Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 07:15

P1160527

 

Configuration

 

La signalisation en gare terminus étant quasi achevée avec l'installation d'un portique et d'une potence, il convient maintenant de s'attaquer au câblage des signaux situés sur les voies à quai, chantier que j'avais laissé de côté depuis qq années, ce qui m'a laissé du temps pour réfléchir à la meilleure solution possible.

 

Le diagramme ci-dessus situe les accès aux voies de la gare terminus et du dépôt/marchandises, lesquels passent par un ensemble d'appareils concentrés (TJD et aiguillages) formant le gril et permettant des manoeuvres dans toutes les directions.

 

J'ai affecté arbitrairement 4 voies au départ et 4 à l'arrivée, en fait, les 8 voies à quai peuvent être empruntées indifféremment dans les deux sens.

 

Configuration particulière du réseau liée aux contraintes de circulation d'un circuit bouclé: une des voies principales traverse le gril de gare dans le sens conventionnel sud/est - nord/ouest, mais aussi dans le sens inverse car la voie unique dirigeant sur le viaduc est banalisée. De plus, les accès au dépôt et à la gare marchandises cisaillent aussi cette voie principale.

 

En mode automatique ou le BAL est fonctionnel, la traversée doit être protégée de tout cisaillement, ce qui est résolu actuellement avec le signal CRR7 qui affiche le carré rouge si l'itinéraire correct n'est pas enclenché. En mode digital, pilotage à vue, la signalisation BAL n'est plus fonctionnelle, la sécurité est confiée au conducteur .......c'est à dire l'opérateur.......qui ne fait rouler qu'une seule loco à la fois!!!!!!!ouf......(mode principalement réservé aux prises de vues vidéo).

 

Mise en oeuvre

 

Pour se rapprocher des dispositions propres à la SNCF, la signalisation sur les 8 voies de la gare terminus doit donc présenter:

 

             carré rouge ou feu violet

                                 si l'itinéraire correspondant n'est pas enclenché (dans le sens du départ)

                                 si l'itinéraire correspondant est enclenché (dans le sens arrivée)

 

             feu blanc

                                 si l'itinéraire dans le sens du départ dirige vers le dépôt ou une voie de 

                                 service, tiroir, impasse 

 

             feux de BAL 

                                 si l'itinéraire dans le sens du départ dirige vers la voie principale

                                 (en l'occurrence le canton 1) 

                                               vert, pas d'occupation sur le canton 2

                                               jaune, occupation sur le canton 2

                                               rouge occupation sur le canton 1, en fait, ce feu sera associé

                                               systématiquement au carré car il interdit le départ sur la voie

                                               de gare qui vient d'être libérée (itinéraire refermé)

 

La signalisation sur les voies de service (carré violet) ne présente pas de difficulté de câblage, c'est blanc ou violet selon que la voie est libre ou non.  

 

 Principe de câblage

 

Le tableau de commande (TCC/TCO) est équipé d'interrupteurs à glissière disposant de 2 contacts R/T pour chacune des 8 voies de la gare terminus. Ils ont deux fonctions simultanées:

 

              1/ alimentation de la section de voie à quai correspondante

              2/ alimentation d'un relais primaire de signalisation qui donnera systématiquement le carré rouge ou violet si la voie n'est pas alimentée (position repos)  

 

En position travail (voie alimentée) ce relais agira sur les contacts R/T de trois autres relais auxiliaires de signalisation montés en cascade:

 

            1/ relais associé aux moteurs d'aiguillages donnant la direction voie principale

            2/ relais associé aux moteurs d'aiguillages donnant la direction du dépôt ou voie de service

            3/ relais de block automatique associé au canton 2

 

Cette disposition (simplifiée pour les besoins de biscatrain) permettra un fonctionnement réaliste des signaux en gare terminus, tout en assurant une protection totale des trains en mode automatique.

 

En mode digital, la signalisation en gare sera également fonctionnelle, mais limitée aux feux carré rouge, blanc et vert, (pas de jaune puisque le relais de block n'est pas activé au niveau détection des trains) le découpage par cantons étant neutralisé. C'est un compromis acceptable..... 

 

J'ai repris sur le schéma ci-dessous le câblage du signal C6 se situant sur une des voies d'arrivée, qui met en jeu pas moins de 4 relais pour l'éclairage de la cible. Le principe est identique pour les 8 voies de la gare terminus. 


06 fév 2011 002 

l'alimentation du canton 9 est faite à partir de la carte électronique de block automatique.(circuit non représenté)  Lorsque l'interrupteur à glissière est en position ON, la voie V6 est alimentée dans les deux sens arrivée/départ. Cet interrupteur agit simultanément sur un relais auxiliaire C6 dont les contacts R/T (repos/travail) vont générer l'éclairage du feu C6 correspondant, selon la situation des trois autres relais A4, A5 et R2 (ce dernier étant associé à la carte électronique de block automatique du canton 2)

On retrouve donc tous les états des feux décrits plus haut.

  

Circulation des trains

 

Les enclenchements d'itinéraires, déclenchés manuellement sur le TCC à partir d'interrupteurs multi contacts, permettent de manoeuvrer plusieurs aiguillages à la fois, en limitant les erreurs de manipulation. La voie de départ en gare terminus est prioritaire, c'est la règle adoptée chez biscatrain, ce qui implique qu'elle impose un arrêt sur le canton qui précède le gril de gare (CRR7 présentant le carré rouge), en mode automatique, tous les trains en amont seront bloqués tant que l'itinéraire de départ sur l'une quelconque des voies à quai restera enclenché. 

 

Au niveau exploitation, on peut donc concilier les manoeuvres en gare et sur le dépôt en toute sécurité avec une circulation des trains sur le circuit bouclé. 

Les possibilités sont multiples:

 

Quatre trains stationnant sur les voies de départ V1 à V4 peuvent quitter successivement la gare et s'engager sur la voie principale avec l'espacement propre au BAL où ils "tourneront" en boucle.

 

 L'arrivée en gare se fait manuellement ou automatiquement par déclenchement d'itinéraires agissant entre autres sur l'aiguillage BIF A29 qui dirige sur l'une des quatre voies d'arrivée V5 à V8.

 

En mode automatique, le ralentissement est géré dès franchissement du canton 5, et l'arrêt  avec temporisation réglable est déclenché sur le canton 9 dès franchissement du portique de signalisation, ce qui permet l'arrivée à quai d'une rame de 7 à 8 voitures. Niveau sécurité, un sectionnement de la voie à 30 cm du butoir impose un arrêt aux locos ayant un peu trop d'inertie, une diode rétablissant le courant en sens inverse. Par ailleurs, tous les trains en amont du canton 5 seront stoppés tant que l'aiguillage A29 sera dévié et que l'itinéraire précédent restera enclenché.

 

L'arrivée en gare peut également se faire sur les 4 voies V1 à V4, toujours avec accès par la BIF A 29 mais avec franchissement de la bretelle A2, qui dirige sur le canton 1 pris à contresens à vitesse réduite (l'inversion du sens de marche est générée automatiquement aussi bien en mode analogique qu'en digital)

   

Comment repartir?

 

A l'arrivée, la loco est dételée de sa rame (système magnétique Kadee), et reste garée sur le butoir. Une autre loco venant du dépôt ou garée sur un tiroir vient se placer en tête de la rame en marche arrière (attelage au  wagon de queue). Le départ se fait par un enclenchement d'itinéraire redirigeant sur le canton 1 (via les aiguilles déviées A4 et A5) La loco stationnée devant le butoir peut ensuite rentrer au dépôt.

 

Autre option, une rame réversible ou un autorail permet d'éviter ces manoeuvres, puisqu'ils peuvent repartir dans l'autre sens. (un automatisme de va et vient temporisé peut être également enclenché qui gère tous ces mouvements sans intervention manuelle)

 

Enfin, et ce n'est sans doute pas dans le manuel des circulations SNCF, une rame ayant franchi le viaduc et dépassé le gril de gare au niveau du wagon de queue peut se repositionner par refoulement sur l'une des 4 voies de la gare terminus, prête pour un départ ultérieur.......sur biscatrain tout est permis.......ou presque!!!!!

   

et les manoeuvres vers le dépôt?

 

toujours liées à un enclenchement d'itinéraire manuel qui dirigera la loco vers la voie de dépôt ou de marchandises correspondante, avec sectionnement dans tous les cas du gril de gare (protégé par carré rouge CRR7) A l'origine, j'ai prévu un transfert d'alimentation possible sur toute la zone de gare terminus et de dépôt à partir d'une troisième source de courant pulsé permettant des ralentis parfaits. Dans cette option, les cantons 1 et 9 sont neutralisés et le pilotage manuel ne dépend plus que d'une source électronique unique avec ses propres paramètres (potentiomètre et inverseur) 

 

 

mais alors, pourquoi compliquer le câblage avec une voie banalisée?

 

ce n'était pas prévu à l'origine de la conception du réseau, mais j'ai réalisé en cours de construction que c'était une option intéressante qui permet:

 

            arrivée possible en gare terminus sur les voies de départ V1 à V4 si V5 à V8                sont occupées

            traversée du viaduc à contresens (prises de vue intéressantes en vidéo) 

            sortie directe du dépôt ou de la gare marchandises sans manoeuvre vers la voie principale dirigeant sur le viaduc (trains de fret)

            accès aux gares souterraines à contresens (situées sur les cantons 6 et 8) 

            rattrapage de la ligne à double voie dans le sens conventionnel dans la tranchée nord/est du réseau via une BIF (après traversée des cantons 7 et 6)

 

EN CONCLUSION

 

La réalisation d'une gare terminus est un exercice très intéressant en modélisme, car les possibilités d'exploitation sont à mon avis plus variées qu'une gare de passage de même importance. Toutefois, la gestion analogique complique terriblement la tâche au niveau des automatismes et du câblage qui font appel à des circuits électroniques et de nombreux relais, et lorsqu'on veut faire cohabiter les deux modes d'alimentation (analogique et digital) cela devient une véritable usine à gaz!!!!! Aussi, je vous ai épargné la plus grosse partie des nombreux schémas réalisés pour la mise en oeuvre du câblage des signaux lumineux, j'imagine assez bien la complexité des installations réelles dans les grandes gares SNCF!!! 

 

Il est clair que biscatrain (s'il devait être reconstruit aujourd'hui) serait géré exclusivement en mode digital sur PC........pas de regret, je ne maîtrise pas grand chose dans ce domaine et vu mon grand âge, je n'ai pas le courage de faire l'investissement souhaitable pour assimiler son fonctionnement.

j'espère que cet article n'aura pas été trop indigeste, et s'il a pu vous apporter qq indications pour la réalisation de votre projet, je m'en réjouis. Toutefois, la conception et le mode de fonctionnement présentés est lié à la configuration particulière du réseau biscatrain. En aucun cas, il ne saurait être un modèle.......

Gare terminus, gare de passage, les deux, voire rien du tout......juste un tronçon de voie dans un beau décor, qu'importe!!!!!! L'important est de continuer à rêver devant un petit monde miniature que l'on a imaginé, et qui est le reflet plus ou moins abouti d'un environnement réel ou fictif. 

 

 

 

  

 

 

 

       

 

 

Partager cet article

Published by piouls - dans gare terminus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche