm, un ruban de leds cms a été collé en dessous. Sur cette photo, nous voyons les deux supports de colonne arasés qui servent à fixer l'aménagement intérieur par vissage.

P1290285.JPG 

L'aménagement intérieur et le sol ont été repeints, ainsi que les cabines de conduite équipées de conducteur. Pose de qq voyageurs. la plaque de plexiglas a été fraisée pour diminuer l'épaisseur de 1 mm afin d'accueillir le décodeur Lenz standard +

Cette opération est nécessaire sous peine de ne pas pouvoir reposer la caisse sur le châssis.

P1290286.JPG

zoom sur le poste de conduite AV

P1290287.JPG

et sur le poste de conduite AR, l'engin pouvant circuler dans les deux sens

P1290288.JPG

Test d'éclairage intérieur, une résistance de 4,7 Kohms a été intercalée pour limiter la puisance de l'éclairage (touche F1 de la centrale) L'engin fait son premier tour de circuit en régime digital sans la caisse.....les voyageurs prennent l'air!!!!

P1290291.JPG

Les bouchons faisant office d'optique de phare ont été supprimés en reperçant leur centre (2mm), j'ai introduit ensuite un tube de polystyrène de même diamètre dans lequel je vais installer des micro leds CMS câblées

P1290292.JPG

la pose se fait par encollage (colle UHU méga strong and safe) coordonnées du fournisseur allemand

P1290294.JPG

Ces micro leds sont à manipuler avec beaucoup de délicatesse, les micro fils ayant la fâcheuse tendance à se dessouder, prévoir un stock, car il y a du déchet!!!! dès qu'un seul fil est déssoudé, c'est fichu, le ressouder est une opération quasi impossible.

P1290296.JPG

Le décodeur est en pace, il ne reste plus qu'à brancher les feux AV et AR

P1290307.JPG

c'est fait, en intercalant une résistance de 2,2 Kohms sur chaque série de feux

P1290308.JPG

çà marche, mais pas pour très longtemps, les fils très fins ne tardent pas à se dessouder.....il faut réouvrir la bête!!!!

P1290310.JPG

En définitive, je n'ai pas réussi à utiliser la réversibilité des leds Blanc ton chaud/rouge, et après plusieurs heures à s'arracher les cheveux, du moins ce qu'il en reste, j'ai simplifié en ne retenant que les feux blancs AV et rouges AR quel que soit le sens de marche de l'autorail.

P1290312.JPG

Disons qu'il ne sera appelé à circuler que dans un sens, tant pis!!!

P1290314.JPG

j'ai souhaité rajouter des cerclages de phares qui seront collés sur les micro leds

P1290315.JPG 

et la pose d'essuie vitres de chaque côté des cabines de conduite.

P1290319.JPG

Cette fois çi, j'ai traité la patine avec les produits interfer et humbrol ci dessus dont l'application peut être faite avec une brosse très souple, et passage d'un chiffon doux avant séchage complet. L'idéal serait d'utiliser un aérographe, mais dans ce cas, le masquage des vitrages ou bien leur démontage est indispensable. La patine délavée donne de bons résultats sur la caisse et la toiture, pour le bas de caisse et les organes de roulement, j'ai utilisé la patine crasse et le gloss oil stain.

P1290320.JPG 

aperçu avant passage d'un chiffon doux sur la carrosserie pour uniformiser le voile délavé.

P1290329.JPG

vue en élévation

P1290330.JPG

vue sous le châssis, le produit humbrol donne d'assez bons résultats pour la patine des organes de roulement, la transmission vis sans fin/pignon en nylon blanc n'est heureusement plus visible lorsque l'autorail est posé sur les rails, de même que l'aimant chargé d'assurer la détection de l'engin et la signalisation dans les deux régimes d'exploitation (analogique et digital)

A noter: la CV 5 (vitesse maxi) doit être ramenée de 255 (valeur d'usine) à 90 pour obtenir une vitesse réaliste de l'ordre de 90 à 100 km/h

P1290321.JPG

Une dernière photo, bon pour le service!!

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 17 juin 2014 2 17 /06 /Juin /2014 07:50

P1290229.JPG

Les travaux du jour portent sur la digitalisation du RGP Roco et l'amélioration de son système d'éclairage à base d'ampoules. Elles seront remplacées par des leds qui supportent mieux la tension permanente appliquée sur la voie en régime digital. La dépose de la caisse simplement clipsée sur le châssis ne pose pas de problème particulier.

P1290232.JPG

La platine est équipée d'une prise NEM à 8 plots qui alimente une ampoule blanche et rouge fonctionnant sous les deux régimes (analogique et digital) ce qui explique la présence de diodes

P1290233.JPG 

la loco devant circuler désormais en régime digital, les diodes ne sont plus utiles, par contre, il faut ajouter des résistances de 640 ohms, valeur assez faible permettant un éclairage puissant des leds canon, la diffusion dans les conduits lumineux Roco ayant tendance à atténuer l'éclairage. Attention à la polarité et la tension en sortie, imposant une résistance reliée à la cathode de chaque led

P1290234.JPG 

l'une des pistes qui alimentait l'ampoule via les diodes doit être sectionnée de chaque côté de la platine. (disque à tronçonner dremel)

P1290235.JPG

les deux plots intérieurs de la platine correspondent à l'anode commune des deux leds (fil bleu du décodeur), la cathode de la led blanche est reliée au fil blanc du décodeur et la led rouge au fil jaune via une résistance.

P1290236.JPG

L'éclairage intérieur d'origine est basé sur une réglette équipée d'un conduit lumineux qui diffuse une lumière plutôt faiblarde via 2 ampoules. Celle ci sera remplacée par une bande de leds CMS adhésive

P1290237.JPG

Dans une plaque de plexiglas, j'ai découpé une nouvelle réglette sur laquelle j'ai fixé le ruban de leds (à l'envers sur cette photo) j'ai intercalé une résistance de 2 Kohms pour atténuer la luminosité de l'éclairage intérieur

P1290238.JPG 

sur l'autre face, j'ai collé deux rubans de cuivre adhésifs qui serviront à conduire le courant de captation des bogies

P1290239.JPG

premier test d'éclairage après connexion du décodeur (Lenz standard +) L'éclairage est très puissant, ce qui nécessite de coller un petit bout de papier canson noir derrière la paroi de cabine du conducteur (juste derrière le conduit lumineux) ceci pour éviter d'éclairer la paroi par transparence.

P1290240.JPG

même traitement pour la remorque, le ruban de leds CMS étant raccordé à l'élément moteur par une micro prise câblée, ce qui permettra désormais de programmer l'éclairage complet de la rame par la touche F1 du décodeur.

P1290241.JPG 

Là également, j'ai ajouté deux pistes de rubans de cuivre pour raccorder électriquement les deux bogies. Ce branchement permet d'alimenter les feux AR de la remorque dont la particularité est l'inversion de la couleur selon le sens de marche, Roco ayant conçu un système astucieux de bascule de courant via un essieu du bogie arrière. Cela fonctionne aussi bien en analogique qu'en digital, sans avoir recours à un second décodeur. J'ai donc conservé l'éclairage des feux en l'état. 

P1290242.JPG

zoom sur le branchement, au dessus de la réglette, concerne l'alimentation de chaque file de roues des bogies pour éclairage des feux AR, en dessous, alimentation du ruban de leds CMS pour l'éclairage du compartiment remorque relié à l'autre élément moteur.

P1290251.JPG

Les feux AV sont maintenant plus puissants que les originaux, ce qui ne transparait pas sur cette photo. Reste à changer les plateaux de tampons dont l'un a été perdu (j'ai essayé d'en reproduire une copie sans succès, à droite). Ils seront remplacés par des modèles en bronze Mécanic Trains (réf T16)

P1290246.JPG

éclairage des feux rouges en marche inversée

P1290250.JPG

et de la remorque

P1290249.JPG

l'éclairage intérieur est mieux réparti sur toute la rame. Le fonctionnement est excellent et silencieux, la qualité mécanique dont nous a habitué Roco!!!!

A +

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Lundi 9 juin 2014 1 09 /06 /Juin /2014 20:17

P1290203.JPG

La photo ci dessus montre l'autorail Floirat et sa remorque terminés, ce qui a nécessité plusieurs journées de travaux dans la mesure où j'ai dû revoir de nombreux détails, et notamment la qualité de roulement des essieux de la remorque qui freinait l'engin, la capacité de traction de l'élément moteur étant faible, malgré la présence de bandages d'adhérence!!!

P1290162.JPG 

J'ai adopté la même solution pour la captation du courant de la remorque, avec des fils de maillechort de 4 dixième de mm qui limitent la pression sur les flancs internes des roues, mais le plus gros handicap est le frottement de l'essieu sur tout le chassis métallique Atlas, il faut donc fabriquer des paliers comme pour l'élément moteur

P1290178.JPG

La gorge du châssis Atlas a donc été fraisée pour éviter tout contact avec les essieux, et j'ai collé 4 paliers sur le compartiment intérieur (ici vu à l'envers) réalisés avec une tige de laiton de 1 mm de diamètre sur laquelle j'ai soudé une rondelle en laiton. Cette fois ci, les roues tournent librement et les nouveaux tests de traction avec la remorque confirment qu'il fallait en passer par là.

P1290179.JPG

zoom sur le montage des paliers dont le support traverse l'élément en plastique sur lequel il est collé après vérification du bon positionnement. Posés à plat, les quatre bandages de roues doivent être en contact avec les rails. Comme pour l'élément moteur, j'ai ajouté les flancs de roues en relief affinés Atlas.

P1290180.JPG 

deux tiges en laiton ont été soudées sur chaque piste du circuit imprimé, ce qui permettra de conduire le courant sur la partie supérieure de la remorque.

P1290181.JPG

pose de qq voyageurs

P1290182.JPG 

Entre temps, j'ai dû revoir la plateforme de l'autocar et la rabaisser de 1 mm pour permettre la pose sans forcer de la caisse

P1290183.JPG  

sur cette photo zoomée, nous voyons le câblage réalisé qui sera raccordé à la remorque, deux fils pour le captage du courant et deux autres pour l'éclairage.

P1290187.JPG

la remorque est raccordée électriquement et une rampe de leds CMS adhésive est installée sous la plateforme

P1290189.JPG 

Une barre d'attelage réalisée dans un profilé de laiton en U plat raccorde les deux éléments.

P1290155.JPG

Les phares AV de l'autocar ont été équipés de leds canon blanches T/C et le micro câble limande est collé entre les deux vitres frontales. Auparavant, les caisses des deux éléments ont été peintes en noir mat sur toute leur surface, puis en beige le lendemain. Idem pour le corps des leds afin d'éviter des fuites par transparence 

P1290157.JPG

pour obtenir un éclairage convenable, j'intercale une résistance de 10 Kohms. j'ai ajouté des cerclages de phares

P1290164.JPG

Les échelles d'accès aux galeries Atlas sont vraiment grossières, j'ai souhaité les remplacer par des modèles plus fins (kits de signaux anciens MKD) que j'ai délicatement mis en forme au niveau de l'arrondi sur un manche de cutter, attention, cela casse facilement!!!!

P1290195

il faut repercer quatre trous de 0,60 mm de diamètre pour fixer et coller de nouveaux supports en profilés evergreen

P1290194.JPG

l'échelle est collée sur son support

P1290209.JPG

La patine de l'autorail est réalisée avec un lavis brun/boue très dilué, et de la terre à décor, qq colis sont rajoutés sur la galerie

P1290196.JPG

test d'éclairage intérieur, programmable avec la touche F1 de la centrale et des phares, touche F0, A noter que cet autorail ne roulait qu'en marche avant.

P1290200.JPG

pose d'essuie-vitres en métal (kit SMD)

P1290201.JPG

L'engin est fin prêt à prendre la route (ou plutôt le rail) poste de conduite à droite.

P1290204.JPG

J'ai pu loger une micro led CMS rouge dans la lanterne AR de la remorque après fraisage et perçage de celle-ci.

P1290205.JPG

Premier tour de circuit, il faut brider le décodeur Lenz en réduisant le CV5 à une valeur d'environ 100 contre 255 afin d'obtenir une vitesse maxi de 70 Km/h

P1290208.JPG

Arrêt en gare de Clairville au petit matin, les voyageurs se pressent!!!! Un engin sympa, peu encombrant, qui peut trouver sa place sur de nombreux petits réseaux, une nouvelle fois merci Atlas pour cette collection accessible à tous. A vos outils!!!! 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 4 juin 2014 3 04 /06 /Juin /2014 20:15

P1290114.JPG

la collection Atlas se poursuit avec cet autorail "Floirat" constitué d'un élément moteur et de sa remorque, le tout statique comme tous les modèles produits par ce fabriquant. L'engin est plutôt sympa et est en fait un autobus adapté à la circulation sur rail en période d'après guerre. Les travaux porteront sur sa motorisation, digitalisation, l'éclairage des feux et des compartiments voyageurs et qq améliorations esthétiques, certains détaillages étant plutôt grossiers.

P1290116.JPG 

j'ai souhaité conserver le relief des flancs de roues qui sont particulièrement visibles sur cet engin. Pour ce faire, j'ai testé un usinage réalisé au tour à métaux en maintenant l'axe d'origine Atlas, opération délicate car voilage important et centrage approximatif qu'il faut corriger avant de tourner. Comme il y a huit roues à usiner, j'ai recherché une solution plus fiable. 

P1290117.JPG

Il importe de recréer un centrage le plus précis possible, réalisé avec une fraise cônique dont la pointe viendra effleurer le moyeu côté extérieur de la roue, ce qui permettra de coller le flanc de roue affiné (en plastique) sur une roue métallique de même diamètre ayant conservé l'essieu en pointe.

P1290120.JPG

ma première intervention porte sur l'essieu moteur, j'ai usiné une gorge de 0,5 mm de profondeur pour loger un bandage d'adhérence. Le flanc de roue Atlas est ensuite collé sur la roue métallique, réusiné au tour afin de créer un boudin qui ne gêne pas la prise de contact et suffisament fin pour ne pas frotter sur la caisse de l'autocar.

P1290122.JPG 

j'ai repeint en noir brillant le flanc de roue Atlas dont le relief reste satisfaisant après cette intervention plutôt laborieuse. Néanmoins,il convient de trouver une métode plus rapide et plus fiable, car le moindre raté sur une roue et c'est l'échec!!!!

P1290124.JPG

Un test réalisé sur un essieu réinstallé sur le châssis permet de vérifier que la roue ne déborde pas sur la caisse de l'autorail. Je peux donc valider.

P1290125.JPG

Une autre solution plus fiable consiste à surfacer en série l'intérieur des roues en plastique en les positionnant sur une petite plaque de bois (MDF de 3 mm) percée de trous au diamètre 11 mm. Ces trous seront légèrement agrandis à la lime pour enfoncer à force les roues à usiner

P1290126.JPG

Il faut préalablement usiner avec une fraise cônique l'axe de chaque roue ainsi que décrit plus avant. La plaquette est maintenue sur le banc de la fraiseuse Proxxon par un adhésif double face.

P1290127.JPG 

Le surfacage est d'une précision absolue, il suffit d'enlever environ 2 mm de matière (bois/plastique) en ramenant l'épaisseur de la plaquette de MDF de 3 à 2,8 mm et l'on obtient des flancs de roue parfaitement calibrés en épaisseur et non voilés. Attention de ne pas faire fondre les roues en plastique (vitesse maxi de la fraiseuse 5000 t/mn)

P1290129.JPG

opération terminée, les "rondelles" sont bien planes et d'épaisseur identiques, il ne reste plus qu'à les coller sur les roues métalliques. (colle UHU méga strong and safe)

P1290131.JPG

La transmission se fera sur l'essieu arrière de l'autocar après ouverture du châssis pour le passage du pignon et de la vis sans fin. 

P1290135.JPG

Le châssis et le compartiment voyageur doit être fraisé pour loger le moteur

P1290136.JPG

Ce dernier est un micro moteur Motraxx (fourniture Conrad) qui a été collé sur un petit support en polystyrène découpé pour se loger entre les deux rangées de banquettes

P1290137.JPG

Il tient à la verticale une fois la caisse de l'autocar reposée, mais l'axe devra être réduit de 5 mm environ. 

P1290138.JPG

Le positionnement de l'aménagement intérieur sur le châssis laisse la place pour intercaler un circuit imprimé de 1 mm d'épaisseur qui servira pour la prise de courant des huit roues de l'engin (autocar + remorque) deux pistes ont été créées et un fil de maillechort de 4 dixième est soudé pour la prise de contact sur les flancs internes des roues. A noter que les gorges où reposent les essieux doivent être légèrement agrandies diamètre 2,1 mm pour ne pas freiner la rotation des roues

P1290139.JPG 

Toutefois, en phase de tests, le support d'essieu moteur laisse trop de jeu, la transmission vis sans fin/pignon se fait mal avec des à coups, il faut fabriquer des paliers, peu de place, une rondelle de 2 mm soudée sur une tige de laiton de 1 mm fera l'affaire.

P1290141.JPG

ce qui nécessite de tronçonner le châssis avec un disque dremel pour laisser la place aux nouveaux paliers. Maintenant cela tourne bien rond!!!! A noter qu'il faut adapter un manchon réducteur 2/1 mm pour fixer la vis sans fin sur l'axe du moteur.

P1290142.JPG

Un second test effectué sans montage du décodeur permet de vérifier que la transmission moteur/essieu est bonne.

P1290143.JPG 

il reste un peu de place pour pouvoir installer un volant d'inertie sur la partie supérieure du moteur, mais je dois réduire l'épaisseur de celui-ci, opération réalisée au tour à métaux.

P1290144.JPG

Le volant est installé, ce qui améliore considérablement l'inertie du petit moteur Motraxx. Il passe de justesse sous le toit de l'autobus, mais sans frotter!!!!

P1290146.JPG

Il est temps de monter le décodeur. la forme bombée de la toiture permettra de le loger sur une plateforme en plexiglax collée sur deux supports verticaux aux extrémités de l'autobus, ainsi, le câblage sera plus facile à réaliser.

P1290147.JPG 

la rampe d'éclairage constituée d'une bande adhésive de 3 leds CMS a été collée en dessous

P1290148.JPG

Cette disposition permet de cacher tous les fils.

P1290150.JPG

qq voyageurs ont pris place ainsi que l'indispensable conducteur. 

Les prochains travaux porteront sur l'éclairage des phares, du remplacement des horribles échelles de galerie, qq détaillages sur l'élément moteur, l'aménagement et éclairage de la remorque, et la patine de l'engin.

Du boulot pour le restant de la semaine!!!!!

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 24 mai 2014 6 24 /05 /Mai /2014 08:15

Dans mes précédents articles des 16.08 - 21.08 et 05.09.2013 traitant du sujet, j'avais présenté un système permettant de gérer des cantons sur un réseau pouvant fonctionner aussi bien en mode analogique qu'en digital. A cette époque, j'avais trouvé une solution pour réaliser une signalisation lumineuse trois feux qui est aujourd'hui fonctionnelle dans les deux modes d'alimentation.

Toutefois, la complexité de mise en oeuvre d'un bloc automatique digitalisé se superposant à celui déjà en place (analogique) m'a conduit à simplifier le câblage, et après qq tests et avis éclairés d'utilisateurs, j'ai adopté le système ABC de Lenz qui résoud élégamment le problème. La gestion des zones d'arrêt est assurée par le BM1 de Lenz, un petit circuit imprimé très facile à réaliser dont l'action est de créer un courant asymétrique sur une seule file de rail, lequel est détecté par le décodeur de la loco lors du franchissement de la zone d'arrêt. Le système est efficace et sûr, ralentissement/arrêt/redémarrage s'effectue avec l'inertie programmée dans le décodeur, maintien de l'éclairage et des fonctions sonores lors du franchissement de ces zones, et refoulement possible des locos sur toute la zone d'arrêt (fonction très utile sur voie banalisée)

P1290090.JPG

Le schéma de base ci dessus montre le branchement à réaliser pour obtenir un bloc automatique en mode digital. Il est particulièrement économique puisqu'il met en oeuvre trois composants basiques par canton, à savoir:

 - ILS (interrupteur à lame souple) assurant la détection du canton occupé avec aimant sous chaque loco

 - relais bistable en position travail ou repos selon l'occupation

 - cellule BM1 de Lenz ou équivalent 

soit un coût inférieur à 10 euros par canton

J'ajoute qu'il est possible de gérer la signalisation lumineuse dans la mesure où les relais bistables 2 R/T sont équipés de deux jeux de contacts repos/travail indépendants et qu'il en reste un non utilisé.

P1290092.JPG

NB: La détection peut également être assurée par des modules spécifiques que l'on trouve désormais sur le net pour un coût de l'ordre de 10 euros, cette formule étant plus sécurisante que les ILS car elle est basée sur une détection très sensible de consommation de courant sur tout le canton occupé. Elle peut donc remplacer avantageusement les ILS, car de surcroît, ce type de module est déjà équipé d'un relais 2R/T pouvant gérer le BM1 et la signalisation lumineuse (contact: monsieurtr1@yahoo.fr)

P1290094

le schéma de câblage est ultra simple à réaliser ainsi que le montre la notice du fabricant

P1290093

Nous voyons notamment les possibilités offertes par le relais 2 RT intégré dans ce module

P1290084.JPG

Le BM1 de Lenz est composé de 5 diodes dont la fonction est de créer une asymétrie sur la tension d'alimentation électrique de la zone d'arrêt, détectée par le décodeur de la loco lors du franchissement, et déclenchant une temporisation d'arrêt sur une distance maxi qui peut être planifiée au cm près. Cette fonction est neutralisée lorsque la loco circule en marche arrière, ce qui autorise un refoulement par exemple au pied d'un carré rouge, voire un passage à contresens sur une voie banalisée.

P1290082.JPG

Il est facile de reproduire un BM1, avec des petits morceaux de CI et un jeu de 5 diodes + bornier. J'ai trouvé cet article sur Ebay vendu moins de 3 euros, ce qui abaisse le coût des modules originaux Lenz : contact: monsieurtr1@yahoo.fr

Fonctionnement:

1/ pas d'occupation du canton 1

la zone d'arrêt ZA1 est alimentée par le contact repos du relais bistable R1 et shunte les plots 1 et 2 du BM1 (pas d'action d'arrêt lorsque la loco N°1 franchit cette zone)

2/ occupation du canton 2

la loco N°1 franchit l'ILS1 situé en aval de la ZA1, le relais R1 bascule en position travail, et la ZA1 n'est plus alimentée que par les plots 1 et 2 du BM1, créant une asymétrie de tension sur la ZA1. Si une loco N°2 franchit cette zone, son décodeur va détecter la chute de tension et amorcer une temporisation d'arrêt.

3/ occupation du canton 3

la loco N°1 franchit l'ILS2 situé en aval de la ZA2, relais R2 en position travail, avec bascule simultanément du relais R1 position repos, shunte à nouveau les deux contacts du BM1, et la loco N°2 redémarre avec la temporisation d'accélération programmée dans son décodeur.

 

Particularité du système ABC de Lenz:

Les zones d'arrêt sont opérationnelles dans le sens de marche avant conventionnelle, donc pas d'arrêt sur une voie empruntée à contresens.

Par contre, possibilité de refoulement d'une loco arrêtée sur une ZA devant un signal carré rouge, et donc gestion possible d'une voie banalisée en intégrant deux modules BM1 sur un même canton.

chaque loco peut être programmée avec ses propres données d'accélération et de ralentissement (CV 3 et 4) et vitesse maxi (CV5)

la distance d'arrêt est réalisée très précisément sur une longueur constante maxi, au cm près, ce qui est une fonction intéressante pour planifier la longueur des zones d'arrêt. 

IMPORTANT: Le système ABC de Lenz mettant en oeuvre les modules BM1 n'est opérationnel que sur les décodeurs de la série Silver ou gold de la marque (pas les versions LENZ standard +), mais également ESU en version V.4 et peut-être d'autres marques que je n'ai pas testées. Pour ce faire il faut programmer les décodeurs comme suit:

Lenz  CV 51 valeur 3 pour activation du système ABC

         CV 52 valeur à votre convenance pour obtenir une distance constante pour l'arrêt de chaque loco sur la zone d'arrêt. Sur mon réseau, j'ai retenu une valeur de 50 qui donne une belle progressivité du ralentissement/arrêt, en créant des zones d'arrêt sécurisées de 200 cm environ sur chaque canton. Cette longueur peut être réduite de 30 à 50 cm, il suffit d'appliquer une valeur plus faible à la CV52. 

Esu version 4 

         CV 27 valeur 1 pour activation du système ABC

 

Cas particulier de Biscatrain

J'ai souhaité maintenir sur mon réseau les deux modes d'alimentation, car tout le parc moteur n'est pas digitalisé et certaines machines le seront jamais. Par ailleurs, je dois désormais remplacer tous les décodeurs déjà installés qui ne sont pas compatibles avec le système ABC de Lenz. 

En mode analogique, le cantonnement conçu à l'origine est assuré par des circuits électroniques avec détection d'occupation par consommation de courant sur les deux files de rails, les sections d'arrêts étant situées sur la file de droite dans le sens de la marche AV

En mode digital, le système ABC de Lenz prévoit également les sections d'arrêt BM1 sur la file de droite, ce qui posait un gros problème de mise en oeuvre pour superposer les deux modes d'exploitation. J'ai résolu le problème en situant les ZA digitalisées sur la file de gauche, il suffit d'inverser les branchements du module BM1. Par contre, je suis tenu d'assurer la gestion des cantons en mode digital via des ILS, suivant le schéma présenté dans cet article. 

Ainsi, j'obtiens bien un bloc automatique sécurisé et fonctionnel dans les deux modes, une signalisation lumineuse 3 feux conforme, au prix d'un câblage compliqué, mais l'objectif est atteint.

 

Bonne journée

A +


   

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Créer un Blog

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés