5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 12:09
P1120489
Le bas de cette photo montre une bifurcation qui cisaille la voie à contresens. L'aiguillage (A30) impose un câblage particulier de toute cette zone, car les polarités sont inversées selon que l'itinéraire est dévié ou non. Par ailleurs, les deux voies parallèles dépendent de cantons distincts, il faut donc que ces derniers soient alimentés correctement.

P1120494
premier point: le croisement doit être isolé sur toutes ses sections de voies et son alimentation (zone + et zone -) dépendra de la position déviée ou non de l'aiguillage A30. Idem pour les pointes de coeur.

Le schéma ci-dessus montre qu'il faut utiliser un relais disposant de 6 contacts RT (repos/travail) pour alimenter le croisement et ses pointes de coeur. Un autre contact RT est nécessaire pour la pointe de coeur de l'aiguillage A30. On s'aperçoit également que l'aiguillage A 30 dévié (6 contacts en position travail) transfère la source d'alimentation du croisement (le canton 1 devient le canton 5) 

Je n'ai pas représenté la signalisation correspondante, avec le carré rouge sur la zone d'arrêt du canton 1 qui stoppe la circulation d'un train dès lors que l'aiguillage A30 est dévié. De même, un train arrivant du canton 4 verra le signal en amont de l'aiguillage A30 afficher un rappel de ralentissement signalant qu'il doit être franchi au ralenti.

Pour nous résumer, un relais 6 RT associé au moteur d'aiguille A30 est nécessaire pour alimenter correctement toute la zone du croisement, et un autre relais ou contacts auxiliaires du moteur d'aiguillage A30 pour la pointe de coeur de cet aiguillage.

Là encore, je précise que la même disposition est nécessaire avec une source digitale car les deux voies parallèles ont des polarités inversées (circuit bouclé) et le croisement qui les relie agit de la même manière qu'une boucle de retournement sur une voie unique où il est nécessaire d'utiliser un module spécifique. 

P1120537
Le câblage des bretelles sur une ligne à double voie respectant le sens conventionnel pose le même type de problème, que l'on peut résoudre à l'aide d'un relais stable (ou bistable) associé aux moteurs des deux aiguillages qui doivent être actionnés en même temps. La photo ci-dessus montre bien la coupure sur les deux files de rails que l'on retrouve sur le schéma ci-dessous

P1120535
La présence d'un relais avec ses 6 contacts RT est nécessaire pour alimenter correctement les pointes de coeur des deux aiguilles A1 et A1' sur leur source respective (position non déviée = 4 contacts repos utilisés) En position déviée, les 4 contacts travail utilisés du relais ont une double action:
         inversion de la polarité des pointes de coeur dépendant de la source d'alimentation du canton X
         transfert de l'alimentation du canton X sur le canton Z avec maintien de la circulation du train dans le sens opposé à la marche conventionnelle (flèche orientée dans les deux directions)  

Une autre solution est également possible, c'est de prévoir un inverseur manuel pour le canton Z, mais si on oublie de l'actionner, c'est le court-circuit garanti !!!!!! d'où l'intérêt d'associer la commande du relais 6 RT à la commande des deux aiguillages qui règle le probléme automatiquement. Sur Biscatrain, le canton Z aux abords du gril de gare rejoint une voie unique banalisée qui peut donc être empruntée dans les deux sens. Comme de surcroit tous les cantons (source analogique)peuvent être basculés sur une source digitale, le passage sur la bretelle déviée ne pose plus aucun problème sur l'une ou l'autre des sources utilisées.

Le type de relais secondaire à utiliser dépend du type de moteur actionnant les aiguillages (relais, fil à mémoire, moteur lent ou solénoide) Sur le schéma, c'est un relais classique qui nécessite un seul contact permanent pour donner la position travail, alors que le relais bistable nécessite deux contacts momentanés du même type que ceux actionnant les solénoides

D'où l'intérêt d'utiliser des relais pour motoriser les aiguillages car outre le fait qu'ils n'ont besoin que d'un contact permanent pour les exciter, ils ont souvent une très faible consommation (par rapport aux solénoides) et l'on peut actionner simultanément une grand quantité sans la moindre surcharge. Pour mémoire 60 relais/moteurs de 3000 ohms alimentés sous 48 V consomment 960 mA au total!!!!! Pratique lors de la constitution d'itinéraires....   
   

P1120482
Il est parfois difficile de visualiser la position des aiguilles sur une TJD car elles sont actionnées par deux moteurs, et il est impératif que leurs commandes soient compatibles avec l'itinéraire donné, sinon déraillement assuré!!!!!! Quand de surcroit, il y a une forte concentration de ces appareils sur un gril de gare (cas de biscatrain) cela se complique!!!!!

La solution est de visualiser leur position sur un TCO à l'aide de LEDS qui signaleront l'itinéraire enclenché. Pour ce faire, on peut utiliser des leds bicolores donnant le feu vert ou rouge selon la position des aiguilles. Ces leds se trouvent facilement dans le commerce et comportent trois pattes (une cathode commune centrale et deux anodes donnant respectivement le feu vert ou le rouge) 

Le schéma montre ici le branchement à effectuer. Les interrupteurs à glissière 1 et 2 (constitués de 2 contacts repos/travail) ont une double fonction, ils commandent le moteur des aiguilles de la TJD (câblage non représenté) et alimentent sur un feeder distinct 12 V les leds qui vont s'allumer en vert ou rouge selon la position de l'interrupteur et donc de l'aiguille correspondante. Ainsi, il est aisé de visualiser la direction donnée sur les 4 branches de l'appareil. Si c'est vert, la traversée de la TJD est correcte, si c'est rouge, on ne passe pas. 

Aujourd'hui, j'ai résolu le problème en créant des itinéraires pré-programmés qui fonctionnent avec un simple interrupteur, agissant via des relais auxiliaires sur la commande de tous les aiguillages/TJD concernés, ce qui me simplifie l'exploitation, mais c'est une autre option........j'ai donc abandonné cette idée et le TCO prévu à l'origine a été mis au rebut car devenu inutile.

Voilà qui clos le chapitre toujours indigeste du câblage des réseaux, auquel on n'échappe pas, car même en digital avec un courant alternatif sur la voie, on se retrouve confronté à un problème similaire pour les deux cas ci-dessus abordés

A +
  

 
    

Partager cet article

Published by piouls - dans trucs et astuces
commenter cet article

commentaires

jojo 07/02/2010


j ai pas tres bien compris mais ses pas grave


cybernales 08/02/2010


merci pour cet article fort clair et précis ...
au boulot !!


gras 08/02/2010


tres interressantvos instructions sur le cablage


gras 08/02/2010


utilisées vous des relais telephoniques?


jacques 09/02/2010


Bonjour JCB.
Humour:fotos du jour du 08 02 & 09 02 2010 mais c'est la nuit!!!!
A+


gras 09/02/2010


merci de m'avoir repondu par contre il serait intressant que vous me donniez plus infos sur cette modification maison es-ce à la porté d'un bon bricoleur?
a+robert gras


gras 10/02/2010


J'ai bien compris merci pour votre réponse
A+ R.G


Présentation

  • : biscatrain
  • biscatrain
  • : réseau miniature modèle de trains à l'échelle HO Biscatrain
  • Contact

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog