trucs et astuces

Jeudi 2 janvier 2014 4 02 /01 /Jan /2014 14:39

P1270727.JPG

 

Le TGV record du monde produit par J/H est équipé d'un système d'éclairage réversible blanc/rouge diffusé par un conduit lumineux qui n'est pas très efficace, plus proche de la lueur que de véritables feux. Il est assez facile de l'améliorer, c'est ce que je vous propose au travers de ce mini reportage.

 

P1270730.JPG

 

La caisse se déclipse en écartant délicatement les bords du châssis et la traverse arrière. Le vitrage des feux doit être enlevé en ôtant les conduits lumineux à l'intérieur, ce qui permet avec un tournevis fin de repousser le vitrage, celui-ci n'étant pas collé. Il suffit ensuite de repercer quatre trous de 2 mm à l'emplacement des optiques de feux en veillant à ne pas entamer le nez du TGV

 

P1270729.JPG

 

Les leds canon blanches et rouges sont ensuite enfilées dans les conduits, en inversant la position des anodes et cathodes pour chacun des types de feux. Pas besoin d'isoler les éclairages, le fabricant ayant fait le nécessaire avec des bandes d'adhésif noires.

 

P1270732.JPG

 

La verrière peut être ensuite repositionnée avec un film de colle micro Kristal Klear, qui ne laisse aucune trace au sèchage.

 

P1270769.JPG 

J'ai ajouté une troisième led blanche pour l'éclairage du lanterneau. Ce TGV étant destiné à fonctionner en régime analogique, l'inversion des trois feux blancs et des deux feux rouge est automatique selon le sens de marche. Les deux fils assurant l'éclairage doivent être connectés sur la platine à l'emplacement des prises de contact de chaque file de roues, le branchement initial de J/H à base de trois fils doit être abandonné.

 

P1270770.JPG 

test d'éclairage des feux rouges.

 

P1270749.JPG

 

Test de circulation sur le réseau, à pleine vitesse en analogique, c'est impressionnant, quelques difficultés au niveau du système d'attelage ont été résolues en ajoutant un peu de graisse au silicone sur les timons.

 

P1270750.JPG

 

Une dernière vue en élévation avant le départ. La motorisation J/H est puissante, la rame est bien stable à pleine vitesse même dans les courbes les plus serrées. Merci à l'ami Christophe qui me l'a confiée le temps des travaux et d'une vidéo que je ne manquerai pas de diffuser prochainement.

 

A +

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Lundi 30 décembre 2013 1 30 /12 /Déc /2013 07:20

P1270721.JPG

 

La qualité de reproduction de la 150 C 822 produite par J/H est remarquable et dépasse en superdétails tout ce qui a déjà été diffusé par le groupe Hornby en loco vapeur. Aussi, j'ai souhaité la digitaliser sur la base d'un décodeur sonore Loksound ESU

 

P1270639.JPG 

L'embiellage notamment est très fin, le fonctionnement silencieux, les ralentis excellents, bref, une machine au comportement idéal en traction comme en marche HLP sur l'erre.

 

P1270625.JPG 

Le fabricant a poussé le luxe de détail jusqu'à reproduire le villebrequin sur l'un des essieux moteurs qui actionne une bielle via le troisième cylindre interne dont une partie est visible sous la porte du foyer de la chaudière!!! 

 

P1270627

 

l'équipement de la cabine de conduite est également bien reproduit.

 

P1270626.JPG 

La motorisation est faite dans la loco, La caisse du tender est fixée par quatre vis. Il est équipé d'une platine électronique sur laquelle est installée une fiche mâle 21 pins permettant de raccorder un décodeur du même type. Sous cette carte est prévu un emplacement pour loger un HP rond de type ESU.

 

P1270628

 

N'ayant pas sous la main un décodeur sonore adapté aux broches 21 pins, j'ai supprimé la platine, après avoir repéré la fonction de chacun des fils.

 

P1270629.JPG 

j'utiliserai donc un décodeur sonore ESU 8 pins (fournisseur CDF Informatique) dont j'ai pu apprécier pour d'autres vapeur la qualité des enregistrements.

 

P1270631.JPG 

Le HP (et sa capsule) est parfaitement adapté et s'emboîte sans aucune modification dans le tender. Un test de fonctionnement est effectué avant montage sur la platine d'essai ESU, la restitution du son est excellente.

 

P1270632.JPG

 

La caisse du tender est bien dimensionnée, trois vis permettent de dégager la hotte de charbon. Pas de lest, sachant que c'est la loco qui est motorisée.

 

P1270634.JPG 

les branchements sont faits via une prise femelle 8 broches sur laquelle j'ai soudé les différents fils antérieurement raccordés à la platine J/H.

 

P1270635.JPG

 

Le décodeur est en place, il ne reste plus qu'à refermer la hotte, que j'ai remplie de véritable charbon.

 

P1270637.JPG

 

Un chauffeur et un mécanicien ont été rajoutés dans la cabine de conduite

 

P1270649.JPG 

 premiers tours de roues en régime digital, attelée à une rame de voitures romilly. L'éclairage des feux blancs d'origine AV et AR à base de conduits lumineux et de leds a été maintenu en l'état. Ils sont actionnables par la touche F0 de la centrale et s'éclairent selon le sens de marche.

 

En conclusion, une belle machine qui va rejoindre sa petite soeur Roco dans le dépôt.

 

A +

 

 

.

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 27 décembre 2013 5 27 /12 /Déc /2013 20:00

P1270593.JPG

 

La 150 X produite par Roco il y a plusieurs dizaines d'années reste une loco au fonctionnement irréprochable. Ses qualités de robustesse en font une pièce maîtresse de nos réseaux. L'objectif du jour est de la digitaliser. Sur cette photo, nous voyons les principaux éléments du tender démontés. Peu de place pour loger un décodeur!!!

 

P1270595.JPG

 

Après réflexion, j'ai pris l'option d'installer le décodeur dans le tender, entre la soute à charbon et le dôme métallique qu'il va falloir réduire, Ce travail sera exécuté avec la fraiseuse Proxxon pour un travail précis et plus propre.

 

P1270597.JPG

 

 l'intérieur de la soute à charbon est également fraisé pour limiter les travaux de fraisage du dôme métallique du tender

 

P1270599.JPG

 

Un premier test de positionnement du décodeur confirme que le dôme n'a pas été suffisamment rectifié. Il faut creuser davantage.

 

P1270600.JPG

 

Cette fois-ci, le logement sera suffisant!!

 

P1270601.JPG

 

L'éclairage des feux AR du tender était assuré par une petite ampoule, j'ai installé une led canon bicolore à la place qui transmettra la lumière par les deux conduits lumineux d'origine.

 

P1270602.JPG

 

Un cache en papier canson noir recouvre l'installation, une résistance de 1 Kohms est raccordé à l'anode commune de la led.

 

P1270604.JPG

 

Le décodeur est en place, les différents fils ont été ressoudés sur chacun des plots:

 

rouge: file de droite des roues dans le sens de la marche AV

noir: fil de gauche des roues      "                "             "

orange et gris: pôles du moteur

bleu: masse commune positive des éclairages

blanc: feu rouge tender marche AV

jaune: feu blanc tender marche AR

 

les feux blancs de la loco sont alimentés dès mise sous tension sur la voie, afin de ne pas compliquer le câblage entre la loco et le tender assuré par un contacteur bipolaire à lamelles d'origine.

 

P1270605.JPG

 

test d'éclairage en marche AV

 

P1270606.JPG

 

et en marche AR, à noter que cette disposition permet d'éteindre les feux du tender lorsqu'il est attelé à une rame en coupant la fonction F0 de la centrale.

 

P1270608.JPG

 

ajout d'un chauffeur et d'un mécanicien.

 

P1270670.JPG

 

et de véritable charbon dans la hotte

 

P1270610.JPG 

Premiers tours de roues de la 150 X digitalisée en tête d'une rame romilly de Massini. je diffuserai ultérieurement une vidéo sur cette loco dont le fonctionnement est parfait.

 

A + 

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 22 décembre 2013 7 22 /12 /Déc /2013 20:10

P1270537.JPG

 

La première génération de 141 P produite par notre firme Jouef reste un modèle très convenable moyennant qq améliorations. Dans le passé, j'avais déjà refait entièrement la motorisation en installant un moteur maxon RSF, moyennant de gros travaux d'adaptation.

 

P1270543 

La photo ci dessus montre la transmission adoptée, ce type de moteur ne permettant pas de conserver la vis sans fin équipant le fameux moteur 5 pôles Jouef. Compte tenu de la démultiplication déjà présente sur le moteur, j'ai dû ajouter un pignon intermédiaire et modifier totalement le support.

 

P1270545.JPG

 

vu de dessous, pas de modification hormis le berceau incliné qui a dû être refait pour accueilir le moteur maxon. Ce type de motorisation confère à la loco des ralentis exceptionnels et une transmission très silencieuse.

 

P1270538.JPG

 

L'axe de rotation du bogie a dû être refait en consolidant le tout avec des pièces de laiton.

 

P1270546

 

Le châssis supportant le bogie arrière a été largement ouvert pour accueillr le moteur maxon, ce qui m'a contraint à renforcer les faces latérales avec deux plats de laiton collés sur toute la longueur du tender. Un lest de plomb a été rajouté à l'arrière du tender.

 

P1270542.JPG 

Le lest d'origine à l'avant a été charcuté pour permettre le logement du moteur. Ces travaux datent d'environ une vingtaine d'années, à l'époque, pas de fraiseuse!!! Aujourd'hui, ce serait plus propre, mais çà ne se voit pas, donc je n'y touche pas.

J'ai donc la place sous la hotte à charbon pour installer un décodeur Lenz direct dont j'ai supprimé les pattes en ressoudant les 8 fils correspondants.

 

P1270547.JPG

 

sur cette photo, détail des adaptations sur le châssis du tender.

 

P1270548.JPG

 

A l'époque, Jouef n'avait pas prévu de feux AR sur les tenders, j'ai collé deux lanternes en résine qui seront ensuite peintes et percées en leur centre avec un foret de 5 dixième de mm

 

P1270549.JPG

 

des micros leds CMS précâblées sur des fils émaillés permettent de créer des feux rouges sans empièter sur la surface disponible réduite à l'intérieur de la caisse du tender

 

P1270550.JPG

 

Les feux blancs à l'avant avaient été installés dans le passé avec des leds canon blanches/TC, l'éclairage étant permanent dès que la loco est sous tension.

 

P1270552.JPG

 

le raccordement électrique sur le décodeur ne pose pas de problème, les fils blancs et jaune (éclairage des feux) HS seront inutilisés. j'ai retenu que les feux rouges en marche HLP seraient actionnés avec la touche AUX 1 de la centrale (fil vert) ce qui permet de les éteindre lorsque la loco est attelée à une rame. Je peux maintenant passer à la patine, qui fait appel à un mélange de noir mat, rouille et lavis verdâtre.

 

P1270555-copie-1.JPG

 

 j'ai revu la déco de la traverse de tamponnement dont la peinture était écaillée, c'est un constat fréquent chez Jouef pour les modèles les plus anciens. Cette loco est un cadeau d'anniversaire reçu pour mes 40 ans, c'est dire qu'elle a de la bouteille.....moins que moi!!!!! mais j'y tiens, pour sa valeur sentimentale.

 

P1270559.JPG 

pose d'un mécanicien et d'un chauffeur

 

P1270561.JPG

 

La patine est bien avancée sur cette photo

 

P1270564.JPG

 

j'ai remplacé l'attelage à choquelles par un modèle tout métal (Hornby) plus réaliste. Les pare fumées ont été grattés au cutter pour réduire leur épaisseur en vue de face.

 

P1270571.JPG 

j'ai confectionné une grille de protection caténaires à l'aide d'un petit morceau de grillage fin découpé au format et revêtu d'une frange de colle simulant l'encadrement.

 

P1270582.JPG 

une fois la colle bien sèche, un petit coup de spray tamiya noir

 

P1270583.JPG

 

 et une goutte de colle sous la toiture de la cabine de conduite.

 

P1270567.JPG

 

La finition de la patine est réalisée avec de la terre à décor qui s'accroche mieux sur les parties repeintes.

 

P1270568-copie-1.JPG 

Un léger voile de vernis mat incolore Tamiya permet de fixer définitivement la patine.

 

P1270570.JPG 

la 141 P ancienne génération (verte) n'a plus grand chose à envier à sa descendance J/H (noire) hormis la finesse de l'embiellage, niveau motorisation et traction, les deux machines ont des performances analogues.

 

P1270584.JPG 

autre vue latérale de la 141 P

 

P1270562.JPG 

J'ai rajouté un peu de charbon en débordement pour masquer le passage des fils du décodeur à l'arrière du tender, Sur cette photo, la grille de protection caténaire n'est pas encore posée.

 

Ce modèle de loco a été produit il y a une trentaine d'années!!! Bien sûr, la gravure et le superdétaillage est assez loin des productions actuelles, néanmoins, avec un peu de patience, il est possible d'obtenir des machines dignes de circuler sur nos réseaux. Alors, il ne faut pas s'en priver!!! 

 

A + 

 

 

 

 

 

 

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 17 décembre 2013 2 17 /12 /Déc /2013 08:34

Sur certaines locos, on constate parfois une dégradation de la transmission liée à l'usure ou la détérioration de la pignonnerie. Le sauvetage passe par un remplacement des organes défaillants, mais il n'est pas toujours possible de trouver les pièces correspondantes, surtout lorsque la machine est ancienne ou pire lorsque la marque est disparue.

  

P1270495

 

L'ami Patrick m'a confié sa loco Lima SBB FFS que j'ai pu remettre en état de marche, moyennant qq interventions.

 

P1270450.JPG

 

Le démontage caisse/châssis est facile, Il suffit d'ôter les tampons et la dépose est immédiate. Sur les deux essieux moteur, les pignons d'entraînement ont carrément disparu, sans doute se sont ils fendus et égarés dans la nature?? Un examen rapide permet de voir que toute la pignonnerie intermédiaire est en bon état. 

 

P1270491.JPG

 

Une chance, il restait un pignon (en noir) sur l'un des deux bogies, ce qui permet de vérifier le nombre de dents (10) et la norme des modules 0,5 qui est compatible avec la pignonnerie des machines Jouef anciennes. Un petit tour sur Ebay où j'ai pu trouver les pignons adéquats en nylon. (fournisseur ets carpentier)

 

P1270492-copie-1.JPG

 

Le diamètre des axes d'essieux Lima est de 2,5 mm, celui des pignons 1,8 mm, il faut donc les repercer après avoir démonté l'une des roues. Cette opération doit être faite en utilisant successivement des forets de diamètre intermédiaire 1,9, 2, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4, 2,5, sinon risque de perdre la concentricité du trou d'origine. Avant de remonter les essieux, j'ai déposé une couche de graisse cuivrée (fourniture Miniatures Passion) sur les gorges internes des roues pour améliorer la captation du courant....ce produit est très efficace.

 

P1270451.JPG 

L'extraction des roues sur les modèles Lima n'est pas facile, elles sont plutôt bien fixées!!!! Le Puller n'ayant rien donné, j'ai pu les dégager délicatement au marteau avec un chasse goupille, le tout sur un étau.

 

P1270452.JPG

 

La largeur des nouveaux pignons ne pose pas de problème de frottement sur le carter.

 

P1270489

 

c'est réparé, je n'ai pas conservé le pignon noir qui me paraissait usé, je peux remonter les carters qui sont maintenus par une seule vis au niveau de l'attelage.

 

P1270493.JPG 

mais avant, il faut refaire une pièce sur l'un  des bogies, constitué d'un fil d'acier (corde à piano) de 3 dixième de mm qui sert à capter le courant sur les flancs internes des roues.

 

P1270496-copie-1.JPG  

terminé, un peu de graisse silicone sur les organes de roulement, et la loco a retrouvé une nouvelle jeunesse!!!! Ah, si l'on pouvait en faire autant sur nos vieilles carcasses......je m'adresse ici aux plus anciens!!!!

 

A + 

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 10 décembre 2013 2 10 /12 /Déc /2013 18:22

P1270356.JPG

 

Très attendu, le petit autorail X 5500 produit par les Editions Atlas, la première impression est plutôt flatteuse, bien entendu, certains éléments de détaillage méritent d'être améliorés, c'est ce que je vous propose au travers de cet article.

 

P1270359.JPG

 

S'agissant d'un autorail concu à l'origine avec quatre essieux fixes, j'ai retenu l'option d'Atlas qui l'a équipé judicieusement de deux bogies, permettant une meilleure inscription en courbe. Pour la motorisation, j'ai retenu un moteur plat RSF (récupération lecteur CD) qui offre l'avantage d'avoir une grande inertie, même à faible régime, permettant de mieux franchir les zones d'aiguillages. Son fonctionnement sous 5 à 6 V maxi le destine à une alimentation exclusive en régime digital après avoir bridé la CV 5 sur le décodeur. (vitesse maxi) Le châssis a été repercé sur l'axe du bogie moteur pour permettre d'encastrer le moteur bien à plat sur la plateforme.

 

P1270360.JPG

 

Cette adaptation permet de loger le moteur dans le compartiment d'accès à la cabine de conduite, où il ne sera pas très visible, moyennant une découpe de la structure qui fait appel à un compas à deux pointes sèches en acier.

 

P1270361

 

Ce qui donne cela après une découpe du bloc abritant la cabine de conduite. Ainsi, la partie supérieure a pu être conservée

 

P1270364.JPG 

Je n'ai pas utilisé les bogies en plastique d'Atlas, je les ai fabriqués avec une plaque de CI isolée sur laquelle j'ai soudé deux cornières en laiton percées avec un foret de 2,1 mm en respectant l'entraxe des essieux (fourniture Limousin Modélisme Trains roues 9 mm diamètre normes fines RP 25) Pour obtenir un travail précis, il est préférable de percer les deux cornières préalablement en les collant dos à dos avec une goutte de cyanolit, un coup de cutter permet de les désassembler ensuite 

 

P1270365.JPG

 

Le châssis n'a pas besoin d'être fraisé, il faut maintenant trouver un système pour limiter la rotation des bogies et les maintenir en place.

 

P1270367

 

Les bogies seront collés sur une plaque de polystyrène de 2 mm d'épaisseur percée au diamètre du support 8,5 mm

 

P1270368.JPG 

ce qui permet de maintenir une hauteur conforme de l'autorail sur les rails 

 

P1270369.JPG

 

deux pièces en polystyrène  de 2 mm d'épaisseur sont collées de part et d'autre du bogie moteur. La vis sans fin est un élément Roco de récup.

 

P1270370.JPG 

sous le bogie a été collée une pièce de polystyrène de 1,5 mm d'épaisseur. Une lamelle de contact en chrysocal est fixée sur la tranche isolée du circuit imprimé destinée à alimenter les deux roues isolées. Celle ci est traversée par une petite tige en laiton de 5 dixième soudée et collée sur le CI.

 

P1270372.JPG

 

La vis sans fin a dû être réduite en longueur par tronçonnage en faisant tourner le moteur RSF.

 

P1270373.JPG

 

Les deux câbles conducteurs sont positionnés pour ressortir sous le bogie moteur.

 

P1270406

 

Pour le bogie porteur, le montage est identique hormis la partie centrale dont la plaque de CI est percée avec un foret de 2,2 mm pour accueillir la vis de fixation au châssis.

 

P1270382.JPG

 

Le bogie moteur est maintenu par deux vis qui traversent tout le châssis, ce qui rend ce dernier démontable en lui assurant une légère rotation sur son axe 

 

P1270374.JPG 

j'ai équipé l'essieu moteur de bandages d'adhérence après fraisage d'une gorge dans les roues (tour à métaux)

 

P1270381.JPG 

Les cales en polystyrène permettent de limiter la rotation des bogies. Le châssis a été percé pour le passage des fils d'alimentation.

 

P1270380

 

il est temps maintenant de revoir certains éléments de détaillage plutôt grossiers, notamment ces capuchons ornant les deux hublots à l'arrière de l'autorail?? ils seront supprimés.

 

P1270409.JPG.

Un premier test de circulation confirme que l'autorail fonctionne parfaitement, à ce stade, je peux coller définitivement le compartiment voyageur sur le châssis métallique, après avoir passé les fils d'alimentation côté moteur.

 

P1270410.JPG 

 les hublots ont été repercés avec un foret de 3 mm, les mains montoires ont été sectionnées délicatement avec un cutter en conservant la base qui sera percée avec un foret de 4 dixième, j'ai utilisé du fil de maillechort de cette section pour les remplacer. Les feux AV/AR ont été également repercés avec un foret de 2 mm pour loger des leds canons 

 

P1270411 

 les têtons des leds sont réduits par tronçonnage, elles sont soudées anodes et cathodes en parallèle, une résistance de 4,7 Kohms est ajoutée sur chaque cathode pour limiter l'intensité de l'éclairage

 

P1270412.JPG

 

Les mains montoires d'origine trop épaisses ont été sectionnées, et repercées à 0,4 mm pour les remplacer par du fil de maillechort

 

P1270413 

 les raccords de peinture seront faits après la pose.

 

P1270414.JPG 

 l'intérieur de la caisse a été peint en brun pour éviter un éclairage par transparence du plastique. les vitrages sont déposés préalablement. Une seconde couche de peinture crème sera appliquée 24 H plus tard.

 

P1270415.JPG

 

 les essuie glaces doivent également être remplacés, ici par des réf SMD 040 en métal.

 

P1270416.JPG 

 Test d'éclairage des feux rouges

 

P1270417.JPG 

et des feux blancs AV

 

P1270418.JPG

 

l'intérieur des 4 trompes a été usiné avec une mini fraise sphérique après avoir délimité un centrage exact avec un foret de 5 dixième.....attention, opération délicate, utiliser une visseuse équipée d'un mandrin et flexible plutôt qu'une perceuse qui tourne bien trop vite. La sortie de la cheminée sur le côté du kiosque de conduite doit être percée et noircie (échappement moteur diesel)

 

P1270419.JPG

 

 les essuie vitres sont posés de chaque côté du kiosque de conduite après peinture en noir mat.

 

P1270428

 

La traverse de tamponnement a été améliorée, notamment par la pose de boisseaux (modèles YDModels), par contre, le plateau du tampon Atlas sera conservé, il faut donc sectionner les plateaux YDModels non conformes

 

P1270430.JPG 

Au premier plan, tampons équipés des plateaux Atlas, ce qui nécessite de percer les boisseaux en résine avec un foret de 1,2 mm

 

P1270431

 

La traverse de tamponnement a été limée légèrement pour accueillir les nouveaux tampons. les raccords de peinture seront faits après coup.

 

P1270432.JPG 

Il est temps de repeindre le compartiment intérieur . Un conducteur a été installé dans le poste de conduite.

 

P1270447.JPG 

j'ai créé un logement pour installer le décodeur au dessus du moteur.(modèle Lenz direct dont j'ai supprimé les pattes)

 

P1270434.JPG 

l'intérieur de la caisse a été repeint en crème, je peux maintenant réinstaller les vitrages qui seront collés avec Micro Kristal Klear

 

P1270435.JPG

 

quelques retouches de peinture beige/crème et rouge sont nécessaires sur les points d'attache des mains montoires 

 

P1270437

 

la caisse a été patinée avec un lavis très dilué couleur brun/boue

 

P1270438.JPG

 

Un cache a été collé à l'avant de l'autorail pour masquer les leds trop visibles de l'extérieur. ajouts de voyageurs assis, je peux refermer!!!!

 

P1270439.JPG

 

 terminé ou presque, il reste à réinstaller un attelage à choquelles.

 

P1270440.JPG

 

une autre vue nocturne.

 

P1270445.JPG

 

Bon pour le service. En conclusion, un petit autorail sympa qui mérite de circuler avec ses congénères. Son fonctionnement est très silencieux et  souple, bien entendu, il faut réduire de moitié environ la valeur du CV 5 du décodeur, pour éviter l'effet TGV qui serait fatal au moteur. Je ne regrette pas la semaine passée à son amélioration, sans doute l'autorail le mieux reproduit par Atlas depuis le début de la collection.  

 

 

 

A +

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 28 novembre 2013 4 28 /11 /Nov /2013 19:54

P1270224.JPG

 

Lima a produit il y a qq dizaines d'années un TGV S/est dont la motorisation basée sur le "fameux" moteur annulaire n'est pas très performante, avec notamment une transmission sur un seul bogie moteur. L'objectif est de remplacer le châssis de la motrice par un élément Jouef en métal équipant les rames plus récentes de la marque.

 

P1270207

 

L'élément central de soute maintenu par deux vis se démonte aisément, par contre le châssis supportant les bogies est difficile à sortir, il faut faire pression à l'arrière de la motrice avec un tournevis pour dégager le bas de caisse (au premier plan sur la photo) ce qui permet de basculer le châssis et l'extraire de la caisse.

 

P1270210.JPG  

 Le châssis sera remplacé par un élément Jouef gris de dernière génération issu d'un TGV atlantique. Le bas de caisse Lima sera conservé, n'ayant pas la teinte identique pour le repeindre 

 

P1270208.JPG

 

Pour pouvoir adapter le châssis Jouef dans la caisse Lima, il faut fraiser toute l'arête inférieure que l'on aperçoit sur cette photo, en prenant soin de ne pas endommager le bas de caisse

 

P1270209.JPG 

opération réalisée à main levée avec la perceuse Dremel équipée d'une fraise (finition à la lime plate) 

 

P1270212.JPG

 

la découpe du châssis métallique Jouef est réalisée à la scie à métaux, en essayant de ne pas entamer le longeron qui supportera la soute Lima.  

 

P1270214

 

un surfaçage de la partie découpée (exécuté à la fraiseuse Proxxon) permet de repositionner le bas de caisse Lima dans de bonnes conditions. Cette opération peut-être réalisée avec une lime plate 

 

P1270215.JPG 

Les éléments peuvent maintenant être repositionnés, le châssis Jouef ayant la même largeur.

 

P1270216.JPG

 

Les supports de fixation d'origine Lima ont été sectionnés et repositionnés à la bonne hauteur sous la toiture. Pour le repérage, il suffit de visser les supports sur le châssis, de mettre un point de cyanolit, et de positionner le châssis sur la caisse au bon endroit le temps de la prise de colle. On redévisse ensuite, et les supports ainsi collés sous le toit seront ensuite renforcés avec de la colle UHU Méga strong and safe sur le pourtour.

 

P1270217.JPG

 

Le bas de caisse Lima a été collé sur le bâti métallique Jouef, l'intérieur de la soute a été lesté de deux pièces de métal issues du lest Lima d'origine découpé.

 

P1270218

 

Le moteur d'origine Buhler sera réinstallé à son emplacement d'origine, et collé sur une cale en polystyrène de 2 mm d'épaisseur.

 

P1270219

 

Une fois le moteur bien calé sur son berceau, qq gouttes de colle pour l'immobiliser bien à plat avec un serre joint.

 

P1270305.JPG 

L'équipement des feux a été revu,

 

P1270220

 

Sur la motrice de tête, j'ai pu conserver le bloc optique de feux d'origine après avoir percé de l'intérieur quatre trous aux emplacements correspondants. J'y ai logé des leds canon. Le branchement des leds rouges est inversé par rapport aux leds blanches afin d'allumer les feux adéquats selon le sens de marche, cette rame étant destinée à fonctionner en mode analogique.

 

P1270221.JPG

 

J'ai ajouté une led blanche pour l'éclairage du fanal AV qui fonctionnera avec les feux blancs.

 

P1270222

 

 ce qui donne ceci sous 9 V

 

P1270223.JPG

 

 et cela en inversant la polarité.

 

P1270301.JPG

 

 il est utile de mettre un cache noir sous le bloc lumineux pour éviter des fuites d'éclairage sous le châssis Jouef, idem pour l'éclairage du fanal 

 

P1270302

 

Le câblage de l'élément moteur est terminé, je peux refermer la caisse et passer à la fausse motrice.

 

P1270305

 

Le chassis Lima sera conservé, et le perçage par l'intérieur du bloc optique avec un flexible a échoué. il faut donc le remplacer en essayant d'adapter celui récupéré d'une caisse de TGV Atlantique Jouef, pas évident!!!

 

P1270303.JPG

 

passons à autre chose, pour me calmer les nerfs, j'ai installé sur les deux bogies Lima des lamelles de contact découpées dans du chrysocal de 1/10ème qui sont soudées sur une plaque de CI isolée en son milieu.

 

P1270304.JPG 

La fausse motrice sera remontée en l'état, mais avant, il faut réinstaller un système d'éclairage!!!

 

P1270306.JPG

 

le bloc optique Jouef récupéré a été équipé de leds canon blanches et rouges, et il faut maintenant l'adapter sous la caisse Lima, ce qui impose quelques opérations de surfaçage/rectifiage, le vitrage devant épouser la forme du nez du TGV.

 

P1270309.JPG

 

C'est fait, pas de dégat, le plastique à cet endroit de la caisse est très fin et il ne faut surtout pas forcer pour introduire le bloc optique, lequel une fois ajusté, a été collé.

 

P1270310.JPG

 

le câblage passera par la trappe sous la soute, ce qui permet de repérer la bonne polarité des fils à raccorder.

 

P1270311.JPG

 

Le sabot avant sous le nez du TGV a été sectionné et sera collé sous la caisse, ce qui facilite le remontage du châssis lima.

 

P1270312.JPG

 

pour améliorer la captation du courant et réduire le bruit de frottement, j'ai mis une pointe de graisse cuivrée qui améliore la conductibilité (fourniture Miniatures Passion ref GRCU-20)

 

P1270313.JPG

 

il ne reste plus qu'à refermer la caisse après avoir raccordé les fils d'alimentation des leds, j'ai ajouté une résistance commune aux cinq leds de 2 kohms pour réduire la luminosité des feux.

 

P1270314.JPG

 

Cette rame m'a été confiée par un ami pour restauration, j'ai pu tester son excellente tenue de rails à grande vitesse avec quatre éléments, la qualité de roulement des 10 éléments qui la composent permet de se limiter à une seule unité motrice. (voir article sur TGV/A) Je n'ai pas revu l'écartement trop important entre chaque motrice/voiture comme je l'ai fait sur mon TGV S/E, ne connaissant pas le diamètre minimum des courbes adoptées sur son réseau. Certes, il reste de nombreux détails à améliorer, notamment la ligne de toiture/pantos, mais le plus délicat est fait!!!

 

A +

 

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 26 novembre 2013 2 26 /11 /Nov /2013 20:02

P1270205

 

Le TGV Atlantique Jouef dans sa version modéliste est constitué de 12 éléments. Lorsqu'il m'a été confié pour restauration, la motrice de tête ne fonctionnait plus, j'ai donc entrepris une visite en atelier pour l'examiner. Sur cette photo, nous apercevons une partie de la rame avec l'élément de queue en phase de tests de roulement après quelques améliorations

 

P1270206.JPG

 

La transmission est assurée par un puissant moteur buhler équipé d'un volant d'inertie, via deux arbres à cardans. Les quatre essieux sont moteurs, et le lourd châssis métallique assure une force de traction suffisante pour toute la rame, même en rampe.

 

P1270194.JPG 

Après examen, je constate qu'un des pignons en nylon est cassé, ce qui bloque la vis sans fin, j'ai pu récupérer un autre essieu sur un autre TGV jouef, et tout est rentré dans l'ordre. C'est un problème qui est assez fréquent chez Jouef avec ce type de transmission, notamment lorsque le matériel est ancien ou a beaucoup roulé, ce qui semblait le cas pour cette machine.

 

P1270196

 

autre problème, l'un des arbres primaires qui supporte le cardan est tordu, il faut le remplacer, ici avec des essieux canelés que j'avais en stock (origine mécanic trains)

 

P1270197.JPG

 

 mais également, le clipsage des bogies sur le châssis est trop lâche, sans doute par usure, j'ai donc prévu qu'il serait maintenu par une vis de 1,6 mm de diamètre après perçage et taraudage de la bosse.

 

P1270198.JPG 

La vis à tête fraisée maintient désormais le bogie à sa place, elle doit affleurer la base du support de rotation pour ne pas bloquer la noix de cardan située juste dessus. Pour repositionner l'arbre de cardan, il suffit d'enfoncer l'arbre primaire supportant la noix de cardan sur son support clipsable. Sans cette intervention, il y a de gros risques de voir l'arbre de cardan faire la malle et bloquer l'un des bogies en pleine marche...déconseillé à grande vitesse. Il est recommandé de changer les bandages d'adhérence sur de vieux modèles, lesquels ont tendance à sortir de leur gorge.

 

P1270199.JPG

 

Le système d'éclairage des feux adopté par Jouef à l'époque est plutôt astucieux, mais l'utilisation de leds jaunes pour les feux AV n'est pas réaliste, il faut donc sortir tout l'ensemble monobloc vitrage/feux/lanterneau en évitant de le casser, afin de remplacer les leds jaunes par des leds canon blanches. j'y ai ajouté une led blanche collée pour éclairer le lanterneau. Celle ci fonctionnera avec les deux feux blancs AV. L'inversion du sens de marche de la rame active les feux rouges, cette rame étant destinée à fonctionner en régime analogique.

 

P1270201.JPG 

Pour éviter un éclairage de la cabine par dispersion, j'ai ajouté une plaque de polystyrène noire collée sous la toiture

 

P1270203 

Une résistance de 4700 ohms commune aux cinq leds (trois blancs ton froid et deux rouges) permet de limiter l'éclairage trop violent des deux éléments d'extrémité.

 

P1270202.JPG 

Il ne reste plus qu'à tester la rame à pleine puissance, en régime analogique avec un courant en pointe de l'ordre de 18V.

Tout s'est bien passé, ainsi qu'en témoignent les qq images filmées sur la vidéo 140.

Maintenant, je vais m'attaquer à un chantier plus délicat, la remotorisation/amélioration d'un TGV S/Est Lima sur base d'un châssis Jouef.

 

A bientôt

 

 

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 19 novembre 2013 2 19 /11 /Nov /2013 07:55

P1270141

 

Le démontage des principaux éléments de cette loco est aisé, deux vis maintenant la chaudière/cabine au chassis. Le tender avait déjà fait l'objet d'une remotorisation à base d'un moteur mabuchi qui s'est révélé trop lent, il sera remplacé.

 

P1270145.JPG 

A l'origine, Jouef avait équipé la loco de deux feux AV à base de leds dont la couleur et le rendu étaient très moyen. Le troisième feu n'était pas opérationnel, l'équipement sera donc revu.

 

P1270144.JPG 

Les lentilles extérieures des trois feux ont été supprimées pour indroduire des leds canons dont le diamètre est identique aux orifices.

 

P1270143.JPG

 

Pour le troisième feu central, les pattes de la led doivent être courbées pour épouser la chaudière. Le corps de cette chaudière étant en résine coulée dans la masse, elle devra être fraisée.

 

P1270146.JPG

 

les trois leds seront raccordées par soudure anodes sur anodes et cathodes sur cathodes.

 

P1270150.JPG 

afin d'obtenir un éclairage blanc/TC

 

P1270156.JPG

 

j'ai ajouté des enjoliveurs de feux issus d'un  kit SMD Production

 

P1270148

 

Cette loco était équipée d'une ligne de captation de courant sur les trois essieux moteur, peu efficace, elle sera remplacée par un jeu de lamelles en chrysocal soudées sur deux morceaux de circuit imprimé isolés.

 

P1270149  

Les lamelles sont soudées sur des supports en laiton supportés par des cavaliers également soudés sur les pistes des CI (diamètre 1 mm) Cette opération terminée, il faut tronçonner les supports en leur milieu pour isoler les deux pistes.

 

P1270154.JPG

 

 un mécanicien et son chauffeur ont été collés dans la cabine de conduite.

 

P1270161.JPG

 

La soute à charbon a été découpée et remplacée par une plaque de polystyrène collée. Le décodeur (Lenz standard +) est pour le moment raccordé à l'ancien moteur Mabuchi, mais il ne tourne pas assez vite, il sera remplacé, ainsi que la transmission.

 

P1270163.JPG

 

Pour loger un moteur plus puissant équipé d'un volant d'inertie, le chassis du tender a été remplacé par les anciens modèles Jouef dont un exemplaire traînait dans les tiroirs. La transmission passe par une couronne circulaire que j'ai retournée sur son axe. Le logement du moteur est réalisé sur une plateforme en polystyrène de 2 mm d'épaisseur sur laquelle sera collé le moteur. il s'agit d'un moteur de récup qui équipait le testeur de décodeur ESU (celui-ci ayant cramé!!!!) pas le moteur, la platine

 

P1270165.JPG

 

L'adaptation du châssis du tender (ancienne génération) sur la caisse ne pose pas de problème particulier, mais le lest devra être modifié. Les bandages d'adhérence sur les quatre roues motrices doivent être remplacés, devenus trop lâches

 

P1270160.JPG

 

 La découpe de la hotte à charbon n'est pas indispensable, mais c'est préférable pour installer le décodeur.

 

P1270168.JPG

 

Avant de coller du véritable charbon dans la hotte, je l'ai remplie de billes en plomb (pêche/chasse) pour lester davantage le tender

La commande des feux rouges AR sera programmable séparément avec la touche AUX 1 du décodeur, pour permettre de les éteindre en situation de traction de rames voyageurs. Les trois feux AV sur la loco sont allumés en permanence.

 

P1270172.JPG

 

 Maintenant que le charbon est bien fixé, il est temps de passer à la patine.

 

P1270173 

Les organes de roulement et l'embiellage ont reçu un lavis légèrement dilué à base de brun/noir/ocre renforcé par des touches de peinture noir brillant simulant les traces de graisse. La tige de piston en plastique a été peinte couleur métal. Le reste de la caisse avec un lavis très dilué couleur crasse 

 

P1270175.JPG 

 Je n'ai pas trop insisté sur la salissure, s'agissant d'une loco moderne sans doute bien entretenue.

 

P1270179.JPG

 

Le bissel AV de cette loco a tendance à dérailler au passage des aiguillages, j'ai rajouté un lest peint en noir et remis en forme le timon qui avait tendance à soulever l'avant, le problème est résolu.

 

P1270181.JPG

 

Sur cette photo en tête d'une rame brochet pour tester ses capacités de traction. C'est mieux que dans la version d'origine Jouef, le fonctionnement est très doux, les ralentis excellents. Bonne pour le service.

 

A +

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 12 novembre 2013 2 12 /11 /Nov /2013 20:10

le dernier autorail produit par les Editions Atlas surprend par ses formes originales qui en font sans aucun doute un modèle unique en son genre. Sa motorisation ne devrait pas poser de problème, mais il importe de ne pas trop empiéter sur le compartiment voyageurs qui occupe toute la surface à l'aplomb des deux essieux (en fait des bissels articulés dans la réalité)

 

P1270084.JPG 

 

son démontage est aisé. La partie centrale est occupée par un kiosque dont l'accès se faisait par une trappe en forme d'entonnoir plutôt inconfortable pour le conducteur!!!

 

P1270113.JPG 

Sa motorisation fait appel à un micro moteur Motraxx fonctionnant sous 12V (Conrad) Bien qu'il soit plutôt destiné à des modèles à l'échelle N, il est suffisamment performant pour l'usage concerné.

 

P1270086.JPG

 

 Après avoir décollé provisoirement les flancs de bissels du châssis métallique, il faut agrandir les supports d'essieux avec un foret de 2 mm . j'ai prévu de remplacer les roues en plastique d'origine par des roues issues de BB 66000 Jouef/Hornby qui ont l'avantage d'être isolées de leur essieu des deux côtés, et comportent un épaulement plastique qui les isolent du châssis métallique. De plus, leur plus grand diamètre évite de rogner les sabots sous les bissels trop proches des rails. Cette disposition impose d'ouvrir à la lime l'emplacement des roues sous le châssis.

 

P1270087 

Les nouveaux essieux sont en place. Il importe maintenant d'équiper l'un d'entre eux d'un pignon et d'adapter le chassis pour la transmission avec le moteur 

 

P1270089 

Vue à l'envers, cette partie du compartiment voyageurs plaquée sur le châssis métallique sert à maintenir les essieux sur leur support. Il est nécessaire d'ouvrir avec un disque à tronçonner pour le passage des roues.

 

P1270090.JPG

 

Le moteur sera logé à la verticale dans le couloir central qu'il faut fraiser. La base du moteur doit être dans le même plan que le plancher.

 

P1270091.JPG

 

Une ouverrture a été fraisée dans le châssis pour loger la transmission. Le pignon est un modèle Roco de récupération.

 

P1270092.JPG  

 A ce stade, le compartiment vogageur peut être collé sur le châssis métallique. L'axe du moteur supportant la vis sans fin (Roco?) doit être équipé d'un manchon pour passer d'un diamètre de l'arbre de 1 à 2 mm

 

P1270098.JPG 

Le moteur a été collé en veillant à ce que la transmission se fasse sans forcer dans les deux sens de marche. Les fauteuils ont été peints en marron 

 

P1270099.JPG 

Le kiosque de conduite peut être décollé sans trop de difficultés. Il sera ouvert pour l'encastrement d'un décodeur Lenz direct. Les câbles passeront par l'entonnoir présent dans la partie centrale de l'autorail.

 

P1270100.JPG

 

Le moteur a une double sortie d'arbre. Sa très petite taille permet d'envisager l'installation d'un volant d'inertie, qui sera fabriqué au tour à partir d'une vieille roue en laiton de BB Jouef de la belle époque, équipée d'un manchon réducteur de 1 mm de diamètre. 

 

P1270103.JPG

 

La prise de courant se fait sur les quatre roues via un petit morceau de CI comportant deux pistes sur lesquelles j'ai soudé quatre lamelles de contact découpées dans une plaque de chrysocal de 1/10 ème de mm d'épaisseur (très souple). Le câblage roues/moteur passe par l'entonnoir au centre de l'autorail.

 

P1270105.JPG

 

A ce stade, je peux faire les premiers tests de circulation. Avec le volant d'inertie, le fonctionnement est très souple même à bas régime. L'autorail franchit le gril d'aiguillages sans à coup. 

 

P1270107.JPG 

quelques personnages assis avant de refermer la caisse.

 

P1270111.JPG 

Le travail le plus délicat se précise. Il faut traverser le centre des phares sans les casser avec un foret de 5 dixième.

 

P1270112.JPG

 

L'intérieur sera ensuite agrandi avec une fraise sphérique pour pouvoir loger des micro-leds CMS bicolores précâblées. (fourniture limousin modélisme Trains)

 

P1270116.JPG

 

Le décodeur est installé à l'envers sur l'entonnoir dont l'arête supérieure doit être limée. Les picots seront dessoudés. Les fils de prise de courant et du moteur sont connectés, l'engin peut dès à présent fonctionner en mode digital. A noter que le volant d'inertie n'est pas visible lorsque l'autorail est posé sur la voie. Toutefois, je l'ai peint également en marron, c'est plus discret.

 

P1270117.JPG   

 deux rubans de leds CMS adhésifs sont collés sous la toiture de part et d'autre du kiosque. Ils seront raccordés au fil bleu positif commun du décodeur, le fil vert avec une résistance supplémentaire pour atténuer la luminosité de la rampe d'éclairage (fonction AUX 1)

 

P1270118

 

 Les 4 feux ont été équipés de micro leds bicolores blanc TC/rouge dont les fils émaillés ont été collés le long de la caisse pour ressortir dans le kiosque où ils seront raccordés au décodeur. Jusque là tout va bien, les tests d'éclairage blanc TC/rouge sont OK

 

P1270119.JPG

 

soit au total 12 fils émaillés à souder + résistances

 

P1270123.JPG 

Avant de refermer le kiosque, j'ai patiné avec un lavis brun sale la totalité de la caisse, vitres ôtées. Elles ont été ensuite recollées avec micro Kristal clear. Malheureusement, j'ai fait une connexion des feux AR de l'autorail en oubliant les résistances......çà ne pardonne pas, grillées!!!! comme je n'aurai pas la patience de refaire tout le câblage, ce modèle roulera avec uniquement les feux AV.

 

P1270131.JPG

 

 j'ai ajouté des essuie-glaces et réinstallé les deux antennes bizarres qui faisaient office de tampons sur ces autorails. Un conducteur a pu être logé dans le kiosque de conduite

 

P1270132.JPG

 

Et pour terminer, j'ai sali copieusement les faux bissels reproduits par Atlas ainsi que les flancs de roues (lavis brun/ocre) l'autorail est prêt à prendre la route.

 

Le décodeur a été reprogrammé:

 

F3 inertie accélération valeur 40

F4 inertie décélération valeur 30

F5 vitesse maxi valeur 90 pour éviter l'effet TGV sur cet engin qui ne dépassait pas 90 Km/h

 

P1270125.JPG

 

Halte en gare de Clairville, le fonctionnement est excellent, même à baés régime. Dommage pour le raté sur les feux. Je vais passer à autre chose!!!!

 

A +

Par piouls - Publié dans : trucs et astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Créer un Blog

glossaire

A la demande de nombreux internautes, et pour faciliter leur recherche, j'ai entrepris de constituer un glossaire regroupant tous les articles, photos et vidéos diffusées depuis la création du blog en janvier 2008.

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés